VIème République ou retour aux fondamentaux de la Vème?

588945Le dramatique fiasco de la classe politique ne se limite pas, loin de là, aux seuls socialistes, même s’ils font encore pire que les autres et conjuguent à l’échec une insupportable tartufferie. Le déclin est une constante depuis une quarantaine d’années. La politique ne parvient pas à régler les problèmes des Français, notamment le chômage, de 3,4 millions à 6 millions de sans emplois, l’insécurité, l’autorité de l’Etat, l’Education. D’où l’abstention massive aux élections et la poussée du vote protestataire, le rejet du politique par 78% de l’opinion (sondage CEVIPOF). Or il n’y a pas de fatalité quand on voit l’exemple de l’Allemagne ou du Royaume-Uni. Changer les institutions ne réglera pas tout car le mal est plus profond, ancré dans la société française, mais au moins donnera un signal: tout commence par la tête. Il ne faut pas créer une Sixième République: modifier tous les demi siècle en moyenne le numéro de la République est une pratique ridicule aux yeux des autres pays. Mais changer les institutions par une réforme profonde de la Vème République, pour revenir à ses fondamentaux est évidemment indispensable et doit être la première tâche de la future majorité. Il faut en finir avec le délire présidentialiste qui rend fou les politicards français, de l’extrême droite à l’extrême gauche, un peu comme les moucherons dans la lumière d’un phare. Le chef de l’Etat doit être élu pour 7 ans, non renouvelables, s’engager à rompre tout lien partisan, se mettre au service de la France en faisant abstraction de toute attache idéologique, partisane, exercer un rôle d’arbitre, de guide de la Nation, de référence, incarner l’unité nationale, dans la discrétion et la modestie. Il faut impérativement en finir avec la présidence touche-à-tout, politisée et surmédiatisée qui aboutit à faire de l’Elysée le défouloir de la France entière, surtout si le chef de l’Etat n’est pas à la hauteur de la fonction, ni moralement, ni politiquement. La personnalisation excessive du pouvoir autour du chef de l’Etat est une folie qui conduit le pays à la catastrophe. Le Premier ministre, sous le contrôle du Parlement, donc avec possibilité d’être renversé en cas d’échec, doit redevenir comme le prévoient les articles 20 et 21 de la Constitution, l’unique responsable du gouvernement du pays. De même, il est urgent de replacer le Parlement au centre de la légitimité démocratique face au Conseil constitutionnel qui aujourd’hui détient l’essentiel du pouvoir normatif (une loi sur deux font l’objet d’une censure) alors qu’il n’est pas élu. Nous devons aussi faciliter l’usage du référendum, comme aux Etats-Unis, en Suisse, en Italie pour mettre fin au sentiment de fossé entre le peuple et les élites. En 2017, il n’y aura pas de tâche plus urgente que de refonder la République et la démocratie françaises.

Maxime TANDONNET

 

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

44 commentaires pour VIème République ou retour aux fondamentaux de la Vème?

  1. Coriolan dit :

    Cette République oligarchique des Juges est parfaitement dénoncée par Christophe BEAUDOUIN, dans sa version européiste, directeur de l’Observatoire de l’Europe, dans son article sur Figaro-Vox du 1 juillet 2014:

    – Droits de l’homme: le citoyen évacué par l’individu?

  2. Annick dit :

    Bonjour Annick Danjou,

    J’incline plutôt vers l’avis de François, sa dernière réponse cerne bien « l’atmosphère ».
    Bien sûr, les différentes opinions sont à peser sur la balance.
    Je mettrais sur le plateau de la mienne que nous attendons des réformes depuis Sarko.
    Comme une majorité de Français j’avais grand espoir que lui, avec son dynamisme et sa volonté, nous remette sur les rails.
    Déçue ! Faut-il ajouter « évidemment » ? Comme un fatalisme.
    Non ! D’une manière, ou d’une autre, ce pays sera réformé ; il en va de sa survie.
    Mieux vaut que tous les « sectaires » (minoritaires, je répète) atterrissement sur le plancher des vaches. Sinon, ce sera révolte ou l’affront de la Troïka.
    Et pendant ce temps, Hollande s’occupe de l’Irak…

    Amicalement,

  3. François dit :

    Bonjour Annick d’Anjou,

    Il faut se méfier de l’eau qui dort dit à raison le dicton populaire. L’état de la France interdisant tout immobilisme, de deux choses l’une : soit notre classe politique prend conscience de son état de déliquescence avancé et un « Victor le nettoyeur* » sort de ses rangs et se met à récurer les écuries d’Augias, soit c’est une révolte qui le fera (avec toutes les inconnues et la violence qui accompagnent ce genre de phénomène).

    Même si ne crois guère à la survenue de la première hypothèse, je pense que 2017 sera notre dernière chance (si du moins nous tenons jusque là). D’ici là, il faut préparer les esprits de notre classe politique (d’où l’intérêt de les prendre directement à partie) et des Français à ne plus reculer devant l’adversité. Plus j’y pense, plus je crois qu’un référendum est nécessaire. Mais pas un appel au peuple où il faut répondre par oui ou par non à une seule question, mais une consultation qui comprendrait de vraies questions et qui balaierait le large spectre des défis qui attendent notre pays (santé, éducation, économie, immigration, etc.). On ne peut pas continuer à gouverner à l’aveugle, c’est toute la limite des sondages.

    Faute de quoi, l’autocuiseur qu’est la France va continuer à bouillonner, mais les lois de la physique étant ce qu’elles sont, lorsqu’on soude le clapet de sécurité, le résultat est connu d’avance.

    Bonne journée

    (*) Victor le nettoyeur en référence à l’excellent film Nikita de Luc Besson

  4. Danjou annick dit :

    Annick, merci pour vos réponses ou commentaires et les liens que vous donnez qui sont toujours intéressants et instructifs. A mon tour de vous répondre, vous pensez que les français sont prêts, moi je ne le pense pas. Je pense plutôt comme Maxime qu’ils sont toujours prêts quand cela ne les concerne pas directement. A notre niveau, nous vivons dans une bulle qui ne reflète pas la mentalité générale. Même si le blog de Maxime est de plus en plus visité et connu, cela représente combien de français et de quels français s’agit-il? Quand je lis les commentaires, j’ai quand même l’impression d’avoir à faire à des gens cultivés, instruits, bien placés socialement etc…. Mon mari me dit toujours, n’oublie pas que tes opinions ne reflètent pas l’opinion générale française et que les commentaires que tu lis sur tout un tas de blogs, de sites, de journaux, représentent une minorité de personnes. Je pense qu’il a raison, ne reproduisons pas ce que les politiques font en se coupant complètement de la masse car c’est celle qui empêchera les choses d’avancer et les réformes d’aboutir. Il faudrait une équipe décidée à mouiller la chemise et non préoccupée par sa prochaine élection. Une équipe qui se mettrait certains citoyens à dos mais qui ne céderait pas( un peu comme Sarko avec la réforme des Universités mais à condition d’aller jusqu’au bout). Une équipe qui instaurerait le référendum, c’est absolument nécessaire. Il y a tant de réformes à faire, je crains que ce ne soit pas pour demain.
    François qui demande d’interpeller nos politiques, mais ils n’en n’ont que faire et puis nous ne sommes pas capables de tous nous mobiliser pour faire plier le gouvernement, nous ne sommes pas japonais, même les pétitions n’aboutissent à rien, nous nous éparpillons sur un tas de petits sujets et ne sommes pas en mesure de faire front face à des politiques dont nous ne voulons plus.
    Voir le commentaire du Suisse sur le figaro suite à la dernière tribune de Maxime, cela en dit long sur notre pays et notre manière de penser.

  5. Annick dit :

    Bonjour Maxime,

    Oui, les Français sont prêts (la douloureuse des impôts achève d’ouvrir les yeux)….à part toujours les mêmes, ceux dont les privilèges seront supprimés pour s’aligner sur les autres catégories. Et ceux-là sont minoritaires, même s’ils crient plus fort que les autres.

    @François,
    Merci de votre réponse. Oui, prendre à parti nos élus, personnellement, sur les dérives de leur politique. En consultant les sites des mairies, il y a déjà bien du boulot ne serait-ce que sur l’utilité d’associations totalement foldingues dont on se demande en quoi elles sont utiles à l’intérêt général de la commune, mais combien de nos compatriotes le feront ?

    Amicalement,

  6. François dit :

    Bonjour Annick,

    Je m’attendais à votre objection, au demeurant justifiée. Mon propos n’avait pour seul objectif que d’indiquer la marche à suivre pour sortir de l’ornière dans laquelle nous sommes, mais pas de disserter sur les moyens mis à notre disposition pour contraindre nos hommes politiques à suivre ce chemin.
    Pour cette dernière question, je crois que le vote ayant montré ses limites, il ne faut pas hésiter à interpeller directement nos élus (lettres, mail, etc.), sur un ton courtois mais ferme. Si rien ne bouge, alors il ne restera plus que la révolte, même si je ne la souhaite pas.

  7. Annick dit :

    Bonsoir François,

    Bien d’accord avec vous.
    Mais… Une fois les réformes internes ayant produit les effets voulus… le hic est là.
    Les Français réclament et sont prêts aux réformes, c’est le Parlement qui freine des quatre fers et le Gouvernement qui veut nous faire prendre des vessies pour des lanternes.
    Pas une seule réforme de vraie économie mise sur leur métier !
    A part le bavardage, le trucage et l’évitement, quelle sont leurs capacités ?
    Et nous, où se trouve notre angle d’action ?

    Amicalement,

    • Annick, le pensez vous vraiment, que les Français réclament et sont prêts aux réformes? Peut-être, tant qu’elles ne les concernent pas… Amitiés à vous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s