Lecture estivale

sans-titreCette fois-ci, avec la semaine du 15 août, nous sommes bien en plein creux de la trêve estivale: plus de polémique, politiciens muets, actualité silencieuse, les rues sont vides à Paris. A quoi servent les vacances d’été: à lire et faire du sport. Mon genre de livre préféré? les mémoires, récits authentiques, de préférence aux romans car le réel est plus audacieux, imprévisible, chaotique que la plus fertile des imaginations humaines. Je suis plongé en ce moment dans un grand classique de la littérature qui m’avait bizarrement échappé, tout au moins l’œuvre dans la globalité : Les Confessions. « J’ai fait le premier pas et le plus pénible dans le labyrinthe obscur et fangeux de mes confessions. Ce n’est pas le plus criminel qui coûte le plus à dire, c’est ce qui est ridicule et honteux. Dès à présent, je suis sûr de moi: après ce que je viens d’oser dire, rien ne peut plus m’arrêter. » L’écriture, la sincérité, la personnalité de Rousseau, ont quelque chose d’envoûtant qui entraîne le lecteur et le prend à la gorge. On y prend me semble-t-il un plaisir encore supérieur à celui de la lecture des Mémoires d’outre-tombe, (pourtant de réputation supérieure?).  Le sport aussi, la voile sur une grand étang de Gironde avec mon frère, la voile qui fait réfléchir. La vie publique, comme la sans-titrenavigation, est dominée par des grands courants sous-marin et la puissance des vents. Il est inutile et absurde de vouloir en changer le sens. D’où la démagogie, le mensonge ou l’aveuglement de ceux qui de tout temps, nous promettent de « changer le système« . En revanche, l’exercice de la responsabilité politique, au sens noble du terme, consiste à récupérer la force de l’histoire – le vent dans les voiles – l’utiliser, l’orienter dans le sens de l’intérêt général. « Je ne me butais pas à plier les circonstances à mes idées, mais je me laissais en général conduire par elles » (Napoléon à Saint Hélène, Las Cases).

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Lecture estivale

  1. berdepas dit :

    Cher Mr Tandonnet,
    Pour une fois, – c’est assez rare -, je ne serai pas en plein accord avec vous.
    Mais il faut dire que, depuis mon « âge tendre », je n’ai jamais eu de bonnes relations avec Jean-Jacques Rousseau !!! Cela remonte, en effet, à l’époque où j’étais Lycéen, et où, en toute innocence politique, je me distinguais dans la classe de Lettres, au Lycée, en manifestant un tropisme voltairien qui ne convenait pas à mon Professeur de Lettres ( Communiste affiché ).
    http://berdepas.wordpress.com/2012/07/12/voltairien-je-reste/
    Depuis, j’ai évolué, bien sûr, tout en conservant un regard critique sur quelques uns de ces « grands esprits » de l’époque des « Lumières », sur la Révolution française, et sur ses conséquences, encore perceptibles aujourd’hui, conséquences subtilement écartées dans le récit de la « Légende Nationale »…..
    Cordialement.

    • berdepas, en réalité, la lecture des Confession donne une idée tout à fait différente de JJR… En tout cas, bravo pour votre article sur Voltaire que je trouve passionnant!
      Maxime

  2. François dit :

    Bonjour Maxime,

    « Les mémoires, récits authentiques, de préférence aux romans […] »
    L’autobiographie est certes un genre qui plaît, mais elle entretient un rapport problématique de l’auteur à la vérité historique et/ou personnelle. Parmi toutes les critiques qui lui sont généralement adressées, on peut citer :
    – les libertés que peut prendre l’auteur avec la véracité des faits (pourquoi mettre en lumière tel détail plutôt qu’un autre?),
    – la sincérité de l’auteur envers lui-même,
    – le but véritable et souvent caché de ce genre est de se justifier (plaidoyer pro domo),
    – enfin, les dangers de l’égotisme ne sont pas bien loin : « Le moi est haïssable » disait avec raison Blaise Pascal.

    Bref, mémoires, confessions, journaux intimes, etc. sont à prendre avec des pincettes, sous peine de se laisser abuser par l’auteur.

  3. michel43 dit :

    ou : VA T »ON, DROIT DANS LE MUR…pars la volonter des irresponsables de tout bords ,qui nous mentent, comme,il respire, et on ruiner notre pays.. Mais les veaux qui votait pour eux, semble,comprendre , que le bateau coule,,. sauve qui peu ,.. donc, hissons les voiles, pour un jours nouveau;,qui semble proche;;LE VENT TOURNE DANS UNE AUTRE DIRECTION;une vague Bleu Blanc Rouge se pointe a l »horizon, la capitaine,tiens la barre de mains ferme, cars les vents de mécontentement populaire ,risque de briser l »UNION DES GAUCHES et autant en emporte le vent des espoirs de la droite, dont,une partie, shouaite, ,tuer le capitaine SARKO., son second, FILLON.. fut muet pendant 5 ANS..,et ne sera jamais ,un meneur d »hommes,, Hissons la voile; vers un avenir meilleurs, pour cela, il va falloir, oser faire des pas,en arriere dans de nombreux,domaines.., se que shouaite,la majorité des FRANCAIS, qui ne se sente,plus chez eux..barre a droite, toute : hissons les voiles vers,un avenir meilleur se ne sera surement,pas facille, cars la coque du bateau FRANCE est vide….

  4. alexandre dit :

    dans al continuité de votre lecture et de mon propos plus bas sur l’optimisme, je nepeux que rajouter cela si vous me le permettez ..

     » Que la trompette du jugement dernier sonne quand elle voudra, je viendrai, ce livre à la main, me présenter devant le souverain juge. Je dirai hautement : « Voilà ce que j’ai fait, ce que j’ai pensé, ce que je fus. J’ai dit le bien et le mal avec la même franchise. Je n’ai rien tu de mauvais, rien ajouté de bon; et s’il m’est arrivé d’employer quelque ornement indifférent, ce n’a jamais été que pour remplir un vide occasionné par mon défaut de mémoire. J’ai pu supposer vrai ce que je savais avoir pu l’être, jamais ce que je savais être faux. Je me suis montré tel que je fus : méprisable et vil quand je l’ai été; bon, généreux, sublime, quand je l’ai été : j’ai dévoilé mon intérieur tel que tu l’as vu toi-même. Être éternel, rassemble autour de moi l’innombrable foule de mes semblables; qu’ils écoutent mes confessions, qu’ils gémissent de mes indignités, qu’ils rougissent de mes misères. Que chacun d’eux découvre à son tour son cœur au pied de ton trône avec la même sincérité, et puis qu’un seul te dise, s’il l’ose : Je fus meilleur que cet homme-là. » » »

    Combien ont encore le loisir de lire, la soif d’apprendre, l’envie de comprendre, la noblesse d’entendre, la modestie de se taire ..? …Nous savons qu’entre le telethon, le machin thon, le sarko thon il ne demeure qu’une seule seule question que peu ose se poser vraiment :
    Où va t’on ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s