Principes de manipulation

images (1)Qui ne ressent pas, au jour le jour, le travail de manipulation de masse à l’oeuvre? Il repose sur quelques principes aisément identifiables, dont six me viennent à l’esprit:

La sur personnalisation, ou l’idolâtrie . De quoi parle-t-on pour l’essentiel: les déboires de M. Hollande et désormais, de M. Valls, le « retour » de M. Sarkozy, ses « cartes postales », la « popularité montante » de M. Juppé, les chikaya de la famille le Pen. Le monde médiatique nous accable de ses commentaires savants – reviendra, reviendra pas – de ses duels et westerns de bas étage, de ses revanches, nous bombarde de sondages et de confidentiels. Et si nous, Français, n’en avions rien à faire? 2017 est encore loin, nous verrons d’ici là pour qui voter en fonction des hommes, de leur crédibilité et de leurs programmes.

La table rase.  Tyrannie de l’oubli, du déni de mémoire: toute information qui remonte au-delà de deux ou trois ans est effacée, considérée comme nulle et non avenue. Tel politicien a eu jadis – une quinzaine d’années auparavant – des comportements personnels scandaleux: peu importe, aujourd’hui, blanc comme neige, il incarne la vertu et la modération. Tel parti, à travers son leader, a tenu jadis des propos immondes, à vomir. Plus rien aujourd’hui, fermez les yeux, une dédiabolisation est intervenue et il ne s’est rien passé du tout. Les bilans des uns, des autres, on n’en parle jamais: toujours repartir à zéro. C’est dommage d’ailleurs car parfois, il n’est pas si mauvais. Mais silence, le passé ne compte pas.

Le bouc émissaire: Jadis, dans les périodes de grand trouble, on s’en prenait à des groupes religieux ou ethniques avec une violence criminelle. La loi l’interdit désormais. Alors, on s’acharne sur des personnes, les parias, têtes de turc de la société médiatique. Le traitement dure en général une semaine, et puis plus rien: Cahuzac, Depardieu, Buisson, Aquilino, etc… Dans ce cas là, tout le monde cogne, lynche, médias de droite, de gauche dans une logique de surenchère. Les amis, surtout les amis politiques, se volatilisent, les plaintes tombent, les plus proches se retournent contre vous et prennent part à la curée. C’est une manière implicite de dire : voici le coupable, et donc, la preuve de mon innocence…

La force de l’émotion: L’émotion est au coeur de la société médiatique. L’image de la détresse et de la souffrance l’emporte sur toute autre prise en compte. La vision des larmes et du sang occulte les considérations de fond, géostratégiques, historiques. La compassion est bien entendu le plus respectable des sentiments. Mais l’emprise de l’émotion n’est pas forcément synonyme de solidarité quand elle se limite à une indignation stérile. Elle peut être source d’actes monstrueux dans leurs conséquences, à l’image d’interventions militaires qui vont engendrer des malheurs en cascade cent fois pires que ceux qui les ont justifiées.

La fuite devant le réel: Ignorer le monde tel qu’il est est une autre constante de la grande manipulation. Un voile pudique tombe en permanence sur la réalité, celle d’une violence quotidienne qui est occultée, de la misère de l’exclusion, des 5 millions de sans emploi, de la galère des jeunes dans leur immense majorité, la situation apocalyptique des collèges de banlieue, des cités et quartiers de non droit qui n’intéressent plus personne… Le déni de la réalité s’accompagne d’une propagande politique axée sur de grandes abstractions mensongères quand on accuse la « mondialisation » ou « le grand capital » de tous les maux par exemple, alors que les échecs et les injustices ne tiennent la plupart du temps qu’à nos renoncements, conservatismes, lâchetés et égoïsmes frileux.

La dictature du mépris : Celui-ci suinte de toutes les pores de la vie moderne, du monde politico-médiatique, repose en permanence sur l’écrasement du bon sens, de l’intelligence. Les pitres médiatiques et autres donneurs de leçons deviennent les nouveaux maîtres penseurs alors que les grands esprits – intellectuels, universitaires – sont réduits à un silence de pierre tombale. Rien n’arrête le mensonge et la perfidie. Voyez comme les politiciens archi battus, renvoyés par l’électorat, honteux, ridiculisés, parviennent à se recaser les uns les autres, avec le sourire de l’innocence en prime, et en toute fraîcheur candide. Les ministères mais surtout l’Europe, son Parlement et sa Commission, ont au moins cet avantage. « Circulez, Messieurs/Dames, y a rien à voir! »

A travers ce constat, je ne réponds pas à la question essentielle: qui tient les ficelles? Où sont les manipulateurs, les marionnettistes? J’avoue ne pas avoir de réponse claire à cette interrogation. Je ne crois pas un instant à l’hypothèse d’un complot planétaire, un lieu de concertation propice au développement d’une manipulation de masse. Il me semble que le mouvement se fait de lui-même, correspondant à une évolution naturelle du monde, de l’air du temps. Il se propage en France à travers le cercle étroit d’une dizaine de milliers de leaders des grands médias et sociétés qui en ont le contrôle, des principaux partis politiques, du monde associatif, unis dans leur manière de sentir les choses, d’imprimer leur marque et de conforter leurs misérables rentes de situation. Nos armes de résistance à l’air du temps sont de deux ordres: d’une part la réflexion, la pensée, la lecture, repères dans le brouillard quotidien; d’autre part le suffrage universel, en temps voulu…

Maxime TANDONNET

 

 

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Principes de manipulation

  1. Frederic_N dit :

    @berdepas. Je ne parlai pas des énarques – car l’ENA est une école professionnelle. Je parlais du couple intellectuels/ medias . C’est eux qui ont donné le « la » du politiquement correct, comme le démontre encore la querelle autour de M Gauchet
    Quand au libéralisme, je voudrais insister sur un point : Le libéralisme français a échoué, car ce n’est pas une pensée autonome. Depuis Bastiat c’est une pensée d’opposition, une pensée anticommuniste avant la lettre. Or quand on est anti » quelque chose » on est un zélateur inconscient de ce « quelque chose » sans lequel on ne peut exister . On est sous influence: c’est la leçon de Hegel
    Le libéralisme est anglo saxon ou allemand. C’est lui qu’il faut s’approprier et vous verrez cela ira tout de suite mieux

  2. pilou dit :

    Merci pour toutes ces éclairages. J’oserais un peu anectodiquement dire que la « base » peut aussi signer des pétitions comme celle qui circule actuellement sur http://www.change.org: « Monsieur le Président de la République: D’interdire à l’écrivain Bernard Henry Lévy de parler au nom du peuple de la France »

  3. espritlibre dit :

    Qui tire les ficelles? Nous ne levons jamais la tête, difficile de voir le marionnettiste dans ces conditions. Nous ne pouvons ou ne voulons pas voir la réalité et quand, par surprise elle nous saute à la figure, nous sommes bien dressés à en nier l’évidence. Pourquoi? S »agit-il d’une contrainte ou d’un état de servitude volontaire? La réponse n’est pas aisée, mais j’engage chacun à suivre vos judicieux conseils : « Nos armes de résistance à l’air du temps sont de deux ordres: d’une part la réflexion, la pensée, la lecture, repères dans le brouillard quotidien; d’autre part le suffrage universel, en temps voulu… », pour faire mentir les paroles d’une chanson « L’homme ne descend pas du singe, il descend plutôt du mouton » (D. SAEZ). Pour ma part, je suis entré en résistance depuis quelques temps déjà et je vous assure que je ne suis ni aigri ni paumé mais en pleine forme (non ce n’est pas de la propagande publicitaire, chacun pense et fait ce qu’il veut après tout). Point 1, le plus important, protéger son cerveau du grand lessivage et n’en laisser aucune minute de temps disponible aux « génies » de la propagande, donc plus de télévision depuis 13 ans. Point 2, réhabituer son esprit aux saines nourritures : sur internet quantité de sites permettent de se ré-informer (http://www.fdesouche.com/, radio-courtoisie, http://www.realpolitik.tv/,…). Point 3, mettre en perspective : s’intéresser à l’histoire, notamment de notre beau pays, lire (j’ai profité de mes vacances pour … bronzer et relire « 1984 » et « Le meilleur des mondes », tout ou presque s’y trouve). Point 4, militer en finançant les mouvements, partis, associations amis (remercions l’Etat de sa généreuse contribution à l’oeuvre de reconquête). Point 5, agir, pour moi c’est La manif pour tous LMPT, combat éclatant pour ses valeurs de la partie du peuple que l’on n’entend jamais.
    En un mot, combattre partout et tout le temps l’idéologie dominante, à la caisse du supermarché comme à son boulot ou sur les forums internet. Ce blog est un excellent exemple par la qualité de sa réflexion (merci Maxime Tandonnet !) des armes à notre disposition. Un seul mot d’ordre donc, quelque part entre « ouvrir sa g… » et « je ne recule plus »

  4. bof dit :

     » Il me semble que le mouvement se fait de lui-même, correspondant à une évolution naturelle du monde, de l’air du temps. »
    Vous avez raison,
    Mais l’évolution a commencé depuis longtemps.
    Si vous avez plus de quatre vingt ans vous vous souvenez qu’au temps de la radio et de quelques journaux ces mécanismes étaient déja en place. Les sujets n’étaient pas exactement les mêmes. Les techniques que vous identifiez étaient utilisées

    « d’autre part le suffrage universel, en temps voulu… »
    Là vous êtes optimiste.
    Si vous voyez un parti, des programmes radicalement nouveaux, des personnalités différentes parmi les partis de gouvernement et ceux qui aspirent à l’être, n’hésitez à dire qui et pourquoi. Parce que dans ce domaine l’obscurité est totale. L’époque n’est pas assez dramatique pour voir poindre un homme providentiel.
    N’oublions pas que le diable est dans les détails et la preuve du pudding c’est quand on le mange.

  5. berdepas dit :

    Hélas, tout cela est malheureusement vrai. Fort heureusement il existe encore des esprits assez lucides et courageux pour dénoncer ce « système ». Orwell n’en croirait pas ses oreilles: ses prédictions se réalisent, au-delà de ses espérances.
    Frédéric nous donne une bonne piste pour expliquer les dérives de ce système basé sur une oligarchie d’Enarques et plus généralement d’élites, entièrement formées sur le même modèle et avec les mêmes références intellectuelles. Mais la Droite française qui sort des mêmes écoles qui a fréquenté dans les promotions de Sciences-Po les « ténors » de la Gauche, est entièrement vérolée par le « système ». C’est l’une des raisons pour lesquelles il n’existe pas, en France, un fort courant politique de Droite libérale: les rares tentatives pour tenter de faire émerger un courant libéral ont été des échecs: rappelez-vous la tentative d’Alain Madelin, rapidement étouffée dans l’oeuf. C’était alors Juppé qui était aux commandes, si je ne me trompe pas…

  6. François dit :

    Le relativisme érigé en dogme absolu (on n’est plus à une contradiction près !) explique également cette manipulation des masses. Une fois que vous avez convaincu vos concitoyens que toutes les cultures se valent, que la morale est purement contingente, etc., vous avez le champ totalement libre.

    Comment en est-on arrivé là ? C’est assez simple, même si le processus est relativement long. Il vous suffit de transformer l’éducation nationale en une entreprise de décérébration. Quand vous produisez des quasi illettrés et des ignares, vous êtes normalement assuré que vos futurs électeurs se prononceront à partir ou à cause des principes que vous dénoncez dans votre billet.

    Le seul hic, c’est que la réalité a du mal à disparaître. Même en l’édulcorant au maximum, vous avez beaucoup de mal à faire avaler aux Français que « tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles ». Eux vivent dans la « vraie vie », pas dans un appartement de luxe du XVI°. À eux l’insécurité, le chômage, les tracasseries de l’administration : Youpi !

    Comme vous, je ne crois pas aux théories du complot. Cependant, je crois à l’action des lobbies, au conformisme, aux idiots utiles, etc.

  7. Frederic_N dit :

    Nul n’a la réponse, à part Thimotée sur le plan de l’humour
    Par contre des éléments de réponse il y en a. Les journalistes reproduisent leur formation de journalistes ( les sciences po, les facs de communication , l’EHESS). Ils se renseignent auprès de leurs collègues de promo qui sont les assistants du monde politique
    Tout cela est un petit monde qui se renvoie la balle, non pas par clientélisme conscient, mais parce qu’ils partagent la même vision du monde. Et cette vision du monde est in fine assez simple : un mélange de Foucault, de Bourdieu et de Lyotard pour faire « moderne »
    Dans ce mélange, beaucoup de brillants, des intuitions qui se défendent. Mais avant tout la réhabilitation des sophistes. Pour ces gens là ,que l’on a porté aux nues, il n’y a plus de vérité, il n’y a pas d’objectivité, pas de valeur à défendre. Chacun a sa vision du monde incommunicable, c’est le « différend ». Il n’y a que des jeux de pouvoir qui expliquent les croyances des uns et des autres. C’est ce que Bourdieu et Weber appellent ‘la domination ». Et comme ils y croient ils l’appliquent au monde intellectuel
    Comment voulez- vous résister quand vous êtes journaliste , et que tous vos collègues pensent comme cela, y compris le rédacteur en chef ? Vous vous alignez ( je connais des chercheurs réputés du CNRS qui se taisent consciemment car ils seront grillés s’ils ne pensent pas dans cette norme). Ainsi , si on ne descend plus M le Pen, ce n’est pas parce qu’on pense qu’elle n’est pas d’extrême droite – ce qui pourrait se défendre – mais que l’on sent confusément un rapport de force idéologique face auquel on s’incline ..
    Je sais qu’il ne faut pas le dire mais cela fonctionnait comme cela au Parti Communiste

    Cela durera tant que des contre-poids ne seront pas construits. C’est à dire un espace de discussion re-normalisé … le fait que votre blog ait du succès est le signe qu’il y a un besoin

    Mais grands Dieux que la Droite politique manque à tous ses devoirs d’avoir laissé faire !!!!

  8. Cher M. Tandonnet,

    Vous vous demandez qui tirent les ficelles. Et bien, en vous lisant, la réponse semble évidente. Le point commun de toutes vos remarques réside dans le mensonge, dans le règne du mensonge et du faux-semblant. Or qui en est le prince? Qui est le prince du mensonge? Satan bien sûr.

    Le cardinal Ratzinger a écrit dans un de ses livres interview que plus on montait dans les sphères du pouvoir, plus on sentait la présence de Satan. Il faut que je retrouve la citation exacte mais je ne crois pas trahir sa pensée.

    Un peu de culture : écoutez le grand air de Méphisto dans le Faust de Gounod par R. Raimondi : « Et Satan conduit le bal. Et Satan conduit le bal, conduit le bal! »

  9. Cyril45 dit :

    Un exemple indirect de cet état de fait peut être celui des commentaires de certains sportifs. Comme dans ce sport donné comme le plus universel et dont on nous a rabattu les oreilles de mi-juin à mi-juillet. Ainsi d’une phrase du genre : « On a perdu parce que les autres étaient plus fort. » Et je n’ai même pas l’impression de caricaturer.

  10. michel43 dit :

    BRAVE Maxime …..un SAINT… surement, tout cela est la réalité, depuis des sciécles, Mort, on vous oublie, de votre vivant, on vous baise les mains , les faux culs, n »on honte de rien, voyez l »entourage de SARKOZY ,lorsque, qu »il était président, le premier cercle, lui cirait les pompes, et baisait la téte, au lieu de l »affronter, les yeux,dans les yeux, PAS VRAIS M.FILLON? le, grand foutoir est VENU de cette EUROPE MERDIQUE .. notre pays,n »était pas armer,pour lutter contre la concurence, le Mulet FRANCE était trop charger,de Taxes, Impots, de charges,de réglementation, idiote? comme les politiciens ne connaisse pas le monde de l »emtreprise, de la concurence, c »est irresponsables ,on envoyer la FRANCE ,droit dans le mur, et ensuite, c »est pantins, on approuver,la Mondialisation, qui a profiter,uniquement a c »est multinationalles,qui on comme PATRIE : l »ARGENT…on ferme la production chez NOUS et on importe, des produits a tres bas cout.., Quand la Chine, Inde et les autres,se REVEILLE…c »est .grace a c »est gens qui ,eux;;;ON COMPRIS ou était leurs intérets, l »argent n »a pas d »odeur et de patrie,VOYONS plutot l »Avenir UN grand pas,en ARRIERE, dans de nombreux domaines, Nombreux sont les responsables,de la droite, qui ose regarder, la FRANCE du Milieu et dans BAS, qui ne se sente,PLUS chez eux…voyez les faux culs de CHIOTTI ESTROSI et autres; sur l »immigration; le SOCIAL; souvenez vous ST MAXIME…lorsque j »écrivais,il y a longtemps, a MENTON,a l »ancienne Frontiere,assis ,devant le CAFE LE.NARVAL des étrangers venu d »italie, passe,tranquillement, pars groupes; Résultat dans les URNES. le FN fait des scores incroyable, les irresponsables de la droite Molle,qui on amener HOLLANDE au pouvoir , fermait les yeux, CHUT CHUT pas de vague, on ne doit pas dire,que c »est dans le programme de LA -LE PEN? se temps LA..est bien FINIE….Mais,le plus dur est a VENIR….j »attend, tranquillement,la FIN de la guerre interne a l »UMP en déroute ,FRERE MAXIME…comme MOI……vous ne voyez Rien venir a DROITE….. a part le faite que LA MARINE sera incontournable dans le FUTUR…..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s