L’ère du vide

sans-titreQu’il y a t-il de plus propice à la lecture qu’un mois d’août sous la pluie, pas seulement une pluie d’orage, mais une pluie froide, tenace, continue, une pluie d’automne avant l’heure? Certains livres vous marquent pour la vie, et parmi ceux-là, un chef d’oeuvre prophétique aujourd’hui plus ou moins oublié: « L’ère du vide« , écrit en 1983 par Gilles Lipovetski (Gallimard). Plutôt qu’un résumé, j’en citerai trois passages particulièrement significatifs:

– « A l’âge post moderne, une valeur cardinale perdure, intangible, indiscutée au travers de ses manifestations multiples: l’individu et son droit toujours plus proclamé de s’accomplir à part, d’être libre à mesure même que les techniques de contrôle social déploient des dispositifs plus sophistiqués et humains. »

– « Le narcissisme est indissociable de cette tendance historique au transfert émotionnel: égalisation-abaissement des hiérarchies suprêmes, hypertrophie de l’ego, tout cela à coup sûr peut-être plus ou moins prononcé selon les circonstances, mais à la longue, le mouvement semble bien irréversible… »

– « A-t-on jamais autant organisé, édifié, accumulé, et simultanément, a-t-on jamais été autant hanté par la passion du rien, de la table rase, de l’extermination totale? En ces temps où les formes d’anéantissement prennent des dimensions planétaires, le désert, fin et moyen de la civilisation, désigne cette figure tragique que la modernité substitue à la réflexion métaphysique sur le néant ».

Il faut avoir lu ce livre pour comprendre l’époque.imagesIY0YILVW

Maxime TANDONNET

 

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour L’ère du vide

  1. Ping : Contre-Regards, » L’ère du vide !

  2. Freddie dit :

    Je ne connais pas cet auteur, mais ce que vous en dites (ne sautez pas au plafond !) me fait penser à la description que pourrait faire un astrologue cultivé du passage de l’ère des Poissons (sens du collectif) avec son pendant la Vierge, à l’ère du Verseau (technologie) avec son pendant le signe du Lion (signe solaire avec symbolique individualiste, le soleil y étant dominant, et avec sans doute l’exagération idéologique symbolisée par Neptune en exaltation).Je connais un peu cette symbolique et je ne peux qu’y penser en lisant votre billet. Je ne dis pas que ce philosophe tire ses idées d’un manuel d’astrologie (je n’oserais pas) mais il constate curieusement un peu la même chose que les astrologues… étrange, non ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s