Le putsch des vénérables

imagesA chaque jour sa nouvelle pitrerie. Aujourd’hui, pour redresser l’opposition démocratique on nous sert un triumvirat d’un nouveau genre, composé de trois anciens premiers ministres qui ont brillamment réussi dans leur mission: désastre de la dissolution et de l’échec aux législative en 1997, référendum perdu en 2005 et échec électoral de 2012. A quoi cela ressemble-t-il? Au Consulat sans Bonaparte? Aux Pieds Nickelés? Aux trois Mousquetaires? Ah non, ils étaient quatre! Les « généraux » aussi d’ailleurs! Alors, pourquoi pas rajouter MAM et le tableau sera complet! Quel pays étrange où de crise en crise, de déception en déception, de décennie en décennie, on ne peut rien faire d’autre que de ressortir les mêmes bras cassés, politiciens au rancard, retraités, les mêmes nullards conformistes, sans la moindre audace et sans imagination. Et c’est avec pareille  brochette de haut niveau que l’on repart au combat? Grotesque, pitoyable! Avec cet attelage, les frères jumeaux du déclin, PS et FN, ont encore de beaux jours devant eux! Mais que croyez-vous de la relève? S’il y avait trois ou quatre jeunes ou moins jeunes espoirs politiques chez les républicains modérés, avec un minimum d’intelligence, de dignité et de courage, ils feraient scission de l’UMP, créeraient leur propre parti, avec des idées nouvelles, des projets neufs, des têtes différentes! Bien sûr qu’ils ne le feront pas! Des fois qu’ils perdraient l’investiture UMP et ne seraient pas réélus en 2017! Mon Dieu quel horreur cette politique française qui, où que l’on regarde, se vautre désormais dans le ridicule!

Maxime TANDONNET

 

 

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

61 commentaires pour Le putsch des vénérables

  1. Koufra dit :

    Napoléon Bonaparte disait à propos de la campagne d’Italie qu’il valait mieux un mauvais général que deux bons…

    Par contre, il n’a pas dit ce qu’il fallait faire d’une brochette de 3 mauvais …

  2. Guy dit :

    Le choix de l’image n’est pas bon, ces hommes la sont dignes de respect. D’accord avec le reste.

  3. Cher M. Tandonnet,

    Hier soir, j’ai écouté des extraits de l’extraordinaire discours de 1992 de Philippe Séguin sur le Traité de Maastricht et sur l’irrecevabilité des modifications constitutionnelles que celui-ci exigeait.

    Quel homme, quel orateur, quelle intelligence supérieure, quel prophète!
    Comment un tel homme a-t-il pu être marginalisé au sein du RPR et finalement ignoré par les Français? L’évolution du RPR et de l’UMP n’a rien d’étonnant car en méprisant de tels hommes, c’est la médiocrité qui ne pouvait que s’imposer.

    Il est évident que si le RPR avait suivi Séguin, je n’aurais pas voté FN dimanche dernier.

    Qu’avons-nous aujourd’hui à la tête de l’UMP un faux-cul, un prétentieux et un inutile, à vous de deviner qui est qui. Trois Premiers Ministres, trois fossoyeurs de la France.
    Quelle avancée! L’UMP est morte et cette fausse droite avec elle. Il est pour moi désormais impossible de voter pour quiconque porterait cette étiquette.

    Je reproduit un extrait de cet incroyable discours qui pourra servir encore aujourd’hui à ouvrir les yeux des euro-béats :

    « Voilà trente-cinq ans que toute une oligarchie d’experts, de juges, de fonctionnaires, de gouvernants prend, au nom des peuples, sans en avoir reçu mandat des décisions dont une formidable conspiration du silence dissimule les enjeux et minimise lei conséquences. Que l’on m’entende bien : je ne viens ici donner de leçon à personne ; mais que l’on veuille bien, en retour, respecter ma propre démarche ! Je me serais d’ailleurs bien passé d’être là. Il eût mieux valu, à l’évidence, que des voix plus fortes que la mienne engagent le combat.
    Elles ne l’ont pas souhaité, je me garderai de les juger. Je me contente de faire et d’assumer un autre choix. Ce n’est pas si facile.
    A la décharge des absents, je reconnais bien volontiers que le conformisme ambiant, pour ne pas dire le véritable terrorisme intellectuel qui règne aujourd’hui, disqualifie par avance quiconque n’adhère pas à la nouvelle croyance, et l’expose littéralement à l’invective. Qui veut se démarquer du culte fédéral est aussitôt tenu par les faiseurs d’opinion (…) au mieux pour un contempteur de la modernité, un nostalgique ou un primaire, au pire pour un nationaliste for­cené tout prêt à renvoyer l’Europe aux vieux démons qui ont si souvent fait son malheur.

    Mais il est des moments où ce qui est en cause est tellement important que tout doit s’effacer. Et je ne parle pas ici au nom d’une France contre l’autre, car dès lors qu’il s’agit de la France, de la République et de la démocratie, il ne peut plus être question de la droite et de la gauche, l’enjeu, au. delà des partis, des clivages les plus naturels, des oppositions les plus légitimes, des querelles les plus anciennes, n’est rien de moins que notre communauté de destin. Et cette communauté de destin est gravement mise en péril par les accords, alors que ceux-ci ne sont ni la condition de la prospérité, ni la condition de la paix, Dans le monde tel qu’il est, l’idéal comme le réalisme commandaient de faire prévaloir une tout autre conception de l’Europe, voilà ce que je voudrais maintenant développer devant vous.
    Monsieur le président, madame, messieurs les ministres, mes chers collègues, que l’on ne s’y trompe pas la logique du processus de l’engrenage économique et politique mis au point à Maastricht est celle d’un fédéralisme au rabais fonda­mentalement anti-démocratique, faussement libéral et résolument technocratique, L’Europe qu’on nous propose n’est ni libre, ni juste, ni efficace. Elle enterre la conception de la souveraineté nationale et les grands principes issus de la Révolution : 1992 est littéralement l’anti-1789. Beau cadeau d’anniversaire que lui font, pour ses 200 ans, les pharisiens de cette République qu’ils encensent dans leurs discours et risquent de ruiner par leurs actes! »

  4. michel43 dit :

    JP RAFFARIN nous envoie sa lettre : Sauver l »UMP ? en revenant la parole aux militants ? le rassemblement de la droite et du CENTRE pour faire face au FN ? l’affaire n’est sortie ,qu’après les élections Européennes ,Fallait pas l’ébruité…les vieux de la vieille, on toujours échouer, comme les dirigeants de gauche..UMP..PS sont incapable de redresser ce PAYS ? cars ,il faut couper les branches mortes, je l’écrit depuis longtemps, c’est gens oublie le peuple de FRANCE.,et font tout pour le détruire, en accueillant, toute la misère du Monde, au détriment des nôtres? seul, la droite national peu, obliger l »UMP..PS a revenir en arrière , les affaires d’argent, il y en A..dans tout les partis politiques, sans aucune exceptions. Le plus dur,est a venir..cars SEUL..le FN a des solutions pour couper les pompes aspirantes de notre pays. Comme le ferait, tout chef d’entreprises, désormais, pour diriger, notre pays, le recours au REFERENDUM sera obligatoire, cars dans un pays, socialo–communistes comme le notre, l’État est paralyser ,verrouiller de l’intérieur pars ceux qui nous impose leurs dictat, depuis DE GAULLE ,les clans, des hauts fonctionnaires, ceux de la fonctions publics, des syndicats ,qui on toujours fait peur,a la droite Molle,et le puissant syndicats, Magouilleur de M.GATTAZ , RETOUR a la proportionnelle de Mitterrand; et vote obligatoire.. Mais pas des ETRANGERS vu que chez nous, grâce a la double-Nationalité, , un pied dedans, un autre dehors ? ON voie le résultat,,,suite des affaires…Bientôt

  5. Bretagne Réunie
    BRETAGNE REUNIE a saisi l’Europe pour qu’elle interpelle Messieurs Hollande et Valls sur le dossier de la Réunification !

    Bretagne Réunie a envoyé, aujourd’hui, un courrier à Monsieur José Manuel BARROSO Président de la Commission Européenne, et ce, pour le prévenir que Messieurs Hollande et Valls, allait probablement ne pas réunifier la Bretagne, mais au contraire et surtout, noyer cette région et son identité dans un Grand Ouest, par le biais d’une fusion BRETAGNE / PAYS DE LOIRE.

    Monsieur le Président,
    Pour faire suite à notre précédent courrier du 23 janvier 2014 – dont nous attendons toujours la confirmation de réception – nos craintes sur la volonté de l’État français de faire disparaitre la Bretagne sont de plus en plus fondées.
    Le nouveau Premier ministre français, Monsieur Manuel VALLS, lors de son discours d’investiture devant l’Assemblée nationale le 8 avril dernier, a confirmé sa volonté de réduire le nombre des régions françaises de moitié, et donc d’en réduire le nombre de 22 à 11.
    Pour ce faire, il propose la fusion des régions sur une base volontariste durant l’année 2014, et à défaut, à partir de 2015, il fera imposer le redécoupage régional par la loi.
    Le nouveau dispositif final devra être mis en place pour le 1er janvier 2017.
    Cette nouvelle réforme territoriale, imposée par le pouvoir central jacobin, ne s’embarrasse d’aucune prise en compte de la volonté des populations, ni même de l’existence de minorités nationales établies depuis des siècles sur des territoires précis, puis qu’aucun référendum n’est envisagé pour valider les fusions.
    La Bretagne pourrait fusionner avec les Pays de la Loire, et peut-être avec la région Poitou-Charentes, pour former une région « Grand Ouest ».
    Elle pourrait aussi fusionner avec une partie de la Normandie. Voir le site http://www.ouest-france.fr/la-grande-region-ouest-dejacques-auxiette-2114404
    Le département de la Loire-Atlantique, département breton séparé du reste de la Bretagne par un décret n° 2727 du 30 juin 1941, a intégré sans aucune consultation populaire la « région Loire » devenue « Pays de la Loire », et l’État français a toujours refusé d’évoquer la réunification administrative de la Bretagne, malgré les voeux votés dans ce sens par nombre d’instances locales et malgré les nombreux sondages positif effectués pour la Réunification .
    Il va sans dire que toutes les fusions de régions annoncées sont présentées comme une mise aux normes européennes et répondent soi-disant aux exigences de l’Union européenne ?
    Il y aurait-il une taille européenne pour les régions ?
    La régionalisation proposée par le nouveau gouvernement est tout simplement un génocide culturel à l’échelle d’un pays, et s’apparente plus à une volonté d’éradication des identités fortes par la fusion de collectivités territoriales. Évidemment la création de ces nouvelles « méga régions » sera ruineuse en budget communication pour les imposer aux populations, à l’image de ce que dépensent déjà les « Pays de la Loire » pour manifester son existence.

    Parce que la Bretagne est une minorité nationale européenne, elle ne peut purement et simplement disparaitre !
    Nous souhaitons que la Commission européenne ouvre le dialogue avec l’État français pour qu’il prenne en compte, dans sa réforme territoriale, l’existence de la
    minorité nationale bretonne sur son territoire ancestral formé des cinq départements, à savoir :
    Le Finistère, Les Côtes-d’Armor, L’ Ille-et-Vilaine, La Loire-Atlantique et le Morbihan, et lui rappelle ses obligations dans ce domaine.
    Cette volonté de réunification administrative de la Bretagne vient d’être rappelée par le vote du Conseil régional de Bretagne le 17 avril 2014.
    Le Parlement européen vient de voter une « Résolution P7_TA (2014) 0173 » le 27 février 2014 sur les Droits fondamentaux dans l’Union européenne (2012).
    Les paragraphes 56 et 57 sont clairs et précis sur les obligations des États membres vis-à-vis de leurs propres minorités nationales. La Commission a reçu mission d’établir une norme pour la protection des minorités nationales, y compris les minorités autochtones traditionnelles, ethniques et linguistiques, compte tenu qu’elles représentent plus de 10 % de l’ensemble de la population européenne, afin d’éviter les inégalités de traitement entre les pays candidats à l’adhésion et
    les États membres de l’Union.
    Le Parlement européen a souligné, dans le même article, la nécessité de mettre en place un système de protection complet à l’échelle de l’Union européenne pour les minorités nationales traditionnelles, les groupes linguistiques régionaux et les régions constitutionnelles, assorti d’un mécanisme de suivi fonctionnel, à l’exemple du cadre européen pour les stratégies nationales d’intégration des Roms.
    Fort de cette nouvelle Résolution du Parlement européen, de la Charte des Droits
    fondamentaux et des valeurs fondamentales de l’Union européenne, la Commission
    européenne ne peut faire l’impasse de la menace qui pèse sur la Bretagne.
    La Commission doit intervenir auprès de l’État français pour lui rappeler, que dans le cadre de sa réforme territoriale, seule la réunification administrative de la Bretagne est compatible avec le droit et les normes internationales, le droit communautaire et les nombreux engagements internationaux signés par la France.
    Si le projet de l’État français n’est pas amendé dans le sens des valeurs défendues par l’Union européenne, alors la France s’écartera un peu plus du modèle européen, et continuera d’être un obstacle à la construction européenne dans le domaine des droits de l’Homme.
    Il nous semble important de signaler que les Bretonnes et les Bretons ont participé activement à la construction européenne, en votant à 60 % pour le Traité de Maastricht et à 51 % pour la future constitution de l’Union européenne en mai 2005. À ce titre, ils méritent la considération de la Commission européenne.
    Nous jugeons les tractations entre les présidents de régions françaises pour fusionner leurs territoires comme un traitement dégradant vis-à-vis de nos identités, histoires, cultures et territoires.
    L’absence de prise en considération de l’existence de la minorité nationale
    bretonne est contraire aux valeurs promues et défendues par l’Union européenne – et ne sont pas sans rappeler l’affaire Tyrer 1978/33 de la Cour européenne des droits de l’homme, où le requérant est traité comme un objet aux mains de la puissance publique.
    Sans doute la Bretagne, en France, est-elle la seule entité historique et culturelle qui corresponde le mieux à la notion de minorité nationale, telle que définie à plusieurs reprises par le Parlement européen.
    Nous n’ignorons pas que la désignation des minorités nationales appartient au domaine réservé de chaque État membre, mais dans le cas présent, compte tenu de l’urgence et du timing utilisé par l’État français – qui profite de l’immobilisation des institutions européennes avant les élections européennes pour accélérer ses changements, il nous semble que nous sommes en présence d’un cas de violation grave et persistant des dispositions de l’article 2 du Traité d’Union européenne, car visiblement l’État français ne partage pas les valeurs communes aux États membres.
    Au surplus, la compétence de la Commission peut être retenue car les Institutions
    européennes seront sollicitées pour le financement de politiques régionales sur des territoires qui violent les droits des personnes appartenant à des minorités nationales, et par voie de conséquence, ses financements seront caducs car contraires aux dispositions des articles 21 et 22 de la Charte des droits fondamentaux.
    L’article 4 du Traité sur le Fonctionnement de l’Union européenne peut également être évoqué car l’espace de sécurité, de liberté et de justice est partagé entre les États membres et l’Union et la non-prise en considération de l’existence de minorités nationales par l’État français lors de sa réforme territoriale va considérablement réduire les droits des Bretons, instituant de fait une citoyenneté européenne à deux niveaux par rapports aux autres peuples minoritaires européens.
    Nous sommes désolés de faire appel à votre aide une nouvelle fois, mais l’absence de communication de l’État français avec la société civile, écartée de tous les débats dans le cadre de la réforme territoriale – plus la volonté de faire disparaître la minorité nationale bretonne – nécessite une intervention de la Commission européenne.
    Ce faisant elle donnera un signal fort auprès des citoyens dans sa volonté d’être à leur écoute.
    Espérant que vous donnerez une suite à notre sollicitation, veuillez recevoir, Monsieur le Président, nos sincères et respectueuses salutations européennes, françaises et bretonnes.

    Pour Bretagne Réunie
    Jean-Pierre LEVESQUE
    Paul LORET

  6. Duff dit :

    oups… J’ai mal à ma conjugaison sur mon dernier post! De plus je voulais signaler que Juppé avait été réélu triomphalement à Bordeaux tandis qu’en 2012, le candidat Hollande avait fait un score équivalent tout aussi probant!. De quoi réfléchir.

    Merci de corriger ou de publier cet « erratum ».

    Cdlt

  7. Duff dit :

    Bonjour à tous,

    Un triumvirat en France : C’est parfait! En France et historiquement ça se termine par 2 morts.

    Si l’UMP tient et reste debout à un congrès en fin d’année pourquoi pas… Mais l’analyse de Juppé de se rapprocher du centre le conduira à finir par se voir offrir sa carte du parti socialiste…

    Juppé c’est qui c’est quoi? Dans une ville qui a voté à 60% et élu Juppé sur le même score voire plus à sa tête, est-ce quelqu’un qui peut endiguer un FN qui est en tête des départements ruraux ou des communes loin d’une grande ville?

    La seule vérité crue de dimanche dernier c’est qu’il faut en revenir à deux formation politiques du centre et de la droite. La disparition du RPR dont Chirac a vidé la substance initiale offre un boulevard au FN qui avec un programme fourre-tout socialiste et souverainiste ramasse tous les laissés pour compte.

    L’UMP devrait faire place à un large parti conservateur réceptacle de toutes les idées de droite qui laisserait le FN nu sur son socle détestable à peine aidé par quelques paumés. C’était le cas en 2007.

    Ce soir je me dis que la bêtise de l’analyse des dirigeants de l’UMP qui finissent par donner raison à Zemmour qui note depuis longtemps qu’il y a plus d’hommes politiques au centre que d’électeurs, et pire encore, que Marine Le Pen n’est plus qu’à un tour de l’Elysée. Reste à savoir face à quel tocard. Bravo.

    Cordialement

  8. fleur dit :

    Malheureusement je ne vois pas bien qui va voter pour ce « nouvel » UMP chiraquien, à part des abonnés au Figaro âgés de plus de 80 ans, peut-être? Il faut vraiment être drogué d’antidépresseurs jusqu’aux yeux pour voter pour ces gens-là.
    Je ne peux pas voter pour ce « nouvel » UMP qui n’est qu’un PS retardé de 4-5 ans, parce qu’il finit toujours par accepter les décisions « progressistes » du PS en opposition avec tout ce qu’aiment les français, alors même que l’ensemble de la droite a atteint au total, presque 60% des suffrages…
    Je ne suis pas sûre que les français vont tenir encore 3 ans.

  9. Timothée dit :

    « les frères jumeaux du déclin, PS et FN »
    Putain mais fermez-la, quelqu’un qui a travaillé pour un de ceux qui a précipité le déclin de la France devrait se taire. mais quand l’élite pourrie à laquelle vous appartenez se remettra-t-elle en question et sera-t-elle un minimum humble

  10. Annick dit :

    Bonjour Maxime,

    Peinée que vous choisissiez l’image des généraux -Challe, Salan, Jouhaud et Zeller – tous anciens résistants, gaullistes, -hé oui !- chefs d’état-major des armées, de grands soldats qui portaient la France bien au dessus que ne le font tous ces politicards. De Gaulle les avait privés de leur victoire, faisant de leur combat gagné en Algérie un Dien Bien Phu diplomatique et leur retirant même leur honneur de la parole donnée à toutes les populations de ma terre natale. Ils n’ont pas accepté cette trahison. Il est grand temps de remettre l’histoire à l’endroit et de cesser de la tordre au service d’idéologies mal placées.
    Devrais-je vous rappeler que l’Algérie faisait partie intégrante de la France et que cette intégrité a été bafouée par De Gaulle, qui bafouait aussi en même temps notre Constitution avec en plus , cerise sur le gâteau, l’éviction des Européens d’Algérie du vote sur l’autodétermination.
    Les généraux étaient des hommes d’honneur, ils ont sacrifié leurs carrières sans calcul, et leur putsch était le cri de désespérance d’une population abandonnée, sacrifiée, trahie par la volonté d’un seul homme.
    Je vous en prie, Maxime, pas d’amalgame avec ces politiciens véreux qui ne pensent qu’à se placer politiquement.

    Pour le reste, l’UMP est morte pour moi depuis longtemps. Notre système est pourri et, si je crois pas un instant à l’homme providentiel (et pour cause !) j’espère que nous arriverons à une démocratie participative. C’est le seul moyen à présent de nous en sortir.

    Bien à vous,

    • Excusez moi chère Annick, je n’ai pas pu résister à ce rapprochement historique autour de l’idée de putsch, qui relève en effet de l’amalgame!
      Maxime

  11. Florence dit :

    Monsieur Tandonnet,
    je partage votre désespoir. Le triumvirat Juppé Fillon Raffarin m’a fait le même effet qu’à vous.

    Je suis aussi d’accord avec vous sur le renouvellement politique et en désaccord total avec Frédéric-N bien que je comprenne son argument.
    La France ne peut pas se permettre à mes yeux de se contenter de la solution du moins pire. Cela fait trop de temps que l’on en contente avec le résultat que l’on connaît.

    Juppé Fillon et Raffarin vont continuer de verrouiller l’UMP et de se tirer dans les pattes pour satisfaire leurs ambitions personnelles. Ce sont des hommes du passé et la France est en train de crever faute de projection dans le futur.

    Un parti verrouillé est un parti mort. Guaino et Wauquiez ont tenté de libérer la parole et la pensée. Avec ces trois là, on a compris que la pensée serait de nouveau verrouillée, donc morte.

    Juppé Fillon Raffarin sont les trois croque-morts de l’UMP. Ils portent bien l’habit, ils rassurent les personnes âgées qui les connaissent depuis longtemps et qui ont peur de l’avenir. Ils n’en sont pas moins qu’un trio de croque-morts.

  12. Charlie dit :

    Pourtant ils ont les mêmes idées que vous : ce sont sociologiquement des petits notables et des petits bourgeois apeurés qui sont centristes, libéraux, « euro »-mondialistes et qui ont une personnalité aussi fade, ectoplasmique et effacée que la vôtre.

    Comme tous les centristes qui se caractérisent par leur vacuité intellectuelle et doctrinale et leur conformisme, ils se rallient toujours aux idées et aux forces dominantes du moment, qui sont dans l’air du temps : Schuman, c’était Vichy puis les Américains ;
    aujourd’hui c’est les intérêts des grands groupes industriels et financiers mondiaux qui jamais rassasiés plaident en faveur de toujours plus de destruction du droit du travail, d’abaissement des salaires et du SMIC, d’importation d’immigrés et de disparition des dernières frontières et barrières douanières ; logique à laquelle Tandonnet et ses petits copains centristes se sont bien évidemment résignés et s’évertuent tels Sisyphe à satisfaire, ils ne se sont même pas posé la question, ça ne leur vient pas à l’idée de remettre en cause cette tournure des affaires et le consensus économique dit de Washington qui gouverne en Occident depuis les années 80 où il est né et s’est imposé, et qui a pour but de créer un chômage massif dans tout le monde développé, de manière totalement voulue et délibérée.

    De quoi vous plaignez-vous alors avec ce triumvirat ? Vous devriez être content. Vivement qu’un Poutine européen émerge et balaye tous ces cloportes vendus aux intérêts privés.

    • Charlie, « petits bourgeois apeurés », « Vichy », « personnalité fade et ectoplasmique », « les Américains », « euro-mondialistes », « cloportes »,etc. Je ne sais pas si vous êtes l’archétype du sympathisant moyen du fn, mais si c’est le cas, les événements de ces derniers jours sont encore plus sinistres que je ne le pensais…
      Maxime

  13. Stéphane B dit :

    Bonjour

    Chronique saignante à souhait, violente et ironique au possible mais tellement réaliste ! Merci Maxime, j’ai adoré. DLR existe. Qu’attendent ils pour rejoindre ce parti.

  14. Robert Marchenoir dit :

    Même phénomène dans le journalisme, avec cet extraordinaire spectacle de Laurent Joffrin faisant la navette entre le Nouvel Observateur et Libération, parce qu’il est apparemment le seul être humain à la surface du globe qui puisse diriger ces journaux ; lesquels d’ailleurs n’ont rien à voir l’un avec l’autre et possèdent chacun leur identité propre, n’est-ce pas ?

    Côté actionnaires, nous avons les nouveaux cumulards, à peine arrivés sur le secteur de la presse et trustant déjà les médias : hors de Matthieu Pigasse, Pierre Bergé et Xavier Niel, qui donc aurait la légitimité pour investir dans le Monde aussi bien que dans le Nouvel Observateur ? Et déjà, on parle d’eux pour sauver Libération, puisque ces trois-là ont acquis l’onction divine permettant d’être acceptés par des journalistes de gauche, forcément de gauche…

    Capitalistes exonérés du crime de capitalisme, ils possèdent désormais cette grâce ineffable qui les autorise à purifier leur argent en le donnant à la Bonne Cause, ayant fait la preuve qu’ils croient en la Gauche, son credo et ses oeuvres.

  15. Jean95 dit :

    Que voulez-vous que fasse ce triumvirat de bras cassés ? Il continuera (ou subira?) la destruction inévitable de l’ump.
    Nous vivons en direct la fin des grands partis et fatalement la place laissée libre sera vite comblée par une nouvelle génération. Le PS et l’UMP vivent leurs derniers soubresauts car plus du tout en phase avec le monde actuel, et surtout avec le peuple. Pareil pour le FN qui n’aura été utile que pour allumer la mèche/ précipiter le mouvement..
    Un monde nouveau va émerger sous nos yeux.
    Alors profitons du spectacle !

  16. Philippe de Lestapis dit :

    je partage votre tristesse devant le spectacle offert à notre pays dont la famille politique est en dessous de tout et où les médias se conduisent aussi de façon scandaleuse mais notre pays a connu des surprises :en 1793 les « ancetres révolutionnaires » ont tué le roi et le pays a installé son frère sur le trone et en 1936 nos ancetres ont élu une chambre de gauche et quatre ans plus tard le parlement a voté massivement pour le maréchal, puis à la Libération, il s’est rallié au général de Gaulle. Il faut garder espoir dans ce pays plein de surprises !!!

  17. François dit :

    « tout le monde me dit avoir voté pour DLR, c’est bizarre que ce mouvement fasse un score si faiblard… »
    Vous êtes là de mauvaise foi, mon cher M. Tandonnet 🙂
    Pour voter DLR, il fallait avoir une culture politique assez développée, car qui connaît ce micro parti ? Pas grand monde … Et malgré cela, il a réussi à faire 3,82 % des votes exprimés (petit rappel : 1,77 % en 2009). Je subodore que les gens que vous côtoyez et qui vous ont déclaré avoir voté pour DLR appartiennent à cette catégorie des gens qui possèdent cette culture politique. Si vous n’êtes pas convaincu, faites un test : allez donc au poste de contrôle de votre ministère et demandez aux factionnaires ce qu’est DLR et/ou quel est son programme !
    PS : je n’ai aucune action dans ce parti, même si j’ai voté pour eux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s