Immigration, le retour

images[1]Tiens! L’immigration est de retour… Hier, elle était au premier plan du débat électoral sur « des paroles et des actes ». La classe politique, tout compris, de l’extrême gauche à l’extrême droite, parle toujours de l’immigration dans les périodes électorales… En temps ordinaire, il faut passer le sujet sous silence pour ne pas apparaître comme raciste. Mais en période électorale, on se lâche pour gagner des voix: une dose de « misère du monde » pour une poignée de voix et mandats supplémentaires… Quelques réactions énervées de ma part aux propos entendus ces derniers temps, venus de tous les horizons politiques:

  • sur Schengen: contrairement au slogan politique à la mode, il est rigoureusement impossible de « sortir de Schengen ». En fait, Schengen n’existe plus en dehors du mythe ou de l’emblème… La libre circulation des personnes (l’absence de contrôles aux frontières internes) depuis l’application du traité d’Amsterdam de 1997, est intégrée dans le carcan du droit communautaire, du droit européen. Ce sont les politiques qui l’ont voulu, les dirigeants de l’époque, en particulier M. Juppé et M. Jospin, premiers ministres de Jacques Chirac (je m’en souviens car je suivais ces sujets). Il n’y a que deux solutions aujourd’hui pour modifier le dispositif en vigueur: soit une réforme de ce droit communautaire, un processus long et complexe, supposant une puissante alliance des Etats pour faire pression sur la Commission; soit une sortie de l’Union européenne. La première est possible, à la condition d’une volonté politique déterminée à l’échelle de l’Europe qui hélas, n’existe pas aujourd’hui. La seconde me paraît inconcevable car elle reviendrait à s’isoler, à s’extraire des lieux de décisions et à subir encore plus qu’aujourd’hui la loi des autres.
  • sur Léonarda: on s’habitue au nom de Léonarda. Moi, je trouve lamentable, misérable, méprisable un pays qui s’abaisse à faire d’une gamine de 15 ans le symbole de son impuissance publique et de ses déboires de tous ordres. Je n’aime pas, j’ai horreur des attitudes de lynchage et de bouc émissaire. Mais alors, quand cette attitude revient à maudire et diaboliser une fillette (c’est bien cela, n’est-ce pas?), je trouve qu’il y a quelque chose de sordide, malsain, sinon d’abject, incarnant toute la lâcheté, le désarroi, le déclin mental autant que matériel d’une nation en crise.
  • Sur la « générosité » nécessaire: on en revient aux sempiternelles leçons de morale: l’Europe opulente a un devoir d’accueil, au nom des principes d’ouverture, d’humanité, de générosité. En réalité, il faut voir comment les choses se passent. L’immigration illégale est devenue une immense entreprise mafieuse à l’échelle planétaire. Des sommes gigantesques sont en jeu, équivalentes au deux tiers du trafic de drogue. Des organisations criminelles viennent démarcher des personnes dans leur vie quotidienne, leur promettent le bonheur et la prospérité en Europe, les poussent à vendre leur maison, leur outil de travail, et à s’endetter pour quitter leur pays. Un passage entre l’Afrique et l’Europe coûte au moins 7000 euros, une somme gigantesque par rapport au revenu moyen de ces pays. Faute de paradis, les migrants sont confrontés à l’enfer: traversées épouvantables par la route, noyades en mer, vie dans des squats atroces, violence, épidémies, racket… A long terme, dans une Europe où sévit le chômage de masse, la misère d’une partie de ses propres ressortissants, l’immigration illégale se traduit par une aggravation des phénomènes d’exclusion, de ghettoïsation, de repli, de révolte et un désastre pour tout le monde.
  • Le déni fondamental: le discours public se concentre sur le sensationnel, le spectaculaire, les images. Il se limite à l’affrontement des symboles, de noms qui claquent: Schengen, Léonarda, Lampeduza… Parler simplement du développement des pays d’origine, de la lutte contre la pauvreté, de la création d’emplois pour y stabiliser les populations? Voyons, cela n’intéresse personne, ni sur le plan médiatique, ni sur le plan électoral! Pourquoi l’aide au développement des pays riches ne dépasse-t-elle pas 0,3% de leur PIB alors qu’ils se sont engagés auprès des Nations-Unies à atteindre 0,7%? Pourquoi les crédits de la coopération de la France en particulier vers l’Afrique, se sont-il effondrés en quelques années (-10% en 2013)? Il existe des réussites discrètes et modestes en matière de créations d’emplois dans les pays les plus défavorisés (au Mali par exemple), grâce aux politiques dite de « co-développement », associant mobilité, circulation des hommes et réussites économiques dans les pays d’origine. Personne n’en parle jamais, grand silence, cela ne fait pas vendre et ne rapporte rien. On a baissé les bras.

Maxime TANDONNET

 

 

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour Immigration, le retour

  1. Annick dit :

    Maxime, je n’avais pas lu cet article avant de poster mon commentaire sur l’avant-dernier.
    Bien entendu qu’il est impossible de toucher aux accords des traités, sauf à sortir de l’UE.
    Merci de ne pas nous induire en erreur en le précisant, vous nous êtes précieux.
    Je n’accorde donc aucun crédit aux dires de Sarkosy.

    D’ailleurs, l’intérêt de chaque pays est bien différent.
    Pour vous faire une idée, voyez ce qu’évoquent les Roumains et les Bulgares dans leur campagne électorale

    « Nous devons expliquer aux citoyens européens que la migration de main d’œuvre est bénéfique pour nous tous. Elle génère de la croissance économique et crée des emplois. Pour chaque nouveau travailleur migrant, il y a un nouveau salaire qui entraîne de la consommation et des investissements nouveaux. C’est ce qui maintient le moteur économique en route. Roumains/Bulgares peuvent maintenant travailler partout en Europe et nous en tirons tous profit. L’Union européenne a besoin de gens qui travaillent dur, quel que soit l’État membre dont ils viennent. Dans la prochaine législature, le Parlement européen doit viser l’élimination de tous les obstacles qui limitent aujourd’hui la libre circulation des travailleurs et un esprit d’entreprise ambitieux afin de créer une économie plus saine et plus juste. »
    http://www.ipolitique.fr/

    La migration est surtout bénéfique pour eux. Chacun sa petite tambouille…

    – sur Léonarda :
    Coût du « séjour » en France de la famille Dibrani : 400.000 €
    En un peu moins de 4 ans, soit 100.000 €/an au frais du contribuable !
    Quelle famille française dépense autant ?
    Vous pensez bien qu’ils veuillent revenir par tous les moyens détournés au frais de la princesse;
    Quelle honte !

    – Sur la « générosité » nécessaire :
    Que font nos Services ? N’est-ce pas leur boulot de faire en sorte que les passeurs soient démantelés ? N’avons-nous plus d’agents sur place pour défaire les mafieux ?
    Il est vrai que ceux chargés de la sécurité intérieure laissent filer les oiseaux, alors…
    Ce pays devient idiot et dangereux pour ses habitants.

    – Le déni fondamental :
    Vous savez bien que toute aide va dans la poche des dirigeants qui possèdent de confortables coffres en Suisse ou ailleurs.
    Vu sur un marché en Afrique (je tais le nom du pays, car je pense que c’est partout ainsi) des sacs de blé sur lesquels était écrit : « Ce blé ne peut être vendu, don de la Croix Rouge ».
    Blé vendu au détail en plein marché, sans même cacher l’origine en changeant le sac.

    Il faut donc arrêter toutes nos niaiseries et avoir le courage de mettre les points sur les « i ».
    Que l’on s’occupe d’abord des Français dont certains crèvent de misère, dans les campagnes par exemple bien plus que dans les quartiers soi disant défavorisés où les trafics en tout genre vont bon train, là aussi sans qu’aucun Service n’intervienne.

    Bien à vous,

    • Annick, concernant l’aide au développement, je puis vous dire que cela marche très bien quand on évite de passer par le canal des Etats et que l’on aide des personnes ou des asociations. J’ai mille exemples à l’esprit qui peuvent le prouver.
      Maxime

  2. Duff dit :

    Bonsoir à tous,

    Merci infiniment Maxime de nous rappeler quelques bonnes vérités qui hélas ne passent pas dans l’opinion. Même si je pense que l’UMP a manqué de fermeté alors au pouvoir, on est très loin du laxisme actuel ou frénétique proposé par la gauche de la gauche, ou du mirage frontiste qui ne s’embarrasse pas avec les faits, la faisabilité et pire avec la vérité.

    Le pauvre François Fillon cherchant encore à se démarquer de Nicolas Sarkozy au sujet de son récent texte a quand même donné une clé : Verrouiller nos frontières (et d’ailleurs avec ou sans Schengen, mon opinion) est impossible. Ce qui fait venir des populations étrangères en France alors qu’elles n’ont que peu de chances d’y trouver un emploi et par conséquent de contribuer à la richesse nationale et donc de pouvoir naturellement prétendre profiter du modèle social, c’est que précisément notre modèle social est trop généreux et dispendieux. Au micro d' »on refait le monde » sur RTL, j’ai entendu brièvement Mathieu Laine, pourtant un centriste libéral mais domicilié à Londres, rappelant qu’au Royaume Uni, pas question de toucher des aides sans 2 années de cotisations pour les étrangers. A vérifier précisément, mais ce genre de mesure me semblent aller dans le bon sens : On encourage l’immigration de travail au détriment de celle qui met le modèle social en péril. Maintenant, sachant que l’Angleterre est une île, hors de Schengen, le fait que dans la campagne européenne et même maintenant locale, la question de l’immigration soit centrale (posée par l’UKIP de Farage en progression constante, on verra dimanche son score final) il me semble inutile de se demander pourquoi elle l’est aussi et de manière aussi électrique en France, pays traditionnellement ouvert aux quatre vents…

    J’ai l’impression que quelque soit le sujet on en revient toujours au même point de départ : Notre modèle social est à bout de souffle et que sa générosité forcée sans contrôle, son égalitarisme intrinsèque, son exploitation politique avec des visées de clientélisme électoral conduit la France vers les abîmes nourrissant ainsi toutes sortes de rancœurs, de frustrations, de jalousies qui distendent gravement les liens qui devraient unir les citoyens de notre pays. Ce sera inévitablement par là qu’il faudra commencer à réformer.

    Bon we,
    Cordialement

  3. Koufra dit :

    Bonjour Maxime,

    De manière générale, nous sommes face à des dilemmes, il n’y a pas de bonne solution.

    Néanmoins nous avons le choix entre déchoir d’un coup ou lentement … Le fait de choisir et non de subir est la seule solution pouvant remettre le pays dans une dynamique positive.

    Sortir de l’euro aura un coup mais y rester c’est la déchéance assurée à moyen terme et nous n’aurons alors plus aucun choix ni ce qu’il nous reste encore de marge de manœuvre.

    On ne peut plus éviter un coût humain. La France est divisée et les dernières élections ont montré que cette élection était désormais un combat inter communautaire pour le pouvoir.

    L’absence de régulation de l’immigration et la disparition de la génération baby-boom va créér des variations majeures du poids des communautés dans les années à venir.

    Dans ses écoutes du présidents Sarkozy, m. Buisson parlait de 500 000 entrants chaque années….

    Alors finalement, vous avez raison, une Leonarda au milieu de tout ça, ça n’a aucun sens si on accepte le reste.

    Bon cette brillante collégienne n’a jamais chercher à s’intégrer et crache sur la France en permanence… Le pouvoir politique a été assez stupide pour déchoir du trône et de mettre au niveau de cette querelle.

    Maintenant pris dans cette situation, ils vont devoir aller jusqu’au bout et comme attendu des le début être débouté par le pouvoir européen.

    Un fine, cette histoire fera apparaître de manière criante qu’ils n’ont plus de pouvoir et sont inutiles.

    Le sceptre est tombé terre, il y aura bien quelqu’un pour le ramasser.

    La France va traverser des heures sombres très rapidement.

    Amitiés

    Koufra

  4. georges dit :

    Toute l’Europe est touchée par cette forme de racolage électoral mais plus le temps passe plus cela devient problématique .Il faut voir plus loin que le bout de son nez de » pinocchio »,il n’y a pas que les mandats juteux qui comptent en politique ,il faut prévoir un avenir serein à SON peuple avant de se préoccuper des états d’âmes ou de la gestion économique déplorable du reste du monde.L’argument étalon de « la diversité est une chance « me semble de plus en plus élimé, ,passé de mode,plus très tendance .L’économiquement correct doit remplacer urgemment le politiquement correct made in usa (ils en reviennent d’ailleurs largement) .L’immigration ne doit plus être le veau d’or des grrrands humanistes .

  5. Sceptique dit :

    Sur le premier point, Léonarda, qui n’a plus quinze ans depuis un moment, symbolise ces immigrants illégaux, qui ont bien appris les leçons d’enseignants très spéciaux, sur la meilleure manière de « rouler » les fonctionnaires concernés par l’immigration. Sur le second, vous nous rappelez une vérité qu’on a du mal a imaginer ou à généraliser, pour ne pas se voir un coeur de pierre. Et pour le troisième, il est sans doute difficile aux états nantis d’investir, à fonds perdus, un argent qu’ils n’ont plus. Il faut passer par les états en place. Toute autre initiative serait du néo-colonialisme.

  6. Cher M. Tandonnet,

    Finalement, vous l’avouez vous-même, il n’y a que deux solutions : soit la fuite en avant vers le mirage fédéraliste dont aucun peuple européen ne veut, soit le démantèlement de l’UE ce que refuse d’envisager un seul instant les élites pourries de ce continent.

    Les tensions vont donc s’aggraver : l’euro continuera à accentuer les divergences économiques entre le Nord et le Sud, l’immigration deviendra un véritable fléau, la corruption gangrènera toutes les strates politiques et administratives, la liberté d’expression et d’engagement ne sera plus qu’un lointain souvenir…

    Sous les contraintes croissantes de ces tensions, l’UE finira par exploser dans un chaos indescriptible.

    Comme le dit chaque jour Charles Sannat du Contrarien Matin à la fin de ces éditos :

    « A vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes »

  7. michel43 dit :

    Schengen : QUI peu empêcher des policiers ou Militaires de contrôler ceux QUI RENTRE sur le sol FRANCAIS? personne simple contrôle de routine? les lois et réglementations, sont faites, pour être contourner. Des centaines de MILLIARDS, on été déverser ,en AFRIQUE.. pour très peu de Résultat, les élites Noirs on remplacer, les élites Blancs, la corruptions, Magouilles, pillages des richesses s’est EMPLIFIER ? les politiciens n »on toujours pas compris, que toute informations, Priver OU Publics, se sait rapidement, Internet est LA…Voyez les scandales, les Magouilles, les erreurs de nos politiciens, leurs Mensonges, font que le peuple est très vite informer, se qui n’était pas, le cas avant? Maxime, le MALI est aussi, un mauvais choix, vu les événement, depuis la déstabilisations de l » IRACH et de la LIBYE, avec l’aide des Amis de la FRANCE, le QATAR et les Saoudiens, qui finances les fanatiques, les prochaines années, seront difficile, tout comme en FRANCE..la grande erreurs des politiciens ,avoir fait rentrer, plus de 3 millions d’étrangers, dont 83% sont Musulmans, quand, on a des millions de chômeurs, des dettes énormes, on n’accueille pas, toute la misère du MONDE ? avec le RSA CMU AME AU DETRIMENT des nôtres QUAND a SARKOZY? il a sauver les BANQUES ? avec l’argent du contribuable, et toute personne compétente, aurait pris 51% du capital ?, on va vers 12% de chômeurs.. Apres cette élections, IL VA BIEN FALLOIR que l »UMP règle le problème COPE SARKO ,a fait de Nombreuses erreurs, nommer des traites de Gauche au gouvernement, au détriment des nôtres, beaucoup l » on trahie, que cela lui, serve de leçons pour l »avenir..puissant, il était craint, a terre, ses sois disant, Amis, lui crachait a la figure. UN HOMME avertie, en vaut DEUX.. et doit savoir en tirer des leçons pour 2017 et se servir DU REFERENDUM

  8. Orage dit :

    « maudire et diaboliser une fillette » parce qu’elle incarne de façon criante les dysfonctionnements des aides étatiques et l’avidité de ces assistés.

    • Orage, mais pourquoi prendre justement cette fillette comme symbole comme si elle était la seule? Vous imaginez ce qu’il y a derrière dans l’inconscient collectif, comme misère intellectuelle et comme lâcheté?
      MT

  9. Frederic_N dit :

    On aimerait vous dire que cette tribune est exagérée, démagogique, que vous êtes ceci ou cela. Helas je crains bien que ce que vous dites ne soit vrai
    Par contre je ne comprends pas un point : le pouvoir prétendument diabolique accordé à la Commission. En théorie la commission n’a qu’un pouvoir délégué , c’est le conseil qui décide. Je ne comprends donc pas pourquoi vous parlez d’une « volonté farouche » pour faire bouger les choses. Une volonté minimale suffit
    Je crois plutôt que l’Europe est devenue un argument électoral. On se défausse sur la commission face à ses électeurs. Et quand on est au Parlement ou au gouvernement il est désormais plus facile de faire de la com. de paraître et de laisser les autres se « taper » les dossiers. Je fais remarquer que désormais ce sont les Allemands qui ont le rapport de force au Parlement Européen et les français qui sont marginalisés. Tout simplement .. parce que les députés allemands travaillent et que les français y font de l’absentéisme.
    Mais bien sûr c’est pas dans Mediapart que vous lirez cela ..

    • Frédéric N Volonté farouche, j’aurais dû dire déterminée peut-être, parce que à l’expérience, la Commission s’oppose fortement à ce que l’on touche au système de libre circulation (expérience de 2011), l’UE fonctionne aussi par les rapports de force, comme toute institution publique je crois…

  10. Caroline dit :

    Mais alors que faut-il comprendre de la proposition de Nicolas Sarkozy d’un Schengen 2 ? Cela ne serait pas possible ?

    • Caroline, je suppose que c’est une manière politique, symbolique, de parler de la réforme que j’évoquais en première option, je ne vois pas autre chose; ou alors, c’est moi qui suis dans les choux et n’ai rien compris à rien…
      maxime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s