La nihilocratie

imagesUn pays peut-il vivre sans classe dirigeante? La vie politique française est en train de faire naufrage. La cote du chef de l’Etat n’en finit pas de sombrer dans l’abîme (18% de satisfaits selon Opinion way), entraînant celle du Premier ministre qui s’effondre à son tour. Les échecs et les déceptions des différents gouvernements  (emploi, dette, fiscalité, violences) ne sont pas la seule raison de cette faillite. L’image personnelle des dirigeants est dégradée, leur parole inaudible, décrédibilisée, sans qu’ils ne paraissent en être conscients. Tout se passe comme s’ils avaient cessé d’exister, leur présence au sommet comme niée par l’indifférence populaire. Le Front national « anti-système » qui a calqué son discours sur le parti communiste des années 1970-1980 (rejet du capitalisme, des Etats-Unis, de l’ouverture internationale), n’est guère mieux loti. Un autre sondage du Parisien souligne que 68% des Français ont une mauvaise image de Mme Le Pen et 78% ne lui font pas confiance pour gouverner. Ces chiffres sont d’autant plus frappants que le parti bénéficie d’une exceptionnelle couverture médiatique (le CSA a dû adresser des observations à BFM en raison d’une « surexposition » d’une formation qui a bénéficié de 42,98% du temps de parole sur cette chaîne du 7 février au 7 mars). Le climat de dégoût général devrait logiquement profiter à un mouvement lepeniste, contre tout, mais en quête de dédiabolisation. Or, aucun engouement, ralliement en profondeur n’est perceptible. Quant à l’autre force, centrale, l’UMP, elle nage dans l’ambiguïté et la division . Les violentes diatribes envers Laurent Wauquiez et Henri Guaino frisent le ridicule. Qu’est-ce qu’une formation politique où il est interdit de réfléchir et de proposer? Le parti est hélas sans ligne, sans projet, sans idée, obnubilé par la seule obsession de coller le plus possible au « politiquement correct » et de récolter un maximum de fromages électoraux. Tous les sondages annoncent un taux d’abstention titanesque de 60% aux Européennes. Les Français ont raison. Comment un pays peut-il tenir sans classe dirigeante, sans direction politique et sans perspective d’aucune sorte? Longtemps sans doute, en apparence, mais en s’enfonçant inexorablement dans le déclin et en accumulant des bombes qui exploseront à la figure des générations nouvelles.

Maxime TANDONNET

 

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

17 commentaires pour La nihilocratie

  1. Alexandre dit :

    tout est là

  2. dissident dit :

    « surexposition du fn dans les medias » dites vous, globalement, et je vous comprends, vous ne devez pas trp trainer devant les sinistres lucarnes, de toute facon lors des reportages sur les campagnes électorales du fn, on en parle certes mais plutôt pour le devaloriser, exemple ce candidat est mal implante, il n habite pas la commune, son cousin ou son concierge a un passe sulfureux etc..quant au sondage qui tombe a point et qui vous fait tant plaisir sur « l image negative de MLP », mefions nous des sondages realises par des personnes mal intentionnees et par telephone, moi meme par exemple, je refuse tout sondage telephonique politique ou autre et je ne dois pas etre le seul, croyez vous que dans une banlieue sinistree , il soit facile pour un père ou une mere de famille de repondre a un inconnu, oui j ai une ideepositive du fn ? on voit bien les limites de l exercice

  3. Frederic_N dit :

    Je partage le constat, et je trouve même que le vide est historique .
    Une classe dirigeante cela n’est pas une collection d’individus. Elle se forme, et se construit au travers d’un expérience classique de direction voire de management. De Gaulle n’est pas un individu exceptionnel, c’est un produit de l’armée française qui a toujours eu le souci de former de vrais dirigeants, capables de penser en fonction de leur pays, et non pas seulement des techniciens.
    Mais l’armée ne pèse plus aujourd’hui et nous n’avons qu’un seul lieu où cette formation pourrait se faire : l’ENA ( pour simplifier car l’Ena est une fin de parcours qui comprend souvent Normale, HEC, ESSEC Sciences po, voire Polytechnique)
    Ce n’est pas une mauvaise école. Mais pour avoir eu l’occasion d’examiner ce cursus (avec celui de sciences po ‘service public’), pour l’avoir comparé à certains cursus d’entreprises privées, on s’aperçoit que l’Ena ne forme pas des dirigeants, mais des managers publics , voire même des gestionnaires du système public. Quand vous sortez de l’ENA avec en tête le parcours du combattant pour « monter » vers les hauts postes, vous êtes vites conditionnés !
    Quant à faire quelque chose , à court terme vous n’avez qu’une solution, mais qui fait hurler même à droite : sélectionner les dirigeants à partir de leur expérience d’entreprise. Le reste est du bavardage

    @ sceptique : seul Guaino est sorti des clous, et je ne partage pas du tout l’avis de Maxime à son propos. Ce n’est pas du débat, mais un positionnement médiatique qui signale sa propre impasse. Par contre Wauquiez est légitime à exprimer ses désaccords. Qu’on les partage ou non , c’est seulement comme cela que le débat peut avancer

    • FredericN, tout à fait d’accord, ce que vous dites sur l’ena est très juste et cela me fait plaisir de lire quelque chose qui se distingue des diatribes habituelles contre cette école dont je suis un produit (atypique il est vrai!!!)
      Maxime

  4. Alexandre dit :

    faudrait rappeler que : On ne fait pas l’histoire en emboîtant le pas des autres dans
    tous les sentiers battus, mais en ouvrant de nouveaux sentiers.

    Ce n’est même plus les règles du jeu qu’il faut changer, il faut changer le jeu .. Sommes nous aptes et avons nous la volonté de sacrifier notre « confort » pour le changement ?

  5. Koufra dit :

    Oui, l’épopée napoléonienne, c’est un million de morts français et trois millions au total, la France envahie à la fin…

    Mais j’ai toujours eu le sentiment que Bonaparte n’avait jamais été maître de son destin. Heureux et exceptionnellement doué au hasard des batailles, il jouera à chaque fois toute la mise jusqu’à tout perdre…

  6. Ribus dit :

    Votre note sur la « nihilocratie » et votre papier dans Figarovox traduisent une inquiétude que je partage. Vous redoutez le vide politique qui peut naître de cette période instable, incohérente où nous vivons aujourd’hui.

    La parallèle avec 58 s’arrête à l’alternative gaullienne qui n’existait plus. Le « grand homme » devra se construire à partir des événements futurs mais il n’est pas encore.

    Je suis plus inquiet que vous, Maxime car j’y ajoute une crainte sur la solidité de notre Constitution et son adéquation aux évolutions à venir car ces institutions sont l’oeuvre d’un authentique souverainiste et elles doivent s’adapter à un monde en voie de fédéralisme.

    De plus, certains ont trouvé très malin de « l’adapter » au fil du temps c’est à dire d’affaiblir les équilibres créés dans le texte initial. La plus grave faute a été commise par Chirac par le quinquennat;

    Je suis donc de plus en plus convaincu que nous allons vers une crise de régime voire un effondrement institutionnel. Je ne souhaite pas le pire ; je voudrais même bien avoir tort ; mais rien ne m’incite aujourd’hui à le penser .

  7. Martin dit :

    Très juste, et il me semble que cela rappelle davantage 1871 que 1945 ou 1958. En 1945 tout était à reconstruire comme aujourd’hui mais nous avions le soutien massif des États-Unis, alors qu’aujourd’hui nous sommes seuls. Et en 1958 l’alternative était claire, comme vous l’écriviez récemment dans le Figaro. Une fois passée la catastrophe qui arrive, nous serons devant une feuille blanche, comme les républicains de 1871. Espérons qu’une nouvelle Belle Époque récompense la génération qui devra relever ce défi!

  8. Christophe dit :

    Bonjour Maxime

    Ce qui me surprend et cela depuis plusieurs années,c’est la passivité dont font preuve les français.C’est fou comme nous « encaissons » dans ce pays.Nous sommes un peuple devenu au fil des temps d’une extrême docilité.Avouez que cela n’est pas banal!Je suis persuadé qu’en d’autres temps d’autre lieux des dirigeants politiques auraient passées un très très mauvais moment,vous voyez ce que je veux dire?

    Salutation

  9. Koufra dit :

    Le parti n’arrive à rester ensemble que parce qu’ils ne proposent plus rien.

    Proposer quelque chose provoquera la scission du parti, que chacun en bon politicien veut imputer à l’autre.

    La scission à gauche comme à droite est inéluctable.

    À gauche comme à droite, la ligne de fracture, c’est l’Europe ( avec en plus à gauche une fracture sur le libéralisme mais qui est au même endroit).

    L’explosion des lignes politiques va provoquer l’incapacité à obtenir une majorité solide.

    Les lignes sont antagonistes, comme la société, la vie politique va devenir communautaire et dépendente de sa clientèle.

    Dès lors il est difficile de penser que la France puisse rester gouvernable dans l’intérêt du pays et qu’en restera t il on fine ?

    Ou alors nous glisserons vers le chaos et les démons de la division… Il faudra peut être un Bonaparte pour ré orienter la France et hélas certainement beaucoup de drames humains.

  10. Sceptique dit :

    Je ne suis pas d’accord avec votre tableau pessimiste. Nous sommes en démocratie, et les réputations se font et se défont au fil des événements et des prises de position qu’ils suscitent. Si chacun doit avoir la liberté de concevoir des solutions pour les divers problèmes qui se posent, il faut que la critique soit libre et franche. Ainsi de Guaino ou de Wauquier. L’un dit qu’il ne votera pas pour le candidat désigné par son parti, l’autre propose une Europe de six nations seulement. Il est légitime de les critiquer, car « ils sortent des clous ».
    La France comporte 65 millions de sujets, sans compter les sujets de mécontentement (MAJ de la remarque du journaliste Rochefort, d’il y a bien 150 ans!)

  11. michel43 dit :

    FORMIDABLE,ses sondages journalier ? plus il y a de mécontent, de Mme LE PEN , plus elle GRIMPE dans les URNES ? parler du sondage de VAR MATIN ..ou son score est incroyable..de RMC ,un AUTRE RECORD de popularité..Pars contre ,le PS s »effondre et l »UMP qui,continue ade s »entretuer, grace a FRANCOIS ,la Magouille,et sa liste de gens a caser… il faire fuir tout le Monde et un nombre important,voterons :FN.. VOTONS pour changer BRUXELLES..si le programme de LE PEN est des années 70 ? il a le MERITE d »exister. LUI ?.et il faut savoir REVENIR en Arriere,pour mieux repartir ? POUR mémoire.la BELGIQUE;plus d »UN ANS ET DEMI…sans gouvernement ? elle était devenu PLUS RICHE….a ce jours qui DIRRIGE la FRANCE..BRUXELLES ; ses lois sont suppérieur au NOTRES. ses décisions ,;sa justice,ses mises aux normes,NOUS sont IMPOSER..tout comme l »immigrations et l »OBLIGATIONS d »accueillir des réfugiers…..et la misére du monde la VRAIS bombe,EST LA DETTE..faite ,pars des politiciens de droite et de gauche, des irresponsables,et les générations futures,devront aussi la payer..en ce moment..ceux qui nous on RUINER se déchire,,,Mais n »on AUCUN programme et AUCUNE solutions a nous proposer? VOTONS, pour le VRAIS changement…cars ;il va falloir,revenir en ARRIERE,dans certains domaines..LE CHANGEMENT c »est dans les URNES, puisque DROITE et GAUCHE, n »on PAS respecté votre NON..a cette Europe LA;;

  12. Duff dit :

    Bonsoir,

    Je partage le constat et l’analyse mais en si je me focalise sur les résultats des enquêtes d’opinion, je les trouve encourageants et cohérents pour une fois! En fait sur les enquêtes d’opinions portant sur le monde du travail, la fiscalité, la société, une opinion majoritaire et réfractaire aux inepties commises ces 30 dernières années est clairement en train d’émerger et de devenir majoritaire, la politique ayant horreur du vide, voilà les raisons profondes de mon optimisme.

    Nous traversons un désert, ce sera plus ou moins long mais je suis certain que nous finiront par tomber sur l’oasis tant attendue, pourvu qu’elle soit proche…

    Cordialement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s