La chasse au populisme

images« Populisme »: le mot a envahi tous les discours, commentaires, émissions de télévision, articles et interviews de presse à la veille de l’élection du Parlement européen. Il recouvre un amalgame de tendances les plus hétéroclites: partis d’extrême droite, mouvements souverainistes ou gaullistes en France, gauche républicaine ou ex communiste, Conservateurs, etc… Jacques Barrot,   ancien commissaire européen, taxe Laurent Wauquiez de « populisme » pour avoir prôné une transformation de l’Europe. En vérité, ce mot, méprisant pour les peuples, semble destiné à interdire tout débat de fond et à imposer le statu quo. Englobant sous une même appellation des courants venus de l’antisémitisme et les politiques ou intellectuels qui réclament un changement profond de l’Europe, amalgamant les chantres de la disparition de l’Union et les partisans d’une réforme, son objectif est de diaboliser toute divergence par rapport à la ligne officielle de Bruxelles. Il ne fait guère de doute aujourd’hui, qu’un Philippe Séguin de 1992 (débat sur Maastricht) serait accusé de « populisme » comme la liste « Pasqua-Villiers » de 1999 ou Chevènement en 2002. La classe politico-médiatique se sert de ce terme comme d’un couperet destiné à imposer la ligne du conservatisme bruxellois. Plus l’image de l’Union européenne s’effrite et plus la nomenklatura dirigeante se crispe et se replie sur ses certitudes. Le débat d’idées et le pluralisme sont les victimes d’une Europe officielle qui s’enferme dans le dogme.   Ses apparatchiks se préparent à recevoir une gigantesque gifle populaire à travers un taux d’abstention historique. Peu importe, droit dans leurs bottes, la conscience tranquille, ils n’y verront qu’une manifestation de « populisme ». Bâtir l’unité nécessaire de l’Europe dans le dégoût de ses peuples? Qui peut le croire un instant?

Maxime TANDONNET

 

 

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

21 commentaires pour La chasse au populisme

  1. georges dit :

    Faudrait revoir la définition du mot….

  2. Duff dit :

    Bonsoir à tous,

    Juppé notamment demande à Gaino de quitter puisque celui-ci avait déclaré ne pas pouvoir voter pour un camarade de parti aux opinions diamétralement opposées sur la question du fédéralisme européen. Gaino est-il populiste? Ce qui est sûr c’est qu’en toutes circonstances, il est resté fidèle à ses convictions et aux hommes avec qui il a travaillé, horribles qualités heureusement en voie d’extinction dans la vie politique française. Quant à Juppé, ce n’est qu’un sombre idiot qui pense que sa danse du vendre, au demeurant efficace, auprès des électeurs bordelais qui penchent de plus en plus en à gauche est extrapolable à la France et il ne cessera jamais de s’interroger sur l’échec de sa stratégie après avoir finalement perdu toute chance pour l’élection présidentielle…

    Nous vivons un double malaise : Nous avons eu et avons toujours la confirmation que du temps où le PS était dans l’opposition, et désormais au pouvoir, il n’a comme seule obsession que d’enfumer les français et parallèlement, l’UMP tente d’en faire de même. La question européenne est un douloureux révélateur.

    Cordialement
    Bonne semaine

  3. Vous écrivez :

    « En vérité, ce mot, méprisant pour les peuples, semble destiné à interdire tout débat de fond et à imposer le statu quo. »
    Il s’agit bien d’empêcher toute possibilité d’opposition, de débat, de dialogue. Il s’agit bien d’annihiler toute tentative de participation à la vie publique puisque si une attitude d’opposition est impossible, aucune solidarité n’est possible, aucune édification du bien commun n’est envisageable. La seule solution comme l’explique Jean-Paul II est le retarit.

    Les électeurs qui s’abstiennent comprennent donc parfaitement la situation, en profondeur, métaphysiquement, ils s’abstiennent car ils se dérobent ; ils se retirent car ils ont compris qu’aucune participation (d’opposition ou de solidarité) n’est possible.

    La déclaration de Jacques Barrot est donc bien par essence totalitaire. C’est gravissime et cela fait froid dans le dos.

  4. Cher M. Tandonnet,

    Par exaspération, par refus de l’Europe et par esprit de contradiction et de résistance, je voterai pour le FN lors de la prochaine consultation. Ce n’est pas un vote de totale adhésion au projet du FN, mais le reflet de l’impasse totale à la quelle nous conduisent les élites politiques européennes de par leur extrême médiocrité…

    Cependant, mon attitude fondamentale dans ces moments si lourds de drames futurs est le retrait, la dérobade. Je ne veux pas participer à cette vie publique dégénérée. Voici comment Jean-Paul II alors cardinal Wojtyla analysait l’attitude pré-morale de dérobade :

    « L’attitude que nous avons désignée du nom de ‘’dérobade’’ semble ne pas se soucier de ces faux-semblants de rapport au bien commun en lesquels se complaît le conformisme. En un sens, c’est là une attitude plus authentique. Le conformisme fuit l’opposition, tandis que la dérobade fuit le conformisme. (…) La dérobade, quant à elle, n’est rien d’autre qu’une manière de se retirer. (…) La dérobade est donc un manque de participation, elle est non présence à la communauté. » Or, c’est la communauté elle-même qui empêche parfois une juste participation. Dès lors, puisque les attitudes de solidarité et d’opposition sont empêchées, la seule possibilité est la dérobade : « le bien fondamental de la communauté, c’est la possibilité de participation. Et dès lors que la participation n’est pas possible –la dérobade en témoigne, lorsqu’elle est justifiée dans un cas donné- la communauté ne vit pas ainsi que le demande la normalité. Le bien commun lui fait défaut dès lors que la ‘’dérobade’’ est devenue la seule solution pour les membres de cette communauté. » K. Wojtyla, Personne et Acte

    Retenons bien cela : la dérobade est la seule attitude à adopter face à une société dans laquelle une pleine participation à sa vie commune n’est plus possible. « C’est la communauté elle-même qui empêche une juste participation. » Nous ne saurions mieux caractériser les sociétés pseudo-démocratiques occidentales actuelles : elles empêchent leurs membres de participer à la construction du bien commun.

  5. Annick dit :

    Bonjour Maxime,

    Populisme, d’aucun disait « populo » avec le même mépris. Les « serfs » doivent obéir, même si on se réclame de la démocratie. Ce n’est pas nouveau et, de plus en plus, les oligarques tentent de s’imposer.

    Sur l’Europe, un très bon papier du Figaro qui illustre parfaitement le mercantilisme de l’Allemagne, et sa domination, ce que les bons économistes dénoncent depuis le début :

    L’Europe, empire allemand ? Entretien avec Jean-Michel Quatrepoint
    http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2014/04/25/31002-20140425ARTFIG00294-l-europe-empire-allemand-entretien-avec-jean-michel-quatrepoint.php

    Suivi de :
    Traité transatlantique : le dessous des cartes, par Jean-Michel Quatrepoint
    http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2014/04/25/31002-20140425ARTFIG00296-traite-transatlantique-le-dessous-des-cartes-par-jean-michel-quatrepoint.php

    Bien à vous,

  6. Koufra dit :

    Le populiste Guaino est maintenant ostracisé, son crime : refuser la ligne euro conservatrice neo idolâtre de M. Lamassour.

    La pression va aller croissante et l’homme ne peut se dédire. Au delà de son cas personnel c’est toute la ligne souverainiste de l’UMP qui est sommés rendre les armes.

    La scission de l’UMP est donc inéluctable.

    Le calcul politicien sous-jacent est lamentable …

    En divisant la droite, on empêche de fait un retour de M. Sarkozy. En effet, la ligne centriste de l’UMP n’aime pas le côté bonapartiste de M. Sarkozy et comment M. Sarkozy pourrait il être le leader d’un parti souverainiste après le passage en force du traité européen.

    La capacité de restructuration d’un grand parti gaulliste est donc en jeu, c’est une opportunité historique.

    M. Dupont aignant ne pourra alors que rejoindre cette formation et avoir un rôle d’une réelle importance à droite.

    Soit ce parti réussira à exister soit il sera absorber par le FN maus il y a une réelle place, car la partie gauche de l’UMP risque elle de de faire absorber par l’udi, mais ils ne gagneront pas en poids électoral, l’offre politique existant déjà.

    L’UMP est morte, vive le RPR des premières heures !

    Amitiés

    Koufra

  7. Anonyme dit :

    @Mich. Parmi les ouvrages que j’ai déjà recommandé, pour avoir un éclairage « populiste » de l’UE:
    – revue Synthèse Nationale numéro 13 de Mars 2009: Notre Europe, l’Europe des peuples!

  8. drazig dit :

    Dans « populisme », il y a peuple…Quelle horreur pour un démocrate!!!!!!!!!

  9. Ribus dit :

    Si celui qui aime la Patrie, veut garder sa Nation et sa civilisation ; celui qui a honte de l’état de la France en pensant à ses grands-pères, son père et son beau-père qui se sont battus pour elle ; celui qui assiste, consterné, à la démolition complète de l’instruction publique et de la famille, celui qui, à présent, avec beaucoup d’autres dit non : si celui-là est populiste, alors, je suis populiste.

  10. Sceptique dit :

    Est « populiste » celui qui semble flatter une opinion d’une fraction du peuple, ce qui fait qu’on est toujours le « populiste » de quelqu’un. Sarkozy, Hollande, le furent pour beaucoup, ce qui leur permit d’être élus.
    Il existe quelques autres qualificatifs partageant la même relativité, comme « fou », « con », qui finalement, ne sont pas déshonorants.

  11. Mich dit :

    Bel article Maxime!
    L’Europe cependant est un sujet complexe. A la fois sur un plan institutionnel et sur un plan économique, et j’ai peine à y voir clair (en dehors du fait qu’il y a manifestement un dogme à son sujet). Quelqu’un pourrait-il me conseiller quelques ouvrages ?
    Maxime, pourriez-vous vous même dans un prochain billet, donner des exemples concrets de ce qui vous semble négatif et positif dans l’UE actuellement ?
    Merci d’avance,

    Bien cordialement,
    MF

    • Mich, vaste sujet! Difficile de répondre en quelques mots, je garde votre question à l’esprit et j’essayerai d’y répondre dans un billet!
      Amitiés
      Maxime

  12. fleur dit :

    Bonjour à tous, même sur les choses sur lesquelles ils sont censés faire quelque chose, ils le font de travers. Par exemple: les escabeaux interdits aux mineurs (1/4 des ramasseurs de pommes sont mineurs en France paraît-il), le travail de nuit interdit aux mineurs (impossible d’être apprenti boulanger sauf chez Papa), l’interdiction de vendre sur les marchés (le prix des étals a renchéri à cause des normes de frigo => plein de gens à la campagne ont arrêté), l’interdiction de vendre du lait de ferme (normes imposent lieu production lait distant 100m – je crois- du lieu de l’étable lui-même distant de 100m du lieu d’habitation du fermier, hors aucune ferme française ne répond à une telle norme, donc soit les paysans vendent aux grandes sociétés capitalistes ou ont dû s’endetter pour réformer leur production, soit ils se sont mis au RMI). Tout cela encourage les allocations et met au chômage des jeunes qui pourraient apprendre quelque chose.
    Je ne parle même pas des scandales liés aux panneaux solaires qui ont permis au crédit agricole et à la FNSEA de s’en mettre plein les poches sur le dos des paysans (qui portent la dette et le risque, comme d’habitude, tandis que les cols blancs récoltent les obligations d’achat d’EDF). Le fait que l’Allemagne nous soit passé devant en termes d’exports agricoles est incroyable: on ne trouve que des tomates, du lait, des fleurs, des herbes aromatiques, et même du muguet allemand!!
    Les politiques français, quand ils ne sont pas élus, passent du côté obscur de la force, et se mettent à exploiter les bons filons bruxellois. Il y aurait encore tant de choses à dire sur l’énergie; le bois; l’eau;…
    Pour autant sur l’éducation nationale, ce sont bien les pédagogues français qui sont responsables… C’est pratique d’appeler les tireurs d’alarme « populistes »!

  13. michel43 dit :

    UNE gille surement. Avec un gros chèque…la rémunération brute d » un vive- président de la commissions s’élève a 22 500 euros et une indemnité de 50% et au conseil constitutionnel 6339 euros..et sa retraite ? 28 050 euros , Bruxelles, une mine d »or..il n’a toujours pas compris qu » en 2014.le peuple est Nationaliste et POPULISTE.. la FAUTE a tout s’est incompétent, qui vous coulerais une boite, en six Mois.. voyez les énormes dette de notre pays .NOUS ..le priver ,on aurait la justice sur le DOS. FREJUS ..Record :dette 100 millions d’euros. le Maire virer. Mais aucun soucis. les partis d’extrême gauche, d’extrême droite ou souverainistes et les autres, sont pour l’Europe. .Pas celle qui a échouer, dans tout les domaines..il faut donc un virage a 180 ou un tsunami..a Bruxelles et en FRANCE. . , la dictature en FRANCE..d’un état socialo- communiste, soutenu, pars la droite molle, doit cesser ,tout comme le dictat de Bruxelles, qui nous impose, toute ses décisions, pour cela..il faut voter ,LE CHANGEMENT..c’est maintenant…A BON ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s