Le miroir brisé

images (1)Le chef de l’Etat n’est pas seulement un décideur politique mais également, en principe, un miroir de la Nation. Or, celui-ci est aujourd’hui brisé. La cote d’impopularité du président de la République vient de battre un nouveau record avec un taux de confiance de 18% (IFOP JDD). Dans les périodes les plus dramatiques de l’histoire récente, le niveau le plus bas des cotes présidentielles, au temps de Mitterrand, Chirac, Sarkozy, tournait aux alentours de 30% à 25% minimum. Les chefs de l’Etat successifs conservaient un socle de partisans, d’environ un tiers à un quart – au pire – qui les soutenait quoi qu’il arrive par delà les aléas de la vie politique. Aujourd’hui, ce plancher a été crevé. Il faut y voir trois types d’explication:

  • La situation générale du pays, notamment ses 3,3 à 5 millions de chômeurs dont le président est tenu pour partie responsable, à tort ou à raison, son déclin économique lié à l’asphyxie fiscale, son profond malaise, sa fragmentation et sa violence… En Ve République, le chef de l’Etat joue naturellement ce rôle d’exutoire, y compris en ce qu’il peut avoir d’excessif.
  • La contradiction fondamentale à laquelle il est confronté: élu par une majorité de gauche voire de gauche radicale, il tient aujourd’hui un discours dit « social démocrate », ou gestionnaire selon un schéma classique de la « gauche » au pouvoir en France: le rêve puis le retour au réel (1924-1926, 1936, 1981-1983, 2012-2014).
  • Un phénomène relevant de la pure psychologie des foules, difficile à expliquer et à traduire car irrationnel, passionnel, viscéral: un déficit d’image personnelle, ressentie, deux ans après, non pas comme antipathique, mais comme insaisissable, insondable, fausse, brouillée.

Face à une impopularité de plus en plus perçue comme irréversible, le monde médiatique est prêt à le lâcher et joue en ce moment deux cartes pour tenter de sauver le parti socialiste en 2017. Nous le voyons bien, cela crève l’écran: un matraquage inouï en faveur du parti politique créé par Monsieur le Pen (voir, encore et toujours, France 2 jeudi 10 avril) afin de brouiller les cartes et de tenter de le placer à la tête de l’opposition, interdisant alors toute perspective d’alternance; le report des espoirs sur Manuel Valls, dont on compare la cote de popularité élevée (58%) à celle du président, nonobstant le caractère récent de son installation à Matignon. Ce dernier peut-il, d’un fantastique coup de bluff, transcender la contradiction fondamentale de la « gauche » au pouvoir, entre le rêve et la réalité? C’est tout l’enjeu des mois à venir…Couv. Histoire présidents

Maxime TANDONNET

 

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

15 commentaires pour Le miroir brisé

  1. Hurluberlu dit :

    La détestable Constitution de V° République remaniée en 1962 dans en sens démagogique a conduit pour des raisons électorales la gauche réformiste à s’allier avec la gauche révolutionnaire (Programme commun de la Gauche de 1972 dirigé par F. Mitterrand qui avait pourfendu le système en 1964 !). L’idéologie révolutionnaire a contaminé par osmose la gauche modérée et même bien au-delà . . .
    L’opinion semble se retourner mais on ne change pas instantanément de mauvaises habitudes prises voilà 2 ou 3 générations.

  2. François dit :

    Bonjour M. Tandonnet,

    Quelques réflexions :

    1 Un Premier ministre de « combat » (sic) ne peut être jugé qu’après l’épreuve du feu. Or, à part un discours devant la représentation nationale, qu’avons-nous de concret à nous mettre sous la dent ? Nada ! Soyons patients et attendons le baptême du feu et les premières difficultés.

    2 Les sondages et la réalité forment souvent un très mauvais ménage. Nos instituts (IFOP, SOFRES, etc.) avaient-ils prédit la déculottée des municipales ? Que nenni ! Alors, il faut savoir garder raison devant ces chiffres et se souvenir que les sondeurs ne sont pas neutres (les questions posées sont parfois très ambiguës).

    3 L’engouement de la presse vis-à-vis de M. Manuel Valls n’est qu’un phénomène de mode. À sa place, je serais très inquiet d’avoir une cote d’amour aussi haute. Les Romains ne disaient-ils pas : « Arx tarpeia Capitoli proxima », c’est-à-dire « Il n’y a pas loin du Capitole à la Roche Tarpéienne » ?
    Imaginons un instant que ce gouvernement décide de supprimer les avantages fiscaux accordés aux journalistes. Nos journalistes resteront-ils longtemps subjugués ? J’en doute …

    4 Que représente le courant de M. Valls au sein du PS ? À peine plus de 5 %, si l’on en croit les résultats de la primaire de 2011. Je suis donc curieux de savoir ce que vont faire ou dire les 95 % restants lorsque la bise sera là.

    Bonne journée.

  3. MICHAUD Alex dit :

    Journée pour la France du MPF le Samedi 26 Avril, à partir de 10h00. Université inter-ages, 6 Impasse des Gendarmes à Versailles (Yvelines). Versailles RER C, Rive Gauche. POURLAFRANCE.FR

  4. Ribus dit :

    « Nous le voyons bien, cela crève l’écran: un matraquage inouï en faveur du parti politique créé par Monsieur le Pen (voir, encore et toujours, France 2 jeudi 10 avril) afin de brouiller les cartes et de tenter de le placer à la tête de l’opposition,  »

    Mais c’est Hollande lui-même qui a choisi de manière délibérée cette stratégie. Dès son élection, il a eu deux objectifs : éliminer Sarkorzy du jeu politique en créant un cabinet noir à l’Elysée et en utilisant les services du syndicat de la Magistrature. Pour hollande, Il faut que Sarkorzy soit mis en examen coûte que coûte. Mais Sarkorzy tient bon et en plus, Juppé peut encore revenir.

    Par ailleurs, comme jadis Mitterand, Hollande a joué avec le FN en le faisant monter dans l’opinion sans s’apercevoir que Marine n’était pas son père. Effectivement, son objectif est de se retrouver au 2è tour en 2017 face à MLP.

    Mais le piège est en train de refermer sur Hollande car tout le monde a compris la manoeuvre. La presse est entièrement dévouée à la gauche depuis longtemps mais le vent tourne, salement pour les socialistes. Alors nos grands courageux de journaleux commencent pour certains à retourner leur veste.

    Je crois pour ma part que Hollande est d’ores et déjà cuit ; ce n’est pas l’UMP ou le FN qui vont nous en débarrasser mais les socialistes eux-mêmes.

  5. dissident dit :

    je ne vois vraiment pas comment VALLS pourrait faire dans l anti socialisme, avec ses soutiens actuels, « quant au matraquage inoui en faveur du fn », vous ne devez pas ecouter beaucoup les radios d Etat proches du pouvoir mr Tandonnet, et le fait que ce soit le 1er ou 2 e parti en termes de suffrages pour le prochain scrutin rend legitime le fait qu il soit invite un soir a une emission politique televisuelle avec le garde fou notez le quand meme que tous les intorlucuteurs de mme Le Pen etaient tous haineux et que tous les coups etaient permis

    • dissident, cela joue dans les deux sens, s’il est le 1er ou 2e parti, c’est aussi parce qu’on le voit sans cesse à la télé! Tout cela est voulu et manipulé. Cela fait au moins 3 fois que je vois mme le Pen à des paroles et des actes! Je zappe sur Itélé et je tombe sur son bras droit, M Florian… Pourquoi jamais M. Dupont Aignan par exemple?
      MT

  6. Freddie dit :

    Je suis surprise par la popularité de Valls et me demande à quoi elle peut tenir. Comment les Français peuvent-ils apprécier quelqu’un qui va toujours au plus facile (s’en prendre aux familles de la Manifpourtous et échouer devant les truands, attaquer Dieudonné mais ne rien dire contre la continuelle propagande antisioniste dans les médias…). Est-ce parce qu’il est photogénique ?

  7. micel43 dit :

    a MOURRIR de rire.:.la droite ,la plus béte du Monde, est en trains de pleurnicher, sur celui quelle a fait ELIRE? les sympatisants et adhérents UMP? sont pour un accord avec le FN et OUI…cela dérange les sois disant élites de la NATION,,MAIS se n »est que la vérité.. demander a celui de la droite FORTE, qui a été au FRONT NATIONAL ?,LES Européennes vont montrer,une fois de plus que le FN va mettre de nouveau ,une BAFFE a cette droite MOLLE..il va bien FALLOIR que ,les quelques politiciens,sourds er Aveugle que pour un retour au pouvoir en 2017, le FN sera INDISPENSABLE.. les électeurs, de droite ON COMPRIS CELA..depuis longtemps..SVP : arréter de nous bassiner avec les pourcentages..il est LA…jusqu »EN 2017 point barre;;;;et si il y a l »UNION de la GAUCHE? SARKO retournera, au CAP NEGRE?

  8. Orage dit :

    Dommage qu’on ne puisse pas vous joindre car j’aurais aimé votre opinion sur un article paru dans Polemia: http://www.polemia.com/jaccuse-loligarchie/

  9. MICHAUD Alex dit :

    – Article de Serge SOUDRAY: VALLS heureuses différences, libre opinion sur CONTRELIGNE.EU.

  10. Frederic_N dit :

    Acceptons une grande partie de votre analyse, mais attention aux mots, et surtout à ne pas faire de l’anti-sarko à l’envers. Laissez cet argument honteux à la gauche et à M Plenel
    Hollande n’est pas responsable des 5 millions de chômeurs, il n’est responsable que d’une petite parti.
    Mais surtout, je trouve qu’il y a des éléments de nouveauté dans la situation actuelle que – vu l’influence de ce blog – on aurait tort de passer sous silence. N’oubliez pas que même pour nous, il est plus confortable de dénigrer que de construire. J’en vois deux
    1. « l’anti Le pen » est en train de changer d’âme.. et on aurait tort de ne pas le voir. La génération « SOS racisme » va commencer à ranger ses gaules dans le PS et dans les médias
    2. Mais surtout la popularité de Valls ouvre une période nouvelle dans la vie politique. Car elle n’est pas le fait des médias, Valls fut-il un maître es-communication. Elle correspond – et chacun l’a compris – à une véritable prise de conscience dans l’opinion « qu’on ne peut pas continuer comme avant » , et « qu’il faut faire quelque chose » , et que ce « quelque chose est plutôt à droite » : l’entreprise, la sécurité, la fin de l’anti-France.
    Qu’on le veuille ou non – et sans doute pour la première fois depuis 25 ans – s’ouvrent des marges de manœuvre à qui voudrait sortir de la politique étatiste et mortifère que la France a suivie sans discontinuer depuis Mitterrand : les tentatives de la droite ayant toujours été velléitaires. Nul ne sait si Valls va le faire, mais le fait est qu’il en a les moyens. Et nous avons tous intérêt à ce que Valls emprunte ces voies -là : ne serait-ce que parce qu’il montrerait qu’une politique de droite est aujourd’hui possible et nécessaire. Autrement dit un succès de Valls ouvrirait la porte à la première vraie victoire politique sur le socialisme français depuis 40 ans.. et les électeurs en redemanderont
    Je sais que l’UMP est bête, mais ne pas comprendre cela, se complaire dans l’opposition stupide à la mode Gaudin, c’est la meilleure voie pour perdre les élections

    l

    • FredericN, je peux me tromper mais je ne crois pas que M. Valls à Matignon ouvre une ère nouvelle à l’image de Rocard par ex… Je ne vois pas grand chose de solide derrière l’opération de com, mais vraiment, je peux me tromper. C’est l’avenir qui nous le dira et on ne peut que souhaiter que vous ayez raison!
      MT
      Maxime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s