La com’ et le réel

imagesJe me réfère souvent à ce fameux sondage CEVIPOF de janvier 2014, selon lequel, pour 88% des Français, les politiques « ne tiennent pas compte de ce que pensent les gens comme eux ». Les dirigeants politiques en général (mon propos ne concerne pas le seul gouvernement actuel et il inclut les partis supposés « anti-systèmes ») et « les gens » ou citoyens lambda, vivent dans deux mondes séparés. Il suffit parfois d’observer à la télévision leurs visages dominateurs au sourire arrogant pour sentir le décalage. Tu crois inspirer attirance, prestige et respect, avec ta belle bagnole, ton sourire forcé et tes petits saluts devant les caméras? Tu ne suscites qu’une vague indifférence teintée d’ironie. L’homme ou la femme politique national, médiatisé, vit pour l’essentiel dans un monde virtuel dominé par la recherche du bon mot ou de la formule emblématique qui fait mouche « pacte », « gouvernement de combat », « euro-mondialiste », pour ne reprendre que les dernières expression entendues ici et là. Il adore les polémiques violentes – d’où l’agressivité de la vie publique – qui donnent une fausse impression de mouvement ou de dynamique. Cette fuite dans la communication et déconnexion du réel, tournée vers la politique pure – la conquête et la préservation de rentes de situation – s’effectue au détriment de l’action et de la décision, de l’intérêt public. Gouverner, c’est frimer. Elle se heurte à deux obstacles majeurs. Dans une situation de crise de société dramatique, avec le chômage de masse et les difficulté de la vie quotidienne, elle devient insupportable aux citoyens lambda qui souffrent dans leur chair. En outre, cette dérive dans la communication repose sur la croyance répandue dans les élites politiques d’avoir affaire à des individus crédules et aisément manipulables. Erreur fondamentale: sans verser dans les clichés sur le bon sens populaire infaillible, il existe une intuition profonde des gens qui sentent quand on se fout d’eux. Et cela, les politiques nationaux, médiatisés (je ne parle pas des élus de terrain bien sûr) sont absolument incapables de le percevoir.

Maxime TANDONNET

 

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

33 commentaires pour La com’ et le réel

  1. Frederic_N dit :

    Bonjour Maxime
    J’interviens un peu en retard, sur ce débat, simplement pour souligner combien j’ai été choqué par l’attitude de l’opposition hier lors de la présentation de M Valls au Parlement : et plus encore par le fait qu’aucun média ne s’en soit offusqué. Il est vrai que tout le monde fait pareil ! Qu’on le veuille ou non, Valls est le premier ministre, il présente la politique qu’il va suivre. Et la moindre des choses serait de l’écouter en silence et même de l’applaudir. Ces chahuts permanents sont dignes d’une cour d’école, et participent de ce que vous dénoncez : l’enjeu n’est plus que dans la com, fût-elle du niveau 7 ans
    Mais qu’on regarde autour de nous et qu’ON PRENNE EXEMPLE sur les étrangers, cela nous changera . Par exemple sur les Anglais. Eux au moins respectent les « Communes ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s