La barbarie

images18N4B6F1Le 4 février 2014, nous apprenons que dans l’Isère, trois adolescents de 12 à 15 ans ont  lynché un jeune handicapé mental, Yoan, « pour s’amuser » et diffusé la scène sur Internet. Les atrocités, dans la société française, nous y sommes habitués, enfants et personnes âgées, femmes seules martyrisés,  passages à tabac, viols, massacres. Seule une infime partie de la réalité franchit le seuil de l’indifférence et atteint nos oeilles. Pourtant, l’agression violente et gratuite d’une personne handicapée mentale, je ne sais pourquoi, me procure un frisson d’horreur supplémentaire (sans doute parce qu’elle incarne l’humanité en ce qu’elle a de plus fragile). Certes, les auteurs de cet acte sont des adolescents privés de repère, de référence, de notion de l’interdit, des premiers rudiments d’éducation. Mais il y a pire, cette perversité de l’espèce humaine à l’état de nature qui s’exprime sans barrières. La barbarie n’appartient pas seulement au passé, mais aussi sous des formes plus diffuses et diluées, au présent. L’avenir lui ouvre grand les bras, ce bel avenir sans livres, sans morale, sans respect ni compassion, avenir de l’individu roi dès son plus jeune âge, sans dieu ni maître, arbitre du bien et du mal, où  martyriser les plus faibles, enfants, malades, isolés, puis diffuser leur martyr sur Internet fera office de loisir suprême. Non, non, je ne suis pas pessimiste, pas du tout, en aucun cas! Je regarde le monde, la vie, les autres, n’ai aucune illusion sur l’homme en général. Réaliste, lucide, c’est tout…

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour La barbarie

  1. MICHAUD Alex dit :

    – Frédéric-Jérôme PANSIER. La peine et le droit. PUF/Que sais-je?.

  2. Anonyme dit :

    Bonjour Maxime,

    Ce que vous denomez barbarie, je l’assimile aux lois de la jungle et a l’effet de groupe ou plutot de meute. les plus forts profitant de la faiblesse de l’autre.
    La loi du plus fort ou du plus nombreux. Tout comme en RCA ou un musulman suppose du seleka a ete recemment tue et debite en morceau. L’histoire ne dit pas si d’aucun se sont emus a ce point alors que les Selekas en faisaient autant au chretiens.
    Nous avions des valeurs en France comme l’humanisme et la main tendue vers ceux qui avait moins que nous n’avions. Ces valeurs que nous aurions du partager, sont devenues desuetes pour ne pas dire caduques. A qui la faute?
    Au jeux video violents en vente libre? a la demission de certains parents dans l’education de leur enfants? A un apport exterieur d’un autre mode de vie et d’autres facon de faire?
    ou a la conjugaison d’un peu de tout ca?
    Ce tragique episode me rappelle un documentaire animalier que j’ai recement visionne a la TV, dans lequel deux lions (reputes paresseux pour la chasse) s’en prennent a un leopard. Le scientifique ayant suivi la scene n’a pas ete en mesure d’expliauer le pourquoi de cette situation.
    Bien a vous

  3. georges dit :

    Le terme » Français de souche »semble bien plus préoccupant pour les âmes bien-pensantes.

    • Ben oui, intéressant paradoxe que vous relevez… Deux mots banals suscitent plus d’indignation que violence, barbarie, meurtre, viol, torture… C’est cela notre monde d’imbéciles!
      Maxime

  4. MICHAUD Alex dit :

    Comme pour l’immigration, ce phénomène fut longtemps nié, à droite comme à gauche, avec le fameux sentiment d’insécurité, dénigré comme un simple fantasme paranoide, plus ou moins répandu. Quand on ouvre Le Nouveau Détective, on voit l’étendue des dégâts causée par le déni confortable de la réalité des faits, dans toute leur horreur.

    – Alain BAUER. Violences et insécurité urbaine. PUF/Que sais-je?
    – Philippe ROBERT. L’insécurité en France. La Découverte/Repères.

    Pour les femmes, enquete du journal: # Safe dans la rue sur contributions@20minutes.fr.

  5. Mich dit :

    @beau commentaire Koufra. Je pense qu’une des solutions aux problèmes identifiés par vous et Maxime serait de refaire ‘fonctionner’ de force les anciennes institutions (Ecole, famille, nation). J’entends par là de revenir au fonctionnement de l’époque (année 50-60), ou plutôt de tendre à y revenir. C’est à dire de remettre en place un service militaire astreignant, disciplinaire et de longue durée, de faire des professeurs un corps d’élite bien mieux payé et réduit, investi d’une autorité nouvelle dont il ne doit et ne pourra se défaire. De donner au sport à l’école une autre dimension afin de renforcer la solidarité et de donner un certain exutoire à la violence autre que les écrans. Et enfin alerter les parents sur les dégâts des divorces. Quitte à faire des mini-formation pour devenir parent et à instituer une certaine surveillance pour mieux prévenir les dégâts psychologiques sur la petite enfance.

    C’est en réinstaurant des institutions fortes, a fortiori une autorité, des valeurs et une hiérarchie que nous éviterons le chaos.
    Qu’en pensez vous ?

  6. koltchak91120 dit :

    A la barbarie ordinaire de ces jeunes cons (j’ai bien dit ordinaires, seule leur médiatisation est rare) s’ajoute celle de la justice, par la bouche d’un procureur qui ne voit là-dedans qu’un acte du à « la simple bêtise de ces gamins« .

  7. Freddie dit :

    C’est vrai, c’est répugnant. Ceci dit, Maxime, je pense que notre société fait trop d’angélisme avec les jeunes. C’est lié au fait que nous vivons plus vieux, et que nous sacralisons notre jeunesse perdue. On la sacralise d’autant plus qu’elle s’éloigne et qu’on l’oublie un peu, mais toute personne dotée d’une bonne mémoire peut se souvenir que les cours de récréation sont pleines de sadisme. N’oublions pas qu’il n’y a pas si longtemps en Europe, on vivait beaucoup moins longtemps, qu’il y avait des mères de famille nombreuse de 18 ans, des rois de 12 ans, des guerriers juvéniles, et que l’Histoire de France, avec toutes ses cruautés, a jusqu’à récemment été construite par des gens très jeunes. C’est uniquement l’allongement de la durée de la vie, et la nécessité, pour être opérationnel dans une société développée, de passer par de longues années d’étude au cours desquelles on a un statut intermédiaire en tant que personne nantie d’un corps adulte mais encore incapable de s’assumer, qui ont créé cette « jeunesse » actuelle prolongée que nous aimerions croire innocente.

  8. koufra dit :

    La fin de l’humanisme, la fin de la compassion
    C’est peut être uniquement une perception du à l’âge avançant et au sentiment de n’avoir pas de prise sur le monde mais il me semble que l’humanité évolue vers une nouvelle société privée de connaissances, de réflexion sur elle-même et ayant de moins en moins de compassion pour ses semblables.
    Un fait divers parmi d’autre a vu un handicapé se faire agresser, torturer pas un groupe de jeunes gens entre 12 et 15 ans. Ils ont filmé leur acte et ont diffusé leur vidéo sur leurs comptes facebook.
    Ils l’ont fait car étant mineurs, ils savent pertinemment qu’ils ne risquent que peu de choses…
    Se comportant en niant l’humanité de le cette victime et avec la volonté de le rendre public, on peut s’interroger sur leurs motivations. Pour eux, ils s’agissaient de s’amuser.
    Ce type de fait divers associant vidéo et dénégation de l’humanité devient de plus en plus courant :
    • Des « tueurs-fous » imitant d’autres fous ou personnages de fiction tirent sur plusieurs personnes de manières à ce que les média puissent arriver,
    • A Londres, des passants filmés des terroristes en train de décapiter un soldat britannique qu’ils avaient renversé avec une voiture
    • Au Kenya, lors de l’attaque du centre commercial de Nairobi, les terroristes se sont livrés aux pires exactions et ont tout filmé (accrocher des corps à des crocs de boucher, faire mourir des enfants des chambres froides, trancher des corps…)

    Primo Levi disait : « L’Enfer, c’est là où il n’y a pas de pourquoi ».

    Dans tous ces faits divers, il n’y a pas de rationalité. On pourrait toujours essayer de comprendre l’irrationnel, mais cela n’aurait probablement pour conséquence que de l’excuser…

    Il fut un temps où l’humanité développa une doctrine simple : l’humanisme. Elle visait simplement à vouloir faire de l’homme quelqu’un de meilleur, non pas en lui changeant sa nature mais en le faisant évoluer par la connaissance, par la réflexion, l’apprentissage de diverse discipline.
    Cette doctrine visait à le rendre libre en lui donnant capacité à exercer ses choix en conscience et en mesurant les impacts par la connaissance et par la réflexion : il s’agissait d’exercer son libre arbitre.
    L’homme mettant en abime son propre comportement, ses propres pulsions, sa conscience d’être humain au même titre que l’autre, pouvait faire preuve de compassion.
    Aujourd’hui, il semble qu’on soit bien loin, de cette objectif de la renaissance. L’homme devient une marchandise comme les autres. Il n’y a donc plus besoin de le faire penser. Tous les liens de l’humanité sont en train de se défaire, familles, nations, … comme si il s’agissait de défaire le tissu de la civilisation.
    Que pouvons-nous faire contre ce mouvement profond de perte de valeurs, de repères, qui conduit clairement l’humanité vers une situation ou l’autre n’aura à nos yeux plus aucune valeur, nous serons libres d’en faire ce que nous voudrons du moment qu’il soit plus faible que nous.
    Le retour à l’esclavage n’est donc pas à terme une hypothèse si farfelue que cela.

    Les exactions de ces jeunes gens ne sont donc qu’un exemple parmi de beaucoup trop nombreux autres. Ils n’ont, semble-t-il, pas eu la moindre compassion pour la détresse de ce jeune handicapé mental bien incapable de se défendre.

    Ces jeunes gens vont grandir, vont-ils devenir meilleurs et aller sur la voie de la rédemption ou trouver plus confortable de ne pas se remettre en cause et continuer à faire le mal ?
    Il ne s’agit pas de jeunes gens avec des têtes bien pleines ou bien faites. Quel libre arbitre pourront-ils exercer… J’ai bien peur que n’ayant aucune sanction, la remise en cause ne soit pas l’axe qu’ils choisiront.
    La lettre « Y » était un symbole de l’humanisme, du fait de sa forme, elle symbolise le choix entre deux chemins, l’exercice du libre arbitre.
    Notre société est à la croisée des chemins et il serait bon qu’elle remette à l’ordre du jour la conception humaniste du monde.
    Sans cela, il est hélas à craindre, que la déshumanisation de la société soit totale, on ne maitriserait alors plus le chemin de l’humanité qui pourrait finir par s’autodétruire, comme des rats enfermés.
    La compassion est une valeur que plus personne n’arrive à exprimer, faute d’autorité morale pour la porter.
    « Qui se connaît, connaît aussi les autres, car chaque homme porte la forme entière de l’humaine condition. »
    Montaigne

    Cordialement
    Koufra

  9. Plume dit :

    Monsieur Tandonnet,
    Le genre de violence dont vous parlez n’a-t-il pas toujours existé ? Peut-être était-ce encore pire dans le passé où les déficients mentaux, les orphelins, et autres personnes sans défense et ne rentrant pas dans les cases admises par la société, étaient traités comme des bêtes ? Il n’y a pas si longtemps, les soignants ne considéraient-ils pas que les nourrissons et bébés ne ressentaient pas la douleur ? Des personnes âgées ou handicapées ne sont-elles pas encore maltraitées par des personnels adultes censés les soigner et accompagner leurs souffrances, voire par leur propre famille ? …. Au moins de nos jours s’émeut-on de ce genre de comportement cruel (sauf que la loi envisagée par Mme Taubira fera sans doute que de tels tortionnaires ne seront plus enfermés…).
    Cependant, notre société qui se veut exemplaire et humaniste et se targue d’être un modèle en matière de droits de l’homme, s’adonne à des violences insidieuses tout à fait acceptées, revendiquées, promues officiellement puisqu’il s’agirait, parait-il, de ‘progrès’ : l’enfant traité comme une chose –au sens littéral– à laquelle on aurait droit (‘il s’adapte’ aime-t-on penser et dire, que l’on soit couple ou mère carriéristes, couple homo, jeunes parents d’un certain age, etc…), l’enfant que l’on traite comme un cobaye dans nos école (enseignement de la fameuse ‘théorie’ ‘qui n’existe pas’), la mort envisagée comme un droit (comme l’a fait remarquer un élu PS à propos d’euthanasie, il ne faut pas dire tuer, mais ‘terminer la vie’…pour ne pas heurter la sensibilité exarcerbée de toutes ces personnes gonflées de bonne conscience et d’humanisme –alors que nous autres sommes des fascistes intolérants et rétrogrades, bien sûr…).
    Merci aux organisateurs de la Manif pour tous et leurs participants qui ont montré aux media et à tous que non, tous les Français ne vont pas dans le sens du pouvoir en place, malgré ce que veulent nous faire croire les politiques de gauche et les media (France2 étant devenu un véritable porte-parole du gouvernement –voir le contenu de ses JT).

  10. MICHAUD Alex dit :

    Cette décadence est démontrée par le doublement des faits délictuels signalés sur PHAROS, depuis sa création, voici cinq ans: internet-signalement.gouv.fr. Portail officiel de signalement des contenus illicites de l’internet. Encore faut-il que les sanctions prévues soient automatiquement appliquées, et pas seulement ponctuellement sous la pression médiatique, comme pour ce pauvre chaton et ce malheureux handicapés, qui ont eu la malchance de croiser ces barbares.

    Sur la théorie versus pratique, voir l’ouvrage d’Alain PAPAUX. Introduction à la philosophie du droit en situation. De la codification légaliste au droit prudentiel. SCHULTESS-BRUYLANT. Disponible à la Librairie Générale de Droit et de Jurisprudence LGDJ.FR, qui propose aussi le livre de Philippe MAAREK. Communication et marketing de l’homme politique. LEXISNEXIS.

  11. François dit :

    Violence dans la rue, dans les transports en commun, dans les stades, à l’école : violence partout ! Quelle réponse est apportée ? C’est la faute à la société ! Marre de cette culture de l’excuse, de l’angélisme à deux sous d’une certaine gauche et d’une certaine droite, qui ne jurent que par Rousseau (c’est d’ailleurs le seul auteur qu’ils ont retenu du siècle des Lumières).

    Le phénomène des « sauvageons » n’est pas prêt de s’éteindre avec une magistrature qui s’amuse à placarder sur son « mur des cons » des parents de victimes (cf. le père de feue Anne-Lorraine Schmitt). Avez-vous regardé l’émission « C dans l’air » d’hier dont une des invités était Éveline Sire-Marin, ancienne présidente du Syndicat de la magistrature ? Ses réponses étaient affligeantes, atterrantes, totalement décalées par rapport à la réalité pourtant étalée devant ses yeux. Avec des juges totalement aveuglés par l’idéologie, on n’est pas sorti de l’auberge ! (1)

    Pour en revenir au sujet même de votre billet, si l’on en croît un article de Valeurs actuelles, on est encore et toujours dans ce système de pensée : « Pour lui [le procureur], il n’y a pas d’autre explication que « la bêtise de ces gamins » et il refuse toute idée de différend entre les cinq jeunes qui se connaissaient pourtant depuis une bagarre survenue quelques jours plus tôt. Le principal acteur de l’agression, âgé de 14 ans, faisait l’objet d’une assistance éducative après avoir été renvoyé de son ancien établissement pour violences. » (2)

    (1) : http://www.france5.fr/c-dans-l-air/societe/delinquance-sans-frontieres-40833
    (2) : http://www.valeursactuelles.com/société/agression-d’-personne-handicapée-«-bêtise-gamin-»-procureu

  12. Christian dit :

    Le Christianisme , connaissant la misère profonde de l’homme s’est évertué pendant des siècles à le civiliser . La civilisation moderne n’en veut plus ! Les conséquences sont catastrophiques et la barbarie revient en force ! Bon courage messieurs les socialistes pour qui le bien et le mal n’existe pas , messieurs les libéraux sans freins qui considérez que la nature de l’homme et la femme n’existe pas , vous avez ouvert la boîte de pandore et vous risquez de récolter la tempête dont vous ferez rassurez-vous largement les frais !

  13. Sceptique dit :

    Le mode animal de hiérarchie, « dominant, dominé », est constaté chez les enfants*, et réapparait à l’adolescence. Les faibles, les timides, et les handicapés ne sont pas gâtés. Il revient aux éducateurs de rétablir les valeurs humaines. Dans le cas qui a fait scandale, ils n’étaient pas présents. C’est la fierté imbécile des agresseurs qui les a trahis. De même pour le lanceur de chat.
    S’il y a des problèmes de violence « culturalisés » dans notre société d’aujourd’hui, ayons la modestie de ne pas faire un fromage de tout.
    * »Cet âge est sans pitié » (La Fontaine)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s