A contre-courant

imagesEJIM28F9Eh bien, je vais m’exprimer à contre courant de l’air du temps et de la mode dominante, sur Internet, dans la rue, au Parlement… Il n’est pas d’opposant plus déterminé que je ne le suis à la politique actuelle, le matraquage fiscal et social qui plombe l’économie et l’emploi, le clientélisme (journée de carence), la politique étrangère, éducative, de sécurité et d’immigration… Je suis en désaccord avec son style, sa méthode présidentielle (affaire Léonarda). Cependant, je n’arrive pas à comprendre  les attaques qui se focalisent sur la personne et la légitimité de François Hollande. Elles me rappellent, inversées, les mesquineries de la haine anti-Sarkozy en 2007-2012. Oui, il est le président élu démocratiquement par la majorité des Français pour 5 ans, avec 51% des voix. C’est ainsi. Un éditorialiste du Point le compare explicitement à un « pingoin ». Cette agression contre le physique d’une personne me répugne. Les déchaînements de ces derniers jours contre ce Monsieur, les livres et papiers, qui après l’avoir encensé pour sa « gentillesse », le traitent de dangereux caractériel,  me font penser à ces lynchages à coups de pied d’un homme, une fois qu’il est bien à terre. A quoi cela sert-il? Voyons, les présidentielles sont dans 3 ans et demi. Croit-on que les coups portés à sa personne vont le pousser à partir? Bien sûr que non et si tel était le cas, il n’y aurait plus de pouvoir politique possible à l’avenir. D’ailleurs, à l’heure d’aujourd’hui, personne n’est prêt à le remplacer. En s’en prenant à l’homme, on néglige la critique de la politique.  Penser l’affaiblir, 40 mois à l’avance, au point d’empêcher une réélection en 2017? C’est la pire des méthodes car elle ne peut qu’entraîner une réaction contraire de l’électorat. Et puis quoi, si en 2017, notre camp l’emporte, que ce passera-t-il dans ces conditions, une nouvelle déferlente de haine contre le prochain président, la paralysie, la violence, l’extrémisme, la guerre civile? L’Elysée devient-il le bouc émissaire des névroses de la société française?  Il faut en finir avec ce climat pourri et revenir à la politique au sens noble du terme, la préparation de l’alternance et du programme de gouvernement…

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

24 commentaires pour A contre-courant

  1. koufra dit :

    Bonjour Maxime,

    Lorsqu’un journaliste traite le président de pingouin, c’est ridicule, mais on ne peut lui en vouloir (les pingouins peut être, dirai je avec malice…), en effet, les journalistes sont des girouettes, et comme disait M. de Talleyrand, « ce n’est pas la girouette qui tourne, c’est le vent ».

    Néanmoins, sur le fond, il faut distinguer, je pense, les attaques contre le président et les conclusions qu’on en tire.
    Les attaques sont de 3 types :
    • Attaques envers la personne (contreproductives comme vous le démontrez très bien)
    • Attaques envers la contradiction entre la personnalité du président et la dignité requise par la fonction
    • Attaques envers la politique menée (« vaste programme » comme disait le général dans des conditions finalement pas si éloignées…)
    La lettre ouverte ci-dessous, reprend, à mon sens, plutôt bien le dernier point, bien que la liste se soit déjà beaucoup allongée…
    http://unionrepublicaine.fr/lettre-ouverte-a-son-excellence-m-le-president-de-la-republique/
    Lorsqu’on attaque le président, on peut le faire avec pour objectif d’empêcher sa ré élection en 2017 ou de remettre en cause sa légitimité.
    Personnellement, je la remets en cause pour les raisons suivantes :
    Le gouvernement est échec sur les plans de :
    • La sécurité intérieure
    • La politique étrangère
    • La politique économique
    • La doctrine sociétale soutenu par le gouvernement est extrêmement dangereuse et vise à favorisée des minorités tout en menant un politique globale menant à la communautarisation de la France,

    Le Président n’a plus ni l’assise, ni la confiance suffisante dans l’opinion pour mener à bien les réformes qui sont nécessaires à la France.

    Ces réformes, la France en a besoin sans délai. Nous ne pouvons pas attendre 3 ans et demi.

    Nous ne pouvons pas sacrifier le pays et la nation sur l’autel des règles d’un régime politique à bout de souffle. N’est-ce pas exactement ce que fit le général lorsqu’il mit fin à la IV ème république !

    Le problème que vous soulevez légitimement, c’est qu’il n’y a personne qui ait pour l’instant démontré une telle envergure, ni qui ait une légitimité historique à diriger la nation. Si le président actuel venait à démissionner, il n’est donc pas dit que quelqu’un serait en mesure de réunir les français pour affronter les défis qui nous menacent, et l’instabilité crée serait dangereuse.

    Néanmoins, cela sera-t-il moins vrai dans trois ans et demis et pouvons-nous prendre encore 3 ans et demi de retard ?

    M. Tandonnet, vous avez des idées, des convictions, une expérience forte sur de nombreux domaines régaliens, vous n’êtes jamais tombé dans l’excès publiquement, vous avez une intégrité morale et humaine. Même en aimant pas la lumière, votre implication en politique apporterait je pense une certaine bouffée d’air dans la France actuelle.

    En tout cas, vous auriez mon appui, et de nombreuses personnes vous soutiendrez. Parfois on n’a pas le choix, de s’engager ou pas, on est appelé à le faire.
    C’est bien confortablement assis à mon bureau que je vous dis cela, nous sommes bien d’accord ! 🙂

    En vous souhaitant par avance un très bon week-end.

    Koufra

    • Koufra, merci beaucoup pour tout ce que vous écrivez, je n’y peux rien la lumière me brûle les yeux, je suis un homme de l’ombre ou plutôt de la nuit!
      Maxime

  2. Philippe de Lestapis dit :

    je comprends bien votre point de vue au sujet des attaques sur la personne du président mais je pense qu’il faut lutter plus que jamais sur le changement de société qui nous est imposé par des politiciens idéologues qui nous menacent en ce moment cordialement

    • Philippe de Lestapis, entièrement d’accord, mais comme je le dis à mon entourage, il ne faut pas avoir peur de la crétinerie, elle sera balayée, je vous le promets!
      Maxime

  3. Duff dit :

    Bonsoir Maxime,

    Etant résolument opposé à la gauche sur pratiquement tous les sujets, je perçois l’application cohérente d’un projet, pour l’essentiel annoncé, auquel je suis défavorable par conviction. Il n’y a que le volet économique qui véritablement affaiblit la majorité actuelle : Fini les déclarations fracassantes anti-business, Hollande a sifflé la fin de la récré après avoir pris connaissance de toute sorte d’indicateurs lui prédisant une débâcle alors qu’au fond, depuis mai 2012, il ne cherche qu’à réduire le déficit publique tandis que ses électeurs les plus à gauche étaient et restent convaincus que l’on peut (et doit même!) faire un bras d’honneur à nos créanciers. Je critique la méthode mais pas le fond, qu’il y ait des idéologues dangereux dans le gouvernement c’est un fait à combattre sur le plan des idées et non, comme il m’arrive de le faire par facilité et découragement, en raillant l’apparence. Idem pour Hollande.

    Je suis d’accord avec vous sur l’excessif acharnement sur Hollande qui conduit à rendre inaudible des débats de fond sur sa politique. L’UMP n’est pas fautive mais ses dirigeants proposent un projet sans en délivrer la philosophie : Quel rôle pour l’état demain? Quelles missions assurer et comment et quelles missions à déléguer au privé? Rien de tout cela n’est débattu autant parce que le brouhaha fiévreux couvre ses questions autant par l’absence de position tranchée et cohérente de la part de l’opposition. On assiste effectivement à une opposition aussi stérile et même puérile voire gratuitement haineuse à laquelle les socialistes se sont minablement livrés entre 2002 et 2012.

    J’ai regardé quelques passages TV de Thatcher sur la BBC entre sa prise du pouvoir du parti conservateur jusqu’à son élection au 10 downing street : En 1979 elle n’a pris personne par surprise, elle avait non seulement tout dit avant mais aussi pris la peine de justifier intellectuellement ses motivations. Nous en somme à 100 000 lieues, Marine Le Pen étant tout aussi inconséquente : Comment faire croire que la simple sortie de l’euro permettrait de gagner un bol d’air d’oxygène suffisant pour se dispenser de réformes profondes de notre modèle social ultra-étatiste tout en desserrant la pression fiscale? Soutenir les bonnets rouges sans reconnaître sérieusement devoir s’attaquer à la dépense publique est une bouffonnerie de mauvais goût. Et Juppé de dire que le projet de l’UMP était trop libéral alors qu’une analyse brève m’a conduit à conclure qu’en fait, en passant sous silence les vrais enjeux, le projet de l’UMP ne l’était même pas…

    C’est pourquoi l’opposition est morcelée, gueularde, informe, superficielle, préférant railler les expéditions nocturnes en scooter que sur le fond quitte à faire l’impasse sur l’analyse de fond qui permettrait à une majorité d’électeurs d’accepter les durs efforts à consentir avant de pouvoir en jouir. Pour finir, la gestuelle, les petites phrases de Nicolas Sarkozy d’aujourd’hui ne m’ont pas plu. Il est de loin, le seul en fait, à disposer du charisme, de la force de persuasion pour porter un message fort et lancer des chantiers. Seulement en donnant la même image de lui-même que celle qui prévalait au moment de sa défaite, celle d’un homme qui a beaucoup remué les bras sans terminer au bout une réforme, celui qui économiquement a tâtonné autant qu’Hollande, il me semble prendre le risque de griller ses cartouches.

    Bonne fin de semaine,
    Cordialement

  4. Aurore dit :

    « Oui, il est le président élu démocratiquement par la majorité des Français pour 5 ans, avec 51% des voix. C’est ainsi. »
    Mais il est aussi vrai que s’il a été élu légalement, selon notre constitution, il n’en a pas moins été élu avec seulement 37,80% des voix des inscrits.
    Président d’une minorité de français, il est clair que leur majorité peut difficilement accepter d’être représentée par un tel homme.
    Je ne sais pas comment il faudrait faire, mais il faudrait songer à revoir ce mode de scrutin.
    Au deuxième tour, tout candidat n’ayant pas obtenu la majorité absolue des inscrits devrait ne pas pourvoir se représenter au suffrage universel pour au moins 5 ans.
    Donc, légal oui. « Elu démocratiquement », est une expression qui me gêne dans la mesure ou pour moi, diriger et représenter un pays lorsqu’on a qu’on a obtenu 37,8% des voix, me paraît source fatale de problèmes.

    D’autre part, j’ai tellement honte de lire ce que dire et faire cet homme, que je ne peux pas imaginer qu’il soit un jour « mon » président.
    Il suffit de lire les « blagues » faites en Inde.
    C’est absolument impensable et inimaginable.

    Enfin, après avoir entendu ces horreurs sur M Sarkosy (ce qui lui a permis d’être battu pour des broutilles genre Fouquet’s, moins cher et plus banal que le Laurent, entre autres reproches de bling bling véhiculés par une gauche manipulatrice), je suis heureuse de pouvoir en faire autant envers cet homme que je méprise.

    Et je ne le prend pas comme un bouc émissaire! je le prends pour ce qu’il est : un homme manipulateur, ivre de son pouvoir, de sa puissance et de sa gloire (éphémères) et qui se fiche des autres totalement !
    Malheureusement pour nous, il a choisi des ministres aussi tordus que lui, que je méprise de la même façon.

    Ce n’est pas très chrétien, mais j’assume totalement.

  5. Gérard1 dit :

    Bonsoir Maxime,

    Nicolas Sarkozy a été malmené à hauteur de l’homme qu’il incarnait, du président qu’il a été.
    Hollande est malmené à hauteur de ce qu’il est, c’est à dire RIEN. Faire le parallèle entre les deux hommes est risqué. Je n’ai pas voté pour Hollande, il n’est pas mon président et il me donne raison chaque jours « que dieu fasse » (ça c’est embêter les laicards).

    Mes amitiés Maxime, et à tous.

  6. UneVoix dit :

    Moi je n’y vois qu’un exercice de com’.
    Il faut un bouc émissaire pour être « responsable ».
    Cela permet de faire passer un tas de réforme. CDI, impôts et tout le toutim.
    On a plus de président depuis un moment. On a que des marionnettes.

  7. Freddie dit :

    Hélas oui, Hollande est légitime, même s’il a eu peu d’électeurs actifs, car les abstentionnistes aussi l’ont mis sur son trône. Qui ne dit mot consent. Et hélas oui, ce président sans classe est à l’image de la majorité des Français. On le constate tous les jours. Le problème n’est pas la légitimité de Hollande, le problème est la façon de penser du peuple qui l’a mis là où il est. Ne nous faisons pas d’illusions sur nous-mêmes.

  8. efluxus dit :

    Mr Tandonnet,

    De mon point de vue, je constate que, comme vous, pratiquement aucune action politique actuelle ne va dans le bon sens. La seule chose qui compte est l’amélioration de la vie de la majorité d’entre nous.

    Je ne suis donc pas certain que vous et moi, ainsi que des millions d’autres citoyens (La Rue), soyons à contre courant. La majorité d’entre nous ont une vue binaire des choses : Ça va mieux ou ça ne va pas mieux.

    En effet, l’air du temps, c’est simplement l’opinion de la presse, nombreuse, répétitive, people… Quant au web, seuls quelques énergumènes bruyants (rarement dans l’excellence) sévissent et quelques perroquets ne font que répéter, sans toujours comprendre ce qu’ils diffusent.

    Nous savons tous d’où viennent les attaques sur la personne de François Hollande. Entre les torchons subventionnés encore appelés Presse d’information, et les pseudo experts autoproclamés, les intervenants cités ne font donc que combler le vide intellectuel ambiant.
    Je pense même que François Hollande (…Et Nicolas Sarkozy en son temps) n’en sont pas si mécontents, tant ils n’ont rien à dire ni à décider.

    Et nous en revenons toujours au même sujet : Comment, sans lâcheté ni pitié, critiquer un pantin bruxellois ? Je ne peux même pas lui en vouloir.
    C’est à nous tous que j’en veux :
    – A notre crédulité récurrente à chaque campagne électorale.
    – A notre manque collectif d’intérêt pour la chose politique.
    – A notre suicide intellectuel, visés devant TF1 et la pub.
    – A notre sens de l’imagination, débordante au point de croire que l’on peut « décréter » un peuple européen.
    – A notre bêtise collective de nous laisser déposséder du vrai sens du mot « démocratie », au point de croire que nous y sommes (même s’il y a pire ailleurs… Et alors, cela change quoi ?).

    Nous n’avons que ce que nous méritons. Il ne tient qu’à nous de ne pas nous complaire dans un clivage gauche / droite aussi prémâché qu’insensé.

    A quand la maturité populaire ?

  9. Bernard DUJARDIN dit :

    C’est la conséquence du quinquennat, qui place le président en première ligne comme il rend inexistant le premier ministre.
    FALLAIT PAS VOTER POUR !

  10. fleur dit :

    Bonjour à tous, la gêne physique à l’encontre de quelqu’un, la haine pure, sont à bannir (c’est mal). Mais là…
    Le Président a été élu dans des conditions douteuses (grosse abstention, votes achetés à Marseille ou truqués en Guyane, et un Sarkozy tiède). Il agit contre les lois inscrites dans le coeur de son peuple, puis s’attaque directement aux 10 commandements et à tout ce qui peut faire notre unité nationale et notre universalité. Pourtant le système de la Vè république sous-entend un soutien réel du peuple à son Président. Cf De Gaulle qui partait quand on ne voulait plus de lui.
    De plus, il y a une accumulation de mensonges. L’actualité du jour est l’ABCD de l’égalité, et de la théorie du genre qui serait une invention d’extrémistes. Voici un article qui prouve que les faits sont réels:
    http://www.midilibre.fr/2013/11/25/l-abcd-de-l-egalite-cree-le-malaise-dans-les-ecoles,788000.php
    La méthode de gouvernement est de monter les français les uns contre les autres, et d’accuser les opposants de crimes contre les droits de l’homme, de folie, de délire obsessionnel.

    Mensonge accusateur, faux témoignages, haine de Dieu et du Christ, et de l’amour entre une homme et une femme, adultère encouragé, suicide encouragé, drogue encouragée, avortement encouragé et remboursé, mépris de l’héritage culturel, haine du père, haine de la maternité, non respect des parents, dissolution de la filiation familiale, suppression des droits familiaux, vol par l’Etat des propriétés des citoyens pour payer une dette qu’ils contractent en leur nom, absence de condamnation des faits de vol, viol, et autres crimes et délits (et ne parlons pas du dimanche travaillé)…
    C’est horrible ce qui arrive et les conséquences seront encore pires. Il faudra une vraie réparation et l’UMP n’est pas au niveau. Je penche de plus en plus pour Louis XX. Voilà un vrai contre-courant:

    http://www.lerougeetlenoir.org/les-opinantes/journee-du-souvenir-discours-de-louis-xx

  11. MICHAUD Alex dit :

    Aujourd’hui Jeudi 30 Janvier 2014, va commencer à émettre TVLIBERTES.COM à 19 H OO. Après la radio et le net, un nouvel espace de réinformation est lancé.
    D’autres munitions intellectuelles disponibles en livres aux Editions Synthèse Nationale:

    – Collectif. Une autre Europe. Trente points de vue iconoclastes.
    – Robert SPIELER. Le dictionnaire des polémistes.
    – Collectif. L’effondrement du système. Droit de regard, regards de droite.

    Ecoutez RADIOCOURTOISIE.FR, pour que la simple Alternance soit supplantée par une véritable Alternative.

  12. Mich dit :

    J’ai bien conscience que dans notre univers moderne ce type de discours peut sembler complètement désuet. Mais si le même était fait devant des révolutionnaires de 1789 qui n’avaient que le mot de ‘Nation’ à la bouche, je ne donnerai pas cher de la tête de F.Hollande.
    ‘O tempora, o mores’

  13. Mich dit :

    Mr Tandonnet, pour ma part je pense que Hollande est illégitime.
    Il a été élu avec les voix d’un électorat communautaire. C’est à dire avec les voix d’un électorat qui met (sondages à l’appuie), son identité arabo-musulmane devant son appartenance française.
    Voici un extrait d’un article que j’avais écris pour un site en partenariat avec le journal Le Point et qui n’a pas été publié car sans doute jugé trop sulfureux:

    « Le bon fonctionnement de notre démocratie moderne est indissociable de l’idée de Nation et du sentiment d’appartenance à une communauté de destin. En d’autres termes, pour que le chef d’une nation démocratique en soit le chef légitime, encore faut-il qu’il ait été élu par des individus ayant pour allégeance première la nation en question. Tout cela peut sembler une évidence. Une évidence politique, philosophique. Mais aussi historique: ainsi ce n’est pas un hasard si à la fin du XVIII ème siècle émergea en même temps l’idée de nation et de gouvernement du peuple. Cependant, c’est une évidence qu’on a trop vite tendance à oublier.
    (…)
    On peut reprocher au citoyen lambda de n’être pas le plus au fait des enjeux lors de son vote. On peut lui reprocher son manque d’intérêt, sa passivité, son ignorance, la facilité avec laquelle il peut être manipulé ou encore le fait de voter selon des préoccupations pécuniaires et court-termistes. Certes, mais au moins ne peut-on lui reprocher le fait de prendre part à un système qui à été conçu par le peuple et pour le peuple sans se sentir parti de ce peuple, ou, tout au moins, sans que ce même peuple fasse partie de ses allégeances premières. Car dès lors il devient possible de voter dans un système conçu pour une communauté particulière tout en faisant explicitement primer les intérêts d’une autre communauté: c’est la définition même du communautarisme. Des individus en mai 2012 se sont donc directement exprimés au sein d’un système conçu par et pour les français alors mêmes qu’ils donnaient l’ascendant à une autre appartenance, qui pour la plupart, n’est pas seulement spirituelle mais aussi, et surtout, identitaire et temporelle.

    La conclusion à tirer est simple: ayant reçu des voix de la part d’une fraction du corps électoral qui affirme d’elle même que son allégeance première ne va pas à ce corps, Francois Hollande est donc peut être le premier président illégitime de la Vème République. Tout dépend la taille exacte de cette fraction: était-elle supérieure ou inférieure au million de voix qui sépare Hollande de Sarkozy ? C’est la question cruciale. On laissera à chacun le soin de faire ses estimations.  »

    Il ne faut pas non plus oublier que Hollande est le premier président à avoir été élu à la majorité des votants et non des suffrages exprimés!
    On ne peut nier qu’il est là aussi totalement par défaut: absence de DSK, haine de Sarkozy.
    De plus, son bilan en Corrèze aurait du lui interdire de postuler à la présidence.
    Enfin son bilan à la présidence devrait l’amener à démissionner.

    Oui Hollande est illégitime. A contrario, toute tentative de destitution de cet individu, par les règles mais aussi par la force, est de facto légitime.

  14. Freddie dit :

    J’ajoute qu’à mon avis il y a en France un truc beaucoup plus grave que le Hollande-bashing, et c’est le Israel-bashing, avec une tonne de désinformation à la clé (je le constate dans les médias et aussi chez le Français moyen).

  15. Freddie dit :

    Ce problème, Maxime, va au delà de la « peoplelisation » en bien ou en mal de la fonction présidentielle. On vit dans une ère médiatique. Pour arrêter le Sarkozy-bashing ou le Hollande-bashing, il faudrait bien plus que redonner du lustre à la fonction présidentielle ou apprendre aux Français à la respecter. Il faudrait entièrement reconstruire notre société fondée sur l’image, la propagande, le prêt-à-penser et les jugements hâtifs. Je reviens à mon thème de prédilection : balayons devant notre porte. Je connais une copro où le gardien, convaincu de vol (avéré) par un membre du conseil syndical, raconte à tous les copropriétaires que ce dernier est recherché par la police, histoire de le discréditer. Tenez-vous bien : la plupart des copros le croient sans vérifier ! Alors, que celui qui ne prête jamais aucune attention aux ragots jette la première pierre aux médias qui essaient de vivre en exploitant ce travers…

  16. Sceptique dit :

    Je suis globalement d’accord avec vous, mais surtout parce que je défends nos institutions, mises en place, précisément, pour neutraliser la versatilité de l’opinion. Il est quand même probable que l’élection de François Hollande doit plus au rejet d’un Sarkozy incompris, qu’à l’enthousiasme des français, y compris du camp rallié autour de François Hollande. Il est sûrement déplorable que l’opinion préfère le lynchage à la critique raisonnée. Mais qui a cultivé ce virus dans les cerveaux de notre peuple?
    Il devra, à son tour, s’effacer en 2017, mais ça ne sera pas par incompréhension, mais pour les erreurs réelles accomplies.

  17. Le Page dit :

    Le problème est -et vous le savez- constitutionnel. Cette constitution mise en place il y a plus de 50 ans par un homme fort, pour un homme fort (qui ne faisait cependant pas l’unanimité) visait à se sortir des pièges des III et IVème Républiques qui se révélaient difficilement gouvernables. D’où le scrutin majoritaire à deux tours qui donne toute légalité au plus fort et évite l’instabilité gouvernementale. Le problème aujourd’hui est que « l’élu » est de moins en moins fort donc, de fait, de moins en moins légitime, et pour rester s’accroche à une « légalité » illégitime.
    Rappel: Hollande -1er tour (donc son électorat affidé): 22% des inscrits
    Rappel: Députés: Socialistes, majoritaires à l’assemblée avec 17% des inscrits.
    Donc que Hollande avec si peu de « suiveurs » puissent imposer ses 60 mesures sous couvert de légalité alors que 8 Français sur 10 n’ont pas voté pour lui (ses « suiveurs » connaissaient-ils -et approuvaient-ils- seulement la teneur de son programme ?) ne peut qu’amener la situation présente.
    La seule façon de faire vivre ce système serait d’utiliser le référendum pour les sujets faisant débat, mais faire appel au peuple, est pour les élus de partis un aveu ou un ressenti d’inutilité et il n’est pas question pour eux professionnels de la politique d’abandonner le fromage.
    Alors, quel compromis trouver afin d’éviter l’instabilité générée par la proportionnelle directe et le suffrage majoritaire à deux tours qui peut amener certains à oublier qu’il y a un peuple?

  18. Bresito dit :

    Bonjour Mr Tandonnet,
    Je suis en complet désaccord avec votre papier. Vous plaigniez FH de la haine dont il peut être victime. Cette situation n’est que le résultat de sa désinvolture, de sa négligence du peuple français plutôt que de son électorat, qui représente 51% non pas des français, mais des votants, c’est à dire même pas 25%.
    Toutes les décisions d’économie sont faites sur le dos des français, alors que lui et son entourage profitent et dépensent largement.
    Aucun effort n’est fait par nos politiques, pas une économie, les salaires colossaux de ces hauts fonctionnaires, qui sont en fait des indemnités car non imposables, et les avantages, encore une fois pardon, les privilèges, sont innombrables et non chiffrables.
    Quelle compassion pouvez-vous déclencher auprès des concitoyens dans ce dédain de nos dirigeants ?
    Pendant que certains crèvent, d’autres pavoisent.
    Alors qu’il n’a jamais été marié, qu’il multiplie ses infidélités, il demande à rencontrer le Pape François ! Quelle honte !
    Messieurs les politiques, arrêtez de prendre le peuple pour des C… !
    Qu’est-ce qu’il a bien pu lui dire au Pape ?
    Arrêtez ce cinéma de série X au nez de ceux qui paient vos excès et votre incompétence. N’oubliez pas que VOUS êtes ou avez été les dirigeants de la France. N’oubliez donc pas que VOUS êtes Les Responsables et Les Coupables de cette déroute. Les années fastes auraient dû permettre de payer notre dette de guerre toujours pas soldée à ce jour. Vos magouilles, oui je dis bien « Vos », nous ont mis dans la situation où nous nous trouvons.
    Il y a un moment où il faudra que les Coupables en payent les frais.
    Alors, je me demande Mr Tandonnet, si votre position n’est pas ni plus ni moins que la traduction de votre peur à la prochaine échéance électorale de n’être pas mieux aimé que vos opposants en cas d’élection.
    Peut-être que pour être élu, il faudrait que la droite pense à faire voter les poulets de batterie pour récupérer quelques points face aux socialistes, qui eux veulent faire voter les étrangers après avoir déjà récupérer quelques points avec les homos ?
    A quand, autre chose qu’un ENARC à la tête du pays ?

  19. François dit :

    Vous n’arrivez pas à comprendre les attaques ad hominem ? Pourtant c’est relativement simple : c’est le degré zéro de la politique. Taper sur une personne, c’est vieux comme le monde : cela s’appelle un bouc émissaire (cf. Lévitique 16 : 7-10). Cela présente l’avantage de ne pas avoir à s’interroger sur ce que l’on va faire en cas d’alternance. On peut donc l’assimiler à de la paresse et accessoirement cela masque les contradictions ou incohérences qui existent au sein de sa propre famille politique. Ceux qui s’amusent à exciter les colères (justifiées au regard de tout ce que la France endure depuis 20 mois) ne se rendent pas compte qu’ils tressent eux-mêmes la corde qui servira à les pendre…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s