Question de confiance

imagesAttribuer aux seuls socialistes au pouvoir l’unique responsabilité du désastre économique qui frappe la France et la condamne au chômage de masse, relèverait à l’évidence de la mauvaise foi ou du sectarisme. Nous étions déjà passés de moins de 2 millions de demandeurs d’emploi en mai 2008 à 2,9 millions en mai 2012, sous l’effet d’une crise planétaire sans précédent, le phénomène s’amplifiant encore par la suite. En revanche, si la fonction de chef de l’Etat a un sens, une dignité, un honneur, sa parole solennelle prononcée face à des millions de Français, est sacrée devant l’Histoire, devant la France. Le président Hollande s’était engagé, le 9 septembre 2012, sur le 20 heures de TF1, à « inverser la courbe du chômage d’ici un an ». Il s’est trompé puisque la hausse est encore de 60 000 en septembre 2013. Le nombre de demandeurs d’emplois atteint 3,3 millions et aucune embellie n’est envisagée. Dans une démocratie normale, dans un pays où la parole d’un chef de l’Etat a un sens, François Hollande devrait reconnaître son erreur et, sur une sujet aussi grave, engager sa responsabilité devant le pays et lui poser la question de confiance, soit à travers un référendum, soit à travers une dissolution de l’Assemblée suivie d’une élection législative. Puis en fonction du résultat, il pourrait être amené à en tirer les conséquences en démissionnant ou bien en appelant une autre majorité au pouvoir. Nous savons qu’il ne fera probablement ni l’un ni l’autre. Son abstention et son silence, le déni de responsabilité, ne pourront dès lors qu’amplifier le malaise général et le sentiment de naufrage, la crise de confiance entre le peuple et les élites, qui gagne la France dans l’aveuglement de sa classe dirigeante.

Concernant les causes fondamentales du drame français, le tableau ci-dessous est éloquent : le coût global du travail pour les entreprises constitue un boulet infernal qui interdit toute perspective d’amélioration. Nous n’en sortirons que par l’effort et une transformation profonde de notre modèle économique et social pour faire renaître l’esprit d’entreprise.  Et non par la démagogie et le recours à des remèdes d’un autre âge –  protectionnisme ou dévaluation – comme le proclament les partis extrêmes, qui auraient pour effet de nous isoler et d’aggraver encore les malheurs du temps.

1375852_10201478922787852_89616208_n

Maxime TANDONNET

 

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

27 commentaires pour Question de confiance

  1. MICHAUD Alex dit :

    Ce portrait ressemble à un précédent brossé par un journaliste vedette du Figaro:

     » Un homme terne, quelles que soient ses qualités, ne mobilise pas les foules et n’emporte pas, à l’arraché, l’adhésion des hésitants. Mais il y a pire encore. Si un candidat doit faire rever les électeurs, un président doit, aux yeux des Français, représenter la France, c’est-à-dire offrir au monde la meilleure des images de la France, en clair l’image que les Français se font d’eux-mêmes. »
    Thierry DESJARDINS. CHIRAC, réveille-toi. Robert LAFFONT. Auteur de nombreux autres livres prémonitoires, consulter aussi son Blog.

    – Alain GENESTAR. Français, si vous reviez. GRASSET, réédité en Poche.

  2. UneVoix dit :

    @Stephane B
    Aucun chef d’entreprise ne crachera sur une baisse du coût du travail et donc leur vocation de réduction des couts l’adopte. Attaquer le salaire par tous les moyens devient naturel. Si le taux de chômage baisse alors l’entreprise est menacée; car quiconque a un peu de jugeote remet son CV en ligne histoire de voir s’il ne pourrait pas trouver un travail mieux payé. Quand le chômage s’agite à la hausse; l’instinct de conservation ralenti les hardeurs. C’est humain et ça arrange bien certains. Fabriquer des idiots dans les écoles permet de faire la même pression. Donc pourquoi aider l’éducation nationale??? (hmmm celle la, une sensuelle et délicate brutalité).

    Enfin je veux vous ne croyez tout de même pas aux discours du MEDEF? Quand ils disent qu’ils luttent contre le chômage c’est tout à fait vrai mais de leur point de vue. Ils se retiennent de signer ce contrat avec les chinois, mais pas longtemps. Pas de bol 1+1 chinois et des frontières poreuse ça fait 3 malheureux ici.

    C’est aussi à cela que sert le NAIRU. Ou comment définir les lignes à ne pas dépasser pour presser les salaires et rendre docile un tas de gens. Les gouvernements comme les entreprises en ont besoin. Finalement le chômage 0 n’existera jamais dans ces formes de gouvernement affublés de tels systèmes économique. Ignoble, ouais c’est assumé et légal. Donc des impôts il y en aura quand même pour financer cela. Autant faire en sorte que cela ne soit pas du pognon foutu en l’air comme on peut le voir outre manche/atlantique ou même outre Rhin. Pauvre petite fraulein’ qui arrive sur la marché du travail.

    Alors on nous sert jour après jour du « trop d’impôt en veux tu en voila », « regardez a coté l’herbe est plus verte » sans jamais montrer ce que les « autres » ont perdu au passage. Remarque c’est pas mal il n’y pas grand monde pour se poser la question.

    Alors petit à petit les petit miteux œuvre sans relâche. Comme 1&1 ça fait 2 il y aura bien un moment ou un idiot du village trié sur le volet et son compère vont dire: « Hé bien on ne peut plus financer tout ça ». Alors qu’ils sont les initiateurs et / ou catalyseur de la destruction de tout ces acquis sociaux. Sinon c’est pas drôle. Et les assureurs privés entrerons dans la partie. C’est déjà un peu le cas avec les mutuelle entreprise.

    L’état endetté c’est Pompidou qu’il l’a mis en route pas De Gaulle. Sous De Gaulle c’était l’équilibre. Y’aura pas a revenir la dessus.

    Pour l’inflation elle gênera toujours d’une manière ou d’une autre. Soit sur la valeur du travail (dévaluation), soit sur les matières premières (les prix augmentent) qui si elle ne peuvent être achetés ne nécessitent plus de travailleur, et ainsi de suite. C’est une gestion à faire et qui à été faite pas un fatalisme. Un état qui ne bat pas monnaie ne peut pas faire autrement.

    Il y a 30 ou 40 ans nos aïeux avait un bas de laine et les prix n’étaient pas les mêmes. Ce n’est plus la cas aujourd’hui vu les records de « faillite personnelle » ou commission de surendettement. Je vous conseille la lecture (enfin l’analyse) de Jacques FRIGGIT. Ses courbes sont plus que parlante actuellement. Il faut comprendre qu’aujourd’hui il faut en moyenne 2 fois le revenu d’un ménage pour acheter en RP et 1.63 pour la province. Manque de bol 1&1 cela fait seulement 1 ménage. Et c’est une bulle que nos chers banquiers et entrepreneurs se refusent à crever (les rebond en haut de la courbe). Ils ont tellement investi.

    http://www.cgedd.developpement-durable.gouv.fr/prix-immobilier-evolution-1200-a1048.html#a1
    et directement : http://www.cgedd.fr/prix-immobilier-ministere.htm

    En France on ne bat plus monnaie et c’est pourtant ce qui permettait l’équilibre après les 30 glorieuses. Dévaluer la monnaie pour ramener les emplois. Donc la « valeur du travail » n’est ce pas ? Aujourd’hui on a une Europe bancale à laquelle on est soumis de force, des mafioso aux commandes de la BCE, des accords transatlantique et pacifique qui vont nous ruiner, un Montebourg qui demande la dévaluation de l’Euro sans en comprendre la portée. Et oui ce ne sera pas comme le francs, l’Euro touche 27 pays.

    Pour le lien Wiki et la critique Greenspan-iene. Greenspan est l’un des instigateur de la crise que nous vivons… Un super documentaire s’appelle « inside job » que je conseille à tous. Paulson, Greenspan, Bernanke, et j’en passe un bonne 20aine qu’on appelle aujourd’hui les « Banksters ». La super classe démasquée comme jamais.

    Donc non; les entreprises en France ne payent pas trop d’impôt. Elles ont juste envie d’en payer moins pour améliorer le bilan de l’actionnaire et certainement pas le quotidien du citoyen. Elles ne sont pas les seules a vivre des difficultés. C’est ça ou aller ailleurs ou la concurrence (USA / Asie) ne fera pas de pitié. Elles ne sont pas si mal loties sous le toit français qu’elle voudraient le faire croire.

    Un état régulateur garantissant un équilibre (quand bien même gravement menacé aujourd’hui) saint vaut 100 fois mieux que les tristes résultats des USA de Londres et consort. Et je ne parle même pas de corruption. La Couronne ne s’en sort pas trop mal vu le pillage mondial de ces 2 ou 3 derniers siècles.

    Certes l’état sous les différentes présidence vit des échecs cuisants. De part notamment la traitrise de certains qui vendent le pays. Cela reste mieux qu’ailleurs en terme de protection sociale.

    Bref n’allez pas en vacance à Detroit hein. Le raton laveur; c’est du local mais c’est pas si bon que ça. Vous avez un jardin ?
    http://www.graines-et-plantes.com/index.php?calendrier=des-semis-de-legumes

  3. Stéphane B dit :

    Merci une Voix pour le NAIRU qui me fait encore plus détester Keynes et sa vision économique.

    Toutefois, le NAIRU me donne raison sur le fond et le long terme. Je cite wiki que vous avez mis en ligne:
    « Le NAIRU ne signifie pas qu’il est impossible de faire baisser le taux de chômage ; il ne fait qu’indiquer le niveau structurel du taux de chômage qui découle du cadre fiscal, législatif et règlementaire d’un pays. Par conséquent, les organisations internationales recommandent aux pays ayant un NAIRU élevé de réaliser des réformes économiques structurelles afin de réduire durablement leur chômage structurel. »
    Ce n’est ni plus ni moins que ce que je pense pour réduire le chômage et le reste. Cela contredit aussi vos propos disant que le taux de chômage doit être automatiquement élevé pour les entreprises. Je m’explique:
    1) Il y a 30-40 ans, l’inflation était forte mais cela n’a pas empêché les gens de devenir propriétaire. Cela ne gênait pas non plus les entreprises pour leur production. Par contre, les charges d’assistanat et de bien pensant n’existait pas. L’entreprise payait moins à l’État. Ce dernier était moins dans la providence qu’aujourd’hui. Ohhh mais que vois je ? il y a eu donc des réformes structurelles qui ont été contre productives. Ne peut on donc pas avoir une vision d’avenir en supprimant les erreurs du passé. C’est sur, cela ne plaira pas à tous !

    2) Sur le lien de French revolution, il est noté
    « Proposition 1 :
    Le NAIRU est un paramètre qui indique que lorsque le taux de chômage diminue, alors l’inflation augmente.
    Proposition 2 :
    Or pour le capital, l’inflation est mortelle, car elle érode ce dernier. L’inflation, c’est l’euthanasie des rentiers avait dit l’économiste John Maynard Keynes. »

    Quand on voit ce que nous ont couté les relances keynésiennes et ce que cela va nous couter, avec un résultat nul sauf pour acheter la paix sociale et créer une forte dette qui engendre des tensions de plus en plus importantes, il vaut mieux oublier les théories de ce brave homme pour revenir au bon sens paysan et la simplicité.
    Si l’État redevient ce qu’il doit être dans sa fonction première, assurer la sécurité et le respect des lois afférentes sans se mêler de tout et de rien, je ne vois pas en quoi les coût global d’un salarié évoluerait. Principe des vases communicants.

    Ma réponse peut vous paraitre simple mais désolé, je suis quelqu’un de simple: chez moi, 1+1 =2 et point barre. Enfin, avez vous lu les critiques émises sur le lien de wiki ?

  4. UneVoix dit :

    @Stéphane B
    Votre premier commentaire ne laisse aucun doute sur votre appréciation concernant les RSAiste. Le bon vieux « Si tu es chômeur c’est que tu le veux bien ». en gros 99% c’est du pignoleur diplômé. Puis dans ce second temps vous passez à un découpage par tiers. Quid de la mauvaise foi ? Pour information tout ce que j’avance est documenté sérieusement.

    Que vous ayez des difficultés ne doit pas occulter votre analyse des réalités. Aussi limpides pour moi et bien d’autres (si seulement j’étais fou tout seul) sur ce qui se passe et malheureusement se passera dans les 10~15 ans à venir. Croyez moi on a encore rien vu.

    Je vous assure qu’avec une baisse du coût du travail en faisant levier sur les taxes des entreprises; c’est exactement l’effet inverse de celui recherché qui nous tombera dessus. Et plus dur encore pour revenir en arrière.

    Je vous recommande de vous informer sur le fameux NAIRU si vous ne le connaissez pas déjà.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Taux_de_ch%C3%B4mage_n%27acc%C3%A9l%C3%A9rant_pas_l%27inflation
    et:
    http://french-revolution-2.blog.fr/2008/01/30/le_nairu_ou_pourquoi_le_chomage_ne_baiss~3657054/

    Plus simplement : s’il n’y a plus assez de chômeur le cout du travail augmentera par simple effet mécanique. Les gens demanderont plus au niveau salaire. Et ça, l’entrepreneur il n’en voudra jamais avec ou sans impôts. Y’a un député qui a contribué au NAIRU en France il s’appelle François H.

    Tout ceci pour dire qu’il y a une usine a gaz qui est prévu par et pour cela. Vous ou d’autres le voient comme un problème puisque cela atteint le quotidien. Normal. Mais : Qui a dit que ce système devait servir vos intérêts ? Certainement pas un président depuis au moins 40 ans. Nous sommes des unités de production. Point barre.

    Effectivement, il y a des abuseurs RMI/RMA/Alloc. Il y en aura toujours. Mais finalement à la lumière du cynisme pharaonique démasqué de nos Énarques. Ont-ils vraiment tort ? Et pour reprendre vos termes un « tiers » reste une minorité. Donc pas une généralité (Le piège le plus évident).

    Plus proche de nous les Anglais (Y’a pas que les Eu après tout) qui ont bien bien bien « libéralisé » avec Tacher, s’en mordent les doigts aujourd’hui. Allez les rencontrer sur leurs propres sites internet (ça coute peu). Vous comprendrez ce que c’est que des gens qui sortent dans la rue quand il n’y a plus rien dans le frigo. C’est sur que c’est pas le 20h français qui va en parler.

    Nous vivons dans une prison d’information et a chaque fois que vous prenez position dans une structure existante par rancœur ou désespoir : C’est foutu d’avance parce que c’est pour faire causer les bavard. 1 petit point de % par ci; 1 petit point de % par là c’est tout ce qui arrivera. Il faut penser plus large.

    L’arsenal de pipotage est tellement complet et bien huilé de ces protagonistes qu’on pourrait remplir des encyclopédies entières. En sous-main, il y a un truc bien organisé qui fait son chemin: C’est la destruction en bonne et due forme de la « sécu ». Et c’est pas le genre de texte plus haut qui l’en empêche. Au contraire chaque débat sur ce genre de conclusion avec un tableau fini de la même manière. Moi, je vois une rediffusion d’un film en fait.

    Tout le monde peut se tromper mais bon; je m’attendais a bien mieux il faut le dire dans ce billet de Maxime.

  5. Stéphane B dit :

    @ une voix:

    Vous avez écrit :
    « @Stéphane B : Oui enfin RSAiste c’est pas de vacance a Deauville non plus. Pour en connaitre des honnêtes, c’est plutôt une descente aux enfer qu’une virée en bateau mouche sur la Seine. »

    Si cela peut vous rassurer je connais bien car je suis passé par là. Pour votre gouverne, sur 100 personnes au RSA, 1/3 s’en sort avant 6 mois, un autre tiers dans les deux ans et le reste, ben ils ne veulent pas en sortir. Ces chiffres m’ont été corrélés par plusieurs assistantes sociales que j’ai rencontrées ou que je rencontre aujourd’hui de part mon travail. Vos honnêtes doivent être de ma trempe et faire partie du premier tiers.
    Quant aux vacances à Deauville ou à la virée en bateau mouche sur la Seine, je vous rassure. La personne seule avec deux enfants et qui travaille, comme j’ai expliqué, ne peuvent pas se les payer. Et moi non plus par ailleurs !!!

    Avant d’écrire de telles choses en sortant les arguments du contexte exposé, vous faites preuve au mieux de mauvaise foi, au pire de manipulation.

  6. UneVoix dit :

    Hmmm Pas vraiment d’accord sur le fond.
    Ce président est médiocre, certes (Ho la mais je fais de la dissidence moi aussi, c’est contagieux dit donc). Il a baratiné avant les élections : un classique. Il se fend de discours convenus voire obligatoires sur des histoires abracadabrantes fomentées par X ou Y, j’en conviens, c’est naze. Mais le précédent n’a pas fait mieux (désolé Nico!).

    Ce texte ne va pas bien loin et laisse penser que l’impôt est le problème. Donc évidement il y en aura toujours un pour penser de travers.

    Le graphique est fallacieux aussi car il ne relate pas ce que l’on retire des d’impôts payés. Ex les Etats Unis font un score de 109 mais qui voudrait avoir une couverture sociale aussi bancale que celle des EU ??? Pas vous, pas moi ni ceux qui commentent ici. La scène dans les films du héro qui se met du scotch sur une blessure n’est clairement pas anodine: « it’s a message, guys ».

    Finalement dire que l’obstacle est le système français : Non! Cent fois Non!
    C’est celui qui actuellement fonctionne le mieux quand bien même il se fait attaquer depuis plus de 40 ans. On est encore là non? Chapeau la robustesse. La mauvaise gestion est aussi partie prenante, c’est vrai.

    Je suis d’accord pour dire qu’il faudrait que le système soit plus dynamique. CAD quand il n’y a pas de chômeur pourquoi payer une assurance chômage ? Le chômage remonte: hop ca remonte. Quand on a moins de malade, et bien hop moins d’impôt sur les services à la personne. C’est aussi simple que de payer une facture. Elle est la vrai pédagogie. Et franchement me dire que c’est impossible à calculer relèverai d’une grave mauvaise foi. Un supercalculateur qui sert à la météo (ha j’y reviens hein) « torche » ça en moins de 60 secondes montre en main. Et encore. C’est que l’opérateur c’est mis le doigt dans le nez pendant 30 secondes avant de « lancer ».

    C’est la mauvaise utilisation et la mauvaise gestion de l’impôt qui est le centre de nos soucis pas le principe du système en lui-même!

    Aujourd’hui on voit deux protagonistes :
    -L’un défendant le tout impôt sans jamais appliquer de variation suivant les dépenses. Donc amenant une ponction qui permet tout les abus et facéties. Mais surtout ne produit aucun encouragement à mieux gérer.

    -L’autre tout libéral qu’il est; finit par produire par entente ou position de monopole des prix obscènes qui sont loin de servir le peuple. Ex Les soins aux EU sont bien évidement payant et soumis aux bons vouloir des assureurs privés. Exemple des EU puisque l’herbe est toujours plus verte las-bas pour l’UMP. Une série de tests labo peut monter a 15 000$. Hystérectomie ~10 000$. Jambe cassée ~13 000$ sans complications. « J’aime, j’aime pas, je partage »…

    Ces deux là sont au final dans une position ou ils ne font que tondre les pauvres moutons.

    C’est d’une bêtise affligeante mais pire encore est de choisir un camp sans jamais comprendre que l’on rentre justement dans un système bancale qui ne profite pas au citoyen lambda.

    Oui je comprend bien que cela ennui les entreprises. Mais bon les gros poissons sont encore là n’est ce pas ? Le cout du travail baissera avec une vrai gestion de nos impôts tant sur le montant déterminé par le besoin (La facture) que sur le fond : contrôle du prix des prestations (moins de libéralisme). Reste toutefois que le dindon de la farce c’est le citoyen par tant l’entrepreneur aujourd’hui. Surtout quand on voit ce que certains touchent en matière d’aide par la France ou même l’Europe donc de manière intrinsèque : NOS IMPÔTS (pour ceux qui n’auraient pas vu).

    Il va être temps de former des partis qui pensent à penser d’abord…

    @Stéphane B : Oui enfin RSAiste c’est pas de vacance a Deauville non plus. Pour en connaitre des honnêtes, c’est plutôt une descente aux enfer qu’une virée en bateau mouche sur la Seine.

    @Michel43 : Et oui le travail étranger abusif fait partie du plan de destruction de la France.

    @El chouan : « Viva la révolucion » 🙂

    @Annick Danjou
    Tout dépend de ce que l’on appelle erreur. Si on cherche à pulvériser les institutions c’est en bonne voie. Ex: Un président UMP qui vend l’Or de réserve de la BDF lorsqu’il est au plus bas. C’est cool, mais pas pour nous. Merci les libéraux de l’Euramérique!

    @freddie
    Je ne sais pas comment, même en ne chargeant pas trop les entreprises, on peut lutter contre la concurrence internationale et contre les pays aux salaires dérisoires.

    C’était le vœux pieux des sages de l’Europe de mettre à niveau un pays et une fois à niveau de l’accepter. L’histoire en a voulu autrement. Le capitalisme ne peut PAS (bien haut et bien fort pour les libéraux du coin) être un système économique en équilibre. Il a besoin de pauvres : main d’œuvre peu chère ou pas de main d’œuvre du tout si possible. Odieux? oui ils assument; ils sont de la haute après tout. Et donc, j’y reviens de détruire en permanence le terreau sur lequel il pousse (les fameuses masses).

    Pour la concurrence c’est une question de filtrage des frontières. Le « libre échange » n’arrangera rien du tout.

    @theotimedesavoie
    Communiste de Gaulle ? Forcé ?? Mouais…

    Vous l’avez dit vous êtes français donc né sur le sol français. Avez vous seulement compté combien vous avez « pris » (puisque après tout c’est mes impôts aussi) à l’état français depuis le jour de votre naissance en terme de service de la sécu ??? Combien ça coute tout ça ? Je dis TOUT. Quelque soit la raison de la visite chez le médecin quelque soit l’ordonnance (les petits cachet qui font du bien), chômage et aide comprises. Tout ce dont vous avez profité sur son dot directement ou indirectement.

    Remboursez le moi !!! et vous paierez comptant pour vos besoins futurs pour le reste de votre vie si vous voulez (voir la sélection plus haut). Je ne vous conteste pas le droit de choisir. Mais si on sort; on rembourse !!! Bien évidement : Inflation compensée et hors taxes s’il vous plait.

    …vous avez quel age? C’est pour quand le mélanome ?

  7. Jean95 dit :

    Entièrement d’accord avec vous !

    Mais je pense que personne n’a LA solution à nos problèmes. Les pays développés (Europe, Amérique du nord, japon) sont tous sur le même bateau même si certains sont mieux placés que d’autres. La cause ? L’inégalité des coûts du travail et des systèmes sociaux avec les émergents. Résultat d’une mondialisation voulue et forcée. Dans votre tableau ça serait bien de voir la Chine, l’Inde (par exemple)

    La seule certitude est que nos gouvernants actuels ne font qu’aggraver la situation de la France et des français et de ce fait tourne le dos à un éventuel début de solution pour au moins atténuer le choc.

    On est en fond de cale au lieu d’être sur le pont supérieur, mais tous sont sur le même bateau qui prend l’eau de toute part !
    L’Amérique n’est pas à l’abri, ni l’Allemagne, même si celle-ci occupe pour le moment la cabine du capitaine.

    Aujourd’hui on a encore Airbus et Ariane, mais dans vingt ans ?
    (La Chine a acheté plein d’airbus, MAIS il y en a un qui n’a jamais volé. Il doit être ‘dépiauté’ dans un hangar, quelque part…)
    Où sera l’industrie automobile européenne dans 10 ou 20 ans ? Entièrement délocalisée en Inde ? en Afrique ? ou juste un vieux souvenir ? Faut pas rêver ! Les grandes industries n’existent plus dans nos pays et ne reviendront jamais ou du moins pas avant longtemps.

    C’est pour ça qu’il est urgent d’agir, de réformer, d’innover, de changer les mentalités. Facile à dire mais quoi mettre de concret derrière ces mots ?

    Peut être qu’il faudrait développer des activités vers des secteurs non-délocalisables, plus proche du consommateur ? Innover ? Mais ça c’est pas trop une qualité française.…

    Énergies renouvelables, agriculture raisonnée et de proximité, rénovation de l’habita, aménagements urbain, tourisme.. Dans la plupart de ces domaines la France accuse un retard énorme qui frise le sous développement.
    Depuis des décennies j’entends qu’il faut encourager les métiers manuels. Quel résultat ?
    Comme le chantait Dalida: « Paroles paroles »

    Et pendant ce temps là, les Impôts et taxes sont toujours en augmentation (je comprends de la part des socialistes mais pas du tout de la part de la droite) et le chef de l’état s’occupe « d’affaires » qui n’en sont pas, Bref ! fait du mauvais Sarkozy en attendant qu’un miracle se produise. Un comble pour un socialiste !

    Vive la France !

  8. Orage dit :

    Un intéressant florilège de twits de Hollande et consorts:
    http://corto74.blogspot.fr/2013/10/moi-si-jetais-president-jeviterai-de.html

  9. Cher M. Tandonnet,

    Baisser les charges sur le travail est une urgence absolue.

    Il ne s’agit plus de dire nous avons encore 5 ans devant nous, il faut le faire maintenant sinon le pays sera définitivement déclassé. Je ne comprends pas pourquoi la précédente majorité n’a pas fait ce travail d’utilité publique car un transfert des charges vers la TVA aurait été un premier pas. Il avait été envisagé par Sarkozy. Que n l’a-t-il fait? Comme pour beaucoup de réformes, cet homme que je ne peux m’empêcher d’admirer encore aujourd’hui, est passé à côté.

    Peut-être, pourrez-vous nous éclairer sur l’absence de réformes majeures durant le quinquennat Sarkozy.

    Cependant, il ne suffit pas de transférer les charges, il faut les baisser et pour cela pas d’autres solutions que de s’attaquer à l’Etat dans l’Etat qu’est devenue la sécurité sociale. Cette structure communiste issue de la pseudo-victoire des résistants communistes en 1945 et que de Gaulle a dû approuver (les circonstances l’ont-elles poussé à accepter ou était-il lui aussi un socialiste? Pour ma part, je pense que de Gaulle était profondément étatiste donc socialiste et qu’il a approuvé cette réforme car il pensait q’elle était juste et sociale…)

    Ma mère qui travaillait dans les années 50 dans la petite entreprise familiale peut témoigner que la mise en place de ces prélèvements sociaux obligatoires ne s’est pas faite sans mal car les ouvriers était très mécontents qu’on leur retienne des charges sur leurs salaires! Ils se rendaient bien compte qu’ils perdaient leur pouvoir et leur liberté.

    Donc, la première chose à faire pour diminuer les charges sur les salaires est de libéraliser tous les systèmes sociaux : chômage, maladie, retraite, accident. Donner aux salariés leurs salaires super-brut (net + charges salariales+ charges patronales;, distinction qui est d’ailleurs sans fondement réel).

    Travaillant en Suisse, j’ai la chance ne pas avoir à souscrire à cette horrible système social français. Mais, Le gouvernement est en train d’essayer de forcer les frontaliers suisses à réintégrer la Sécu. Pour ma part, jamais je ne cotiserai à un système en faillite, dussé-je faire valoir mes droits devant les juridictions européennes. Je suis assuré en Angleterre pour mon plus grand bien, grâce à M. Claude Reichman que je remercie du fond du coeur et dont je partage beaucoup d’idées..
    Oui, je suis un Français travaillant en Suisse et assuré en Angleterre. Voilà, la véritable Europe qui vous est si chère M. Tandonnet et pas cette technocratie soviético-européenne…

  10. Frederic_N dit :

    Bonjour Maxime
    Ce texte respire votre propre expérience en tant qu’historien des Institutions. Et vous avez raison de poser le problème de la sorte : il y a un contrat moral avec le pays, et ce contrat suppose qu’au bout de l’échec on reconnaissance de façon institutionnelle qu’il faut changer de stratégie – c’est ça en fait la dissolution. L’esprit de nos institutions veut donc qu’Hollande prenne une initiative si le chômage ne baisse pas, disons à la fin de l’année ( ceci dit, je ne serai pas aussi affirmatif que vous, il peut être obligé d’aller aux urnes)..
    Maintenant la remarque de Stephane montre les limites de votre raisonnement et du problème qu’il y a à affronter. Il pointe la question des valeurs en remarquant que si elles ne sont pas réhabilitées dans la vie réelle, la France va couler encore plus ( il y a deux valeurs cardinales : le travail et la responsabilité) . Mais comment faire ? Ces valeurs sont clairement atteintes dans la population, c’est ce qui nous distingue de la période de Gaulle. Et on ne change pas les valeurs à coup de démarches institutionnelles. Ni en dissolvant, ni en revotant Sarkozy. Certes on peut y aller de manière punitive ( diminuer les allocs par exemple) mais cela n’est pas trop efficace. .
    Nous sommes donc condamnés à mettre en évidence le rôle exemplaire de ceux qui maintiennent ces valeurs . C’est d’ailleurs cela qui gène la gauche avec l’Allemagne, car c’est un exemple de pays où le travail et la responsabilité expliquent le succès
    Mais parler des autres ne sert pas à grand chose . C’est de la France qu’il faut parler ; et reste à inventer une forme d’action politique qui s’appuie sur des praticiens , voire des collectifs de praticiens qui mettent ces valeurs en pratique… in concreto que ces choses sont possibles . En dehors d’un schéma de la sorte je ne vois pas de salut.

    (1).PS il se trouve que je travaille sur la révolution anglaise de 1688 et la création des institutions associées, notamment financières. C’est très intéressant de voir le contraste avec notre pays. Est-ce que vous avez travaillé cette période ?

    • frédéricN, oui mais les valeurs dépendent beaucoup de l’exemple qui est donné par le « haut ». D’ailleurs, je connais surtout des jeunes qui ont envie de se donner à fond dans le travail et de s’en sortir… Dans leur tête, ils ne sont pas aux 35 heures…
      Maxime

  11. Sceptique dit :

    Ce que dit aussi votre tableau, c’est que l’employeur français, un peu plus que les employeurs des autres états du sud, est « puni » par une SURTAXE, d’EXPLOITER les malheureux travailleurs. Les états du nord font cotiser davantage les travailleurs que leurs employeurs. C’est une vraie philosophie qui est derrière ce déséquilibre. Et qui se retrouve dans les invectives des syndicats et des salariés perdant leur emploi pour cause de faillite de leur entreprise.
    Aller contre cette pression sera la tâche la plus dure de ceux qui seront désignés pour remettre le pays sur ses rails.

  12. Freddie dit :

    Tout d’abord, Merci Maxime pour votre appréciation dans le fil précédent. Et pour Jean-Pierre Le Goff, c’est un sociologue de gauche qui animait dans le temps un café de réflexion politique (je ne sais pas s’il continue) auquel je suis allée quelquefois. C’était le « bon temps » (pour lui) où la gauche avait le monopole de la « critique ». Aujourd’hui, comme il est loin d’être idiot, il se rend compte que c’est la gauche qui produit le discours normatif et autoritariste. Dur pour lui ! Soit il garde son identité, et il est dans le camp du carcan, soit il reste dans le camp critique, et il doit prendre ses distances avec la gauche. On dirait qu’il a trouvé une voie tierce : il décrit deux gauches, la vertueuse (dont il aimerait pouvoir continuer à se réclamer) et celle qui dérive. Tout ceci me rapelle étrangement le débat sur l’islam modéré et l’islam qui « exagère »… mais revenons au sujet de l’emploi. Je ne sais pas comment, même en ne chargeant pas trop les entreprises, on peut lutter contre la concurrence internationale et contre les pays aux salaires dérisoires. Les entreprises relocalisent parfois mais c’est rare. Même les Japonais, durs à la tâche (alors qu’on dit les Français paresseux) se font tailler des croupières. Toshiba va arrêter ses télévisions parce que les sud-coréens bouffent le marché. Que faire ?

    • Freddie, le Japon, comme l’Allemagne souffrent mais ils ont mieux su s’adapter que nous, par la qualité de leur produits, et leur réussite s’exprime dans un chômage bien inférieur au nôtre. Je ne suis pas contre une protection envers la concurrence déloyale, au niveau de l’Europe (au niveau national, c’est impossible tant les économies sont imbriquées). Mais le principe, c’est de relever le défi en se modernisant et en s’adaptant, me semble-t-il.
      Maxime

  13. Charlie dit :

    Vous n’y connaissez rien en économie. Je vous encourage à lire quelques ouvrages d’histoire et de philosophie économiques, et moins les Echos et leurs économistes de banques ou de think-tank.
    Au début votre blog était intéressant et j’aimais bien le lire mais depuis quelque temps vous êtes de plus en plus sur la ligne la plus bête et la plus caricaturale de l’UMP, et il n’y a plus que des poncifs. C’est dommage, on aimerait bien que vous soyiez un peu plus révolutionnaire et un peu plus imaginatif, plutôt que de nous resservir à longueur de papiers maintenant le TINA de Thatcher.
    Je suis un peu déçu, je vous croyais plutôt honnête mais vous vous êtes révélé de plus en plus de mauvaise foi, je croyais pas lire le blog de propagande néolibéral d’un militant UMP (ça serait la même chose pour le PS, le FN, etc) mais celui stimulant d’un esprit libre et curieux, ce qui n’est plus le cas.

    • Charlie, c’est vrai je n’y connais rien à l’économie, (d’ailleurs, je ne connais rien à rien), mais j’écoute les autres et chaque fois que je rencontre un chef d’entreprise en ce moment il me dit : « ah si le coût du travail n’était pas aussi épouvantablement élevé en France, au niveau des charges, j’embaucherais volontiers… »
      MT

    • michel43 dit :

      CHARLIE… vous avez le melon qui va exploser…ou QUOI….. rire AUCUN politiciens, experts en econnomie, professeurs en droit ,, plus les cerveaux de BERCY et de nos grandes ecoles, , on vu arriver la crise financiere, et les bouquins ecrit pars des gens dit serieux, se fichait le doigt dans ,,,,OUI,,la… ou je pense..nous les petites entreprises, on savait que cela allait mal se terminer, depuis RAYMOMD,le professeut, on vie a credit,,toujours plus de depense, et moins de rentrer d-ARGENT on fait la soudure,en empruntant 50 milliards les interets et 2000 milliards de dette, plus les regions,les villes, nous, on est pas barder de diplomes, on les laisse a nos theoriciens, qui on sur le papier , la solutions,SI.SI nous 2 e t2 cela fait toujours 4,, ON ne depense pas plus,que l-entreprise peut rembourser..il est vrais que c-est notre argent et notre CAPITAL, tout vos cerveaux pars contre,VIVENT a nos crochet re–rire

  14. Annick Danjou dit :

    Ce gouvernement est dans l’erreur complète et il s’y enfonce chaque jour un peu plus. Les socialistes, on le sait depuis longtemps, sont des sectaires qui n’acceptent pas la contradiction. Ils trouvent toujours une bonne raison, même si elle contredit la bonne raison de la veille, pour expliquer les taxes, les impôts, l’immigration, les réductions de salaire déguisées, l’augmentation des prix, le dé-remboursement des médicaments, l’aide aux illégaux, etc…etc… Vous ne les ferez pas mettre un genou à terre, trop sûrs d’eux mêmes et trop contents de leur pouvoir. C’est d’ailleurs la marque de fabrique des incompétents et des médiocres, ils se tournent toujours vers plus incompétents et plus médiocres afin de n’être pas remis en cause. Mitterand a su se servir de cet outil, si bien huilé que Hollande continue, encore plus fort, toujours plus fort. Jusqu’où? Allons nous pouvoir les éliminer? Il faut vraiment que les français s’unissent pour mettre à la porte ces profiteurs qui nous saignent et s’engraissent sur notre dos. Quant on constate que certains français les soutiennent encore, il y a de quoi se taper le tête contre les murs.

  15. le chouan dit :

    merci cette « question de confiance »
    n’est t’il pas temps de passer à l’action, action dans l’esprit et la manière de la manif pour tous.
    c’est sur le terrain de la rue, terrain propice à la gauche et sur ce seul terrain qu’il faut agir.
    simple problème : pas d’opposition crédible prête à reprendre le pouvoir sauf à rester en standing et sans programme.
    second problème, quelle structure, qui, pour prendre la tête de la révolte, car bien que je l’appelle pacifique, c’est bien d’un révolte qu’il faut parler.
    le réseau de contacts de la manif pour tous est un formidable outil de mobilisation, la plupart n’attendent qu’un appel pour bouger….
    il nous faut notre Frigide, il y a urgence !

  16. michel43 dit :

    esprit d,,entreprendre avec plus de 300 000 travailleurs etrangers, en gardant leurs statuts,,,et se sera pire bientot, OUI….il faut du PROTECTIOnNISTE. ET OBLIGER L,,ETAT a faire travailler ses PME PMI et les artisans. comme les USA le font.. EUX sont protectionniste, en taxsant les produits importer, qui CONQURENCE les leurs, regarder dans les grands groupes Francais,, tout est importer. des pays a bas coups pour EUX, seul le tirroir caisse compte,,, la droite national est en avance dans se domaine, QUE voyons nous, depuis la creations de cette EUROPE, qui devait apporter du travail,,et le reste,,SAUF, que les politiciens on pas penser a l,,IMPORTATIONS des produits ,des pays dit PAUVRES,, donc,les multi national et leurs financiers on bien compris le probleme–fermer nos usines et importer Resultat,, plus de soucis. de charges,de greves, de controles ,imports,,exports les poches sont pleines,pour eux au detrimemt de notre pays, une idee nouvelle germe dans de nombreux esprits, protegons nous, faisons comme les autres pays,CHINE RUSSIE USA INDE puis retour a nos frontieres, regarder a gauche ou a droite,,,on pique,pars ci,,,pars la,, des idees de la droite national,,,,NON on fait presque pareil…..il faut un tsunami , electoral, pour reformer en profondeur, l,,etat socialo communiste .qui veulent rester avec leurs privileges,,,donc tout est bon,pour faire peur ,,,beaucoup,on compris que la droite ou la gauche n,,on aucune solutions a proposer, on va vers le RECORD de faillite, de petites entreprises, et des grosses avec, nous,,on a peur de rien, de toutes facons, la premiere entreprise de FRANCE continura a BOSSER

  17. Stéphane B dit :

    Bonjour Maxime, Bonjour à tous,

    Il manque un point important dans le raisonnement: la valeur « TRAVAIL ». Quand aujourd’hui une personne avec deux enfants ou un couple avec un enfant a un reste à vire identique qu’une personne qui travaille, perçoit 1200€ de salaire mensuel et 200€ de pension alimentaire. Pourquoi alors aller travailler sachant qu’on peut être « RSAïste » à vie (ou du moins tant que le système tient.
    De même, les journaux précisent qu’il y a en France de l’ordre de 400 000 emplis non pourvus, que les français ne veulent pas car ils les jugent dégradants et/ou non intéressants. Certains précisent et justifient l’immigration à partir de ces emplois. Or il est inutile de se demander pourquoi ils ne sont pas pris étant donné qu’on perçoit autant à la maison qu’au travail et même plus !
    Alors restaurons la valeur travail et forçons les gens. Assister les gens, je dis oui. J’en ai eu besoin. Mais cela ne doit durer qu’un temps; Si comme vous le dites et ce que j’espère, on baisse les charges sur les entreprises tout en leur garantissant une fiscalité qui ne bougera pas durant 10-15 ans, alors elles auront confiance et pourront embaucher. Ce n’est pas dans l’incertitude actuelle ou elles ont été plongées qu’elles auront confiance pour l’avenir et l’emploi.

    Enfin, un petit rappel sur les contrats aidés: un contrat aidé ou public, c’est la destruction d’1,5 emplois privés

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s