La chute

Chutes-du-niagara[1]La belle idée européenne continue d’être dévoyée, déformée, trahie. De nouvelles décisions de Bruxelles qui ouvrent largement le droit d’asile (suppression de la « procédure prioritaire » droit au travail des demandeurs d’asile) et donc indirectement l’immigration, doivent être appliquées en France dans les mois à venir, sous peine de lourdes sanctions financières. Cette ouverture supplémentaire et le démantèlement des moyens de maîtrise des flux migratoires paraissent totalement déraisonnables: la France compte déjà 60 à 70 000 demandeurs d’asile  par an auxquels s’ajoutent 200 000 « premiers titres de séjour » annuels en plus; toutes les structures d’accueil et les capacités d’intégration se trouvent débordées; le marché du travail sinistré avec 3 à 5 millions de chômeurs n’offre aucune perspective d’avenir aux arrivants. Comment en est-on arrivé à cette dérive des institutions bruxelloises ? Le transfert de la  compétence à Bruxelles en matière de politique d’asile, de libre circulation et d’immigration (la communautarisation), remonte au traité d’Amsterdam de 1996-1997. A cette époque, je travaillais au ministère de l’Intérieur comme chargé de mission pour les affaires européennes et à ce titre, assistais aux réunions préparatoires du traité d’Amsterdam qui se tenaient au ministère des affaires étrangères. J’y défendais avec ardeur  la position de mon ministère, qui était aussi la mienne : transférer sans garanties un sujet aussi sensible à Bruxelles, c’est-à-dire pour l’essentiel, à la Commission européenne sous l’influence des associations sans-frontièristes, mène à une grave impasse. Une ambassadrice d’une soixantaine d’années, a-politique, discrète, simple, une vraie grande dame, ne cessait elle aussi de mettre en garde le Quai d’Orsay. Elle a été évincée de son poste. De mon côté, je me retrouvais seul face à une horde d’eurocrates français qui s’impatientaient de mes réticences. Un jour l’un d’eux est entré dans une colère noire, une rage folle : « L’Intérieur bloque tout ! L’Intérieur veut saborder la construction européenne ! L’Intérieur nous met les bâtons dans les roues! Puisque c’est ainsi, je soumets le projet (de traité d’Amsterdam) à l’arbitrage de Matignon ! » Nous étions en 1996. Le Premier ministre Alain Juppé a tranché, sans l’ombre d’une hésitation : tout devait basculer à Bruxelles. Dès lors, un engrenage était enclenché, car Bruxelles fonctionne comme un rouleau compresseur. Ses bureaucrates mettent sur la table des règlements et directives qui affaiblissent et paralysent toujours plus les gouvernements nationaux. Les ministres et les fonctionnaires français qui suivent ces dossiers au Conseil des ministres européen (représentant les Etats) sont psychologiquement et idéologiquement incapables de dire « non », avec leur phobie de « l’isolement » et d’étape en étape, nous nous retrouvons les pieds et les poings liés. Les hommes ou femmes politiques qui veulent aujourd’hui « sortir de Schengen (la libre circulation)» Mme Dati et M. Wauquier, après Sarkozy, se montrent plus lucides et audacieux que la moyenne mais leurs déclarations relèvent du vœu pieux: depuis le traité d’Amsterdam et ses suites, la libre circulation, (Schengen), est totalement imbriquée dans le droit européen. Seule la Commission européenne, dans la logique du système, a « le droit d’initiative » c’est-à-dire la faculté d’engager une réforme. Et pour elle, l’idée d’une « sortie de Schengen » relève de l’hérésie. Elle s’y opposerait jusqu’à sa dernière goutte de sang. Le monstre bruxellois, à mes yeux profondément anti-européen, ce Frankenstein conçu par des gouvernements nationaux dans un climat d’aveuglement, est en train de provoquer partout en Europe une poussée électorale vertigineuse des partis protestataires, de la haine, de l’extrémisme, du fanatisme, du racisme sous toutes ses formes, l’explosion des communautés nationales, une montée de l’euroscepticisme alors que l’Europe, l’Europe des peuples et des nations, notre Europe que nous aimons, a tant besoin d’unité et de solidarité face aux défis planétaires. En France, seule l’arrivée au pouvoir d’une nouvelle génération politique éclairée, d’une personnalité de caractère, entourée d’une équipe lucide et visionnaire, soutenue par une large majorité de Français, capable d’affronter les tabous et une crise avec Bruxelles, permettrait peut-être de rompre avec cette logique infernale. Pour l’instant, nous ne voyons strictement rien venir, comme prisonniers d’un brouillard opaque, pauvres canotiers entraînés par un courant fou vers une chute finale dont le grondement se rapproche.

(Merci aux sites et blogs autres que ceux figurant dans le blogroll de ne  reprendre en aucun cas ce billet)

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

48 commentaires pour La chute

  1. MICHAUD Alex dit :

    Pour illustrer votre propos alarmiste et authentique, voici la réponse du Nominalisme Juridique à ce genre de contradictions, résumé par ce paragraphe dont l’auteur est Mr Jacques de MAILLARD, sociologue et professeur à l’IEP:

     » Dans un pays marqué par une forte culture légicentrique comme la France, on a tendance à penser qu’une loi adoptée à grand renfort de publicité, sur la base du consensus politique, règle le problème social qu’elle va traiter. Le voile intégral avait été interdit par la loi, donc il disparait comme problème public. »

    Citation extraite de son article intitulé: Le voile révèle les failles du Pacte Républicain, paru dans Le Monde- Idées du 23 Juillet 2013.

  2. Et pourtant le gouvernement avait des choses à faire pour sortir de la crise, mais, après s’être couché devant la finance et Bruxelles ses choix étaient sans surprises…
    L’exemple d’un rapport jamais publié en témoigne : le rapport secret de l’inspection générale des finances …
    http://economiepolitique.org/le-rapport-secret-de-linspection-generale-des-finances/
    Il existait bien d’autres solutions que l’austérité et les impôts …

    • michel43 dit :

      comme je l’ai souvent écrit? la FRANCE est socialo-communiste depuis DE GAULLE..et elle y est toujours. il faut un tsunami a notre pays. au trains ou cela VA…..il va arriver dans les URNES. spectacle, lamentable de l »UMP–PS ,qui s’entretue a longueur de journée. et se foute totalement de la volonté populaire? tout les sondages, approuve ,a tort ou a raison M.WALLS, que va faire le président.. dans le priver, on sait tous, comment sortir de la crise,, et oui? s’attaquer a l’État en PRIORITE . 2014 et surtout les Européennes, vont montrer que le front-national, sera désormais incontournable? MARINE LEPEN va FINIR pars remercier, les politiciens de tout bords. Muette, elle .engrange des futurs bulletins de vote. .incroyable.. MAIS VRAIS?

  3. georges dit :

    Cette « Europe » nous fait le lit d’un conflit ethnique majeur.Sabotage ou moyen d’enrayer la crise???Puisque les » valoches »diplomatiques des émirats arabes se bousculent allègrement à la commission européenne le sabotage rémunéré est la seule option possible…

  4. UneVoix dit :

    ils aiment la saucisse et la bière, vous ne confondez pas avec les Bavarois? Côté Américain, c’est plutôt « hamburger French fries », mais surtout je n’oublie jamais le sang versé 6 juin 1944 et ensuite…

    C’est ma petite expérience USA. En petit déjeunant dans un hôtel. Le ptit’dej est un peu plus copieux que chez nous (le climat un peu plus rude peut être) par définition. Ce jour la c’était bacon, patates et petites saucisses (ha?). En demandant autour de moi on m’a dit que c’est du « classique ». La première fois cela étonne un peu en demandant encore dans un autre endroit pour vérifier, j’ai eu la même réponse. Tout ça pour dire que le citoyen américain moyen, ne se sentira pas trop dépaysé dans une Oktoberfest. Malgré les propagandes on a toujours des classiques qui peuvent rassembler.

    Pour le 6/6/44, tout ceux qui sont encore vivant ne sont pas forcement les plus chanceux (pire si black), ont en croisait au bout des caisses de supermarché a emballer les courses des clients. Ça file vraiment un malaise pour un Français correctement éduqué. Jamais on aurait demandé ça à nos aïeux ou laissé faire ça. Si nous n’oublions pas, pour USA.Gov c’est déjà loin. Question de mentalité peut être.

  5. michel43 dit :

    même le FN? n’osera lui porter un coup fatal? Avoir, on peut très bien, lutter de l’intérieur pour imposer des modifications a c’est braves fonctionnaires. Dans de nombreux domaines, elle a Raison, la preuve a l »UMP, on parle de SCHENGEN? Baroin et le droit du sang? voyez Brignoles, tous ,contre le FN? et il gagne,, et les sondages sur l’élection européenne, la donne en tète? la construction européenne était une vrais bêtise: notre pays n »y était pas prêt, dans tout les domaines.. les peuples sont nationalistes, qui a profiter cette Europe, les multinationales, et financier, la lutte était inégale, surtout avec les pays a bas cout? le plus dur est a venir, les politiciens de Droite ou de Gauche, on, comme toujours la langue de bois.et n’ose pas aborder les vrais problèmes qui préoccupe les FRANCAIS.. Le vrais changement,se sera 2014 et les élections Européenne, qui pour moi. Est la plus importante. cars les portes sont ouverte a l »immigrations du monde entiers… et voila qu’en plus, le sénateur MARIANI, en remet une couche, SARKO a eu tord d » intervenir en LIBYE? et il a raison en plus? LE suicide de L »UMP continue, et la droite- national se marre.. le NON au référendum, est rester en travers de la gorge des électeurs? PS et UMP se sont assis dessus, QUI est anti -républicains dans cette histoire? tout comme en FRANCE, la suppressions de la proportionnelle de Mitterrand, de vrais démocrates, EUX?

  6. Freddie dit :

    Les fonctionnaires européens ont le complexe de Zorro. Il est urgent de leur donner les moyens d’exprimer leur désir de se sentir indispensables autrement qu’en distribuant les subsides et les territoires des autres. Il faudrait aussi leur faire comprendre que si les pays européens sont encore à peu près vivables, c’est grâce aux gens qui y habitent. C’est comme le problème des cités de banlieue, qui étaient parfaitement vivables il y a quarante ans (à l’époque des membres de ma famille, depuis longtemps partis, y habitaient). Le maire de Paris pense qu’il va résoudre le problème en mettant leurs habitants à Paris intra-muros. Résultat : le problème se déplace et reste entier. En fait, il faudrait sérieusement constituer un groupe de travail pour s’attaquer au malaise existentiel de ces pauvres fonctionnaires européens qui se sentent si inutiles ;-).

    • Freddie, ils ne sont pas pires que d’autres sans doute, mais on en revient toujours au problème du formatage et du conformisme, un défaut propre à la nature humaine dans sa grande majorité…
      Maxime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s