Mythes et mythologies politiques

001Le 18 septembre dernier, nous avons appris le décès de l’historien Raoul Girardet, à l’âge de 95 ans. Cet intellectuel est l’auteur de l’un des livres les plus fascinants qu’il m’ait été donné de lire: « Mythes et mythologies politiques » éditions du Seuil, 1986. Je ne saurais trop recommander cette lecture salutaire en cette période dominée par un épais brouillard, propice à l’apparition des chimères et des mirages. Raoul Girardet décrit et explique les grandes figures de l’imaginaire politique qui hantent et mènent notre inconscient collectif: la conspiration, (ou le complot), le sauveur (ou l’homme providentiel), l’âge d’or (ou la quête du paradis terrestre), l’unité (ou la perfection de la communauté politique). « Les mythes politiques de nos sociétés contemporaines ne se différencient guère sur ce point des grands mythes sacrés des sociétés traditionnelles. La même et essentielle fluidité les caractérise en même temps que l’indécision de leurs contours respectifs. Ils se chevauchent, s’interpénètrent, se perdent parfois l’un dans l’autre. » Ecrit dans un style limpide et concret, accessible à tout lecteur, sans la moindre prétention, comme tous les vrais grands livres, cet ouvrage est une arme secrète contre les manipulations, les mensonges, la bêtise quotidienne…

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Mythes et mythologies politiques

  1. MICHAUD Alex dit :

    Annick fait peut-être preuve de trop d’optimisme, vu le niveau élevé et récurrent du taux d’abstention (sauf pour la présidentielle, élection-reine). Mais elle a raison de préconiser la Démocratie Participative et Référendaire, meme si les esprits-chagrins hostiles à la Parole du Peuple infantilisée la brocarde comme Plébiscitaire, adjectif se voulant péjoratif comme Populiste.

    A cet égard, je signale à Annick deux sites militant pour son extension (comme en Suisse) et son application effective dans la vie réelle, et pas seulement dans le formalisme constitutionnel.
    – DEMOCRATIEDIRECTE.FR, avec l’association du meme nom,
    – POUR-UNE-DEMOCRATIE-DIRECTE.FR, idem.
    A noter aussi le réseau, encore embryonnaire, proposant une plate-forme pour construire la loi avec quelques élus (trop rares), ayant soumis une de leurs propositions de loi à l’avis de leurs électeurs, qui peuvent les amender en ligne. Mme MARECHAL-LE PEN ayant, très intelligemment, introduite une motion portant sur ce thème central: Modification des modalités de révision de la constitution. Sa session sera opérationnelle à partir de Novembre 2013.
    PARLEMENT-ET-CITOYENS.FR

    Anecdote personnelle: voici près de vingt ans, j’avais posé la question suivante au Conseil Constitutionnel, au Conseil d’Etat, au Conseil Supérieur de la Magistrature. A savoir, pourquoi est-ce que les Conseillers Municipaux ne peuvent-ils donner leur signature pour le parrainage des candidats à la présidentielle, étant tous élus sur la meme liste que le Maire, qui n’en est que la tete par la volonté commune de ses colistiers. En l’occurrence, il y a une rupture d’égalité, dont je ne parviens pas à saisir le fondement juridique le justifiant. Les réponses furent convenues, limitées à la reproduction de l’article de loi permettant cette liste d’élus restrictive, en précisant qu’il n’appartient pas à ces juridictions, théoriquement qualifiées, de se prononcer sur le bien-fondé des décisions gouvernementales prises antérieurement. Le Fait du Prince, certainement.

    – Yves ROUCAUTE. La République contre la Démocratie. PLON.
    – Avec Denis JEAMBAR. Eloge de la trahison. De l’art de gouverner par le reniement. SEUIL.

    Toujours pour Annick, mais aussi pour Michel43, des associations d’usagers et de citoyens cherchant à lutter contre les gaspillages de deniers publics:

    – Contribuables Associés avec CONTRIBUABLES.ORG,
    – Institut Français de Recherche sur les Administrations Publiques avec IFRAP.ORG,
    – Institut de Recherche Economique et Fiscal avec IREFEUROPE.ORG,
    – OBSERVATOIREDESSUBVENTIONS.COM,
    – SAUVEGARDE-RETRAITES.ORG

    A savoir: il existe un institut public d’économistes à Paris, dédié à ce genre d’expertise ciblée,
    il s’agit de l’Institut des Politiques Publiques IPP.EU. Reste à réunir ces bonnes volontés en synergie pour l’intérêt général, avec un Fer de Lance Politique reconnu et respecté, qui serait l’initiateur et le pivot de ce changement qui s’impose à tous. Bien à Vous.

  2. Annick dit :

    Bonsoir Maxime,

    Je sens un sentiment d’écoeurement absolu, mais se traduisant davantage dans le repli sur les valeurs individuelles et l’envie de partir faire sa vie ailleurs que dans l’engagement personnel.

    Vous avez raison aussi, l’écœurement et le désir de fuite existent. Ce n’est pas général, d’autres se réveillent avec l’envie de s’impliquer et de combattre.

    Bien à vous

  3. Hurluberlu dit :

    « Ce genre de situations où la vie politique se décompose survient périodiquement dans l’histoire à la faveur de grandes crises de société, la dernière en date étant celle des années 1956-1958. » Cette affirmation relevée dans la chronique « Big-bang politique » relève du mythe !
    Certes, les Français étaient engagés dans le guêpier algérien et de nombreux recrues ont été envoyés là-bas, souvent avec une préparation inappropriée, pour défendre une politique condamnée par la réalité des faits. l’Algérie a été perdue en juin 1940, quand le chancelier du III° Reich est venue parader à Paris; les photos ont fait le tour du monde, et la perte des territoires d’Outre Mer était consacrée.
    Cependant en 1956-1958, l’économie française était en pleine croissance, les valeurs de la civilisation et la culture nationale restaient presque intactes. Le changement fréquent des hommes chargés du pouvoir exécutif .a débouché sur un psychodrame à la française laissant croire que le pays « roulait vers l’abîme ». C’était une fable !
    ,

    • huluberlu, je vous rappelle quand même que l’Algérie faisait partie du territoire français et que l’armée le 13 mai 1958, a pris le pouvoir à l’occasion du « putsch d’Alger ». Le pays était au bord de la guerre civile.
      Maxime

  4. Duff dit :

    Bonsoir,

    En effet la lecture de cet ouvrage doit être intéressante par ces temps troublés. Avec la crise économique et identitaire exacerbée par la décrépitude constante des anciens médias survivant avec l’argent publique face à la lente et inexorable ascension des nouveaux portés par internet, j’ai l’impression qu’une lute qui ne dit pas son nom fait rage depuis plusieurs années et est en train d’atteindre son paroxysme.

    Plusieurs symptômes en vrac : La profession de journaliste se paupérisant, on lit souvent des articles frisant le degré 0 de l’analyse aussi bien dans « libé » que dans le « figaro » alors que les subventions sont sensées garantir la pluralité des opinions. Bonne chance en passant à Nicolas Beytout qui malgré la dureté de la tâche a peut être trouvé le chaînon manquant. Au moment ou le discrédit de la classe politique montait, celle ci n’a rien trouvé de mieux que de voter des lois disant l’histoire et non le droit, de maintenir des avantages inouïs alors que des efforts étaient demandé aux français, passer une nuit sur la niche fiscale sur les chevaux de course alors qu’il fallait décidé de dizaines de milliards d’économie pour enfin s’étriper sur le mariage gay en pleine explosion du chômage, de la précarité tandis que l’élastique de rappel qui assure à près de 10 millions de français de s’en tirer est en train de rompre tant il repose sur la dette…

    Dans ce contexte des tas d’illuminés ont une audience croissante sur le net en propageant des idées plus ou moins farfelues pour substituer à notre démocratie grippée des solutions abscons ou pire en tenant des propos révisionnistes de toutes sortes qui naturellement dans un contexte de tension ne manqueront pas de monter les français les uns contre les autres.

    L’absence anxiogène de cap et de réformes dictés par une vision exprimée clairement par notre bon président participe à cette déliquescence de l’état. La cacophonie ministérielle aussi, surtout quand elle révèle des fractures idéologiques irréconciliables comme sur le travail le dimanche ou tard et le délicat sujet des roms. En tenant un discours quasi solitaire à gauche Valls, plus dur que celui de Grenoble de Nicolas Sarkozy, il envoie à tous ceux qui ne suivent pas comme des moutons les médias complices ou tenus en laisse un message clair mais terrible : Voilà au moins 20 ans qu’on vous ballade idéologiquement avec une description volontairement étriquée de la réalité.

    Je ne suis pas sûr que Valls obtienne ce qu’il cherche… Un pareil discours après celui lénifiant d’Hollande en 2011/2012 participe à mon avis au discrédit total du système médiatique dénoncé avec plus ou moins de justesse et de discernement par les sphères encore libres du net…

    Etant trop jeune, je n’ai pas de repère. Tout est tellement nouveau avec ce monde connecté d’internet que j’ai presque la légèreté d’affirmer qu’il n’en ait nul besoin. Tout est nouveau et ce qui va se produire dans les prochains mois, surtout après les scrutins de 2014/2015 est impossible à prévoir…

    Cordialement.

    PS : Une question que je me pose avec des amis, il me semble – conjoncture plus favorable peut être – que ce gouvernement est d’un amateurisme ahurissant devant celui de Jospin, cher Maxime qu’en pensez-vous? Jospin a tenu 5 ans ses troupes avec moins de couacs et moins graves il me semble non? Certes annonces faites par des ministres sont contredites le lendemain par d’autres ministres et parfois c’est Hollande qui est contredit (!)…

    • Duff, bravo pour cet excellente démonstration que je partage en tout point. Sur la comparaison avec le gouvernement Jospin, il me semble que l’équipe de l’époque était un peu moins loufoque, mais elle a quand même fait les 35 heures…
      Maxime

  5. Annick dit :

    Bonjour Maxime,

    Les manipulations, les mensonges, sont autant de violence contre leurs compatriotes.
    S’en rendent-ils compte ?
    Aujourd’hui, ce combat entre Ténèbres (manipulation, mensonges) et Lumière (réalité – plus que vérité si difficile à atteindre) est intense.
    Ce sont les faits, tous crus, qui démentent toutes manipulations.
    Ces faits, Internet les dévoile de plus en plus et la communication ainsi permise ne se fait plus verticalement, mais horizontalement. Tout change, chacun devient de plus en plus acteur, et non pas seulement spectateur passif (ce qui arrangeait bien les « oints du Seigneur » en leur permettant d’arranger leurs petites affaires).
    C’est pourquoi, il devient nécessaire de repenser toute la manière de gouverner, de gérer un pays. L’Ancien est déjà mort, d’ailleurs il ne fonctionne plus, ça crève les yeux.
    A nous de choisir ce qu’il adviendra du futur. Les Français s’impliquent de plus en plus et dorénavant il sera bien difficile de contourner ce mouvement.
    Démocratie participative, seule issue possible.
    Les ânes n’ont pas encore compris et s’acharnent à imposer leurs délires, en « traficotant » les programmes de l’Éducation Nationale, devenue École de la Propagande, « fabrique de crétins ».
    Mais ils ont déjà perdu.

    Bien à vous,

    • Annick, quand vous dites, les Français s’impliquent de plus en plus, je ne demande qu’à vous croire mais je ne sens pas vraiment les signes de cette implication. Je sens un sentiment d’écoeurement absolu, mais se traduisant davantage dans le repli sur les valeurs individuelles et l’envie de partir faire sa vie ailleurs que dans l’engagement personnel. Peut-être que je me trompe et que vous avez d’autres indices plus optimistes…
      maxime

  6. Lach-Comte dit :

    Vous auriez pu ajouter que  » spécialiste des sociétés militaires et du nationalisme français, il a enseigné à Sciences-Po, à l’ENA ou encore à Polytechnique. Il a publié des ouvrages de référence sur « La Société militaire en France », « Le nationalisme français », « L’idée coloniale en France » et un essai sur « Mythes et mythologies politiques » (le livre dont vous parlez).
    Il fut aussi un Camelot du Roi très actif, puis s’engagea dans la Résistance. Arrêté par les Allemands, il échappa de justesse à la déportation pour Buchenwald. Son action pour l’Algérie Française et l’OAS le conduisit en prison (encore un !).
    Il resta toujours marqué par les leçons de MAURRAS comme en témoignent les entretiens qu’il eut avec Pierre ASSOULINE et qui furent publiés en 1990 sous le titre « Singulièrement libre ».
    Ainsi, il y expliquait pourquoi un maurrassien ne peut tomber dans le fascisme:
    « La doctrine maurrassienne constituait à cet égard une barrière solide: la conception totalitaire de l’Etat et de la société lui était complètement étrangère. Le national-socialisme allemand était dénoncé quotidiennement dans « L’Action Française » comme l’une des pires incarnations du germanisme éternel, un « nouvel Islam » disait Léon DAUDET. Restait enfin la hantise du danger allemand, la menace qui se précisait, le vieux réflexe national de défense.
    BAINVILLE avait sans doute disparu, mais ses leçons restaient présentes. Nous étions trop imprégnés d’elles pour rêver à Nuremberg, à son exaltation de la terre et du sang, et à ses cathédrales de lumière… » (page 37)
    Cela va mieux en le disant : il est étonnant qu’à chaque fois que référence est faite à un monarchiste, on évite soigneusement de le noter…en oubliant que très souvent, ceci expliquant cela, les qualités qu’on lui porte ont cette origine.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s