Syrie, la fin de l’Europe?

imagesCALGTYB8L’Europe est en principe, dans le discours quasi unanime de la classe dirigeante et intellectuelle, l’entité politique supérieure à laquelle appartiennent les nations européennes. Cette affirmation relève du dogme intangible. Cependant, il faut bien être aveugle aujourd’hui, ou hypocrite, pour ignorer à quel point cette union à 28 est aujourd’hui moribonde. Bien sûr les institutions de l’Europe, son Conseil, sa Commission, son Parlement, sa cour de justice, continuent de fonctionner d’un point de vue bureaucratique, à produire des normes et des sanctions qui tombent chaque jour à la pelle. Mais l’esprit de l’Europe, son essence n’en finit pas de mourir et l’affaire syrienne est particulièrement révélatrice de cette agonie. D’unité des grands Etats européens sur ce dossier crucial –  la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni, Italie, Espagne, Pologne –  il n’est même pas question, nul n’y songe sérieusement. Cette perspective semble relever de la pure utopie, appartenir à un autre monde, une autre époque. En 30 ans, le recul de l’idée européenne est époustouflant. Lisons les mémoires de Valéry Giscard d’Estaing. Jamais il ne prenait une décision sensible sur le plan international sans concertation étroite avec son ami Helmut Schmidt. En dehors des symboles, il ne reste plus grand-chose au fond, désormais, de l’amitié franco allemande. Pourquoi ? Parce que l’unité de l’Europe se fondait sur un équilibre entre ces deux Etats. Dès lors que la France a décroché de manière radicale par rapport à son voisin d’Outre-Rhin sur le plan économique, pour n’avoir pas accompli les réformes nécessaires, cette rupture tragique dans l’histoire de l’Europe devenait inévitable. Nous sommes donc désormais confrontés à l’existence d’une Union européenne qui n’existe plus que par sa bureaucratie, la contrainte et la routine de ses procédures, Léviathan décervelé, aveugle et sans âme. Ce monstre privé d’esprit, d’idéal, de mystique comme disait Charles Péguy, qui n’a plus rien d’une « Union » et encore moins « européenne », peut encore courir quelques années, mais son effondrement, brutal ou progressif, paraît inévitable. La refondation de l’Europe sera l’une des priorités de l’avenir, une Europe unie, vivante, dynamique, nettoyée de ses vieux oripeaux. Elle pourrait ainsi partir d’un principe simple , susceptible d’être mis en œuvre sans délai, sans réforme des institutions: les grandes décisions internationales, par exemple sur la question d’intervenir ou non en Syrie, se prennent dans le cadre d’une alliance à 6, France, Royaume-Uni, Allemagne, Espagne, Italie, Pologne. Trop simple, trop évident et donc inconcevable: cela aurait pour effet de priver les uns et les autres de la possibilité de fanfaronner avec des postures guerrières.

Maxime TANDONNET

 

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Syrie, la fin de l’Europe?

  1. MICHAUD Alex dit :

    Un constat préoccupant partagé par Paul SABOURIN dans son livre:
    – Le destin du continent européen. Le chemin de la Grande Europe, BRUYLANT.

  2. willy dit :

    Bonjour Maxime,

    La fin de l’Europe??
    moi j’ai une question cocasse.
    L’Europe a t-elle vraiment existée au part que dans l’imaginaire de gens de bonne volonté et dans les pensées obscures de certains politiciens serviles à d’autres causes que celles des citoyens?

    Bien à vous

  3. Frederic_N dit :

    Cher maxime
    A longueur de colonne vous vous êtes exprimés pour demander des acteurs ayant une certaine hauteur de vue, une vision du monde. Et voilà que vous êtes pris vous même dans ce que vous dénoncez. Car enfin que s’est-il passé pour que vous parliez ainsi de la fin de l’Europ ? Il s’est passé que le Président de notre pays n’a pas été suivi par les européens, alors qu’il a pris une position unilatérale, largement extérieure au principe que vous soutenez – la souveraineté des peuples – et qui plus est irresponsable . Et qu’il n’a pas été suivi.
    Mais ce n’est pas le déclin de l’Europe dont il s’agit, mais de celui de la France ,et à coup sûr de son incapacité à mener cette politique unilatérale que vous appelez de votre vœu.
    Serait-il trop demander aux lecteurs de regarder le monde d’un autre point de vue que celui du village Gaulois. Car je vais vous dire. Il m’a été donné de donner des cours d’économie il y a 25 / 30 ans. Et il ya 25 / 30 ans on faisait DEJA ours sur ce qui allait se passer et sur la mauvaise situation du pays .On disait trois choses
    > la France est coupée en deux comme beaucoup de pays. Mais c’est la France protégée qui fait la loi , dans ce pays, alors que c’est la France exposée qui devrait la faire. Si elle continue, c’est le déclin assuré
    > la France avait une politique fondée sur des principes : la souveraineté des ETATS. Voilà qu’avec la génération 68 , elle va rompre avec cette politique et reprendre en compte le messianisme à l’américaine. Elle n’en aura pas les moyens
    > le véritable atout de la France c’est qu’elle s’appuie sur la capacité de l’Allemagne à défendre sa monnaie .C’est vulgaire parce qu’on parle d’argent et c’est pour cela que beaucoup ici méprisent ceux qui nous finance de facto. Mais c’est comme cela, et cela n’aura qu’un temps. Car la France risquer d’en abuser avec ses fonctionnaires qui ne demanderont qu’à être payés à crédit. Un jour ou l’autre , la France protégée va se voir rappelée à l’ordre par le monde extérieur

    Voilà nous y sommes. Depuis deux ans, nos alliés les plus sûrs – les allemands – s’inquiètent de notre dérive et de notre aveuglement. Ils font des scenarios pour savoir si , et à quelle condition ils pourront nous sauver la mise encore une fois – mais ils commencent à en douter
    La reprise en europe arrive.. enfin chez ceux qui font les efforts que nous n’avons pas fait
    Et depuis 3 mois, le pire que nous ayons à craindre se produit : les taux d’intérêt remontent dans le silence des médias . Car il est vrai que les guéguerres entre Valls et taubira, entre Sarko et Fillon ont plus d’intérêt. Mais même si cela ennuie les lecteurs, je rappelle : depuis 3 mois ils ont pris 1% . Ce qui veut dire que nous allons bientôt être coincés

    ET VOUS VOUS VOUS INTERROGEZ SUR LA REFORME de L’EUROPE ? Alors qu’elle est notre principal soutien!!! Mais ouvrez les yeux bon sang : la question est d’éviter que la France ne s’enfonce. Pas de réformer le monde en chantant cocorico !

    • Frederic N la « fin » de l’Europe, je voulais dire de « l’Europe politique » c’est un constat, pas un jugement de valeur, et aussi un regret par rapport à ce qu’a été l’Europe politique quand elle existait vraiment (dans les réalités et les consciences européennes) et surtout, par rapport à ce qu’elle aurait dû être aujourd’hui.
      Maxime

  4. Brice dit :

    Cher Maxime,
    je vois que vous évoluez vous aussi, confronté à la réalité. Alors pourquoi pas les autres ?

    Mais je ne vous suis pas sur votre « autre Europe ». Nous avons, et c’est tant mieux ! -l’histoire, les langues, les cultures ….), trop de différences avec les autres Nations Européenne pour tout partager avec elles. Que nous nous entendions sur tel ou tel point oui, mais de grâce, reprenons notre LIBERTÉ et cessons de croire que l’uniformité est un bien. La nature nous dit chaque jour que c’est justement la diversité qui est riche. Écoutons la !

    Bien à vous

  5. michel43 dit :

    EUROPE, finie? bien sur que NON.. une autre EUROPE,,bien sur que OUI qui n’a pas respecter le NON du référendum,, ,la GAUCHE et la DROITE;Quand a la souveraineté,,j »y tiens, EXEMPLE en ESPAGNE,,REGIONALISTE, avec leurs langues, puis ESPAGNOL en second, IL faut oser revenir en arrière, et protéger nos frontières, LE FOUTOIR actuelles fautes aux politiciens irresponsables, qui voulait cette EUROPE ,,,LA FRANCE n’était pas prête, on a mis la charrue avant les bœufs, fallait harmoniser, les taxes, TVA, charges, impôts, Alors les armées ,impossible, QUI a acheter des vieux F 16 au USA? ensuite, les peuples veulent d’abord que l’on leurs donne du travail, des logements, donc,si la FRANCE y participe, elle va le payer dans les urnes

  6. Sceptique dit :

    Europe « finie », ou Europe en coma artificiel, pour cause de crise? S’il est évident que l’Europe n’est pas une force, remplaçant celle des états qui la composent, ces derniers sont cependant démilitarisés, guéris de leurs « ennemis héréditaires », sans le moindre désir de revenir en arrière, à l’exception de quelques partis souverainistes ça ou là.
    S’arrêtera-t-on là, parce que la suite devient trop difficile, parce qu’aucun état ne veut renoncer à sa souveraineté? C’est possible. Après tout, les sociétés modernes évoluent vers « l’assistance aux individualismes ». La sécurité intérieure de l’ensemble résulte d’une coordination des polices, l’extérieure est assurée par les États-Unis….que ça leur plaise ou non.

    • Sceptique, le problème dans ce genre d’échange, c’est qu’on s’écoute sans s’entendre… L’Europe comme alliance, amitié, rapprochement entre des peuples, c’est évidemment une œuvre historique de premier plan. Mais cela ne doit pas être confondu avec des institutions, un fonctionnement qui en en pleine déliquescence. Je ne dis pas cela par idéologie mais pour l’avoir vécu et le vivre au quotidien! C’est un peu comme confondre le monde, la planète terre, avec l’ONU. C’est pourquoi il faut chercher comment améliorer le modèle politique européen en le rendant moins bureaucratique et plus proche des réalités européennes.
      Maxime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s