L’éthique et les idées

imagesCAFF5XM8Chers amis,

Je rentre tout juste d’une semaine sportive dans le beau département de l’Aveyron sous la canicule, dont j’ai gravi les collines à vélo et parcouru les lacs et les rivières en canoë.  Je n’avais emporté qu’un ouvrage avec moi, le paradoxe français de Simon Epstein, historien vivant à Jérusalem, dont j’avais rédigé ici même une brève synthèse https://maximetandonnet.wordpress.com/2010/12/31/le-paradoxe-francais-simon-epstein/. Ce monument – 600 pages d’une rare densité – nous raconte comment, dans les années 1930, toute une génération d’intellectuels et militants, ou une bonne partie d’entre elle, profondément humaniste et antiraciste, professant les valeurs dites « de gauche », s’est laissée envouter par les sirènes du  pacifisme avant de sombrer, sous l’occupation, dans la collaboration active ou passive avec l’Allemagne national-socialiste. Les belles pensées les plus généreuses et les plus ouvertes peuvent conduire au meilleur comme au pire. Elles ne préjugent en rien des profondeurs d’un individu. Un homme doit se juger sur sa morale, son éthique personnelle, et son comportement plutôt que sur ses idées. Ces dernières varient selon les époques et les circonstances. Je ne porterai jamais une appréciation définitive sur une personne en fonction des thèses qu’elle exprime, susceptibles de changer dans le temps. D’ailleurs, « L’affirmation et l’opiniâtreté sont signes express de bêtises » nous dit Montaigne (Essai, tome III, chapitre 13). En revanche, il est des attitudes, des traits de personnalité, des façons d’être et d’agir qui, par leur caractère répétitif ou systématique, ne trompent pas. Le goût du lynchage public et de la délation, par exemple, le carriérisme effréné, le cynisme ou l’absence de scrupule dans la manière de traiter autrui, la flagornerie et l’obséquiosité tournées vers la réussite personnelle, la tendance à la compromission et au retournement de veste, au dénigrement sournois, constituent autant d’indices de la propension d’un homme ou d’une femme à verser, si les circonstances s’y prêtent, dans l’infamie, le déshonneur et la barbarie. Chers amis, ces quelques réflexions, rapportées des paysages de l’Aveyron, sont comme d’habitude sans la moindre prétention, sinon peut-être de susciter un échange convivial.

Bien à vous,

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

33 commentaires pour L’éthique et les idées

  1. koufra dit :

    Freddie,

    Les feuilles de chou font de l’information factuelle, du journalisme, là où les journaux nationnaux font du relais de messages définis par d’autres (pour ne pas dire propagande).

    Très sincérement, on trouve aujourd’hui sur des journaux amateurs en ligne (ou des feuilles de chou, des blogs) des analyses qui valent bien largement celles de ceux qui se parent d’un titre de journaliste. peut être est moins bien écrit, et encore….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s