Aimer l’Amérique

imagesMon cœur se serre à chaque fois qu’un désastre touche les Etats-Unis, cette grande puissance parfois si fragile : tornade sur l’Oklahoma, après la Floride, massacres dans les écoles, attentat sanglant. Une partie de l’opinion française a une image négative de ce pays. C’est une chose que je n’ai jamais comprise. Bien sûr, certains de ses dirigeants ont commis de lourdes erreurs dans le passé mais en quoi cela devrait-il rejaillir sur une nation et son histoire ? Il n’existe pas de peuple plus accueillant au monde. Je n’ai pas oublié mon séjour en Californie, étudiant à 20 ans, quand les familles de mes camarades se disputaient pour m’offrir leur hospitalité lors des vacances et des week-ends. Je n’ai pas été tellement surpris quand mon jeune fils, hébergé – bénévolement bien sûr – dans une famille de la classe moyenne pauvre du Michigan, m’a raconté que chaque mois, le père lui donnait le même argent de poche qu’à ses enfants. L’Amérique est une grande nation généreuse et travailleuse qui croit en son destin collectif, un pays capable d’encaisser les coups, de changer de fond en comble et de repartir à zéro. Le sang des jeunes Américains, venus nous délivrer à deux reprises, du bellicisme de Guillaume II puis de la barbarie de la Wehrmacht et des SS, imprègne le sol Français pour l’éternité. Je n’imagine pas l’avenir de la France – et de l’Europe –  en dehors de ce lien charnel avec l’Amérique.

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

29 commentaires pour Aimer l’Amérique

  1. MICHAUD Alex dit :

    Jean-Jacques SERVAN-SCHREIBER. Le défi américain. Denoël. Livre prémonitoire paru en 1967.

  2. maisoui dit :

    Et les Russes en 42 ils jouaient à la belote peut être??
    Il ont épuisé l’armé allemande avant que les Ricains (Enfin les financiers) envoient leur soldats se faire massacrer pour sauver les intérêts industriels US placé en Allemagne. Le tout avant que Staline n’arrive jusqu’à Brest.
    Avec le plan Marshall (accords Blum-Byrnes et l’american way of life) ils nous ont inondé de missiles Hollywoodiens contenant du prêt à rêver , du prêt à penser. On pourrait presque parler d’armes d’hallucination massive) . Il est vrai que dans la culture générale de notre beau pays nous connaissont mieux Les aventures de Starky et Hutch , les planètes de Star-wars, que le noms des capitales des ex pays de l’ouest , ce n’est pas anodin…
    Demandez à n’importe qui en France « grâce avons nous gagné la guerre », on vous répondra grâce aux américains. Évidemment tous le monde vous citera « le jour le plus long » avec John wayne, or c’est faux car on en doit peut être plus aux Russes sur la capitulation allemande…

    Quand aux rapport entre l’islam et le parti Allemand avant la guerre, il ne faudrait pas aller regarder de trop près non plus car, on se ferait peut être mal aux yeux et à la conscience….

  3. COLSON dit :

    Cher Maxime,

    Pour faire écho à votre admiration -que je partage ô combien- pour ce pays, puis-je me permettre de suggérer à ceux qui auraient encore quelque rancune à l’égard des Etats-Unis, de se rendre au cimetière de Colleville, où plus 9000 tombes de soldats US sont là pour leur rappeler que le 6 juin 1944, les Ricains sont tombés pour nous.
    On pardonnera ma naïveté, mais, chaque fois qu’il m’arrive de rencontrer des touristes US dans notre beau pays, je me fais une joie de leur rappeler que nous n’oublierons jamais. Jamais. Et je ne parle pas de cette rencontre inoubliable, dans un motel improbable de l’Utah, à l’été 2012, avec un vétéran d’Utah beach…94 ans, mais suffisamment vigoureux pour me dire, à moi qui lui serrais les mains : « Oh, yes…Saint Lo, Sainte-Mère- Eglise…So far away… ». God bless America !
    Bien fidèlement à vous, Cher Maxime.

    Etienne COLSON

  4. JD75 dit :

    Cher Maxime,
    D’un constat bien réel, je crains que vous ne tiriez des conclusions erronées.
    Les liens entre individus ne font pas ceux des nations. Ne confondez surtout plus les peuples et leurs « élites ». Pour toujours plus d’argent et de pouvoir, une large part de ces dernières est en train de trahir les premiers, aux USA comme en de nombreux autres endroits, et New-York est l’un des épicentres de cette tendance qui maltraite actuellement tant le monde (si vous en voulez un exemple concret et bien documenté, pensez aux subprimes, dont les principales victimes ont été américaines au profit d’autres Américains – ou juridiquement tels…).
    Vous réécrivez en outre un peu l’histoire : si les GI’s se sont effectivement fait faucher en France, c’était quand même beaucoup plus en conformité avec l’adage de Valéry (en substance : la guerre, ce sont des hommes qui ne se connaissent pas et s’entretuent quand des hommes qui se connaissent bien n’ont pas trouvé de solution à leurs différends) que pour les beaux yeux des Français ou même de la « liberté », quel qu’ait été le « story telling » d’accompagnement pour les faire monter dans le bateau.
    Cela n’enlève rien à la hauteur du geste ni à l’abnégation de ces Boys, qui sont effectivement allés volontairement au carton, et nous ont par là même secourus, mais devrait justement nous garder de toute approche trop sentimentale en matière de relations internationales (vieille faiblesse française).

    Quant au lien entre les Etats-Unis et l’Europe, ou du moins l’Union européenne, il se porte au mieux : nul être un peu informé n’ignore la part des services américains dans la montée en puissance de ce Léviathan, avec la collaboration zélée des Monnet, Schumann, etc, qui perdure à ce jour.
    D’ailleurs, il y a fort à craindre que le super-pacte transatlantique que nous concoctent nos « zélites » bruxelloises si soucieuses du bien des peuples européens aboutissent effectivement à un contact très, très « charnel », mais que nous le prenions plus précisément, de ce côté-ci de l’Atlantique, dans le baba…
    Bien cordialement,

  5. Annick dit :

    Bonsoir Maxime,

    Les Américains sont descendants de pionniers dont ils ont gardé les meilleures qualités.
    J’ai adoré travailler avec eux, mais ceci dit, il ne faut pas non plus être trop crédules : ils roulent et ont toujours roulé pour eux, d’abord. Je ne le leur reproche pas, j’aimerais juste que nous fassions de même, et ne leur permettions pas de déborder sur nos plantes-bandes, ce qu’ils font volontiers -partout dans le monde d’ailleurs- avec la candeur de grands-enfants parfois un peu trop effrontés..
    Un général ne les avait-il pas remis à leur place ?

    Ainsi, je n’accepterais pas qu’ils nous imposent leurs normes et leur mal-bouffe qui les a presque rendus tous obèses, tel qu’il en est question dans cet accord de libre échange :

    … Les négociations ont déjà commencé entre l’Europe et les États-Unis et ce dans la plus grande des opacités !…

    qui élimine « toutes les « entraves » au libre-échange, les barrières non tarifaires pour commencer »…

    C’est quoi une barrière non tarifaire ?

    Eh bien en gros c’est une norme, comme par exemple l’interdiction du bœuf aux hormones. C’est bon le bœuf aux hormones, c’est plein d’hormones et ça « bouille » dans la poêle, beurk…

    C’est par exemple notre législation sur les OGM… Hum, c’est bon les OGM, surtout pour la santé des rats…

    C’est encore notre idée stupide de « principe de précaution », un truc de bon sens du style « si tu sais pas tu fais pas, surtout si tu risques d’empoisonner toute ta population ». Le problème d’une telle législation c’est que vous n’avez pas idée de l’argent que ça fait perdre à nos entreprises et aux industriels qui doivent en plus faire des produits pas trop immondes pour la santé de leurs clients. Un client peut mourir du produit acheté à condition que ce soit dans longtemps, histoire qu’il puisse quand même consommer quelques années.

    C’est nos fromages au lait cru que l’on veut nous faire cuire… Qui l’eut cru ? Franchement !! Mais l’industrie du fromage en pâte vendu dans des tubes de dentifrice, c’est la norme aux USA et c’est un très grand marché !

    Ha oui, tiens, j’allais oublier, c’est aussi les gaz de schiste, vous savez cette technologie excellente pour l’environnement nécessitant de faire un forage tous les 500 mètres et dans lesquels il faut injecter tellement d’eau qu’en France (pourtant pays pluvieux surtout depuis qu’Hollande est président) nous n’en aurions pas assez pour forer, boire et cultiver. Comme après tout cette eau est bourrée de produits chimiques ultratoxiques et bien… et bien pas grand-chose, on la déverse discrètement dans la rivière du coin en diluant la soupe chimique et en espérant que les poissons ne meurent pas tous d’un coup.
    Or il y aurait beaucoup de gaz de schiste en Europe et en France… Voilà un bon marché pour les sociétés américaines….

    L’article ici :
    http://www.lecontrarien.com/laccord-de-libre-echange-transatlantique-il-faut-sauver-mimi-mati-22-05-2013-edito

    Ceci dit, je suis de tout cœur avec ceux qui sont durement touchés par ces intempéries.

    Bien à vous,

    • Annick, je vous comprends bien sûr, la civilisation américaine est à la fois très attachante et extrêmement dure par certains côtés, l’idée n’est pas de les imiter mais, ans mon esprit, de les respecter, voire de les aimer quand ils sont dans la détresse… Il y a l’histoire aussi…
      Amitiés
      maxime

  6. Jacques dit :

    Beaucoup de vos commentaires me font chaud au coeur concernant l’Amerique et le homo spaiens americain…il me semble que nous avons beaucoup a apprendre de ce pays, au moins les coté positive, leur sens civique et la question de de grouper ensemble quand ils ont des coups dures. Je me rappel tres bien l’année ou mes parents ont emenagés dans leurs maison la-bas: les voisines sont tous venus offir leurs aide et un gateau de bienvenue…
    Je pourrais ecrire un livre sur les relations franco-americaines, diplomatiques, en autres, les mots de de Toqueville sur l’Amerique, ce que le peuple americain ressentent dans son ensemble de nous autres français…
    Je retourne tres prochainement voir l’Amerique au niveau des affaires mais pas ceux de Wall Street, ou des grandes entrprises…le peuple….cela sera certainement tres interessant de voir le changement qu’il ya eu depuis George W. Bush.
    (A continuer)

    @CocoloLoco: Je suis tolerant de l’islam mais pas des fous.

  7. gratien dit :

    De tout temps, j’ai aimé l’Amérique; pourquoi ? Ben tout bêtement à cause de John Wayne qui l’a incarné dans ma jeunesse, il a toujours porté ces valeurs de courage et d’abnégation. Il a porté aussi à l’écran une vision critiquée sur le Viet-Nam de l’époque, mais c’est cela aussi l’Amérique à mes yeux. Un Peuple formé par un amas hétéroclite de nationalités qui se donnèrent rendez-vous sur cette terre pas si vierge et qui s’y est fait une place, au détriment des « indigènes » de l’ époque qu’ils ont franchement mal traité, ils continuent aujourd’hui. Mais cette Amérique je la connais de mes cousins qui y vivent dans le Winsconsin, des relations spécifique de curiosité et d’intérêt réel qu’ils portent à la France qui les fascine. Je les ai vu ici, chez moi, dans le sud, à Albi, à Notre Dame de Paris, et pour Corky…l’Émotion qu’il a eu sur les plages du débarquement.
    Les Américains sont simples, spontanés, enfantins parfois, mais une chose est sure, leur sincérité leur force est dans leur rectitude, leur courage face à toutes les situations.

  8. Orage dit :

    Je reviens sur les propos de Plume: « les Américains sont forts de leur volonté sans faille de s’en sortir, de leur force morale, de leur foi et de leur patriotisme. »
    Ici la foi n’est plus fédératrice; quant au patriotisme, un lent travail de sape l’a fait passer pour ringard et même suspect.

  9. Merci cher Monsieur pour ce post que j’aurais pu signer des deux mains moi aussi, vivant et servant ici aux USA (Denver).
    Bien à vous avec amitié.

  10. Meursault du Nord dit :

    Ce billet me fait très plaisir tant j’éprouve, par principe, un sentiment diffus de fascination et d’affection envers les Etats Unis et le peuple américain.

    Juste une réserve sur la fin de votre billet : la « barbarie de Guillaume II et de la Wehrmacht » me semble être une formulation malheureuse.

    Le Kaiser Guillaume II était-il animé d’un pangermanisme confinant à la barbarie ? je n’en suis pas sûr.

    De la même façon, la Wehrmacht ne doit pas être confondue avec les autres organes mis en place par les autorités nazies. Malgré les excès qu’elle a pu commettre, n’oublions pas que la Wehrmacht était l’armée « régulière » allemande (par exemple, Oradour sur Glane a été le fait d’une division SS,qui ne faisait pas partie de la Wehrmacht).

    Bon, je reconnais que je pinaille un peu mais j’ai été étonné de la formulation choisie par un fin connaisseur de l’histoire comme vous.

    amitiés

    • Meursault, Guillaume II, symbole du militarisme allemand de 1913-1914. En parlant de barbarie, je songe à ces mots de Poincaré parcourant sa région natale en 1916, la découvrant ravagée par les bombardements et les tueries : « Barbares, barbares! Qu’avez-vous fait de ma pauvre Meuse? » Quant à la différence entre la Wehrmacht et les SS, je la connais bien sûr, et c’est pourquoi je parle des deux. En dehors de plusieurs officiers qui se sont opposés à Hitler dès le début, l’armée allemande a elle aussi obéi aux nationaux-socialistes et commis des crimes abominables, parfois avec réticence, mais quand même… Ma passion pour l’histoire (partagée avec vous) ne m’empêche pas, bien au contraire, de juger que l’amitié franco-allemande est l’une des plus belles réalisations politiques du demi-siècle passé!
      Maxime

    • Meursault du Nord, vous avez raison, j’ai rectifié mon billet à la suite de la lecture de votre commentaire.
      Maxime

  11. Duff dit :

    Bonsoir,

    Cette tragédie est assez révélatrice de la pensée américaine que « Anonyme » doit fondamentalement ignorer. Tout d’abord on est surpris de voir des maisons en bois dans cette sorte de corridor à Tornades ce qui révèle le caractère intrinsèquement optimiste des américains. Bien que ces événements soient très durs à prévoir, relativement éphémères, les malheureux à Oklahoma City – régulièrement touchée et sensibilisée – n’ont eu qu’un maigre quart d’heure pour fuir, ce qui est théoriquement assez mais bien des fois insuffisant.

    Dans une vidéo que je n’ai pas retrouvé un élément m’avait frappé : Des chasseurs de Tornades dans leur voiture étaient branchés sur une radio locale : Le bulletin d’information était continu et décrivait avec précision la position et la direction de la tornade. De plus des appels répétés demandaient à la population d’informer la « communauté » de s’enquérir de la situation de ses voisins et rappelaient que même en cas de rupture du courant électrique, le téléphone avait encore de bonnes chances de marcher encore. Bref bien plus efficace que notre fameux « alerte enlèvement » qu’on a du importer des USA si je me rappelle bien.

    D’abord le sens du mot communauté : Je pense que c’est ici « voisinage ». « Neighboorhood » existe mais équivaut à « community » plus fréquent. En clair aux USA, la solidarité est une valeur très positive mais elle est suggérée et non pensée comme découlant d’une loi qui oblige à décrire juridiquement l’étendue du sens et de l’action imposée à tous. C’est très important à mes yeux car c’est la source de nombreuses justifications tordues en France de la volonté de contraindre à tous une idée malheureusement toujours imparfaite de la solidarité. Vous l’aurez compris, en tant que libéral qui distingue sans difficulté libéralisme et l’individualisme, je trouve les américains beaucoup plus pragmatiques et même finalement solidaires.

    Avant de donner des leçons, combien sont ceux en France qui ont appelé leurs parents, ainés en disparus au cours de la canicule de 2003? Ne serait-ce qu’invité à le faire?

    Cordialement

  12. Plume dit :

    Monsieur Tandonnet,
    Ayant vécu aux Etats-Unis et y ayant encore des amis, je suis d’accord avec ce que vous dites.
    Mais quoiqu’il leur arrive, les Américains sont forts de leur volonté sans faille de s’en sortir, de leur force morale, de leur foi et de leur patriotisme, et s’en sortent toujours. Ils ont leurs défauts, mais ils sont un grand peuple. Ils méritent notre compassion, notre sympathie, notre amitié, notre soutien, mais pas notre pitié. Ils s’en sortiront, parce qu’ils font toujours tout pour ça et donnent toujours le meilleur d’eux mêmes.

    • Plume, oui, ils s’en sortiront, ils s’en sortent déjà d’ailleurs, par leur courage, leur abnégation, leur travail, quel grand peuple!
      Maxime

  13. Orage dit :

    Et les Américains travaillent, bien plus qu’ici, le patron peut les virer du jour au lendemain, ils en sont conscients et c’est admis et on pourrait dire tant d’autres choses…
    J’avais adoré le livre de Philippe Labro « Un été dans l’ouest », ce qui m’a incitée à parfaire ma connaissance de ce pays.

  14. Anonyme dit :

    cher Mr Tandonnet,
    je ne connais pas les Etats Unis, tout m’horripile chez les Américains, leur sociologie, leur manière d’être, le mépris des autres, leurs banques, leur gigantisme asocial, leur fric, leur bouffe et surtout l’effet qu’elle a sur eux, leurs armes, leurs bagnoles, leur hégémonisme…..
    la SEULE émotion que j’ai ressentie pour les Américains s’est produite lors de mon passage à dans le cimetière de Colleville, j’y retournerai.

  15. Annick Danjou dit :

    Tout ce que vous dites sur l’Amérique me parle et je dois avouer que je repartirai volontiers dans ce pays, dès que l’occasion se présentera; nous y avons vécu beaucoup, j’y ai fait venir des personnes anti-américaines qui sont reparties charmées et déçues de constater l’écart négatif entre notre mentalité et la leur (je parle aussi des classes moyennes). Ce sont des gens battants, au sens civique prononcé, toujours prêts à défendre leurs valeurs, courageux et jamais abattus, même quant un drame (comme celui qu’ils supportent en ce moment) ou le chômage les touchent. Ils n’attendent rien des autres mais tout d’eux mêmes. Ayant des petits enfants américains et d’autres français, je peux déjà voir la différence et pourtant tous mes petits enfants sont bien éduqués et élevés avec le sens du devoir. C’est la société française qui contamine les meilleurs et qui décourage les plus vaillants. On s’étonne ensuite que beaucoup de jeunes partent aux US? Ceux qui y vont, bien souvent ne reviennent plus car, de l’autre côté de l’Atlantique, on reconnaît leur valeur et on le leur fait savoir.

    • Annick Danjou, c’est significatif, cette différence d’état d’esprit que vous constatez entre vous petits enfants français et Américains, très intéressant…
      Amitiés
      Maxime

  16. Sceptique dit :

    Il n’y a, je pense, aucun problème réel, sauf à l’extrême gauche. Entre états, qui ne font pas toute la place aux sentiments, les choses sont parfois différentes.

  17. COLOCOCO2 dit :

    Mon Cher Maxime
     » Le sang des jeunes Américains venus nous délivrer à deux reprises de la barbarie de Guillaume II puis de la Wehrmacht et des SS,…… »

    Tu es completement à coté de la plaque ….si l’ on en croit nos chers amis de l’ UOIF

    Vidéo en français Abdallah Ben Mansour, co-fondateur de l’UOIF: « Les musulmans ont construit la France et sont l’avenir de l’humanité »
    21 mai 2013 | Classé dans: Islamisation,VIDEOS | Posté par: Jean-Patrick Grumberg
    Cliquez pour voir la VIDEO
    http://www.dreuz.info/2013/05/video-en-francais-abdallah-ben-mansour-co-fondateur-de-luoif-les-musulmans-ont-construit-la-france-et-sont-lavenir-de-lhumanite/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+drzz%2FPxvu+%28Dreuz%29inShare

    Discours d’Abdallah Ben Mansour, co-fondateur de l’UOIF (Union des organisations islamiques de France), lors du 29ème rassemblement de l’Union des organisations islamiques de France, l’UOIF, vendredi 6 avril au parc des expositions du Bourget.
    « Vous êtes dignes, vous êtes nobles, vous êtes majestueux, vous êtes fabuleux, vous êtes hauts, vous êtes forts, vous êtes grands. Il ne faut pas (seulement) le dire, il faut le croire, parce que c’est la vérité. Ce n’est pas moi qui la décrète, c’est Allah. Toute la gloire à Allah, à Son Messager et à ses croyants. C’est un gène que vous avez dans votre ADN, personne ne peut l’extraire, personne ne peut l’enlever (…) »
    JPG : Dignes et majestueux, dans la queue à Pôle Emploi au lieu d’inventer les technologies du futur …
    Et puis, il continue, et c’est ce qui se dit dans les banlieues de France :
    « Qui a défendu la France pendant la Première Guerre mondiale ? Qui a défendu la France pendant la Deuxième Guerre mondiale ? Qui a servi de chair à canon pour arrêter les Allemands qui massacraient les Français ? Ce sont vos parents, ce sont vos ancêtres, ce sont les musulmans du Maroc, du Sénégal, de la Tunisie et de l’Algérie. Sans l’apport des musulmans, la France ne serait jamais libérée. »
    JPG : Nous allons porter plainte contre l’Education nationale qui pendant cinquante ans nous a fait croire que l’Amérique a libéré la France. Scandaleux.
    « Mais au-delà de la défense de la France, qui a construit la France d’aujourd’hui ? Qui travaille pour les autoroutes, qui creuse les tunnels ? Qui va chercher le charbon au fond des mines ? Qui ramasse vos poubelles le matin ? Le soir vous ne les voyez pas. Qui fait toutes les tâches ingrates, subalternes, pour que la France puisse vivre ? Ce sont vos parents, c’est vous.
    JPG : heureusement que c’est Mansour – dans la bouche de n’importe qui d’autre, on parlerait d’islamophobie…
    « Mais au-delà de ça, qui fait travailler les laboratoires en France, qui fait marcher les universités ? Il ne faut pas voir les musulmans au fond de la mine, regardez-les au sommet des universités. Vous allez voir que c’est vous. Même si les gens ne le savent pas, y’a pas un laboratoire de recherche, y’a pas une discipline où les musulmans, même s’ils sont relégués au 2e rang, mais ce sont eux les ingénieurs, ce sont eux les inventeurs, et la France leur doit énormément. »
    JPG : ils doivent être victimes de racisme de la parti du comité Nobel, parce qu’on ne les y voit pas souvent.
    « Alors on a déclaré la guerre au foulard et on a décidé de deux choses l’une: soit la musulmane choisit le savoir mais il faudrait qu’elle délaisse son islam, ou alors si elle veut et elle persiste à rester musulmane, on va l’empêcher d’accéder au savoir. »
    JPG : je ne l’aurais pas mieux expliqué – mais je ne suis pas certain que c’est ce que voulait dire le brave homme.
    « L’environnement, le réchauffement de la planète, le débordement des océans, les inondations, les ouragans, les tremblements de terre, tout ce que la civilisation occidentale a amené pour pervertir l’environnement. Qui va sauvegarder ? Qui va rendre les relations intelligentes entre l’environnement et les humains ? C’est vous, les musulmans. Nous sommes l’avenir de l’humanité. Nous sommes le secours de l’humanité. Nous sommes le futur de l’humanité. Pourquoi ? Parce que: oui, digne je le suis.
    Toute la gloire à Allah, à Son Messager et à ses croyants [en arabe]. Salaam Aleikoum. Qu’Allah vous bénisse ! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s