« Gouverner, c’est choisir »

Pierre-Mendes-FranceUn point m’a particulièrement frappé dans les déclarations du président de la République, à l’occasion de sa conférence de presse, hier à l’Elysée, sa dénonciation « des violences de la droite, pour laquelle nous serons toujours illégitimes ». Aurait-il donc oublié le climat de haine qui a dominé tout le quinquennat de Nicolas Sarkozy traité par les socialistes de « présidents des riches », de « bling-bling« , « voyou de la République », etc. ? Pour le reste, son intervention me semble être un fidèle reflet de ce que la politique est en train de devenir: un monde refermé sur lui-même,  une fuite dans la communication. Il  a parlé « d’offensive », de gouvernement économique européen – un serpent de mer -, et même, sans reculer devant le paradoxe, de souveraineté de la France… Des mots, rien que des mots, pas une mesure concrète, pas une action. Cet immobilisme semble satisfaire ses partisans mais ne peut qu’aggraver la coupure avec une France engluée dans la récession et le chômage. Sarkozy n’a pas tout réussi, loin de là, mais au moins, il a eu le mérite d’essayer. J’observe que, d’un bout à l’autre de l’échiquier politique, toute la classe dirigeante semble désormais se confiner dans l’invective, la course à la déclaration tonitruante, la recherche de la bonne formule et du buzz, comme on dit. Les blocages structurels ont parfois bon dos pour justifier l’inaction. Les contraintes européennes, financières, constitutionnelles, qui feraient, selon certains, de la République française une simple collectivité privée de pouvoir et soumise à la mondialisation  n’expliquent pas tout, loin de là. Le fond du problème, la cause ultime de nos difficultés, au-delà de la logique droite-gauche, c’est la perte de sens du politique. La volonté de proposer et d’adopter, voire d’imposer des mesures concrètes et raisonnables, semble comme anéantie.  Décider, bousculer, prendre des risques, choisir, gouverner en un mot: voilà qui n’intéresse plus personne.

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

31 commentaires pour « Gouverner, c’est choisir »

  1. J’ai poussé sur mon blog le raisonnement que m’avait inspiré votre article et qui m’a conduit à entrevoir un « manichéisme » chez Hollande aux conséquences inquiétantes.
    Si vous m’autorisez à mettre le lien http://christianchevalier.blogspot.fr/2013/05/le-manicheisme-de-hollande.html

    Christian Chevalier

  2. Mich dit :

    Oops avec ce lien ça devrait être plus facile:

  3. Mich dit :

    Excellent texte Mr Tandonnet. En effet, le gouvernement semble incapable d’agir
    Et entre temps, c’est un atmosphère de chaos et de peur qui se distille dans notre société.
    Il n’y a qu’à voir les images des débordements au Trocadéro: pillage de magasins, scooter en feux, jet de verres et de feux d’artifice sur les policiers, vitrines défoncées… Impressionnant. Voilà ici quelques vidéos. A regarder.

  4. drazig dit :

    A propos de Mendes-France:
    L’ancien « combattant » de Mai68 que je suis (j’étais jeune…), se souvient de la prestation de Mendes France au stade Charléty à Paris consistant à relancer coûte que coûte la révolte des étudiants qui commençait à s’essouffler après le retour de de Gaulle de Baden Baden, et les vacances arrivant (surtout). Son souvenir m’a toujours dégoutté et du bonhomme et de Mai68.

    • drazig, concernant PMF, c’est assez bizarre, on a l’impression que le PMF de 1954 et celui de 1968 et 1981, ce n’est pas le même homme…
      MT

    • @DRAZIG
      @ MT:
      Je suis complétement d’accord avec vous. Il faut se rappeler que les hommes et les femmes sont en principe des être humains avec leurs vices, leurs problèmes médicaux et émotionnel et en politique, comme en finance comme dans trop de choses dans la vie), les gens sont souvent sous l’emprise de quelque chose comme médicaments, partenaire, argent, le besoin d’etre reconnu a tout prix, etc.
      Une fois de plus, on ne peut que constater que le dénomination commune est souvent bien caché du publique.

    • Merci beaucoup pour ce commentaire Jacques de Guise!
      MT

  5. JD75 dit :

    Bien d’accord avec vous, Maxime, mais au-delà de ce que l’on appelle pudiquement des lobbies, on retrouve pratiquement toujours le dieu-argent, Mammon, parfois par des chemins très détournés (presque tout ce qui se donne des airs humanistes ou « droidlom », au-delà d’un paravent de sincères « idiots utiles » au système, est régi par les puissances de l’argent dans une optique fort peu humaniste). Quant à nos politiciens au pouvoir, confits dans les avantages en nature que procurent les ors de la République, la frontière entre faiblesse humaine, corruption massive, prévarication éhontée et félonie caractérisée me semble assez poreuse.
    Bien cordialement,

  6. un lecteur attentif dit :

    On ne peut s’empêcher de penser que cette déliquescence générale des partis comme de l’Etat marque la fin d’un cycle et que rien ne pourra être entrepris de l’intérieur.
    Serions nous à un de ces moments de l’ histoire où seule une secousse venue de l’extérieur ( conflit d’envergure, catastrophe économique…) pourrait provoquer un sursaut, faire apparaître des personnalités fortes et capables de se doter des moyens du changement ? Et à propos de secousses possibles, une réflexion sur l’irrésolution des dirigeants actuels au delà de la France: je trouve un parallèle inquiétant entre notre Président et le Barak Obama du second mandat. Même tendance à esquiver les problèmes de fond, même perte d’autorité, même indécision, mêmes absence de réalisme…Avec la circonstance aggravante que les USA sont encore, que cela plaise ou non, les garants de la sécurité planétaire. Cette ressemblance entre deux dirigeants de puissances militaires occidentales majeures ( malgré le Livre Blanc, nous avons encore le plateau d’Albion) n’est-elle pas un encouragement à des pays ambitieux ou des organisations extrémistes? Sans donner dans le millénarisme, on a de quoi s’inquiéter…

  7. Crisfi dit :

    Quand je considère F. Hollande, j’en arrive à penser que sous Miterrand, c’était « mieux » (je m’inquiète…). Nous sommes tombés bien bas !

  8. Frederic_N dit :

    http://www.atlantico.fr/decryptage/france-et-croissance-oui-c-est-possible-mais-francois-hollande-peut-reussir-entrainer-dans-elan-technostructure-depressive-qui-c-729075.html

    Je me permets d’attirer votre attention sur cet article à 3 mains, paru dans atlantico et qui cherche à comprendre le comportement non pas des politiques, mais de la technocratie sensée être à son service. En général je n’aime pas les sociologues, souvent plus idéologiques que les autres. Mais cet article me semble intéressant, car il décrit un processus de grippage de l’appareil d’Etat très proche de ce qu’on a pu constater ailleurs .. dans les pays à pouvoir politique autoritaire. A mon sens ce processus est très grave car il interdit de facto toute politique audacieuse

    Je serais intéressé à avoir des réactions

    Cordialement

  9. JD75 dit :

    Cher Maxime,

    Vous partez toujours du principe que ces politiciens sont seulement nuls ou lâches.
    Des signes de plus en plus manifestes montrent au contraire qu’ils agissent la plupart du temps parfaitement sciemment, en toute désinvolture et en subsidiarité presque parfaite de la Commission européenne et autres officines non élues (CEDH, CJE…) pour faire avancer une idéologie qui n’a que faire des vieux peuples européens, excepté de leur soutirer un maximum d’argent au profit des plus riches.
    Vous qui avez traité des questions d’immigration, je suppose que l’affaire suivante ne vous a pas échappé:

    http://www.dailymail.co.uk/news/article-2324112/Lord-Mandelson-Immigrants-We-sent-search-parties-hard-Britons-work.html

    (où l’on savourera de voir « lord » Mandelson passer de ce qui ressemble fort à une traite esclavagiste moderne au poste de commissaire européen au commerce …)

    Je ne crois pas qu’en France, on ait fait pareil : nos gouvernements successifs, de Chirac à Hollande en passant naturellement par Sarkozy, ont « seulement » laissé fonctionner à pleine puissance les aimants que sont l’attribution aux étrangers d’un maximum de prestations sociales, d’allocations diverses avec, au sommet de ce dispositif, la célèbre AME, à laquelle vous avez certainement remarqué que « droite » et « gauche », avec ou sans effets de manche, se sont bien gardées de toucher. La suite, vous l’avez au Trocadéro ou dans les quartiers nord de Marseille.

    Assez de naïveté, vraie ou fausse: des gouvernants qui sont capables de s’asseoir froidement sur les résultats d’un référendum ou sur les réactions massives de bon sens élémentaire de leur peuple, un Conseil constitutionnel qui fait surtout de la politique (on vient d’en avoir encore un exemple ce soir) n’ont rien de lâches ou d’indécis. Ce sont au bas mot des prévaricateurs.

    Bien cordialement,

    • JD75, ce sont des hommes avant tout, « humain trop humain » comme disait l’autre… Il ne faut pas leur prêter plus de volonté qu’ils n’en ont réellement, leur attitude s’explique par les passions humaines, ambition, vanité, lâcheté, versatilité, influençabilité, et aussi parfois accès de lucidité ou de générosité; dans l’ordre des idées, de « l’air du temps », tout peu basculer très vite…
      MT

  10. Freddie dit :

    Le conseil constitutionnel vient de valider la loi Taubira. On s’y attendait. Franchement, qu’attendre d’un peuple qui trouve très bien qu’on planifie de priver exprès des enfants de filiation naturelle, et qu’on organise la chasse aux récalcitrants en les traitant d’homophobes ? J’imagine qu’un jour assez proche, après le vote des lois sur l’euthanasie, nous aurons droit (au début) à des reportages « scientifiques » en direct, avant de passer à l’euthanasie en direct dans des émissions de téléréalité. Et les intellectuels démontreront la valeur « éducative » de ces émissions. Où voulez-vous trouver un chef intègre dans une civilisation (si on peut dire) pareille ?

  11. Freddie dit :

    J’ajoute qu’à cette conférence, un participant a posé la question de la nouvelle alliance commerciale en vue avec les Etats-Unis (ainsi qu’une autre question) et qu’on n’a répondu qu’à l’autre question… simple oubli ? Ou bien sommes-nous sur la voie, pas encore officielle, d’un empire encore plus grand, encore moins démocratique, toujours à la recherche de l’efficacité économique concurrentielle maximale et… gouverné par on ne sait quel futur Néron ?

  12. Freddie dit :

    Il y a quelques semaines, je suis allée à une conférence organisée par un député UMP qui a fait venir un britannique pour discuter du futur référendum sur l’Europe (c’était juste avant les élections locales en Angleterre). Il y avait une quarantaine de participants (que du beau linge !). Personne n’hésitait à aborder sans langue de bois les problèmes économiques et politiques du moment, et à reconnaître qu’il fallait de l’huile de coude pour s’attaquer aux problèmes du chômage, de l’immigration, de la dette, et tutti quanti. Contrairement au gouvernement actuel, qui donne l’impression d’être dans l’idéologie, les personnes présentes ne donnaient l’impression d’être réalistes et pragmatiques. C’est déjà un bon point. Mais elles étaient toutes plus optimistes que moi au sujet des institutions européennes. Elles pensaient réellement qu’on pourrait arranger les choses avec le principe de subsidiarité, et que le vice était moins dans les structures que dans l’incompétence (voire la flemme) de certains. Elles pensaient que l’empire européen était indispensable pour atteindre une taille critique face à la concurrence internationale. J’ai une approche plus psychologique. Je pense qu’une excessive concentration des pouvoirs rend dingue. Les juges de la CEDH n’hésitent pas, alors qu’ils sont une quinzaine et susceptibles d’être influencés par les lobbies, à bousculer les cultures et philosophies de millions de personnes sans leur demander leur avis. Ici, à cause de la crise qui pousse les gens à rêver d’un gouvernement « du peuple » qui les protégerait du chômage, les socialistes ont tous les pouvoirs partout et on a nettement l’impression que cela leur monte à la tête. Pour pouvoir gouverner de manière saine, il faut du contre-pouvoir, et pas d’empire trop étendu avec à sa tête quelques individus non élus. C’est pourquoi je pense que gouverner est difficile en France actuellement. Il y a pourtant des gens qui ont envie de travailler : je ne peux que le constater. Mais ils sont eux-mêmes convaincus qu’il est raisonnable, pour des raisons économiques, de se déposséder de leurs pouvoirs…

    • Freddie, le pouvoir « rend dingue », pas toujours mais souvent, on peut le dire, nous sommes d’accord, et cela explique bien des choses…
      Maxime

  13. Oui hélas, notre classe politique s’est enfermée dans un clivage virulent qui ne laisse plus place à des échanges d’idées et des débats constructif… On tire sur l’ambulance, on dégomme celui qui trébuche, on dramatise le moindre faux pas, on souffle sur la braise au-delà de toute raison, on insiste à fond sur ce qui déplaît au bon peuple. Cette virulence au service de la démagogie est grave. Et il faut bien le reconnaître, la gauche en général, Hollande et Ayrault en particulier, ont construit leur stratégie de reconquête du pouvoir sur ce terrain là, en misant à fond sur l’anti-Sarkozisme. Ayrault étant en son temps le plus virulent des socialistes pour tacler la droite à tous propos.
    Mais le pire c’est qu’ils y croient… ils se croient meilleurs que les autres, ils croient encore au clivage simpliste du bien et du mal, du blanc et du noir. Un intervenant dans une discussion sur Facebook écrivait « le problème c’est que le PS est infesté à sa tête, par des femmes et des hommes de droite qui agissent et décident et tranchent comme des Coppé et des Fillon ….et dénaturent les valeurs de gauche ». Comment mieux exprimer ce simplisme du bien – forcément à gauche – et du mal – suivez mon regard – et que si du côté du bien il y a du mal, alors ce sont des gens de droite qui s’ignorent ! D’où d’ailleurs cet acharnement sur Cahuzac – dont on aimerait qu’il disparaisse à jamais – homme faillible, humainement faillible, mais cela est inacceptable et irréparable dans cette prétention là.
    On est en faite confronté à des phénomènes massifs « d’ombre », au sens Jungien du terme : on rejette sur l’autre, sur l’adversaire, ce que l’on ne veut pas voir en soi-même. La gauche tend là un sacré bâton pour se faire battre, nuls doutes que d’autres « scandales » viendront bousculer ces fausses croyances.
    Mais il est assez triste et dramatique de constater que dans les moments très difficiles que nous connaissons, où la mobilisation de tous serait nécessaire, on entretient au contraire l’invective et la violence au plus haut niveau politique, on maintien l’idée d’un manichéisme primaire qui encourage toutes les simplifications sémantiques (Je pense par exemple à un site sur la problématique des Roms qui juxtapose une photo de soldats Allemands pendant l’évacuation du ghetto de Varsovie avec celles de gendarmes mobiles évacuant un campement sauvage).
    Non… cette banalisation des choses qui entretient la confusion des idées et valeur est grave et inacceptable, mais elle est le résultat de ce comportement irresponsable de politiques qui sont prêt à toutes les facilités pour conquérir le pouvoir.
    C’est pour marquer ma volonté de sortir de ce manichéisme qui est une impasse du débat que j’ai appelé mon blog « Entre gris clair et gris foncé ».

    Christian Chevalier

    • Christian Chevalier, je suis entièrement d’accord avec votre excellent commentaire et vais me faire un plaisir de rendre visite à votre blog!
      Maxime

  14. Duff dit :

    Bonjour voici ce qu’hier soir m’a inspiré le choix de la formule offensive…

    Le ridicule ne tue pas mais fait bien rire. Jusqu’à quand?

    Cordialement

    • Duff, merci pour ce moment d’humour, j’adore cet acteur belge dont je suis incapable d’écrire le nom mais qui me fait toujours bien marrer…
      Maxime

  15. Bonjour Tout le Monde et Maxime aussi!
    Je pense que cette conférence de presse est l’illustration d’un homme qui ne voit pas la dure réalité qui est que petit a petite son immobilisme va mener le pays dans le gouffre totale.
    Il faudra bien reconstruire…peut être qu’il est grand temps que les personnes comme vous Maxime, et les autres commencent a définir le futur immédiat…les mesures concrètes a prendre. Il me semble que ces mesures devront obligatoires être unilatérales car nous n’allons pas pouvoir faire autrement.
    Il faudra travailler sur des thèmes que beaucoup de nos compatriotes n’aurons plus l’habitude dont ce qui est considérer comme des « dus »par l’État, i.e. allocation de tout genres, congés maladie, rémunérations de nos politiques élu, amaigrissement des niveaux des gouvernements.. locaux, régionales et j’en passe..

    • Jacques de Guise, vaste programme, comme vous dites, à nous tous d’y réfléchir, nous avons beaucoup de temps devant nous…
      Maxime

  16. Plume dit :

    Monsieur Tandonnet,
    M. Hollande et son équipe préfèrent se bercer d’illusions et croire que les Français sont dans le ‘rêve bleu’ dans lequel ils veulent les endormir. Comme le montrent les sondages, certains reportages et des conversations que l’on entend ici et là –dans les cafés, le bus, au travail, etc–, beaucoup, y compris de ceux qui ont crû au ‘réenchantement du rêve français’ sont écoeurés par l’attitude et les mesures prises par le président et son gouvernement.
    L’ironie du sort est que les réformes les plus dures et injustes (ceux qui financent ces réformes sont toujours les mêmes, les salariés de la classe moyenne que la gauche, si l’on en croit les seuils de revenus pris en compte, pense faire partie des ‘riches’),auront été du fait de la gauche, grand donneuse de leçons de générosité.
    Malheureusement, la France et les Français en ont encore pour 4 ans… C’est et ce sera très très dur. Et ce n’est que le début, parce qu’il faudra ensuite, remettre la France sur les bons rails. Des années et des années de sacrifices en perspective.

  17. MUICHKINE dit :

    Espérons juste que le prochain Auguste, qui signera la fin de la République, sera de droite et non de gauche.

  18. Lach-Comte dit :

    Peut-on savoir ce que vient faire la photo de Pierre Mendès France accrochée à ce post ? J’ai du mal à faire le rapprochement entre le texte et l’image … et n’oublie pas ce qu’était cet homme, son parti et ses larmes à l’élection de François Mitterrand. Ce qui n’est nullement en sa faveur dans mon esprit. Maintenant, si vous vouliez trouver une photo qui ressemble à Hollande, allez chercher du côté de Guy Mollet … mais ce n’est pas le sujet.

    • Lach-Comte, c’est lui, PMF, qui a dit, « gouverner c’est choisir » et a appliqué cette formule comme président du Conseil en 1954 (rejet CED, règlement Indochine, Maroc, Tunisie, crise financière), sa photo est là par contraste avec la situation politique et l’immobilisme d’aujourd’hui…

  19. Koufra dit :

    Bonjour Maxime,

    La seule véritable annonce, c’est finalement qu’il compte lancer son projet de droit de vote pour les étrangers.

    Il divisera ainsi les français qui vont de déchirer entre eux plutôt que de l’attaquer sur sa politique économique ou plutôt son absence de politique économique.

    Si ce projet échoue au parlement ce sera la faute de la droite, parallèlement la droite se divisera entre droite centriste et nationale, et le score du FN va exploser et mettre ainsi a mal la droite.

    Si le projet réussit, il aura tenu sa promesse et les maires PS auront gagné de nouveau électeurs.

    Seul petit problème, il sacrifie la nation pour des élections. Le niveau sur va atteindre le FN sera probablement durablement autour de 30%. (D’après les retours autour de moi).

    Le niveau de violence des manifestations reste a définir. Personnellement, j’irai manifester pour la première fois de ma vie. Je suis déterminé et convaincu.

    La fidélité de l’armée reste a définir face a un gouvernement qui met en place une mesure qui mettra fin a la nation. Le rôle premier de l’armée est de défendre la nation.

    Les manifestations risqueront clairement de tourner a l’insurrection. La police aura t elle la volonte de défendre ce gouvernement ? Visiblement ce gouvernement préfère gazer des familles que des sauvageons…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s