Troublante lecture

41zyDJPnXrL__Je viens de lire avec passion le tome 1 de la biographie de Hitler par John Toland (1889-1938) éditions Tempus 2012. Sur la base d’une formidable documentation et de multiples témoignages, il nous montre le leader national-socialiste tel qu’il était, au fond, dans sa vie privée : un sale petit bonhomme, carriériste minable, mégalomane, frustré, ayant échoué partout avant de se lancer en politique, pervers sexuel (épris de sa nièce Geli qu’il pousse au suicide, amateur de gamines de 16 ou 17 ans), d’une lâcheté inouïe (obsédé par un cancer imaginaire), paresseux (au bureau à midi, incapable de lire un dossier), bandit cynique et sans scrupule, n’hésitant pas à faire liquider ses plus anciens et plus proches compagnons, velléitaire, inapte à rendre un arbitrage ou arrêter une décision claire, se perdant en permanence dans d’interminables monologues,  caractériel, maniaque, ne fonctionnant que sur deux trois ou idées fixes – l’antisémitisme, le Lebensraum – évacuant toute prise en compte d’avis divergents ou considérations de réalisme. Alors, me direz-vous, comment un personnage aussi abject et d’une intelligence aussi douteuse, a-t-il pu dominer et soumettre  la première puissance industrielle d’Europe et mettre la planète à feu et à sang ? Habile tacticien, sans doute, manipulateur, pourvu d’un étrange magnétisme, dans la voix et le regard qui lui ont permis de subjuguer les foules. Certes produit du chaos économique (6 millions de chômeurs en 1932) et de la menace soviétique, il doit avant tout son ascension à l’aveuglement et à la lâcheté des sociétés occidentales. Tout le monde le sait, sans doute. Mais à la lecture de cet ouvrage, on frémit devant l’ampleur de la démission des classes dirigeantes européennes. « Quand les soldats allemands pénétrèrent en Rhénanie, ce samedi matin 7 mars 1936, jamais Londres n’envisagea sérieusement de passer à l’action. Le gouvernement français (Albert Sarraut, radical-socialiste), était d’un conservatisme qui frisait la timidité. Le général Gamelin représenta qu’une opération militaire, si limitée qu’elle fût, présentait des risques imprévisibles… » A la suite de ce coup de force,  le Führer déclare : « Si les Français avaient fait des représailles, il nous aurait fallu nous retirer l’oreille basse, car les ressources militaires dont nous disposions étaient tout à fait insuffisantes, même pour une résistance limitée. » La première étape, décisive, d’un engrenage conduisant à l’apocalypse était franchie. Le monstre, produit de la lâcheté et de la bêtise. Et si rien n’avait changé sur le fond ? Et si les classes dirigeantes et les élites européennes – politiques, intellectuelles – dans des circonstances différentes bien entendu, face à d’autres menaces, avaient gardé le même angélisme, la même lâcheté, la même cécité, le même conformisme, attentisme ? Bêtement, peut-être, cette question ne cessera donc jamais de me hanter…

Maxime TANDONNET

NB : Merci infiniment à d’éventuels commentaires, comme d’habitude, sur un sujet aussi sensible, pour le choix des mots et la modération du ton.

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

35 commentaires pour Troublante lecture

  1. MICHAUD Alex dit :

    Meme si cet historien anglais est une référence en la matière, ce n’est pas le seul et le portrait déplaisant de la personnalité du Fuhrer est réducteur et les qualificatifs caricaturaux. Un individu arrivé à cette fonction ne peut etre aussi médiocre et sa capacité de synthèse est légendaire. Le fait d’etre hypersomniaque n’est pas un défaut en soi, puisque l’on dit que les Suisses se lèvent tot, mais se réveillent tard. Contrairement à son homologue et contemporain Staline, il discutait longuement avec ses généraux et essayait de persuader ses subordonnés de la justesse de ses analyses, ce qui explique ses monologues interminables. Concernant les purges internes, sa décision fut hative et précipitée par la pression de l’Armée, soucieuse de neutraliser la concurrence de la SA, et son entourage, souvent hostile au chef de cette SA: Ernst ROHM.

    Mais c’est plus commode que de souligner la faiblesse coupable de la France, à la remorque de l’Angleterre avec sa politique d’Apaisement, en vigueur depuis l’avènement de l’Entente Cordiale, émasculant la virilité gauloise.

    – Georges GORIELY. 1933, Hitler prend le pouvoir. Complexe.
    – Jean PHILIPPON. La nuit des longs couteaux. Histoire d’une intox. Armand Colin.
    – Christian GEOFFROY. Les coulisses de l’Entente Cordiale. Grasset.
    – Maurice VAISSE. L’Entente Cordiale. De Fachoda à la Grande Guerre. Complexe.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s