La relève

Quelques nouvelles de mon lieu de vacance, dans un coin de Gironde au bord de l’océan… Le sentiment que la France politique s’enfonce dans un abîme sans fond. La Commission européenne vient « d’accorder un sursis de deux ans à la France pour se mettre en règle ». Notre fierté nationale devrait en être fouettée. Mille ans d’histoire, de guerres, de révolutions, de souffrances, de succès et de gloire,  à conquérir notre indépendance. « Honneur et Patrie » était la devise des Français libres » en 1940-1943. Et nous voilà comme des enfants à quémander un sursis de deux ans avant la grande punition. Pendant ce temps, les politiciens nous ridiculisent. Stupéfiante cette déclaration de M. Fillon se démarquant de l’ex-président au sujet du Front national. En une quarantaine de réunions auxquelles j’ai assistées, je n’ai jamais vu l’ex-Premier ministre élever un soupir de désaccord sur ces sujets avec N. Sarkozy. Tout le monde sait à quel point il s’est démené pour rester à la tête du gouvernement fin 2010. Ce retournement de veste est inqualifiable. Quant à l’autre, qui veut un « gouvernement d’union nationale » sans le PS ni l’UMP… Avec qui alors, Mélenchon, et Bayrou? Bel attelage en effet: FN, communistes et centristes… Démagogie, mensonges, vulgarité, mais pour qui nous prennent-ils? Un  remaniement du gouvernement, apprend-on, n’est plus à exclure,  sachant « qu’aucun ministre ne serait protégé. » Oulala! On a peur, il va peut-être se passer des choses… Franchement cette classe politique est à la ramasse, on ne peut plus compter sur elle. C’est aux citoyens, je le crois de plus en plus, à nous, de s’organiser, de créer des club, des associations, des blogs, de s’investir dans la vie locale, les mairies, et d’imposer une relève.

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

57 commentaires pour La relève

  1. koufra dit :

    « On greffe de tout aujourd’hui, des reins, des bras, un coeur. Sauf les couilles. Par manque de donneur. »

    Jacques Chirace

  2. Willy dit :

    Maxime,

    C’est bien pour cela que je traite ces politichiens de couilles molles!!

  3. alexandre dit :

    Je vous fait partager une perle de ce qui nous gouverne : http://www.lejdd.fr/Politique/Actualite/Pascal-Canfin-seche-le-Mali-en-raison-de-l-expulsion-d-un-etranger-604879
    Au delà des apparence, cet acte n’est pas anodin.

  4. Duff dit :

    Bonsoir,

    Beaucoup de réactions intéressantes! Mais pourquoi dans son documentaire, FOG fait-il autant la part belle à François Fillon? Sans lui demander pourquoi a-t-il mis dans la balance sa démission et faire tout son possible pour rester à Matignon en 2010?

    Il y a tout de même un point indiscutable que soulève le reportage, le quinquennat a singulièrement manqué de cohérence et de stratégie à long terme sur le plan économique d’où des revirements nuisibles et injustifiables en 2012 en campagne.

    S’étonner de cette trahison de Fillon a un côté Candide, pour être élu président et c’est triste, il faut poignarder celui qui vous a mis en situation. Sarkozy l’avait fait en son temps, Chirac aussi etc. Maintenant je pense que les arguments de Fillon sont toutefois bien valables.

    Cordialement

  5. Mich dit :

    @ Willy
    Merci pour ces liens. mais cela me donne une impression mitigée. Bien sure je déplore que la France ait perdu sa souveraineté. Encore que..C’est un peu un paradoxe puisque c’est la France qui l’a souverainement décidé. Bien sure on peut se plaindre que le peuple n’ait pas été consulté ou respecté dans ses choix..Mais d’un autre coté: au moins la commission n’est pas socialiste. Elle propose des mesures saines de compétitivité économique. Elle contrecarre l’immense dogmatisme et lâcheté de nos dirigeants. Si Bruxelles n’existait pas, sans doute qu’Hollande ferait encore bien plus de conneries économiquement parlant.

    Cordialement,
    MF

  6. alexandre dit :

    Le changement n‘est pas pour maintenant !

    Afin d’imaginer un changement, un changement si nécessaire à notre temps, certains préjugés doivent être dissipés. Il s’agira d’écarter toute forme de croyance , toute idéologie … Nous devons penser le changement avec la nécessité de l’époque et afin de gagner du temp, s nous ne pouvons le faire si l’on souhaite aller vite qu’avec pour seuls outils, notre cadre constitutionnel et notre motivation.
    L’idéologie et les croyances de bateleurs ou des saltimbanque gangrènent la démocratie et le progrès en divisant la Sté ..Regardez l’histoire du mariage, elle a plus divisé la Sté que ne l‘a fait le débat sur l‘identité nationale …. ( pour ma part, les deux sont inutiles )

    Nous ne pouvons occulter cette mutation de sté, nous ne pouvons réfléchir sans définir au préalable notre positionnement dans le monde : La France ? qui sommes nous ? où sommes nous ? où en sommes nous ? où veut on aller et comment .. ( qui – quoi –comment )

    Chacun est en droit de considérer que la constitution n’est pas appropriée, mais cette constitution est un acquit, bien que malmenée ou ignorée elle est là et avant d’envisager ou prétendre la modifier, il faudrait s’attarder dans l’analyse de l’utilisation qui en est faite .
    Notre constitution serait elle dévoyée ? ceux qui prétendent l‘utiliser se sont ils émancipés du clivage partisan de la gauche et de la droite ? Même si nous observons des similitude chez les uns et les autres, nous ne devons pas imaginer que la finalité soit la même, ni même laisser les uns ou les autres se l’accaparer.

    Un socialiste me disait : La fin justifie les moyens. A cela, j’ai répondus que les moyens préfigurent la fin .. Mon intérêt pour l’intérêt général, l’attachement à mon pays m’oblige à m’émanciper justement des partis, de la gauche et de la droite. Je disais à ce socialiste qui me vantait L’Allemagne de prendre comme exemple la chancelière qui ne prenait aucune décisions sans consulter au préalable le parlement … ( matière à réfléchir, quant on sais que leur démocratie c’est nous qui l‘avions imposé … )
    Notre histoire, notre maturité sont autant d’atout qui peuvent nous permettre de traverser le changement d’époque que nous nous efforçons ou feignons d’ignorer.
    Le premier changement que nous devons opérer se situe au cœur même de notre démocratie, elle ne doit être ni participative ni anarchique, car il est bien connus que parler de toute chose ne facilite pas la compréhension. La démocratie doit être contributive. Une démocratie moderne doit pouvoir négocier avec le peuple … mais pour cela il faut une totale transparence …

    Les apports des grandes gueules qui ont tout compris et qui suggèrent des solutions toutes faites sont inutiles et inintéressants, les attentes et les besoins sont si diverses, confortablement installés sur le trône des préjugés on ciblera les chinois, l‘Europe, l’islam, l‘immigration, les chômeurs… Pris indépendamment ce n‘est pas le problème et pris collectivement y’a pas de solution. Alors que faire ?
    Boycotter les produits chinois ? Quitter l’Europe ? interdire les mosquées ? renvoyer les immigrés ?ne supprimer notre modèle sociale au nom d ‘une préférence nationale ? et après ? .. On fais quoi ? .. on se regarde dans les blanc des yeux ? Le syndrome du coq gaulois qui râle tout le temps ne nous apporte rien ! Et généralement celui qui râle achète ses légumes chez l’immigré, a une télé et un téléphone chinois, et il est content d’avoir des euros quant il part en Espagne ou mieux encore acheter ses cigarettes en Andorre ou en Belgique ..
    Je crois que la première des choses à faire et a dire c’est d’œuvrer pour que L’État s’affranchisse des colorations dites « social ou libéral, gauche, droite et même libertarisme. » mais aussi des lobbys. l’État doit être neutre et attentif ( impartial pour reprendre le terme de Maxime ) . « je donnais à mon neveu de 7 ans un exemple : tu es en droit de réclamer la sécurité si tu traverses dans les clous ! Mais tu ne peux prétendre traverser hors des clous au nom de la démocratie ou d’une quelconque légitimité sans prendre le risque d’être punis »
    Chemin faisant il y’a deux changement urgent et impératif, c’est le non cumul et le mille feuille administratif , la complexité administrative est une plaie mais coute une fortune à nous tous ..ce mille feuille administratif entretien l’aristocratie en place qui nous pille …par exemple ( chaise musicale )
    Je suis de ceux qui pense que la responsabilité d’une personne morale et d’une personne physique doivent être mise sur un même pied d’égalité. Réfléchir à cela déjà serait une avancé considérable, notre vie est régis par des contrats et nous pouvons constater que le contrat que je pends sera inégale selon que le cocontractant soit une personne morale ou physique. Un contrat engage ma vie alors que la personne morale engage un petit profit ou une petite perte ..un budget ou quelques clients aux élections..
    Plus concrètement : En élisant un maire .. s’il laisse la commune endetté c’est nous qui payerons durant des années ..si je m’endette mes enfants et même mes petits enfants seront solidaires de mon erreur de jugement même après ma disparition. Aussi, un premier progrès intelligent serait que les élus puissent être débarqués ! ( exemple 50 % du nombre qui l‘ont élus réclament son départ ! ) Un élu doit répondre de sa mauvaise gestion, de ses erreurs d’appréciation … ce ne sont pas les moyens qui manquent pour s’entourer de garantie, les nouvelles technologies permettent même de développer la consultation .
    Voila par exemple le type de signal que le peuple doit envoyer … allons plus en avant :
    Les subventions généreuse clientélistes de l’Etat doivent être soumises à des commissions apolitique pour évaluer l’intérêt générale .( pourquoi ne pas envisager un principe de jurés ) Femmen, sos machin, npns.. mais aussi la tripoté de syndicats et de fédérations qui ne représentent qu’eux même serait bien plus objectif si la politique de guichet était classé dans les délits de corruptions. ( enpluson ferais des économies )
    L’Europe par exemple est une réalité boiteuse, je dis boiteuse car elle incarne un projet dans le monde, mais on ne peut prétendre qu’elle incarne une réalité de ce que vivent les européens et encore moins ce que subissent les français au quotidien. La non représentativité des décisions nous projette dans un passé monarchique. Là encore Il faut actualiser notre réflexion à la dimension des enjeux et faire des choix … Saviez vous que le smic est el même au Maghreb qu’en chine, mais qu’il est 2 fois inférieurs à la Roumanie ou la Pologne ? ( un pari gagnant car on luttera en même temps contre l‘arrivée massive de volontaire à l‘immigration ) on peut ériger autant de barbelés que l‘on veux, mais le jour ou des hordes de gens qui ont faim prendront d’assaut le continent, rien ne les arrêtera ….
    Je voulais réagir surtout à la lecture de charliee1 pour dire qu’en France nous avons un atout : La raison, notre histoire le prouve ; ceux qui veulent nous ramener en des époques révolues connaissent bien mal notre histoire et offense justement notre passé, les barricades sont de nos jours dans les têtes , la prise de la bastille est dans le débat, mais aussi la sagesse, le bon sens et l‘exemplarité .. Je crois au changement, au progrès au point que J’aurais pu faire mienne une expression attribué a tertuillien (« Et mortuus est Dei Filius : CREDIBILE EST QUIA INEPTUM EST ; et sepultus resurrexit ; certum est quia impossibile est.) « Le fils de Dieu est mort: C’est croyable parce que c’est absurde; et, après avoir été enseveli, il est ressuscité; c’est certain parce que c’est impossible. » En fait la gauche et la droite sont mortes, ni l’une ni l’autre n’a la solution. Les idées, l’idéologie, la croyance ou encore les théories du passé ne sont plus d’actualité.
    A suivre …

    • Alexandre, tout à fait d’accord avec vous sur le constat que les notions de gauche et la droite sont mortes… J’ajouterai qu’elles courent toujours come des poulets auxquels on a coupé la tête…
      MT

  7. JD75 dit :

    Cher Maxime,
    1- Concernant les affaires de dettes, le monde rural se souvient parfaitement comment le Crédit agricole historique s’est constitué un empire foncier aux dépens des paysans qui avaient contracté un emprunt et n’avaient pas, pour une raison ou une autre, été capables de le rembourser: hypothèques, expropriations, expulsions, spoliations…
    Ce qui est actuellement en train de se passer est exactement la même chose, avec comme protagonistes nos nations subverties et les banques internationales. Sans limite, puisque la création d’argent-dette n’est plus qu’un jeu d’écritures, que la monnaie n’est plus indexée sur un actif réel comme l’or, et que les « produits dérivés » ont permis aux banques de complètement diluer le risque normalement pris par le prêteur. Cela ne s’arrêtera que quand les nations rentrées dans cette spirale se seront fait extorquer toutes leurs richesses. Les deux ans « accordés » par cette dictature soviétisante qu’est l’Union européenne ne sont que reculer pour mieux sauter : l’argent fictif ne coûte rien à ses vrais maîtres. Souvenons-nous également que c’est par ce genre de « délais » qu’a commencé « l’aventure » grecque, et que Grèce et Portugal sont maintenant vendus à l’encan pour « rembourser » une dette qui ne le sera jamais, ce que tout le monde sait.
    Ces pays – et demain le nôtre – seront saignés jusqu’à ce que les nations se révoltent (d’où toutes les mesures comme la repentance ou l’immigration qui sont poursuivies au-delà de tout bon sens pour diviser un maximum les peuples et limiter ainsi leur capacité de réaction). Tout ceci avec la complicité active de nos politiciens dits « de gouvernement » depuis quarante ans.
    L’article 2 de la Constitution de la Ve République devrait être adapté au réel: « son principe est : gouvernement du fric, par le fric et pour le fric ».

    2- Je vois (hélas) dans vos propos que vous n’avez pu vous passer d’une nouvelle pique contre le FN.
    Eh bien moi – mon avis vaut le vôtre et, je pense, mon niveau d’études aussi -, je trouve que justement, « machine » est – avec des NDA et, jusqu’à un certain point, Mélenchon – la seule à cibler les véritables problèmes, même si les causes fondamentales de nos immenses difficultés sont encore plus profondes que la soumission de l’UE, de la BCE et des gouvernements nationaux aux richissimes intérêts privés mondialisés, et sont plutôt à chercher dans l’individualisme et l’avidité d’argent et de pouvoir qui règnent en maîtres sur nos sociétés depuis des décennies, pour ne pas dire deux siècles et demi.
    Ce que le FN raconte me semble ainsi pour l’essentiel frappé au coin du bon sens et de la cohérence, ne vous en déplaise…
    Identifier les problèmes ne veut pas dire les résoudre, je vous l’accorde, mais j’ai rarement vu des solutions trouvées ex nihilo par des gens qui refusaient par intérêt d’identifier les vrais problèmes. Or, l’ensemble de la caste politique « mainstream » est dans le déni de réalité (ou la manipulation) le plus flagrant sur les méfaits du libéralisme débridé, de l’euro, de l’UERSS, de l’imposture UMPS, de la soumission aux Anglo-Saxons, etc.

    3- Je ne sais pas ce que sous-entend dans vos propos la « société civile ». Vous évoquez « des club, des associations, des blogs »… Il y a deux siècles et demi, cela s’est ainsi fait avec des loges et des gazettes (toujours très actives, d’ailleurs)… et on voit où elles nous ont conduits. Montesquieu avait dit que la République ne pouvait tenir que par la vertu. Or, le principe affairiste bourgeois – que l’on pourra résumer à l’amour de l’argent, de Mammon – qui tend à devenir la règle générale apparaît incompatible avec la vertu exigée, car la chair est faible, et l’homme ne peut servir deux maîtres (c’est tout le problème de nos politiciens…). La « société civile », si elle ne retrouve pas ses valeurs anciennes – que je résumerai à ses valeurs chrétiennes – ne fera rien de plus que gagner, au mieux, un répit, avant de sombrer à son tour dans une corruption éhontée.
    C’est d’une restauration, moins politique que morale, que la France a avant tout besoin.

    Bien cordialement,

  8. Willy dit :

    Bonsoir Maxime, bonsoir à toutes et tous.

    Je ré-écris ce que disait R. Debray: Une nation c’est des frontières, une monnaie, une transcendance.

    Nos politichiens sont des couilles molles, des arrivistes et des carriéristes. OUI je l’avoue, je tombe dans le « tous des pourris » et je ne m’en excuse absolument pas.

    N’avez vous pas encore compris?
    Alors suivez moi pour une visite guidée:

    Trois scènes spectaculaires incitent à penser que, pour paraphraser le titre du film, le vrai pouvoir est à Bruxelles.
    La première a lieu à Paris, à l’Assemblée nationale. La Luxembourgeoise Viviane Reding, vice-présidente de la Commission, est reçue par des parlementaires français. Sur le ton de l’évidence, elle leur assène : « Il faut lentement mais sûrement comprendre qu’il n’y a plus de politiques intérieures nationales. Il n’y a plus que des politiques européennes partagées dans une souveraineté commune. » Comment mieux dire que les élus du peuple français ne sont plus maîtres du destin de leur pays ?

    La deuxième scène se passe dans les bureaux de la Commission, à Bruxelles. Bruno Le Roux, le président du groupe parlementaire socialiste à l’Assemblée nationale, est reçu par Joaquín Almunia, commissaire à la Concurrence. Le Roux vient expliquer que Paris veut pouvoir aider ses entreprises en difficulté. Impossible, lui répond le commissaire espagnol. Si certaines entreprises françaises en sont là, c’est dû à leur manque de compétitivité sur les marchés étrangers. Une aide de l’Etat français équivaudrait à fausser la concurrence. Comment mieux dire que le libéralisme économique prime désormais le volontarisme politique ?

    La troisième scène est la plus choquante, diront ceux qui croient encore à la politique et au rôle de l’Etat. Elle se déroule elle aussi à Bruxelles, dans les bureaux de la Commission. Ce sont des experts qui vivent dans leurs bureaux, loin des réalités du terrain. Ils sont une quinzaine chargés de scruter jour après jour l’économie française. Ils surveillent, conseillent, suggèrent. Comme onze autres Etats de l’Union, la France, jugée mauvaise élève, est l’objet de leur attention toute particulière. L’un deux, un Français de 32 ans, brillant technocrate, explique froidement que, en 2012, ses collègues et lui-même ont fait cinq recommandations pour aider la France à sortir de la crise. Leur diagnostic met notamment en lumière la trop grande protection des salariés quand les entreprises veulent débaucher, et la nécessité de réduire les allocations des chômeurs ! Si leurs recommandations sont suivies par la Commission et si la France n’obtempère pas, elle risque une amende de quatre millions d’euros. Comment mieux dire que désormais notre pays est sous surveillance?

    le reportage en intégrale:
    http://vimeo.com/65178271

    Alors il me semble que la 5éme république, qui fut faite par le Général, pour le Général ou des hommes de son acabit et de sa stature, a vécu. Il est temps de passer à autre chose.
    Car ces Hommes, dans son gouvernement d’union national, avait une haute idée de la France. Cette idée de la France leur venait de la 2nde guerre, mais aussi des limites atteinte par une 4éme république, et toute une série de catastrophes. Cette France indépendante en matière d’énergie, de dissuasion militaire, de l’emprise des ricains ou de tout autre pays étranger, n’est plus.

    Alors, que reste t il? soit on se résigne, soit on fait du vent, soit on reprend ce qui nous a été confisqué.

    Quand au blog et autre moyen internet, aprés les derniers liens spyflies que je vous ai livré dans un précédent article, un nouveau vient menacer.
    http://www.2012un-nouveau-paradigme.com/article-finfisher-l-espion-ultime-utilise-dans-36-pays-117689245.html

    Bien à vous

    • Willy, ce qui est encore plus affligeant, c’est de constater l’attitude des parlementaires français dans cette vidéo. Mme Reding leur déclarant que c’était fini, qu’ils n’avaient plus aucun pouvoir, accomplissait une sorte de coup d’Etat. Elus du suffrage universel, ils auraient dû se lever comme un seul homme et quitter l’hémicycle. Non?
      MT

  9. Mich dit :

    @Charlie @M.Tandonnet

    Je suis partagé entre le comique et le tragique à la lecture de votre commentaire. Comique parce que votre haine délirante et complètement déplacée à l’égard du créateur de ce blog ainsi que vos théories du complot m’ont donné par moment envie de rire et font penser à une grosse blague.

    Tragique parce qu’il montre vers quoi notre société se dirige: un climat de haine et de tension, une atmosphère pré-revolutionnaire. Nombre de signes ne trompent pas: les millions de français dans la rue, la polarisation de plus en plus croissante de la société, la coupure de plus en plus profonde avec le gouvernement. J’ai moi-même été contacté récemment par un frontiste pour former « un groupe d’action ». De plus en plus de français parlent de révolutions sur internet. bref..

    Cependant il est vrai que moi aussi je ne comprend pas non plus vos petits piques à répétition contre Madame Le Pen, Mr Tandonnet. De loin, elle est celle qui tient le discours le plus vrai et le plus courageux. Elle est lucide sur la menace numéros 1 à laquelle notre société fait face. On pourrait s’attendre à des félicitations de votre part quand on connait vos convictions, au moins à une neutralité.

    • Mich, ce ne sont pas des piques contre une personne en particulier mais une déception générale envers la classe politico-médiatique, je ne crois pas à la sincérité de leur discours. je ne pense guère mieux de gens comme Lemaire, Désir, Mélenchon, qui apparaissent eux-aussi tous les jours sur les ondes et m’exaspèrent .. Mais ce n’est pas un rejet de la politique en soi car j’ai beaucoup d’admiration pour les élus de terrain qui font leur travail dans le discrétion et l’abnégation…
      Bien à vous
      MT

  10. Hurluberlu dit :

    Tous les commentaires ont une part de vérité, mais ignorent la raison de l’impasse actuelle où nous nous trouvons, à savoir du caractère obsolète de la V° République. Le régime voulu par le général De Gaulle est de nature bonapartiste, et il a fonctionné de façon satisfaisante du temps des grandes personnalités: De Gaulle bien sûr, Pompidou, Mitterrand (qui a su neutraliser du moins dans les urnes) le parti communiste. Avec l’arrivée des petites personnalités: Chirac, Sarkozy et bien sûr son successeur, tout est sclérosé et se déglingue.
    Même observation concernant les citoyens-électeurs; il y a 50 ans,ils étaient majoritairement responsables; aujourd’hui, la majorité se compose de BoBo, libéraux-libertaires, ayant perdu le sens civique et pour qui le mot « moral » est incongru, voire obscène.
    Platon disait que « la démocratie est le régime qui demande le plus de vertu » !

  11. Freddie dit :

    @Annick Danjou. MLP n’a pas vraiment appelé à voter Hollande. Elle a laissé carte blanche, et annoncé que, pour sa part, elle s’abstiendrait. Il était difficile pour elle de faire autrement, car elle « vend » son parti comme le plus grand parti souverainiste de France (elle se présente désormais comme le défenseur de la nationalité française). De ce fait, elle peut difficilement déclarer que l’UMP, c’est un moindre mal que le parti socialiste, puisque l’UMP travaille à l’intégration européenne. Elle tente de présenter le FN avant tout comme un parti patriote, qui s’oppose aux deux autres grands partis. Elle souhaite gagner les électeurs UMP, qui ont souvent une sensibilité gaulliste, en leur démontrant que l’UMP n’est plus gaulliste. Elle souhaite également gagner les électeurs socialistes, et y a réussi auprès de la population ouvrière menacée par les politiques immigrationnistes. Elle a plus de mal avec les « bobos », ceux qui sont séduits par la néo-gauche sociétale et veulent faire le bonheur du peuple malgré lui. Donc, vu son positionnement, je ne vois pas comment elle peut recommander l’un ou l’autre parti. Inversement, l’UMP fait aussi la fine bouche avec le FN, en parlant de « valeurs » incompatibles, alors qu’en fait le vrai problème est que l’UMP est européiste et le FN critique cette position. Bien sûr, on voit que certains UMP aimeraient récupérer de la souveraineté, et on se doute que le FN ne pourrait pas se dresser tout seul contre les institutions européennes. Mais chacun de ces partis tient pour le moment à son image. C’est un peu hypocrite, mais n’est pas forcément une mauvaise chose. En votant pour l’un ou l’autre, vous donnez un signal qui influencera l’un comme l’autre. Ainsi, récemment, en Angleterre, les tories envisagent de remettre en question quelques accords qui lient le pays avec la très déjantée cour européenne des droits de l’homme, apologue du « genre », parce que beaucoup d’anglais ont voté souverainiste aux récentes locales. De temps en temps, une petite fessée, ça ne fait pas de mal ! Mais ceux qui, à mon avis, ont besoin de la plus grosse fessée, ce sont les socialistes. A force d’être omniprésents, suite à la crise, ils virent aux totalitaires et les partis de droite n’osent plus diriger à droite.

  12. Annick Danjou dit :

    Et bien apparemment la colère a envahi Charlie aussi. Si au lieu d’exprimer son mépris il (elle) expliquait sereinement ce qu’il(elle) propose car, on peut ne pas être d’accord avec l’un ou l’autre mais être capable d’en parler calmement. Non? Moi aussi je m’énerve parfois et je m’emporte quant un sujet me passionne. Vous remarquerez que Maxime Tandonnet lui a permis de s’ exprimer ce que vous ne verrez pas ailleurs. Allez sur tous les forums de journaux connus et vous serez censuré. Charlie est bien remonté(e) contre ceux qui critiquent MLP ou qui n’ont pas ses idées. J’aimerais alors qu’il (elle) m’explique pourquoi MLP a, sans rien dire, appeler à voter F.Hollande? Elle est aussi tacticienne, comme les autres et, ce jour là, elle a perdu ma voix.

  13. alexandre dit :

    « L’État est tyrannique quand il met la main avec une avidité sordide sur les fruits du pénible labeur pour les distribuer sans compter à des courtisanes, à des étrangers et à des artistes. » Aristote.

  14. Gérard1 dit :

    Bonjour Maxime, bonjour à tous

    A lire, c’est excellent.

    http://www.bvoltaire.fr/jeanandrebossy/et-si-francois-hollande-etait-un-homme-intelligent-2,20870

    @ Charlie
    Votre colère soit ‘elle compréhensible, ne justifie en rien votre attitude envers Maxime. Vous entrez sur ce blog comme un éléphant en rut dans un salon de thé, ça ne se fait pas. Et comme dans un salon de thé, ici n’est que cristal et porcelaine. 😉

    Amitiés Maxime, bonjour à tous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s