Rétablir l’Etat impartial

Le « mur des cons » du syndicats de la magistrature ne reflète pas seulement une faillite intellectuelle et éthique de quelques individus – qui ne semblent d’ailleurs toujours comprendre ce qui leur est reproché – mais il traduit aussi une déliquescence générale du sens de l’Etat. La notion de l’Etat moderne s’est construite sur le principe d’institutions neutres, opposée à la personnalisation des charges. Ainsi, on n’hérite plus d’une fonction publique, on y accède par son mérite. L’Etat impartial est au cœur de la déclaration des droits de  l’homme de 1789. Aux termes de son article VI, la loi étant l’expression de la volonté générale, elle « doit être la même pour tous, soit qu’elle protège, soit qu’elle punisse« . Le service public doit être par conséquent assuré dans la neutralité, c’est-à-dire sans considération des opinions politiques, religieuses ou philosophiques des fonctionnaires, des magistrats, ou des usagers. La sinistre « révolution nationale » dans les années 1940 à 1942 a voulu remettre en cause le principe de neutralité : « La vie n’est pas neutre ; elle consiste à prendre parti hardiment. Il n’y a pas de neutralité possible entre le vrai et le faux, entre le bien et le mal, entre la santé et la maladie, entre l’ordre et le désordre, entre la France et l’anti-France. » (discours de Pétain du 15 aout 1940). Elle a échoué, mais…. Mais aujourd’hui, que reste-t-il vraiment de l’Etat impartial? Une partie des magistrats revendique haut et fort leur combat idéologique dans l’exercice même de leur mission. Les hauts fonctionnaires sont soit limogés soit désignés en fonction de leurs affinités politiques. Le service public de l’audiovisuel (France télévision, Radio-France, etc.) est totalement dévoyé à une œuvre de propagande unilatérale. Certains professeurs ne reculent pas devant le bourrage de crâne de leurs élèves.

La première tâche du gouvernement issu de la prochaine alternance devrait être le rétablissement de l’Etat impartial, fondé sur le principe suivant : dès lors qu’une activité bénéficie d’argent public – prélevé sur les impôts de tous les citoyens – le principe de neutralité politique, idéologique, religieuse doit être scrupuleusement respecté. Une haute autorité indépendante, élue, dotée de pouvoir de sanctions, serait chargée de faire respecter cette valeur fondamentale. Les nominations à caractère politique, non justifiée par la compétence et le mérite, seraient interdites. Le service public de l’audiovisuel serait astreint à la plus stricte neutralité, ce qui suppose une impartialité dans les commentaires et un équilibre dans les prises de paroles des politiques. Les syndicats de fonctionnaires ou de magistrats devraient s’en tenir à leur rôle, celui de défendre une profession, toute prise de position idéologique leur étant fermement interdite.  Les professeurs devraient s’en tenir à leur métier qui est d’enseigner et ne jamais faire valoir leurs opinions auprès de leurs élèves. Voilà, ce n’est qu’à ce prix que la France pourra  reconstruire un Etat digne de ce nom.

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

52 commentaires pour Rétablir l’Etat impartial

  1. Willy dit :

    Bonsoir Maxime,

    Juste une phrase:

    « L’État est tyrannique quand il met la main avec une avidité sordide sur les fruits du pénible labeur pour les distribuer sans compter à des courtisanes, à des étrangers et à des artistes. » Aristote.

    Bien a vous

  2. Leroy-Donche dit :

    Cher Mich,

    Merci pour cet admirable texte d’Oskar Freysinger. Quel homme politique français aime la France comme cet homme aime la Suisse? Quel homme politique français est capable d’écrire seul un tel texte?

    Je suis l’actualité suisse quotidiennement. Oskar Freysinger est l’homme politique romand le plus en vue. Il est appelé à un avenir national. Il vient d’être élu au gouvernement valaisan (et oui, chaque canton possède un gouvernement, chaque canton est une république indépendante et un canton suisse c’est beaucoup plus petit qu’une région française et parfois ce n’est qu’une vallée comme les demi-cantons d’Appenzel, un protestant, un autre catholique)

    M. Freysinger va probablement devenir ministre de l’Education du Valais, il est d’ailleurs professeur d’allemand. C’est un homme de grande culture comme le prouve son discours. Il a reçu le prix Rainer Maria Rilke pour son oeuvre poétique. Son oeuvre littéraire est écrite dans les deux langues. De père autrichien, il met mal à l’aise les suisses allemands car souvent il possède la langue et la culture allemande mieux qu’eux.

    L’UDC, parti auquel M. Freysinger appartient, n’est pas un FN suisse. C’est un parti libéral conservateur, attaché à la prospérité économique de la Suisse et à la défense des valeurs chrétiennes ancestrales de cet extraordinaire petit pays.

    Je note cette phrase :
    « L’esprit qui nourrit nos cœurs provient de la nuit des temps, de la hauteur de nos montagnes, des
    profondeurs de la terre de nos ancêtres. »

    Souvent les Suisse se demandent ce qui fait leur identité et leur unité car rien de plus dissemblable qu’un suisse romand et un Suisse allemand ; rien de plus dissemblable qu’un Bernois et un Haut-valaisan qui ne comprennent même pas leurs dialectes alémaniques respectifs ; rien de plus dissemblable qu’un austère vaudois protestant et un catholique fribourgeois parlant pourtant tous les deux un français un peu pesant.

    Ce qui fait l’unité de la Suisse, c’est ce que note Freysinger : la hauteur de leurs montagnes, la profondeur de leur terre. Oui, l’esprit montagnard et paysan, c’est l’identité profonde de la Suisse… cet esprit fait de lenteur et de respect, de l’amour des choses bien faites (l’art horloger en témoigne…des huguenots français l’ayant apporté dans leur fuite de cet imbécile de Louis XVI), de discrétion (le fameux secret bancaire), d’humilité face à la réalité.

    Voilà ce qui fait l’identité et la force de ce petit pays que j’aime de plus e plus.

    Savoyard d’origine, je me sens en effet plus proche d’un fribourgeois que d’un bobo parisien ..c’est rien de le dire!

  3. Annick dit :

    Bonjour Maxime,

    Le rétablissement de l’Eatt impartial devrait être le point central du porogramme d’une future majorité, ce princiope étant inscrit dans la constitution.

    Totalement d’accord, mais…
    J’aimerais avoir votre avis sur le rôle des syndicats, particulièrement dans la Fonction Publique, qui se sont toujours comportés en véritables dictateurs et destructeurs.
    Combien de ministres ont-il mis au tapis et de réformes impossibles au nom des fameux « zavantages zacquis » ? Les leurs, bien sûr, quand on sait comment fonctionnent les Centrales et l’opacité complète de leurs comptabilités.
    Qui gouverne réellement dans ce pays ?
    Quel gouvernement aura l’audace de les combattre ?

    Bien à vous,

    • Annick, certains syndicats ont un rôle idéologique, « dictateurs et destructeurs « comme vous dites, simple courroie de transmission de partis politique. j’ignore comment ou pourra changer tout cela, il faudra un courage politique considérable…
      MT

  4. L’Etat impartial, je précise que sa remise en cause est ancienne, Etat PS, Etat RPR, qu’elle ne date sûrement pas d’hier. Cependant, l’Etat au sens large semble s’enfoncer toujours plus dans sa dérive idéologique et partiale qui prend des proportions invraisemblable. Le rétablissement de l’Eatt impartial devrait être le point central du porogramme d’une future majorité, ce princiope étant inscrit dans la constitution.

  5. Mich dit :

    je sais que ce commentaire n’a pas grand chose à voir avec votre post Mr Tandonnet. Mais voilà un texte émouvant d’Oskar Freysinger, un jeune politique suisse à l’UDC (parti le plus important et le plus à droite de Suisse mais n’ayant rien à voir avec l’extrême droite) et que j’aimerai donc partager. Les suisses ont de la chance d’avoir ces gens là.

    Chers amis,

    si l’UDC a su maintenir son cap, si elle n’a jamais trahi ses électeurs,
    si elle a toujours refusé les compromis de bas étage (car les compromis
    compromettent, n’est-ce pas), c’est qu’elle n’inscrit pas sa démarche
    seulement dans l’axe spatio-temporel.
    Donner du pain aux gens, c’est bien.
    Leur donner en plus de l’espoir, c’est mieux.
    Donner du travail aux gens, c’est bien.
    Leur donner en plus la foi, c’est mieux.
    Garantir la sécurité, c’est bien.
    Leur offrir l’amour en plus, c’est mieux.

    La foi, l’espérance et l’amour, voilà sur quels piliers immémoriaux
    l’UDC construit sa démarche sociétale et politique.
    Voilà pourquoi les Suisses se sentent de plus en plus attirés par ce parti
    étrange, son message hors du temps, ses valeurs qui échappent aux
    modes.
    Car l’UDC sait être spirituelle sans être dogmatique.
    Pragmatique sans être utilitaire.
    Déterminée sans être extrémiste.
    Critique sans être destructrice.
    L’UDC, ne l’oubliez jamais, n’est qu’un instrument au service d’une idée
    généreuse, juste, intemporelle.
    Une idée qui s’appelle la Suisse.
    Une idée qui s’est incarnée au cœur de l’Europe, une idée aux frontières
    aussi improbables que son histoire, une idée qui survivra à tout tant que
    les gens qui l’incarnent auront le courage d’y croire.
    La Suisse est bien plus qu’un pays.
    Un pays peut être vaincu et détruit.
    Une idée pas.
    Dans l’Europe actuelle, la Suisse garantit un reste élémentaire de diversité politique.
    Une alternative.
    Voilà pourquoi l’empire qui nous entoure cherche à détruire notre pays.
    Il croit ce faisant pouvoir détruire l’idée qu’il incarne.
    Il veut détruire le moule de la liberté pour remplacer celle-ci par le diktat d’élites dévoyées.

    Pourtant, ce qui me préoccupe, ce n’est pas tant l’ennemi à nos portes,
    mais plutôt celui qui est entre nos murs et se repaît de nos doutes, se
    nourrit de nos hésitations, se goinfre de notre abattement.
    Cette vipère que nous nourrissons sur notre sein nous susurre qu’il vaut
    mieux lâcher prise, que l’ennemi est trop puissant, qu’il est tellement plus agréable de nager avec le courant que de le remonter.
    Cette vipère, nous lui ferons cracher son venin jusqu’à ce qu’elle se
    transforme en ver de terre inoffensif !
    Car nous sommes des résistants.
    La facilité ne nous attire pas.
    La difficulté ne nous rebute pas.
    L’esprit qui nourrit nos cœurs provient de la nuit des temps, de la hauteur de nos montagnes, des
    profondeurs de la terre de nos ancêtres.
    Leur sueur est encore la nôtre et leurs rêves hantent toujours nos
    paupières.
    Ensemble, nous veillerons sur leur héritage, à l’image de nos milices qui ont veillé jours et nuits pendant des siècles dans la dureté du froid et des tempêtes de la haute altitude.
    Ensemble nous défendrons le patrimoine qu’ils nous ont légué.
    Il y va de notre dignité.
    Il y va de notre respect pour nos aïeux et pour nous-mêmes.
    Rendre au pays son rayonnement, c’est mettre du soleil dans le cœur de
    tous ceux qui se reconnaissent en lui.
    Rendre à la Suisse sa dignité, c’est sauver la liberté !
    Notre liberté.
    C’est ce que nous devons à nos ancêtres, à nos enfants, et, surtout … à
    nous-mêmes.

    Que la lutte continue !

    Vive la Suisse !

    • Mich, la Suisse, comme le Royaume-Uni, sont deux pays qui restent farouchement attachés à leur indépendance et ils ont raison…
      MT

  6. Annick Danjou dit :

    @Freddie, je croyais en l’UMP et j’avais échangé avec J F Copé pendant un moment sur son blog, peu à peu j’ai eu le sentiment qu’il n’était pas capable de suivre une ligne de conduite inflexible, qu’il était toujours prêt à transiger, j’ai été déçue et ne l’ai plus contacté. Quand N.Sarkozy a été battu j’ai alors pensé que Fillon serait une bonne alternative, il avait tenu 5 ans avec le président et avait certainement encaissé des coups. Et puis quand j’ai vu à quel niveau on s’abaissait avec la bagarre Fillon-Copé, je me suis dit que ces candidats n’étaient plus fiables. Alors qui pourrait venir les supplanter, beaucoup s’essaient en proposant des alternatives mais peu sont convaincants. Le pouvoir est quelque chose de grisant, certains sont prêts à tout pour accéder au poste suprême. Quant on apprend que Corinne Lepage est derrière la candidate socialiste à la mairie de Paris, on se dit que rien ne les arrête, ni le renoncement ni la compromission, ni les alliances incongrues. F Bayrou qui espère remplacer le premier ministre dans quel but? J L Mélenchon qui, lui aussi, se dit prêt. Pendant ce temps, le peuple attend, les citoyens sont désabusés et comme moi ils se disent: mais quel pays!!…

  7. Un Etat impartial? J’en connais et j’y travaille pour mon plus grand bonheur : la Suisse.

    Savez-vous que la Suisse possède un gouvernement de seulement sept membres où toutes les sensibilités politiques sont représentées du PS à l’UDC qu’on qualifierait en France de parti d’extrême droite ce qu’il n’est pas…selon une loi non écrite mais jusqu’à présent inviolable qu’on appelle la concordance.

    Voilà ce qu’en dit Wikipedia : Le système de concordance, également appelé démocratie de concordance ou proportionnelle, est l’un des principes de base du système politique suisse, caractérisé par la composition des organes de l’État de façon proportionnelle aux différents partis en présence, par l’intégration des forces politiques, le rejet des conflits et la recherche de solutions négociées aux problèmes.

    Un Etat vraiment impartial? Il ne peut pas être centralisé comme la France…depuis Louis XIV, le centralisme viole l’esprit français …qui est fondamentalement attaché aux Provinces….

    Plus ma réflexion politique avance et plus je suis pour une organisation provinciale, c’est-à-dire, comme en Suisse, une confédération (éventuellement européenne avec beaucoup de guillemets) de Provinces, elles-mêmes retrouvant une structure fédérale…

    Un exemple que je connais bien : la Savoie, Etat souverain jusqu’en 1860, elle forme une unité géographique et historique cohérente…dans laquelle la Vallée de la Maurienne n’a rien à voir avec le Faucigny… donc une Conféréation provinciales de provinces…

    Comment établir une Etat impartial : rendre la parole au Peuple et à son bon sens.

    Donc s’il y a une seule réforme à mettre en oeuvre en France d’où tout pourrait être réformé :

    le Référendum d’initiative populaire, valable comme en Suisse au niveau national, provincial, local et communal.

  8. Freddie dit :

    Notre gouvernement pas impartial du tout se fait un peu gronder… Est-ce que ça ira bien loin ? En attendant, merci à Luca Volontè et à Gregor Puppinck, qui bataillent au sein des instances européennes pour qu’il y ait des limites :
    http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2013/04/violences-polici%C3%A8res-le-gouvernement-fran%C3%A7ais-devra-sexpliquer-devant-le-comit%C3%A9-des-ministres-du-con.html

  9. Annick dit :

    Bonjour à tous,

    Excellent article de Charles Gave, dont voici une petite mise en bouche (la suite sur le site)

    Mais où sont donc passés les Oints du Seigneur ?

    « Les « Oints du Seigneur » sont ces gens qui se sentent appelés par une force supérieure à guider le Peuple, l’Europe, voir l’Humanité toute entière vers de lendemains qui chantent. Hélas, leur parcours vers la Gloire est en général accompagné de désastres inouïs. On ne fait pas d’omelettes sans casser des œufs me disent leur supporters. Ce à quoi je leur réponds que je vois beaucoup d’œufs cassés mais jamais une omelette.

    Le concept, mis au point par le grand économiste Américain Thomas Sowell (noir, ancien marine et patriote en diable) explique que ces bienfaiteurs de l’humanité procèdent toujours de la même façon.

    Tout d’abord, ils « identifient » un problème (qui en général n’existe que dans leur imagination).
    Ayant identifié le problème, ils proposent une solution.
    La solution implique toujours un accroissement du rôle de l’Etat, et comme ils sont en général payés par ce même État, un accroissement de leur pouvoir à eux… Voila qui n’est guère surprenant.
    Après moult campagnes de presse, leur solution est adoptée. Ceux qui s’opposent à cette solution sont traités de réactionnaires et de petits esprits égoïstes. (Eux , ils sont généreux, avec l’argent des autres, bien sur…)
    La situation, à chaque fois se dégrade très rapidement APRÈS L’ADOPTION DE LA « SOLUTION ».
    Qu’à cela ne tienne, nos oints du Seigneur ont déjà dans leurs cartons (j’ai presque envie de dire dans leur boite à outils), une solution aux problèmes que la précédente solution a apporté…
    Et on repart pour un tour…

    L’exemple parfait de cette démarche peut se trouver dans l’Euro

    Avant l’Euro , l’Europe allait tres bien.

    Depuis nous vivons en plein cauchemar. Et on attend toujours l’acte de contrition des oints du Seigneur de l’époque et de leur chefs bien aimés les ineffables messieurs Delors et Trichet qui à eux deux ont été capables de ruiner leur pays en vingt ans.On ne peut qu’être admiratifs.Ruiner un pays aussi riche et talentueux que la France, en aussi peu de temps, requiert une intelligence exceptionnelle.

    J’écrivais il y a 12 ans que l’Euro allait foutre en l’air l’Europe, nous y sommes.

    Et la solution que propose monsieur Attali (oint du Seigneur entre tous, et depuis fort longtemps, il n’y a pas un désastre auquel il n’a pas participé activement depuis 1981) est de supprimer la Démocratie, en donnant le Pouvoir à un Conseil de Sages (dont il ferait partie, bien sur) ce qui est après tout le but ultime de toute cette Classe de sangsues: supprimer la Démocratie et créer des instances dirigeantes non soumises à l’élection (pouah!) pour rouler dans des voitures de fonction avec chauffeur sans jamais craindre de devoir prendre le Métro à nouveau.

    Ils y sont arrivés à Bruxelles, pourquoi pas à Paris ?

    Mais je ne veux pas parler encore une fois de l’Euro et de ses thuriféraires tant le désastre est maintenant patent. Il ne sert à rien de tirer sur une ambulance.Je veux parler de ce qui se passait il y a à peu prés un an, pendant la campagne Présidentielle Française.

    Dieu sait que je n’avais guère été impressionné par Nicolas Sarkozy et que l’on ne peut me compter parmi ses chauds supporters. Mais enfin…Il avait essayé de faire une ou deux réformes…et les temps avaient été difficiles.Malgré cela, toute l’intelligentsia économique Française (oxymore s’il en fut) ou presque se fendit de pétitions, signées par les économistes Français mondialement connus (à Paris, par France Inter), pour appeler à voter pour monsieur Hollande.

    Et tous de nous asséner leurs titres, Professeurs dans telle école ou de telle université prestigieuses, Membres d’associations professionnelles reconnues, participant à tous les comités Théodule que notre République, bonne fille, organise pour arrondir les fins de mois de ceux qui peuvent critiquer les Princes. Aucun des suspects habituels ne manquait à l’appel.

    Et de nous expliquer qu’ils avaient soigneusement étudié le programme (?) de François Hollande et qu’ils garantissaient à l’électeur que si ce programme était mis en pratique, une fois leur candidat élu, alors tout s’améliorerait en France très rapidement. (Ils nous avaient déjà assuré que l’Euro serait un immense succès, d’où mon inquiétude de l’époque).Au vu de ces pétitions, accompagnées de passages constants à la télévision ou à la Radio des mêmes personnages, j’avais écrit ma première chronique sur les oints du Seigneur que le lecteur doit pouvoir retrouver dans les archives de l’IDL. Et elle n’était pas élogieuse.

    Un peu moins d’un an après, qu’en est- il? Eh bien, comme je l’attendais (et comme eux ne l’attendait pas du tout) l’économie Française est en train de s’effondrer comme rarement dans son histoire.

    Que le lecteur en juge… »

    La suite ici :
    http://institutdeslibertes.org/mais-ou-sont-donc-passes-les-oints-du-seigneur/

  10. Annick dit :

    Bonjour jacques,

    Un lien qui va vous intéresser parce qu’il explique bien la situation et nous permet de mieux nous projeter dans ce qui va nous arriver :

    http://www.reichmantv.com/actualite1p.html

    Courage, nous serons toujours là, autour de Maxime, à nous réconforter !
    Monter un club, un village, pour nous entraider ? 🙂

    Bien à vous,

  11. Matista dit :

    Cher Maxime, ne craignez pas de nous lasser, car nous sommes comme vous, écoeurés chaque jour un peu plus, par l’état de notre pays qui sombre de plus en plus. Au contraire, je ressens le besoin de lire et d’entendre des voix qui analysent et réfléchissent et qui me donnent encore à croire en demain.. Où que l’on se tourne, on se heurte à un mur grisâtre de non-espérance… Après l’éducation, les médias… la justice apparaît donc aussi clairement noyautée, partisane, et de la plus ignominieuse façon. 30 % des magistrats de ce pays cautionnent la haine et le mépris de l’autre sur la base de son appartenance politique ou (et c’est encore plus grave) de son combat pour des lois plus sévères contre les pires prédateurs sexuels : 30% de nos magistrats sont donc a priori contre les victimes et pour les bourreaux…
    Et on voudrait que nous, citoyens, nous continuions à croire à l’action politique ? Mais à quoi sert d’élire un homme et un gouvernement sur la base d’un programme puisque quelles que soient les lois qu’ils fassent ensuite voter, elles ne seront JAMAIS appliquées, parce qu’ils sont contre idéologiquement, par les juges (je pense à la loi contre la récidive et sur la détention de sûreté), par les maires (je pense à la loi sur l’obligation d’accueil des enfants en cas de grève dans la fonction publique), par les fonctionnaires de police (je pense à la fronde face à la « politique du chiffre et du résultat »), par les enseignants (je pense à toutes les réformes successives qui n’ont jamais réussi à être appliquées dans l’éducation…), et vilipendées par les journalistes sans jamais être analysées avec objectivité ?
    Bof. Voilà ce que je ressens en ce lundi pluvieux. Bof, à quoi ça sert la démocratie ?
    Alors, heureusement, il y a des gens comme vous et quelques autres qui nous secouent un peu !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s