Trois scénarios

Impression étrange, hier soir à la suite de la prestation de François Hollande face à Pujadas. Le président ne mérite, pas plus que son prédécesseur, les torrents de haine qui s’abattent aujourd’hui sur lui, notamment de la part de ceux qui l’ont élu, sachant qu’il ne fait qu’appliquer le programme pour lequel ils ont voté. Il est l’élu du peuple français pour 5 ans et nier sa légitimité par des excès de violence verbale, bien au-dela de la critique de sa politique, tels qu’ils se banalisent sur Internet, est incompatible avec les valeurs républicaines et démocratiques. Cependant, il me semble que quoi qu’il puisse dire, le courant ne passe pas; il manque quelque chose, pour l’instant, en tout cas, un  fluide inexpliquable, intraduisible, irrationnel, entre lui et la France. Ses propos, quels que soient ses efforts,  paraissent tomber dans le vide et l’incompréhension. Que va-t-il se passer par la suite? Rien ne peut s’arranger de toute façon. Avec 3,2 millions de chômeurs, la France ne cesse de s’enfoncer dans la crise. Nous savons qu’il faudrait accomplir des réformes considérables, s’engager dans la voie d’efforts gigantesques pour sauver l’économie française, réduire sensiblement les dépenses publiques, les charges et les impôts, libéraliser le marché du travail, supprimer les contraintes d’un autre âge qui pèsent sur l’entreprise. Or, rien de ce qui est annoncé ne ressemble à celà, au contraire. Dès lors, le navire France va continuer à sombrer lentement. Trois scénarios politiques se présentent. Le premier, en apparence le plus « normal », est celui de la « pente douce »: les remaniements ministériels se succèdent avec plus ou moins de succès et dans une impopularité croissante, le pouvoir actuel parvient à tenir jusqu’à 2017. Le second, hautement  improbable, accidentel, est celui de la démission d’un homme à bout de nerf, usé par le climat hostile et déséspéré par l’impasse dans laquelle il se trouve, à la suite d’un référendum perdu par exemple (précédent de 1969). Le troisième est celui d’une dissolution de l’Assemblée nationale, par exemple début 2014, le président prenant acte de l’échec de son engagement à réduire le chômage, lâché par une partie de sa majorité, confronté à une crise sociale dramatique. En se présentant, ce qui est nouveau, comme « président de tous les Français » et non pas « président socialiste », François Hollande paraît entrouvrir cette hypothèse en tout cas ne pas l’exclure. Une telle perspective, à mon sens la plus vraisemblable, comporte un  inconvénient majeur: l’opposition ne semble pas prête car aucune personnalité d’envergure n’en émerge aujourd’hui . Par ailleurs, cette alternative – trois ans de cohabitation en pleine situation de crise – est seule de nature à remettre en selle le chef de l’Etat pour 2017. Enfin, quatrième scénario (même s’ils sont trois dans le titre, comme les mouquetaires), celui de l’union nationale, à l’allemande, tous les partis se réunissant dans l’intérêt de la France, en pleine crise, pour sauver le pays en engageant les grands chantiers nécessaires. Ne rêvons pas tout de même…

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

40 commentaires pour Trois scénarios

  1. Koufra dit :

    Vous vous méprenez sur mon propos.

    Je pense qu’une classe sociale va prendre le pouvoir et que mon schéma est une manière de faire une transition.

    Ce n’est pas ce que je souhaite mais c’est la structure impériale qui est en de se mettre en place.

    Cordialement

    Koufra

  2. socratex1 dit :

    réaction au dernier post de Koufra : sujet certes important mais pas forcément fondamental. En outre, votre suggestion est peu praticable: les impôts ne sont pas que les impôts directs identifiables ( IRPP, taxes locales, impôts sur les plus-values, cotisations sociales et assimilées, …) . Il ya aussi et surtout la TVA , que vous ne pouvez techniquement affecter à un ménage identifié sauf usine à gaz administrative.

    Je vois plutôt un schéma simple du type :
    – un président élu pour une longue période et garant des institutions , de l’unité et de la souveraineté nationales ( en fait, un ersatz de roi…)
    – un gouvernement qui gouverne ( avec incidemment nombre limité de ministres et suppression des cabinets )
    – une seule assemblée ( pas plus de 200/300 députés) élue avec une forte dose de proportionnelle , qui vote les lois et contrôle effectivement l’exécutif
    – recours fréquent au referendum ( avec les NTIC, c’est simple et peu coûteux) pour trancher les sujets sur lesquels l’assemblée n’a pas pu se mettre d’ accord ou sur lesquels le Président juge utile de consulter le peuple , ou à la demande du peuple ( initiative populaire)
    – droit de vote à tous les français vivants, les parents ( voir les détails techniques) exerçant le droit de votre de leurs enfants jusqu’à leur majorité
    – protection de la vie et de la famille posée en principe constitutionnel

    Le reste suit par voie législative;
    – liberté éducative totale, avec chèque-éducation pour les familles
    – abolition du statut de la fonction publique ( y compris les organismes rattachés et assimilés) et de tous les privilèges attachés aux régimes spéciaux
    – obligation à tout législateur et membre du gouvernement de déclarer son appartenance à toute société philosophique impliquant la profession d’un serment portant sur le champ de la gouvernance publique ( liste définie par décret, incluant évidemment la franc-maçonnerie,)
    -abolition de toutes les lois liberticides et mémorielles
    – arrêt des subventions publiques à la presse et aux medias audiovisuels privés
    – garantie de l’ accès équitable aux medias publics pour toute famille de pensée
    – recadrage des syndicats et du droit de grève, fin du monopole syndical, arrêt des subventions publiques directes ou indirectes aux syndicats
    – réforme fiscale du sol au plafond
    – mesures fortes d’incitation à l’intégration républicaine assorties de la fermeture des pompes aspirantes de l’immigration de confort ( droit du sol, aides sociales, …..)
    etc , etc ……..

  3. Koufra dit :

    Bonjour Socratex1,

    Personnellement j’imagine assez bien compte tenu de l’immensité de la dette publique, une évolution vers un suffrage censitaire par part de voix, c’est a dire que le poids du votant serrait proportionnel aux impôts payés, personnes physiques et morales auraient le droit de vote. Cela équivaudrait de fait a une séquestration du pouvoir populaire.

    En tout cas, je pressens une évolution dans ce sens.

  4. socratex1 dit :

    J’ ajoute une des raisons pour lesquelles la crise actuelle débouchera à mon avis sur un bouleversement total de la gouvernance publique ( j’ai pronostiqué la version soft, à savoir assemblée constituante vers une VI ème république, je ne suis pas sûr que ne prévaudra pas un scnéario plus hard si la crise économique s’ approfondit) .
    La loi Taubira aura servi de révélateur puissant de ce qu’une loi contraire à tout notre socle de valeurs communes ( et au bon sens…) peut être présentée par le Gouvernement , votée au Parlement, bénie par le Conseil Constitutionnel et non questionnée au CESE malgré 600 000 pétitions , ni dans aucune autre instance de régulation démocratique; le tout en opposition frontale à une immense majorité de français et sous le lobbying terroriste de moins d’un milliers de militants LGBT appuyés par tous les medias et grands syndicats ( de quoi je me mêle ? ) et par le front des milliardaires libéraux-libertaires .

    Il y a certes d’autres précédents , notamment le déni de la volonté populaire lors du référendum sur l’ Europe, mais celui-là aura été plus visible ….Ce sera donc, à mon avis, le fait déclencheur d’une profonde crise institutionnelle , et plus largement de la totale remise en cause de notre système actuel de représentation ( politique, syndical, ….) . Dans cette perspective, il faut remercier M HOLLANDE de son entêtement sur la Loi Taubira, c’est cet entêtement qui permettra de poser enfin un diagnostic clair du cancer qui ronge notre démocratie et de le traiter.

  5. Cornélius91 dit :

    Il faut quand même garder en tête l’état dans lequel F. Hollande a trouvé la France! Il n’est au pouvoir que depuis 10 mois il lui reste plus de 4 ans pour réussir. L’heure du bilan n’est pas encore venue!

  6. JD75 dit :

    Nos politicards avides de pouvoir et de confiture vireront de bord pour la plupart d’entre eux avec le vent, comptant peut-être sur notre amnésie. Alors autant plutôt faire confiance – sans aveuglement naïf, d’ailleurs – à ceux qui n’ont pas changé leurs fondamentaux, et n’ont aucune raison de le faire car, bien qu’ayant été voués aux gémonies pendant des décennies, l’Histoire est en train de leur donner raison.
    Suivez mon regard…
    La France a été jetée en pâture aux chiens pendant ces mêmes décennies. Il devient urgent que cela cesse.
    Amitiés,
    JD.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s