La France malade de sa politique

images[3]Je suis de ceux qui pensent que la politique, le fonctionnement des institutions, conditionne tout le reste: l’économie, l’emploi, la sécurité, la place de la France dans le monde, l’immigration, l’intégration, l’unité nationale contre le communautarisme. En effet, l’impuissance publique, l’incapacité à à décider, à choisir, à gouverner ne saurait produire que le chaos, la décadence, le malheur. Un pays sans direction politique est comme un navire sans gouvernail. Il est voué au naufrage.  En feuilletant Le point de cette semaine, je tombe sur un « confidentiel » faisant état d’une réunion secrète entre les plus proches fidèles du président de la République, qui aurait débouché sur le mot d’ordre suivant: « l’objectif, c’est la réélection de François Hollande en 2017 (sic) »!  Le système politique serait-il devenu fou? Quatre ans à l’avance, la classe dirigeante aurait pour ambition suprême d’offrir à un homme son second mandat. Oh, ce n’est guère mieux du côté des oppositions, je le sais bien! La priorité pour les politiques actuels, ne serait donc pas au fond de sortir les Français de la crise, de la misère, du chômage, du sentiment d’abandon qu’ils éprouvent, mais déja, de l’emporter au scrutin présidentiel de 2017! Au 19ème siècle, les républicains n’avaient de cesse de fustiger la personnalisation du pouvoir dont ils blâmaient la monarchie. Mais nous sommes aujourd’hui bien au-dela de la personnalisation du pouvoir ! Nous sommes entrés dans l’ère du nombril, l’idéologie du narcissisme forcené!  Comment peut on réformer un pays, prendre des mesures difficiles pour préparer son avenir, avec pour horizon principal le renouvellement d’un quinquennat? La politique française est malade du mirage élyséen. L’institution présidentielle telle qu’elle existe aujourd’hui, véritable trahison de la conception gaullienne du chef de l’Etat – un arbitre au dessus des partis, en charge de l’intérêt national à long terme -,  est devenue un boulet pour la France. Nous ne pourrons en sortir que dans le cadre d’un rééquilibrage du fonctionnement de la République, autour d’un président « de tous les Français », strictement détaché des considérations partisanes, autorité suprême, en charge de l’essentiel, de l’unité nationale, de l’avenir, et d’un Premier ministre qui gouverne auquotidien, applique un programme et assume ses responsabilités devant un Parlement réellement représentatif de la Nation et capable de le sanctionner en cas d’échec. Ce n’est que par une transformation radicale du modèle politique français, fondée sur un retour aux fondamentaux de la Vème République que nous pourrons sortir de l’impasse actuelle.

Nb: je me permets une fois de plus de remercier vivement et sincèrement les intervenants sur ce blog pour la modération habituelle de leur ton et la primauté donnée au débat d’idées sur l’invective et le défoulement verbal.

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

59 commentaires pour La France malade de sa politique

  1. marguerite dit :

    Nous sommes gouvernés aujourd’hui par un homme qui est hors du temps ,enfermé dans ses dogmes socialistes d’où il ne cherche pas à sortir par incompétence et peur de sortir de sa bulle pour ne pas mécontenter un électorat essentiellement constitué par des fonctionnaires . En effet , c’est le nombre croissant de fonctionnaires qui est à l’origine de la paralysie de nos institutions ;ils sont payés à vie par un Etat tentaculaire devenu obèse et ,par voie de conséquence endetté jusqu’à une future faillite lorsque les investisseurs se lasseront de prêter de l’argent à ce pays incapable de se moderniser et de réagir comme le font déjà les grecs ,les espagnols et ,en parti ,les italiens. Dans ces conditions , le Président n’a plus d’autre ressource que d’essayer d’allonger le temps en briguant un nouveau mandat. Pour cela , il lui faut encore plus de fonctionnaires, plus d’immigrés largement indemnisés ,plus d’analphabètes  » fourrés  » .dans des emplois fictifs.Tel est notre pays dont certains espèrent l’homme  » providentiel  » qui, par son charisme, pourra infléchir le cours des choses…..

    • Je m’excuse de revenir souvent sur votre blog, Monsieur Tandonnet, mais ces sujets enfoncés montre l’intérêt que porte certaines personnes sur la situation actuelle.
      Marguerite, je suis d’accord avec vous sauf tous les problèmes de la République ne sont pas seulement ceux du nombre des fonctionnaires. Exemple: j’ai pris EasyJet pour me rendre à Paris depuis le sud-ouest ce soir. Je me faisais la réflexion que l’organisation de cette société est grec-anglaise, les appareils de cette société sont anglais…connaissez-vous une socIété française comme celle-ci qui marche si bien qui existe, un low cost dans l’aéronautique? Il n’en existe pas. Pourquoi? Eh beh…je vais suggérer que nous Français avons peur du risque en général et c’est de cela qu’il faudra probablement faire pour relever de la décadence de notre pays.

    • Jacques de Guise, au contraire, je suis ravi de vos visites et de vos interventions très intéressantes.
      Bien à vous
      Maxime

  2. Willy dit :

    Bonjour Maxime,

    Annick, j’avais lu ce lien. j’agrée avec son contenu.
    Le hic est qu’avec la politique de remplacement actuelle, si réforme ou révolution puis dictature il y avait, je ne suis pas sur que cela soit le fait ou que cela soit pour et par les autochtones.

    Maxime, d’aprés A babst:
    « Un pessimiste, c’est un optimiste qui a beaucoup d’expérience. »

     » tout s’émeut, tout s’ébranle, tout brule de combattre […] le tocsin qu’on va sonner n’est point un signal d’alarme, c’est la charge sur les ennemis de la patrie […] Pour les vaincre, messieurs, il nous faut de l’audace, encore de l’audace, toujours de l’audace, et la patrie est sauvée. »

    Danton (oct 1759- avril 1794) le 2 sept 1792 à l’assemblée nationale.

    Bon WE

    • Jacques dit :

      Ce matin, je me demande si le pays n’est pas devenu un pays de perdant. Je n’aime pas faire des catégorisation de ce genre l’ayant côtoyer dans les affaires, cependant je me le demande.. Comment est-il possible d’etre arrivé en 2013 et que les choses se sont dégradées comme ça?
      Le peuple doit etre complètement soumis et écrasé, ou alors il s’en fiche, ou alors c’est chaque un pour lui-même…J’essaie de comprendre.

    • Willy, bravo, j’adore moi aussi cette harangue de Danton!
      Merci
      Amitiés
      Maxime

  3. Anonyme dit :

    Bonsoir Maxime,

    je fourbissait une réponse que j’ai abandonné.
    Finalement c’est mieux écrit ici:

    Les voies d’une nouvelle Révolution française.
    par Alain Benajam

    Pourquoi évoquer l’éventualité d’une nouvelle Révolution française ?
    Notre pays est-il à ce point bloqué dans l’évolution de son économie et de ses institutions pour qu’il soit nécessaire de penser à des transformations radicales, voire révolutionnaires ?
    Faut-il venir puiser dans une tradition bien française pour obtenir les changements nécessaires ?
    Tout Français peut aisément constater la dégradation rapide de sa situation économique.

    Tout Français possède aujourd’hui un ressenti d’inquiétude quand à son avenir et à celui de ses enfants. Jadis puissance économique prospère édifiée sur son industrie, notre pays se trouve confronté à une hémorragie d’emplois industriels à une extension du chômage et de la précarité.

    Tout Français peut constater avec amertume que l’alternance au pouvoir des partis de gauche avec des partis de droite n’amène aucun changement. La désindustrialisation de la France se perpétue et s’aggrave tandis que la pauvreté progresse.

    Tout Français est également en droit de se demander à quoi peut bien servir cette « démocratie » si elle est incapable d’améliorer sa vie, si aucune autre alternative ne lui est proposée.

    Tout Français est également en droit de se poser des questions sur la représentation nationale, quand en 2005 les électeurs ont majoritairement rejeté par référendum la constitution européenne et qu’ensuite les députés dans leur immense majorité ont contredit ce vote populaire en ratifiant le traité de Lisbonne, reprise à peine modifiée de ce projet de constitution.

    Tout Français peut s’apercevoir qu’une caste de politiciens et de journalistes accapare le pouvoir, caste ayant une vision dogmatique et totalitaire de la société prétendant que mondialisation et dérégulation sont des bienfaits alors que chacun peut constater l’exacte contraire.

    Tout Français peut aisément s’apercevoir que le système de représentation nationale renforce en fait cette caste politico-médiatique au pouvoir, que les partis politiques font écran entre le pouvoir législatif et le citoyen, que la séparation des pouvoirs, fondement de notre République, notamment entre pouvoir législatif et exécutif n’existe plus. Le pouvoir exécutif a toujours l’ascendant et fabrique des lois votées par des députés « godillots » craignant pour leur siège, bien que la plupart des lois appliquées chez nous viennent du pouvoir supranational de l’Union européenne et sont souvent décrétées par des non élus.

    Notre pays est devenu une véritable monarchie élective mais où, quelque soit le « roi » élu, rien ne change puisque tous les candidats suivent les mêmes dogmes économiques. Les médias omnipotents n’adoubent que des candidats possédant ces fameux dogmes et les Français dégoûtés et insatisfaits se réfugient ainsi de plus en plus dans l’abstention. D’ores et déjà, si on cumule citoyens non inscrits, vote blanc/nul et abstention des inscrits, la barre des 50% des Français n’exprimant pas de vote est régulièrement atteinte.

    La République ne fonctionne plus, rien ne va. Les Français sont très mécontents de la politique qui est menée, mécontents du fonctionnement des institutions, mécontents de la caste politico-médiatique détenant le pouvoir.

    Un récent sondage donne ces chiffres désastreux.

    56% des Français craignent le chômage,
    61% estiment que la mondialisation est une menace,
    65% estiment qu’il faut renforcer le pouvoir de décision de la France,
    62% estiment que les politiciens sont corrompus,
    72% estiment que le système démocratique fonctionne mal,
    82 % estiment que les politiciens n’agissent que dans leur propre intérêt,
    58% estiment que les médias font mal leur travail,
    72% estiment que les journalistes ne parlent pas des vrais problèmes des Français,
    73% estiment que les journalistes ne sont pas indépendants.

    la suite ici:
    http://www.voltairenet.org/article177887.html

    bonne soirée

  4. DEFOULNY dit :

    Annick,
    « Majoritairement ? Cher Defoulny, la majorité des Français (des inscrits) s’abstient ou met un bulletin blanc ou nul dans l’urne.
    Hollande a été élu par 30% des suffrages exprimés. On est loin de la majorité des Français ! »
    C’est bien la difficulté, lorsque l’on n’exprime pas dans les urnes son désapointement, a-t-on le droit de manisfester par la suite.
    Combien d’inepties entend t-on de la part de certains responsables politiques, c’est dramatique et entretenu volontairement, probablement avec beaucoup d’arrières pensées.
    Il n’y a pas suffisamment de formation à la politique et à l’économie dans les cours prodigués par l’Education nationale.
    Nos jeunes, à part quelques « priviligiés » parce que les parents ont les moyens intellectuels de partager leurs expériences, sont endormis dès l’entrée à l’école. Durant les 10 ans de formation, elle apprendra plusieurs fois durant le cursus, que les patrons sont d’affreux « jojos » qui ne pensent qu’à eux et à gagner du pognon. Par contre ceux dont les parents rament en tant que petit patron, artisans, connaissent les difficultés.
    C’est peut-être une des raisons qui fait qu’une majorité de jeunes souhaite être fonctionnaires.
    Nous ne sommes pas tirés d’affaire en nous mettant telle l’autruche, la tête dans le sable.

  5. Annick Danjou dit :

    Merci Willy pour tous ces liens que personnellement je n’ai pas le temps de trouver. Il est utile d’être avertis par des gens plus informés ou plus vigilants. C’est essentiel. Cependant nous savons et le constatons chaque jour un peu plus dans quelle galère nous sommes. Comme me disait un commerçant ce matin au marché, une blague entendue à la radio, suite à l’élection du Pape, nous en France, nous avons François zéro, je dirais même double ou triple zéro et c’est trés grave. Jusqu’où va t’il nous entraîner? C’est ce qui fait peur.

  6. Annick dit :

    Erratum :

    Hollande a été élu par 30% des suffrages exprimés.

    Il ne s’agit évidemment pas des suffrages exprimés, mais des inscrits.

    Désolée…

  7. Annick dit :

    Bonjour Maxime,

    Freddie, oui et non, je pe nse que le drame du chômage est la conséquence de choix politiques qui remontent à des décennies.

    C’est pourtant bien le cas, cher Maxime.
    Un État qui dépense plus de 50% du PIB, donc de la richesse créée par le pays, étouffe toute croissance. Cela dure depuis des décennies, c’est à dire depuis Mitterrand.
    Au fur et à mesure, le pays s’épuise, ça prend du temps mais arrive un moment où la machine s’arrête. Nous y sommes.

    @Defoulny :

    Il n’y a qu’à constater les manifestations syndicales, où l’on constate que ce sont ceux qui « parlent » le plus fort, j’allais utiliser un autre mot, qui entraînent la foule. Voir Aulnay ou Amiens nord, où quelques individus jusqu’au boutiste, emmènent vers la catastrophe, l’immense majorité des salariés.

    Les syndicats ne représentent pas grand monde, leur majorité d’adhérents se trouve chez les fonctionnaires, particulièrement Éducation Nationale, et les grands groupes industriels.
    Sans les subventions de l’État (avec nos impôts, ce qui nous oblige donc à les engraisser, que nous soyons d’accord, ou pas) les syndicats n’auraient pratiquement plus aucun moyen d’action. Peu de français sont syndiqués.

    Ne jamais oublier que les hommes politiques ont le pouvoir, que le peuple majoritairement leur délègue.

    Majoritairement ? Cher Defoulny, la majorité des Français (des inscrits) s’abstient ou met un bulletin blanc ou nul dans l’urne.
    Hollande a été élu par 30% des suffrages exprimés. On est loin de la majorité des Français !

    « Cette sur représentation par rapport au poids des fonctionnaires dans la société française est la principale leçon de cette étude. Celle-ci s’attache également à démontrer les conséquences néfastes pour le pays d’un système oligarchique aussi fonctionnarisé »

    Quand je parle d’un État obèse, je ne parle pas d’autre chose. C’est l’État, avec sa fonction Publique pléthorique et sur-représentée, qui est le problème.
    Ce pays est un pays de fonctionnaires et il en crève. Parce qu’aucun fonctionnaire ne produit de richesses mais vit des rentes de l’État, c’est à dire des impôts et taxes diverses des citoyens. Ils ne savent pas ce que c’est que gérer un budget, ils ne savent pas ce que c’est que payer des échéances, ils ne savent pas ce que c’est que ne pas savoir quel « salaire » va rentrer à la fin du mois. Ils ne connaissent même pas le chômage, et bénéficient d’une retraite aux petits oignons.
    Et ce sont ces gens là qui gouvernent !
    Demandez à Hollande combien d’emplois il a créés, avec son propre pognon.
    Pas un seul ! Nada !
    Et pareil pour la majorité de nos élus.

    Dans les liens que nous donne Willy (merci à lui), on voit bien le gaspillage d’élus qui n’ont pas la moindre idée d’une bonne gestion, encore moins d’économie. Ils s’en foutent, leur rente tombe à chaque fin de mois, quels que soient leurs résultats. Et au passage, ils engraissent les copains qu’ils emploient ou choisissent pour réaliser les travaux. Clientélisme, pour conserver leur poste aussi longtemps que possible.

    @Willy, notre système de protection social a été établi sur une croissance de mini 3%.
    Notre système de retraite est une pyramide de Ponzi qui ne résiste pas à notre plongeon de croissance. Et ce plongeon est structurel, il dure depuis plus de 30 ans. Il faut donc absolument tout changer, sinon c’est la faillite totale.

    Sur la France foutue, cet article va vous intéresser :

    …Le capitalisme permet la croissance économique et une hausse du niveau de vie de tout un chacun et il est le seul à les permettre.

    Cette hausse du niveau de vie va permettre à la population entière d’être éduquée
    Ce besoin d’éducation va créer une classe d’intellectuels qui ne pourront pas ne pas haïr de toutes leurs forces la création destructrice tant ils voudront être les seuls a y échapper (si on avait demandé aux dinosaures si le Darwinisme était une bonne idée, nul doute qu’ils auraient répondu par la négative).

    Cette classe intellectuelle allait certainement prendre le contrôle du système démocratique par le vote, et son seul et unique but serait d’empêcher la création destructrice d’avoir lieu, ce qui tuerait toute croissance et amènerait à de plus en plus d’interventions de la part du pouvoir politique et donc à une chute encore plus forte de la croissance, la fin ultime étant un corporatisme protectionniste et la stagnation économique au mieux, un écroulement du système démocratique, au pire.

    Schumpeter se hâtait d’ajouter que ce n’était pas ce qu’il souhaitait, mais ce qui lui semblait inévitable…On voit à quel point cette analyse est différente de celle de Milton Friedman, pour qui capitalisme et démocratie étaient l’envers et l’endroit de la même pièce de monnaie. J’ai longtemps cru que Milton avait raison et que Schumpeter avait tort.

    Les événements actuels m’amènent à penser qu’il n’avait peut être pas si tort que ça…Partout de pseudo intellectuels ont pris le pouvoir (Obama, Hollande, Monti, la commission Européenne), et ils n’ont comme point commun que leur détestation du capitalisme et de la création destructrice.

    Partout les prix de marché qui seuls permettent des décisions rationnelles sont supprimés (Euro, taux d’intérêts) ou manipulés (Taux de change, salaire minimum, privilèges de la fonction publiques, capitalisme de connivence,etc…).Partout ou les intellectuels ont pris le pouvoir, partout les entrepreneurs sont vilipendés et taxés a mort. Jamais l’écart entre ces élites éduquées et le peuple n’a été aussi immense, jamais les procédures électorales n’ont été autant manipulées pour que cette caste des « cognoscenti » reste au pouvoir envers et contre tout. Entre Berlusconi qui manipule l’électorat avec son réseau de télévisions et de journaux et les technocrates français au pouvoir depuis longtemps grâce au contrôle qu’ils ont du monde de la culture et de l’éducation nationale, je ne vois pas bien la différence.Pour éviter de tomber dans un pessimisme Schumpetérien et garder mon optimisme Friedmanien, je peux peut être faire l’analyse suivante :

    Il existe des pays où nous n’avions ni liberté économique ni Démocratie. Après la chute du mur de Berlin, les autorités dans ces pays ont DU donner à leurs peuples la liberté économique et donc permettre à la destruction créatrice d’avoir lieu. La croissance a suivi. Cette croissance amènera à terme à la Démocratie (thèse de Friedman), qui après quelques décennies sera capturée par nos incompétents sur diplômés (thèse de Schumpeter).

    Peut être après tout le cycle long est-il :

    -Capitalisme
    – Hausse du niveau de vie
    – Apparition d’une classe d’intellectuels, qui s’emploient à tout foutre en l’air, avec tout le succès que l’on voit en France en ce moment.
    – Stagnation
    – Révolution ou Reforme
    – Baisse du niveau de vie
    – Dictature
    – Retour à la case départ ?…

    L’article entier : http://institutdeslibertes.org/schumpeter-et-tocqueville/

    Bien à vous tous,

  8. Stéphane B dit :

    Juste un petit aparté sur le chômage mais qui concerne aussi toute notre pays. A l’armée, je disais aux appelés, attention l’habitude tue. 30″ Plus tard, l’habitude a failli faire que à 1cm près, j’étais décapité.
    Pour le chômage, c’est pareil. Nous sommes dans un pays qui ne sait pas ou ne veut pas s’adapter et nous nous faisons manger tout cru.
    C’est de toutes manières le propre de toutes les espèces vivantes: si elles ne s’adaptent pas, elles meurent. Nous ne nous adaptons pas et nous sommes en train de mourir sans toutefois vouloir trouver réellement une solution car cette dernière, celle qui faut, ne nous convient pas ou ne nous plait pas.

    • Vos propos me plaisent.
      J’irai plus loin…Quand le papier de toilette sera chinois et quand eux en aurons besoin, nous risquons de plus en avoir ici. Je ne rigole plus…

      Quand je vois notre faiblesse au niveau export, quand je vois des magasins remplis de choses achetés et produites en Chine a bas cout pour vendre ici encore plus ici en France, la responsabilité de la perte des emplois est tout d’abord ici en France. Les directeurs des achats de certains magasins français sont des collaborateurs, des traitres, envers les populations qui essayent de vivre correctement.
      Oui il existe un chômage croissant car des postes par milliers ont disparu et pourquoi?
      Les postes n’existent plus ici mais ailleurs. L’appât des grandes marges dans nos commerces…toujours plus, toujours plus..
      Nous sommes en premier lieu, fautif, pas les Chinois de cet état de fait. Si cela continue, il faudra attendre le réveille des pauvres ouvriers chinois payé en dessous du SMIC..

    • StephaneB, très juste, l’habitude tue, rend aveugle et paralyse j’ajouterais!
      MT

  9. DEFOULNY dit :

    Annick,
    Je ne souhaite pas être rabat joie, toutefois, je ne partage tout à fait votre souhait de « démocratie participative ».
    Comment serait-elle organisée, sinon par des petits astucieux qui flaireraient tous les pouvoirs qu’ils pourraient en tirer.
    Il n’y a qu’à constater les manifestations syndicales, où l’on constate que ce sont ceux qui « parlent » le plus fort, j’allais utiliser un autre mot, qui entraînent la foule. Voir Aulnay ou Amiens nord, où quelques individus jusqu’au boutiste, emmènent vers la catastrophe, l’immense majorité des salariés.
    Qui a dit un jour les Français sont des « veaux » ou comment voulez vous diriger un pays ou il existe 365 sortes de fromages.
    Ne jamais oublier que les hommes politiques ont le pouvoir, que le peuple majoritairement leur délègue.
    Ce sont les électeurs qui doivent faire leur mea culpa, nous avons les politiques que nous méritons. Parfois, ils sont réélus sans discontinuer pendant + de trente ans.
    Je fais une grande école, si je suis parmi les meilleurs, je choisis un grand corps d’Etat. Ensuite, je tire au sort le parti qui me permettra une meilleure carrière. Trente cinq ans après, je bénéficie d’une pension à taux plein, alors que je n’y suis resté que quelques années, de Député, de Sénateur, de Maire, de Conseiller général, etc, etc…..
    C’est ainsi que Jacques Chirac, ne percevait que 8.000 euros lorsqu’il était Président de la République, à cela s’ajoutait 12.000 euros de retraites diverses et variées. Si cela vous intéresse, j’ai la liste complète.
    C’st la raison pour laquelle Sarkozy a souhaité obtenir la somme équivalente de son prédecesseur, permettant ainsi à ses opposants, de faire croire qu’il s’était octroyé une augmentation de 170%.
    Il en sera de même pour le Président actuel, et probablemet pour les prochains, qu’ils soient de droite, de gauche ou du centre.
    Si vous voulez un renouvellement de la classe politique, il faut exiger que les fonctionnaires qui sont élus, démissionnent de la fonction publique.
    Fonction publique 15% de la population française et + de 50% d’élus. Rapport de Novembre 2005 de Bertrand Lemennicier, professeur d’économie, de conclut ce dernier de la façon suivante :
    « Cette sur représentation par rapport au poids des fonctionnaires dans la société française est la principale leçon de cette étude. Celle-ci s’attache également à démontrer les conséquences néfastes pour le pays d’un système oligarchique aussi fonctionnarisé »
    Cordialement

  10. Koufra dit :

    La France est surtout malade d’utiliser ses atouts a des fins autres que ses propres intérêts. Le patrimoine et les prérogatives de la fonction publique sont revendus et laissés progressivement devenir un pouvoir concurrent de celui de l’état. Cet état abandonne sa souveraineté et la défense de ses intérêts au profit d’une Europe qui n’a que faire de nos intérêts nationaux.

    Sur le plan extérieure, on déclenche une guerre en Libye sans intérêt commercial pour nous, puisque nous y étions bien implantés. Nous sommes entrainés par la suite dans une guerre sahélienne dont l’issue n’est pas évidente et qui pourrait remettre en cause la pérennité de notre présence en Afrique si nous étions vaincus, ou si la situation rendait impossible la présence des expatriés français du Maghreb a l’Afrique noir.

    Aujourd’hui, on apprend que notre président décide unilatéralement et illégalement d’armer les rebelles syriens. Ce sont pourtant les mêmes que nous combattons au Mali. Les services français tirent la sonnette d’alarme concernant la dangerosité pour la France des djihadistes quand ils reviendront, il est fort a parier qu’ils auront la même reconnaissance vis a vis de nous que leurs frères libyens ont eu vis a vis de l’ambassadeur américain.

    M. Hollande dit avoir reçu des garanties que les armes n’iront pas chez les djihadistes, je serai curieux de connaître la nature de ces garanties…. C’est un mensonge qui fera couler du sang français, nous mettra dans une position conflictuelle a long terme avec la Russie, la Chine et l’Iran, le Hezbollah et qui risque de remettre en cause l’influence française au Liban.

    M. Hollande agit il pour des intérêts autres que ceux français ? Pour de riches pays pétrolier ? Si c’était avéré, cela serait a mon sens du ressort de la haute court de justice.

    Je ne ferai pas le déshonneur a m. Hollande de le croire stupide… C’est donc qu’il défend des intérêts tiers. Pour ils s’étaient, lui et monsieur le drian , engage a ne pas armer ces rebelles. Quelle sera la réaction de l’état laïque de Syrie ? Si ils étaient vaincus qu’elle sera la place de la communauté chrétienne en Syrie et au Liban ? La France se prépare à amplifier de bain de sang par cette décision.

    Nous allons donc courrir des risques sans espérances de gain pouvant remettre en cause notre présence en Afrique et au levant.

    Rarement décision aura été à mon sens aussi dénué d’intérêt pour la France tout en portant autant de risque.

    Cordialement

    Koufra

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s