Benoît XVI et la grandeur d’une démission

J’ai toujours pensé que la démission était la marque infaillible de l’homme d’Etat, du grand homme. Elle exprime une certaine conception de la responsabilité publique, ou spirituelle dans le cas du Pape, fondée sur la supériorité de l’engagement au service du bien commun sur l’intérêt personnel, la satisfaction individuelle liée à l’exercice du pouvoir et à la jouissance due  aux attributs de celui-ci. Le message est limpide. Pour telle ou telle raison, je ne suis plus en mesure de remplir ma fonction dans les conditions prévues, ma tâche est achevée, ma présence au sommet de l’institution a plus d’inconvénient que d’avantage. Dès lors je me retire, dans l’intérêt général. Les grandes démissions volontaires de l’histoire ne sont pas si nombreuses : le général de Gaulle en janvier 1946, puis le 20 avril 1969, Margareth Thatcher en 1990. Dans des temps beaucoup plus lointains, nous eûmes les démissions des présidents Casimir-Périer, s’estimant dans l’incapacité d’exercer ses fonctions, ou d’Alexandre Millerand, un immense chef d’Etat méconnu de l’histoire de France. J’aime la noblesse qui s’attache au geste de la démission, même à la petite échelle de la vie politique quotidienne : Michel Rocard en 1984, Jean-Pierre Chevènement, à trois reprises, comme ministre, ou Philippe Séguin, de la présidence du RPR en 1998. Un véritable homme d’Etat devrait être prêt à remettre sa démission à tout moment en cas de constat d’échec ou d’impuissance à régler les problèmes. Aujourd’hui, sauf contrainte et forcée, la démission est inconcevable. Les responsables publics s’accrochent à leur poste comme des coquilles d’huitre à leur rocher, puisque justement, ils le considèrent comme une récompense d’un parcours personnel avant d’être un engagement au service de l’intérêt public. D’où la sclérose de notre vie politique : plus rien ne bouge, et, de décennie en décennie la France s’enfonce dans l’immobilisme, un échec politique, économique, financier, qui ne cesse de s’amplifier. Et franchement, dans la classe politique actuelle, d’un bout à l’autre de l’échiquier politique, je n’en vois pas un seul auquel je puisse prêter en imagination, suite à un doute ou un échec, la grandeur du geste de démissionner. Puisse Benoît XVI servir d’exemple, et la Providence, comme disait Giscard d’Estaing lors de son message d’Adieu en mai 1981, « veiller sur la France » et susciter à son service, au service de la France, de véritables vocations.

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

20 commentaires pour Benoît XVI et la grandeur d’une démission

  1. Koufra dit :

    Cela dit le traitement de la pensée de l’église est restreint à une caricature.

    Comment réduire a rien la pensée de Thomas d’aquin et des autres docteurs de l’église ?

    Dans un monde ou la facilité du rire et de la pensée sont devenu la norme en occident, comment s’étonner du déclin ? On rit et ridiculise les penseurs en nuances car pas « fun », ou dérangeant un confort matériel.

    Parallèlement on loue des bonimenteurs, des flatteurs, des gens qui jettent de l’ivraie au milieu du bon grain. Peut on me dire enfin comment se fait il que ce « philosophe », BHL, qui n’est enseigné dans aucune université soit présent dans tous les débats et ait une porte ouverte en permanence dans toutes les chaînes de télé? Comment peut on faire une émission ou des has been sautent d’un plongeoir ?

    La pensée occidentale est réduite à sa plus simple expression après 50 ans de matérialisme.

    Est on dans un mouvement irréversible ou au maximum de la tension d’un élastique ?

  2. drazig dit :

    je* * suis* entièrement d’accord avec colococo2:(14:37 le 16=
    Un pape n’a rien à voir avec un homme d’Etat. Il est d’un autre ordre je dirais même et cela est incongru dans ce monde-ci d’un autre ordre (divin). Du coup,toute l’oeuvre et toute l’action de Benoit XVI me parait dérisoire. Jean-Paul II l’a bien vu lui qui est allé au bout de ses forces.
    Benoit XVI a supprimé le côté sacré de l’Eglise. Je suis triste.

  3. JD75 dit :

    Bonsoir, Maxime

    Je suis globalement d’accord avec vous, à l’exception d’un exemple cité, celui du général de Gaulle le 20 janvier 1946 (mais rien à dire pour 1969).
    En 1946, le grand Charles n’est pas loin de nous avoir fait un caprice funeste. Rappelons qu’il part car il voit se reformer le « régime des partis » (celui qui nous mine toujours, et plus encore qu’alors) et parce qu’on lui a refusé les crédits destinés à relever la défense nationale. Jusque-là, pourquoi pas…
    Mais le calcul du Général, c’est de s’être appuyé pour la Résistance sur les communistes tout en se disant: « je les contrôle, car je les tiens par la barbichette en ayant – jusqu’à présent – « oublié » devant l’opinion publique, avec mon aura, leur haute trahison de 1939-41″. Il va même leur laisser prendre le micro pour qu’ils fassent leur propagande de 1944 à 1946 (le « parti aux 100 000 fusillés » -pourquoi pas dix millions ? -, etc.). Peut-être d’ailleurs a-t-il sous estimé ses « partenaires ».
    Une chose est sûre, c’est que quand il quitte le pouvoir en 1946 en se drapant dans sa hauteur, sans prévoir aucune suite, il a laissé la France en pâture aux cocos en pleine possession de leurs moyens, sans visiblement se souvenir qu’il était censé les contrôler…
    La suite, on la connaît, et il y a un lien de parenté évident entre ce qui s’est passé à l’époque ou peu après et l’état actuel de la France (syndicats inamovibles quoique non représentatifs, fonction publique pléthorique et irrévocable, idéologie gauchiste latente, repentance ex-anticoloniale, etc.)

    Le Général fut indiscutablement un très grand homme d’Etat français, et j’ai une grande estime pour lui (surtout sous la Ve République). Il a néanmoins commis un certain nombre de fautes politiques graves, souvent liées à son immense orgueil (la moindre d’entre elle n’étant peut être pas d’avoir institué une fonction présidentielle que seuls des gens de sa carrure pouvaient tenir avec succès; or cela n’a plus été le cas depuis son départ).

    Bien cordialement,
    JD

    • JD75, nous sommes bien d’accord, cela dit, il faut préciser que dès 1947, le Général de Gaulle à la tête du RPF prenait pour cible le parti communiste qualifié de « parti de l’étranger » dans son discours de Rennes. Il n’était pas le seul d’ailleurs cas le président de la République, Vincent Auriol, était aussi anti communiste que lui…
      Amitiés
      Maxime

  4. Annick dit :

    Bonsoir Maxime,

    La renonciation du Saint-Père est l’expression d’une grande humilité, mais aussi d’obéissance à l’ordre supérieur de sa conscience ; il suit le Plan divin, sans vouloir l’entraver par des motifs que lui dicteraient les arguments de son intellect. En cela, il démontre que son chemin est spirituel, pas intellectuel, et encore moins matériel.
    Son geste illustre, ici, et maintenant, Le Chemin christique : « mon Royaume n’est pas de ce monde ».
    Pour autant, cela ne veut pas dire qu’il ne faille pas assumer, aussi ,l e plan terrestre. Benoit XVI, l’a parfaitement rempli, à sa juste place de coordinateur, de « pont, entre le Ciel et la Terre, ce qui est exactement le chemin d’accomplissement du Grand Adam.

    Enfin, je voudrais souligner l’immense force d’amour qui anime celui qui s’efface pour que l’Autre « soit », que l’Autre arrive « sur ses deux pieds » au bout du chemin (tout le contraire du parent castrateur, dont nous parlions sur le précédent billet).

    Bien à vous,

    • Annick, j’aime beaucoup votre formule: « obéissance à l’ordre supérieur de sa conscience », je la trouve très belle et appropriée aux circonstances…
      Amitiés
      Maxime

  5. Willy dit :

    Bonjour Maxime,

    Un Pape, même s’il est élu, ne démissionne pas. Il remet sa charge au conclave ou se démet de sa charge.
    Les journaliste devrait retourner à l’école pour y apprendre le juste usage de la langue française. Cette démission annoncée à grand renfort de titre pompeux, n’est pas le seul exemple de la dérive ou de l’orientation voulue des idées dans les merdias.
    Quand à Normal 1er, sa réaction fut pour le moins consternante, et sa blague alors qu’il était aux cotés du président Nigérian, j’ai bien un mot à ce sujet, mais je vous épargnerai la modération de mes propos.

    Bien à vous.

    • Willy, il m’est difficile de répondre à chacun de vos commentaires en raison de mon retard à répondre sur ce blog, mais sachez que je les trouvetoujours aussi pertinents. Concernant celui-ci, je trouve que le mot démission n’est pas péjoratif, enfin à mes yeux; au contraire, c’est parfois un acte d’humilité et de sacrifice au bien commun.
      Amitiés
      Maxime

  6. Koufra dit :

    Si Benoit XVI démissionne c’est probablement a cause d’un problème de santé compte tenu de son âge, les moqueurs pourraient bien se retrouver dans la même situation plus jeune, le naufrage de la vieillesse touchera tout ceux qui atteindront un certain âge.

  7. Plume dit :

    Monsieur Tandonnet,
    Les media français ont été si injustes avec Benoît XVI. Il n’était pas plus dogmatique ou conservateur que Jean-Paul II. Il était simplement moins media-génique, ce qui aujourd’hui ne pardonne pas.
    Koufra dit juste à propos des blagues douteuses de certains élus au sujet de la démission du pape. Auraient-ils osé faire la même chose si l’on avait parlé d’un représentant d’une autre religion ? C’est sûr que non.
    C’est comme Roselyne Bachelot (qui n’est pas une référence, c’est sûr, maisnéanmoins une personne publique) qui trouve justifiée et plutôt marrante (déclaration faite sur D8) la manifestation dans une église des fameuses Femen, à moitié nues et décorées de slogans insultants à l’égard des catholiques et du pape. Pourquoi ne font-elles pas ce genre de démonstrations dans une mosquée ou une synagogue, lieux de culte de religions pas plus tolérantes que le catholicisme ? Qu’aurait alors dit Mme Bachelot ?
    Quant au fait de démissionner, cela peut être la preuve d’un grand courage (comme pour tous ceux que vous citez dans votre billet) ou d’une grande lâcheté, cela dépend de la situation.
    Que M. Hollande ne démissionne pas est peut-être dommage pour la France. Mais s’il le faisait, qui pour le remplacer ?

  8. colococo2 dit :

    Malgré l’ unanimité merdiatique, des félicitations qui fusent sur la démission de Benoit XVI, comme un vulgaire P.D.G. d’ AUCHAN, ( je n’ ai rien contre AUCHAN, ni contre son P.D.G. que je ne connais ni de près ni de loin ) quelque chose me gene……… Peut etre es ce justement cette unanimité………..
    Encore un pan de l’ Eglise Catholique et Romainequi s’ effondre ……
    Non; le pape n’ est plus un homme comme les autres le jour où il est élu PAPE
    C’ set tout ce qui rend inconciliable le position du catholisisme d’ avant le Concile ( Dieu est au centre du monde – la Foi -) et celle des Franc’ Macs ( l’ homme est au centre du monde )………..

  9. sourisgrise dit :

    bonjour Maxime , bonjour à tous

    je trouve que la démission de Benoit XVI est tout à son honneur …il est âgé et il a dû pendant des semaines , peser le pour et le contre d’une telle décision …ce qui a été dit sur lui depuis une semaine est inimaginable entre ces sauvages qui se sont réjouies d’une manière scandaleuse et les sorties lourdes de notre PDT , et d’une ministre , et des abominations dites sur une radio de gde écoute , on aura tout eu …
    vous avez raison Maxime de dire que les Présidents s’accrochent à leur pouvoir ….même ceux qui étaient malades n’ont pas démissionné …mais c’est dans ts les domaines qu’on voit ça ! si on braillait tous les jours dans la rue : H .démission ….est-ce qu’il le ferait ??? il faudrait essayer pour voir !
    amitié et à bientôt
    Chris
    ps : cyril 45 : j’avais déjà lu ce texte ..merci pour le rappel …

    • Chris, jamais, on ne démissionne plus aujourd’hui, ce serait vécu comme le gagnant du « gros lot » qui renonce à celui-ci! Aucune fierté, aucune abnégation, et tous ils sont pareils hélas…
      Amitiés
      maxime

  10. Koufra dit :

    Vivement que François Hollande se transforme en homme d’état et donne sa démission. Visiblement lui préfère plaisanter de la démission du papa ( était ce simplement drôle ou plein de lourdeurs?).

    Son ministre des personnes âgées (michele delaunay) s’étonne de ne pas avoir été consulté par le pape…. Je sais qui est Benoit XVI mais je n’ai aucune idée de qui est Michèle delaunay… En a t elle conscience ? A t elle conscience que l’association entre ce chef d’état et son poste actuel est plus que douteux.

    Je n’ai ni sympathie ni antipathie vis a vis de benoît XVI mais les sois disant bon mots ( en tout cas cela) ne traduisent pas une hauteur d’esprit digne d’un homme d’état.

    Quand viendra l’heure des difficultés, on verra de quelle étoffe ils sont faits.

    • Koufra, oui, c’est d’une médiocrité si affligeante qu’il ne faut même pas le relever. De quelle étoffe ils sont faits, on le sait déja…
      Amitiés
      Maxime

  11. Cyril45 dit :

    Un peu d’humour en phase avec le présent sujet, en ce début de week-end (et de vacances pour certains). Avec ce texte qu’une amie m’avais fait passer voici plus d’un an:
    LETTRE DE DÉMISSION DE NICOLAS SARKOZY

    Françaises, Français, mes chers compatriotes,
    Lorsque je fais Le bilan du temps écoulé, que je passe en revue tous les événements qui se sont produits et les transformations que j ‘ai tenté d’apporter à notre société depuis mon élection (je vous rappelle que c’ est vous qui m’avez élu en mai 2007), je me dis que les Français sont d’éternels insatisfaits et que, quoi qu’on fasse, il y a
    toujours 50 % de mécontents, le reste n’étant pas plus heureux non plus.
    Même si j’ai parfois, comme les autres gouvernements, un peu dérapé j’ai voulu que notre pays entre dans la modernité. Alors, Carla et moi avons décidé de vous offrir le plus beau cadeau que vous semblez appeler de tous vos vœux. Je vous présente ici ma démission de Président de la République Française et ai décidé de partir au bout du monde avec Carla et toute ma petite famille, avec notre «blingbling» qui vous fait tellement rigoler, ma Breitling à 58.000 euros, et tout le reste .
    Je vais vendre mon magnifique appartement de Neuilly-sur-Seine que vous aimeriez bien posséder, et je vais vivre avec l’argent qu‘il me rapportera ainsi qu’avec les retraites que je vais toucher de toutes mes précédentes fonctions… Enfin… Tant que les caisses pourront payer.
    Nous bronzerons nos corps de riches sur les yachts de Vincent (Bolloré), nous irons visiter à nouveau les pyramides en compagnie de notre ami le Roi du Maroc, et ainsi nous n’aurons plus à subir vos éternelles jérémiades.
    Je n’aurai plus à m’occuper de tous ces connards d’étudiants encapuchonnés, qui pensent à la retraite avant de penser à travailler, et qui sont toujours prêts à casser du CRS ainsi que le ministre de l’éducation, quel qu’il soit. Je n’aurai plus à serrer la main de tous ces guignols de syndicalistes de merde qui font chier tous les français avec leurs grèves à répétition, malgré leurs seulement 7% de représentativité, malgré les très gras salaires de syndicalistes qu’ils encaissent, et qui croient avoir la solution à tous les problèmes actuels en appliquant à la France les principes qui ont mené l’URSS à sa perte et son peuple à la famine et à la misère, ceux-là qui refusent de participer, au nom d’un sectarisme archaïque et d’avantages acquis et pour beaucoup obsolètes, ce qui contribue à appauvrir un peu plus le pays.
    Je ne verrai plus les tronches de cake des socialistes toujours prêts à défendre les sans-abris, mais qui eux, les pauvres, habitent Place des Vosges et dans le septième arrondissement, qui défendent la diversité et le multiculturalisme, mais qui envoient leurs enfants dans des écoles d’élites ou les seuls musulmans sont les rejetons d’ambassadeurs et d’hommes d’États. Je n’aurai plus à m’emmerder avec des diplomates chinois constipés par leur riz mélaminé, ni avec des islamistes barbus qui détruisent les églises dans leurs pays pendant qu’ils réclament des mosquées chez nous, qui sont assez cons pour se faire sauter au nom de l’Islam et d’un prophète, dont Atatürk disait que  » l’Islam est la théologie absurde d’un bédouin immoral ».
    Fini, de me laisser emmerder par tous ces « penseurs » qui veulent faire croire aux français que notre pays est une dictature, un pays où la police est prête à casser de l’immigré, et qui ne sont pas foutus de voir que si les immigrés ne semblent pas être pressé de retourner chez eux, c’est parce que là bas, la police les massacreraient pour de bon, s’ils osaient bruler une seule voiture. Fini de me laisser emmerder par ceux qui prétendent que la déferlante du tiers monde est une chance pour la France, mais qui gueulent que les flics ne sont jamais là quand on a besoin d’eux, dès qu’un « immigré » touche à leur bagnole ou pique le portable de leur fils.
    Fini, les grèves de la SNCF et de la RATP, déclenchées par des mecs qui sont chouchoutés comme s’ils fourraient encore du charbon dans des locomotives à vapeur, qui font un caca nerveux dès qu’on leur demande une minute de travail supplémentaire, payée double en plus, mais qui voyagent gratuitement sur toutes les lignes, toute l’année, et même pendant les vacances.
    Bon débarras de ces fonctionnaires qui fonctionnent à l’envers et qui trouvent le moyen, en étant deux fois plus nombreux par habitant qu’aux États-Unis ou qu’en Allemagne, sans parler du Japon, de fournir un service trois fois plus mauvais (c’est vous qui le dites).
    Terminé, les journalistes qui passent leur temps à critiquer mon train de vie, et qui voudraient bien avoir le même, mais qui sont tout heureux quand je les emmène se balader aux quatre coins du monde, aux frais du
    contribuable. Ras le bol de ces bras cassés de l’équipe de France qui se prennent pour le nombril du monde, qui crachent sur la France en coulisse, et qui ne sont même pas foutus de gagner des matchs pour justifier des énormes salaires qu’on leur sert.
    Alors je pars et je vous laisse dans la merde que vous avez vous-mêmes créée. Débrouillez vous avec Aubry (mariée à un Islamiste, ça promet!), les 35 heures, la CGT, avec le Parti Communiste aux mains ensanglantées de plus de cent millions de morts et qu’on n’ose même pas interdire, avec la Fédération des Parents d’Élèves qui s’intéresse plus à défendre l’idéologie gauchiste, les enseignants, que leurs propres enfants, avec le nucléaire
    qui pourtant nous sauve un peu de la panade, avec les heures sup. que vous avez volées parce que pendant les heures payées vous avez tiré au flanc, avec le chômage qui incite à tout, sauf à retrouver du travail, avec la retraite à 55 ans, avec le sida, EDF GDF, BHL et Fabius, et tant pis pour Canteloup et Ruquier.
    Arrangez-vous avec la hausse du pétrole qui va bientôt repartir, avec la récession, la vraie, qui n’est pas prête de se terminer, tandis que des pays moins cons que vous sont en plein boum économique. Vous qui avez voulu être plus malins que les autres, qui avez cru que vous alliez pouvoir placer votre argent mieux que votre voisin de palier, et qui aujourd’hui demandez à l’État de prendre en charge vos pertes en les déduisant de vos impôts. Quand est ce que vous comprendrez que l’État, ce n’est pas votre maman ?
    Demandez aux socialistes, demandez à Ségolène Royal, Madame «je-sais-tout-sur-tout-et-vous-offrirai-la-belle-vie-si-vous-votez-pour-moi» et son «Désir d’Avenir», définitivement embourbé dans un passé sans espoir. Qui, en passant, touche un tas d’allocations familiales malgré ses énormes revenus et confie l’éducation de ses enfants à une nounou que vous payez avec vos impôts.
    Réclamez lui, au maire de Paris dit « Bertrand l’embrayage », qu’il libère la profession de chauffeur de taxis afin que l’on puisse enfin trouver des taxis à tous les coins de rue, à toute heure du jour et de la nuit, et pour cinq euros la course, comme à New York ou à Berlin, puisqu’il a rendu les routes impraticables. Demandez qu’il supprime cette escroquerie obligatoire qu’est le service à 15% dans les cafés et les restaurants, quand on vous sert avec la soupe à la grimace. Demandez-leur de vous faire travailler moins pour gagner plus, car on dirait bien que vous n’avez pas encore compris que les trente cinq heures vous ont gravement appauvri, et que nos concurrents s’en frottent encore les mains.
    Demandez leur de rétablir un peu de démocratie dans notre horrible pays, demandez leur de combler vos fins de mois difficiles, et de vous payer vos prochaines vacances à Mayotte (tiens ! je les avais oubliés les assistés des DOM-TOM). Demandez-leur par la même occasion de prendre leur argent aux riches pour le donner aux pauvres – que vous êtes forcément – alors que vous voudriez bien devenir riches. Du jamais vu même après 1789 et même en coupant la tête de Louis XVI. Et quand les riches seront pauvres et qu’ils ne vous donneront plus de
    travail, que votre futur super idéal gouvernement ne saura plus à qui prendre l’argent, moi je serai LOIN et HEUREUX, sans vous bien sûr, qui avez souhaité mon départ avec tant de ferveur.

    Mes chers compatriotes, je vous laisse à vos grèves pour la retraite, à vos fantasmes d’enfants gâtés qui ridiculisent la France (vous me direz, depuis la coupe du monde, on est les champions du ridicule). Je vous
    souhaite l’avenir de merde que vous avez bien cherché, et que vous êtes en train d’atteindre.

    Carla et moi vous em . ..brassons. » !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s