La dérobade

Les vrais chiffres du chômage de cette fin d’année, sur l’ensemble du territoire français, en incluant les départements d’Outre-mer, sont désastreux : 4,9 demandeurs d’emplois, dont 3,4 millions sans aucune activité.  Le parti socialiste ne trouve rien de mieux à faire que de se défausser en accablant la présidence de Nicolas Sarkozy : « Ces chiffres appellent à une grande sévérité à l’égard de ceux qui ont laissé notre pays s’enfoncer ainsi pendant cinq ans. » Cette dérobade ou fuite devant les responsabilités est de bien mauvais augure pour la suite. Le « c’est pas ma faute » a un goût d’abandon et de renoncement. Les socialistes tiennent tous les leviers de gouvernement depuis sept mois : Elysée, Matignon, Assemblée nationale, Sénat, grandes collectivités locales. En sept mois, ils n’ont pas réussi à inverser la tendance ni à faire naître une espérance. Bien au contraire, leur politique fondée sur un matraquage fiscal a aggravé le malaise français, la morosité, le découragement que symbolise la fuite des élites à l’étranger. L’expérience de l’histoire montre que les premiers jours d’exercice du pouvoir sont déterminants dans les crises économiques. C’est alors, dans ces phases initiales, que les dirigeants d’un pays réussissent ou échouent à restaurer la confiance qui est la pierre angulaire du succès d’une politique. Raymond Poincaré en 1922, puis en 1924, Antoine Pinay en 1952, Charles de Gaulle avec de nouveau Antoine Pinay et Jacques Rueff en 1958, Raymond Barre en 1976, réussirent à rompre avec le cycle infernal de la dépression économique dès leur prise de fonction en appliquant des politiques qui ont su inspirer la confiance, et ainsi encourager l’investissement, les recrutements, la consommation. Or, les premiers mois du parti socialiste au pouvoir ont au contraire marqué une étape supplémentaire dans l’effondrement du moral des Français et leur méfiance envers les dirigeants politiques. Le pouvoir socialiste ne se remettra sans doute jamais de ce désastreux début. Peut-on éviter cinq ans de perdus pour la France? Il faudrait un puissant électrochoc aboutissant à chambouler la donne politique. Rien ne laisse présager dans l’immédiat un tel événement. Jusqu’à quand les socialistes vont-ils se défausser sur Nicolas Sarkozy plutôt que de prendre leurs responsabilités et de gouverner le pays ?

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

18 commentaires pour La dérobade

  1. JD75 dit :

    Cher Drazig,
    « l’Europe a 5% de la population mondiale, 15% de sa production et 40% des dépenses sociales ».
    Je ne connais pas ces chiffres, mais n’ai aucune raison de le mettre en cause. En revanche, s’ils sont choquants à première vue, je pense qu’ils méritent quelques compléments d’information, à moins de se convertir à « l’égalitude » chère aux socialistes, autrement dit au nivellement par le bas des choux, des navets et des carottes indistinctement…
    Parmi les questions évidentes:
    – est-ce que ce sont des pourcentages pondérés? comment/par qui (un même euro ne correspond pas au même pouvoir d’achat au Bangladesh, en Chine et à Paris)?
    – il faut par ailleurs noter que plus la production baisse, plus les dépenses sociales grimpent (surtout avec une forte immigration de chômeurs en puissance). De ce fait, ces chiffres ne sont probablement pas aussi « optimistes » (même si le terme est mal choisi) qu’il y paraît.
    – je vous proposerai enfin de ramener cela à la richesse de l’Europe (et notamment richesse par habitant) au regard des autres pays. L’Europe de l’Ouest est en effet probablement – en moyenne – l’un des lieux les plus riches de la planète de ce point de vue (à part quelques kleptocraties pétrolières et autres pays gaziers à gestion tribale) et également l’un des lieux où les citoyens et travailleurs sont (ou étaient) les mieux organisés et protégés. Ces chiffres signifient donc également une bien meilleure redistribution de richesses nationales, sans chercher à occulter un certain nombre d’abus scandaleux.
    Cette richesse pourrait d’ailleurs être usée comme effet de levier : l’Europe dans son ensemble est encore largement solvable, même si ses Etats sont en grande difficulté budgétaire (ex: France: dette accumulée = 90% du PIB = 5 fois le budget annuel de l’Etat, mais moins de 10% de la richesse nationale). Elle conserve une capacité relative de consommation extrêmement haute, donc des arguments forts de négociation si l’on sort du pur mercantilisme libéral où seul le prix affiché compte dans les tractations.
    Plutôt que d’exploiter à juste niveau cet atout majeur, les peuples européens sont actuellement consciencieusement pillés par les banques et trahis pas leurs multinationales en toute impunité, avec la complicité au minimum passive des dirigeants européens et nationaux.
    Il ne faut cependant plus trop tarder car cet avantage est en train de s’amenuiser : la richesse publique est bradée par privatisation vers les grands groupes, et la richesse privée de la classe moyenne laminée par l’impôt.

    Quant à l’affirmation « cette situation ne peut plus durer », j’avoue que je la laisse à Frau Merkel : je ne souhaite de mal à personne (à part aux renégats et aux ingrats…) mais charité bien ordonnée commence par soi-même, et je me sentirais quand même bien honteux d’avoir scié ou laissé scier sans broncher la planche sur laquelle devront peut-être s’asseoir mes enfants, par xénophilie germanopratine, autrement dit par irresponsabilité dogmatique bien-pensante (d’autant qu’on peut être certain que ce qui sera économisé en social ici ira dans la poche de quelque gros bonnet, et n’ira certainement pas limiter les malheurs du monde ailleurs…)

    Bien cordialement,

  2. ultimateway dit :

    Si effectivement le pouvoir socialiste ne se remettra pas de la confrontation avec la réalité, j’ai bien peur que l’ensemble de notre pays soit affecté durablement . Nous ne tiendrons jamais 5 ans à ce rythme surtout que les « shadocks » en ont marre de pomper cette fois…
    François Hollande, le grand maitre de l’Impocalypse, nous construit un avenir bien sombre.

  3. drazig dit :

    La situation en effet est dans l’impasse; à gauche qui s’enferme dans ses convictions démentes, issues de mai68 et contre-nature, à droite tout aussi figé en refusant par exemple de se placer dans des conditions de victoire notamment avec une alliance avec le FN.
    J’ai entendu une revue de presse citant une interview de Mme Merkel qui disait en gros, l’Europe a 5% de la population mondiale, 15% de sa production et 40% des dépenses sociales; cette situation ne peut plus durer. C’est la phrase de l’année à mon avis et la promesse de bons jours en Europe. Sur ce, bonne année à tous!

  4. fredi maque dit :

    -Moi…Président socialiste…j’imposerai à 75% les revenus au-dessus d’un million d’euros ! Les riches paieront !
    Soit…
    Et le gouvernement socialiste de concocter une loi. Avec les fines lames constitutionnalistes de la Socialie.
    Une loi qui passe les deux chambres et qui a toutes les allures d’une promesse tenue.
    Sauf que.
    Sauf que l’on a pris soin d’introduire un principe d’inconstitutionnalité dans cette loi. Loi qui arrive comme par hasard devant le conseil constitutionnel quand le populo hésite entre la belon et la fine de claire, entre Cotterêt et le Massif des Ecrins.
    -Moi…Président Socialiste…je suis serein devant la décision du Conseil, et je demande à mon gouvernement d’étudier un nouveau projet de loi !
    Projet de loi qui ne sera pas soumis au parlement avant septembre…2013Le Zouave va en voir passer de la flotte.
    Et Gérard peut revenir.
    Le Président est serein, pourquoi pas lui.

  5. JD75 dit :

    Cher Maxime,
    Je n’ai à aucun moment disculpé les dirigeants français, au contraire. Je suis seulement peut-être un peu plus éclectique que vous quant à l’excellent partage des responsabilités entre la « droite » et la « gauche » (vous noterez d’ailleurs que si la « gauche » a toujours été en avance dans le laxisme et la démagogie, la « droite », de retour au pouvoir, n’a jamais rien fait de très sérieux pour revenir dessus). Mais même s’il l’on avait évité ou supprimé les 35 heures, qui sont effectivement un chef d’œuvre d’incompétence – ou de sabotage – économique, cela n’aurait pas changé grand-chose face aux méfaits du libéralisme dogmatique et brutal, élaboré par les élites anglo-saxonnes et systématiquement relayé par l’OMC et Bruxelles .
    Puisqu’il n’y a plus de grand volet de l’industrie, en dehors de quelques niches, qui soit technologiquement réservé à l’Occident européen (sur ce point, les USA ont conservé de l’avance par une stratégie NATIONALE d’investissements et de contrôle des fuites; rien de tel en Europe), si vous voulez concurrencer les bénéfices d’une industrie qui emploie massivement des coolies et des semi-esclaves, soit vous automatisez à fond, et vous avez plein de chômage (de même que si vous ne faites rien), soit vous employez vous aussi en nombre des coolies et semi-esclaves. C’est bien vers cela que nous dirige l’UE (et c’est un grand pas vers cette précarisation qu’ont accompli les Allemands, on ne le dit pas assez, pour avoir une situation meilleure que la nôtre). La seule alternative réaliste est un certain protectionnisme, que nos concurrents n’hésitent pas à utiliser (cas célèbre des pneus ou de l’acier aux USA) mais, dès qu’il en est sérieusement question, les petits soldats de Bruxelles s’y opposent mordicus.
    Face à ce déport de plus en plus total des véritables leviers d’action – sans les responsabilités – vers la Commission européenne, les Hollande et autres Sarkozy n’ont pratiquement plus aucun pouvoir, sauf celui de « renverser la table »… et « on » les choisit pour ne surtout pas être enclins à le faire…
    Un ami avait cette expression bien trouvée que je vous soumets: « par les temps qui courent, le rôle de nos politiciens nationaux se borne à tenir les petits moutons bien sages pendant qu’ « on » les tond ».
    Bien cordialement,

  6. Willy dit :

    Bonsoir Maxime,
    Tout d’abord concernant les chiffres du non emploi en France, il est intéressant d’étudier ceux donner dans l’article suivant:
    http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/vrais-chiffres-chomage-novembre-128110.

    250 000 emplois créés, je ne parle pas de ceux subventionnés, cela représente 2 points de croissance, hors il n’est prévu que 0,1 point pour la France l’année prochaine.

    Maintenant je pense que nous pouvons nous attendre à la liturgie suivante de la part du PS:
    A) nous avons récupérer le pays dans un tel état de catastrophe que…. etc,
    B) la droite de Mr Sarkozy a tout fait pour que les licenciements aient lieux après les élections,
    C) même si la crise est derrière nous (sic) on ne peut s’attendre à une reprise intense et donc a une régression instantanée du chômage,
    D) d’autres prétextes tout aussi fallacieux,
    Néanmoins, comme vous le faites remarquer, ils ne sont aux commandes que depuis 7 mois et même s’ils y avaient mis toute la meilleure volonté du monde, les miracles…. c’est pas sur le terrain de l’emploi qu’il faut les attendre, surtout quand on fait fuir les investisseurs tant français qu’étrangers.

    Alors quelle sera la politique courageuse du PS pour la France? Je pense avoir un début de réponse. Ils ne sont pas là pour gouverner, non! ils sont là pour mettre en application un tas de directives décrétées par l’UE.
    La première qui viendra sera le permis de conduire, aux alentour du premier trimestre 2013. Ensuite? la liste est longue, très longue. trop longue pour être énumérée ici.
    Mais je vous invite à visiter le site de l’UE, tout y est écrit noir sur blanc, il vous faudra remonter jusqu’à 2005:
    http://ec.europa.eu/trade/ ici il faut fouiller partout mais les liens suivants donnent déjà pas mal de précisions:
    http://www.consilium.europa.eu/homepage/highlights?lang=fr
    http://ec.europa.eu/trade/

    Alors pas de panique, ce gouvernement comme le prochain, ne feront plus rien pour la France, du moins tant que la France sera sous le joug de la tyrannie Europe et Haine, qui doit démolir les Nations et pour qui les résurgences autonomistes de certaines régions sont du pain béni.

    Bien à vous
    Je vous souhaite à vous ainsi qu’à tous lecteurs, de bonnes fêtes de fins d’années.

    • Willy, merci et bravo pour cette documentation. L’Europe actuelle a ses défauts, énormes, mais elle n’exonère pas les dirigants français de leurs erreurs et de leurs renoncements.
      Bien à vous
      MT

  7. JD75 dit :

    Bonjour, M.Tandonnet
    Si vous voulez nous convaincre que les « socialistes » (qui n’ont plus de socialiste que l’AOC) sont parfaitement incapables de redresser le pays ou même d’améliorer son sort – le veulent-ils seulement? – ne vous fatiguez pas autant : en mai dernier déjà, je crois que peu de Français en doutaient. Sur notre sujet précis, souvenons-nous de l’Héritage (avec un grand H) derrière lequel « Mitterrand et les 40 voleurs », comme les appelait Montaldo, se sont abrités pendant presque un septennat après le grand tournant (vers le bas) de 1981.
    Je pense cependant que vous vous trompez de cible. cela fait déjà longtemps que notre économie, et donc nos travailleurs, sont livrés, pieds et poings liés, à la toute-puissante oligarchie bruxelloise, qui est à la fois illégitime car non élue, irresponsable car ne rendant de comptes à personne et victime très consentante des multiples groupes de pression internationaux qui en font le siège. Elle-même a d’ailleurs très souvent été formée dans les grandes écoles anglo-saxonnes, dont les « valeurs » ne sont pas exactement celles des peuples d’Europe.
    Or, comme je l’ai longuement développé en réaction à votre billet sur « les ravages d’une crise », les dogmes et influences qui sévissent à Bruxelles en matière économique visent sans exception à un total libéralisme de marché (pléonasme), ce qui conduit sans échappatoire à un chômage de masse dans nos pays, probablement suivi d’une précarisation générale de l’emploi et d’une destruction des systèmes sociaux pour redonner de la « rentabilité » – le maître mot de l’économie de marché – à nos contrées (actuellement, par exemple, il semblerait que la Commission fait pression pour « aménager » le CDI français, « en vue d’un retour de la croissance », bien sûr …). Je vous épargne le volet migratoire associé.
    Comme l’automatisation permet de ne plus employer tout le monde, il y aura concurrence -autre maître-mot du système libéral- entre les employés-ilotes, étendue au monde puisque c’est dorénavant sur le monde que s’exerce l’emprise des multinationales et des marchés. Avec cette volatilité nomade unilatérale, c’est bien vers un retour aux rapports sociaux des années 1850 que l’on se dirige chez nous. On sera bien inspiré de relire Dickens, Hugo et Zola pour se les représenter. Les secours moraux et matériels de l’Eglise catholique, sans cesse attaquée car exerçant une influence contraire aux orientations individualistes et matérialistes recherchées, y seront remplacées par un assistanat minimaliste (ne pas crever de faim, car ventre plein ne manifeste pas) et les produits aliénants et frelatés de la société du spectacle (le fameux « tittytainment » annoncé par Brzeziński).
    A ce jeu, le gouvernement français peut seulement aménager à la marge les conséquences des décisions retenues à Bruxelles (ou plutôt en amont des G8/G20…). La « droite » aurait taillé dans les dépenses et les services publics sans résoudre aucun problème de fond, la « gauche » préfère augmenter les impôts par clientélisme électoral envers ses « protégés » et par veulerie, mais aucune ne songe à remettre en cause le système qui nous conduit mathématiquement à l’abîme. Normal: il en sont majoritairement complices par intérêt de caste et intérêt personnel. Depuis longtemps.

    Il ne faut en effet pas oublier que ces orientations n’ont été possibles en Europe qu’avec l’implication permanente et active des « élites nationales », de l’ensemble des partis politiques français ayant gouverné depuis le départ du général de Gaulle. La Commission ne s’est pas octroyée toute seule de super-pouvoirs; il lui ont été conférés puis abandonnés; elle propose et organise, certes, mais c’est bien le Conseil européen qui entérine encore.
    Condamner Hollande pour la médiocrité de son action – s’attendait-on à mieux? – c’est seulement s’en prendre à l’arbre qui cache la forêt. Il ne faut pas oublier, derrière, toutes les mesures d’aliénation nationale prises depuis Pompidou et, pour se borner aux exemples récents, la forfaiture de Sarkozy concernant le traité de Lisbonne comme sa participation à l’adoption du MES ou à la genèse du TSCG récemment ratifié…
    Il est maintenant temps de s’en rendre compte, président de la République, ministres et Parlement ne peuvent plus influer en économie que sur des questions secondaires et strictement domestiques; ils n’ont même plus en Europe de pouvoir de veto. Leur seul pouvoir réel serait de s’appuyer sur leur peuple par voie référendaire pour mettre un terme aux diktats de tout genre émanant des instances européennes (CE, CJE, CEDH, …) (souvenez-vous des réactions européennes mêlant crainte et opprobre à la menace de référendum de Papandreou sur le départ en 2011). Avec les équipes endoctrinées ou stipendiées qui se relaient au « pouvoir » en France depuis des lustres, ce n’est pas demain la veille : « on ne résout pas un problème avec les modes de pensée qui l’ont engendré », disait Einstein.

    Ouvrez les yeux et faites-en votre deuil ou cherchez des solutions ailleurs, dût cela vous conduire à remettre en cause quelques-une de vos (p)références…

    Bien cordialement,

    • JD75, je suis d’accord sur l’échec du modèle européen actuel mais il y a ausi nune large part de responsabilité des dirigeants poitique français. Que je sache, l’Europe n’a jamais obligé les gouvernements socialistes à lancer les désastreuses 35 heures dont nous n’arrivons pas à nous remettre par exemple ou bien aujourd’hui la politique d’assistanat généralisé et de matraquage fiscal…
      Bien cordialement
      MT

  8. Yves Leclercq dit :

    Dérobade, ou « botter en touche »? S’il y a de quoi être agacé par ces imprécations en direction de Nicolas Sarkozy, c’est sur les actes concrets que les électeurs les jugeront. C’est pourquoi il était essentiel que l’UMP se reconstitue sur des bases saines, permettant un ordre de bataille pour 2014.

    • michel43 dit :

      YVES ne soyons pas hypocrites;;;COPE est un vicieux,et n »a pas la mémoire courte;pour le moment ;SILENCE;;la vengeance est un plat qui se mange froid; il va la jouer fine pour les éliminer;faire le tours des popotes, il sait faire:LUI c »est un populiste comme chirac,Fillon ressemble a mon BALLADUR que nous avions appeler;le petit prince ,,froid;distant;mesurer en paroles;genre Fillon; j »étais le seul,a lui avoir dit;de ne pas affronter CHIRAC; les autres, voyait leurs intérêts,,,eux;vivait de la politique;;ALORS?

    • Yves Leclercq, d’accord avec vous, mais il me semble que la remise en ordre est en train de se faire… Espérons en tout cas.
      MT

  9. michel43 dit :

    vieille histoire,et elle ne datte pas d »hier;plus on a robotiser,informatiser,réduit les coup de production,les charges ,on a créer du chômage;et pour certains;fermer des entreprises;pour produire ailleurs;
    la conneries des fondateurs de cette Europe la,,,,c »était d »avoir mis,la charrue avant les boeufs;responsable,RPR ;avec le député JP CHARRIER, on a tout fait pour modifier ,le poids sur la mains d »oeuvres,cars les métiers manuels,avait la double peine;
    Aucun responsable politique de gauche ou de droite ,n »auras le courage de redresser le pays;c »est clair;SARKO;lui;avait cette chance en 2007;fallait y aller a la hussarde,et TOUT augmenter,;comme le fait Hollande;et OUI; il est trop tard; on va droit dans le mur;;naturellement;nous;on a des solutions;;cars on est du priver et toute notre vie ,a notre comptes,,notre argent, le MAL,Français;l »état et ses structures socialistes–communistes;sa fonctions publics et ses droits acquis,la castres des hauts fonctionnaires,la dictatures de ses syndicats; et tant d »autres choses;;EX: qui sont les heureux propriétaires d »une quinzaines de châteaux: EUX ;les camarades syndiqués et lutte ouvrière,,un comble,et je ne parle pas du 1% EDF pour le CE ,tenu pars la CGT ;plus l »énergie augmente,plus le CE touche;avec les 2.3% d »augmentations;les camarades approche vers le MILLIARDS d »euros;d »ailleurs a eux seules,LE CE ,détiens huit châteaux,, donc;seul un tsunami peut faire bouger ce pays; cela se fera,et OUI cars l »UMP est incapable de passer la barre des 51%;et donc;pour y revenir;il va falloir un accord avec M LEPEN; le vrais changement;c »est cela et rien d »autres;SI;voyez Mayotte,foutoir de SARKOZY,l »Agafnistant,interventions stupide pour un pays en faillite;le comble;c »est qu’on va mettre dans nos bagages des afghans et leurs familles nombreuses,,tout sera a nos frais bien sur;Conneries quand tu nous tiens;c »est pour longtemps,,Nous;on va régler les factures et lui,,en vacances,,,forcée; c »est cela la politique,,,,

  10. Bernard Collignon dit :

    Bonjour
    Je ne fais que confirmer que tant que ce Pouvoir en place ne comprendra que c’est d’abord grâce à l’investissement privé que l’emploi repartira nous resterons dans cette spirale infernale. J’espère que les sages du C.C. vont décider dans les prochaines heures que les mesures fiscales du budget 2013 sont incompatibles avec la Loi et surtout anti-économique.
    Que le Président élu par une minorité – en fait par rejet de N.S. et avec l’aide des médias – saborde son Gouvernement en gardant une équipe rapprochée sans ses affiliés vert P.C. et ultra-gauche. La situation ne serait pas pire qu’aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s