Contre le droit de vote des étrangers aux élections locales

Le droit de vote des étrangers non communautaires est une promesse du parti socialiste qui remonte à 1981. Pourquoi ne l’ont-ils jamais appliquée ? Simplement parce qu’ils ne le pouvaient pas : une révision constitutionnelle est nécessaire et le Sénat s’y serait opposé. Or, le Sénat vient de basculer à gauche et en cas de victoire socialiste aux élections présidentielles et législatives de 2012, la voie serait toute ouverte au droit de vote des étrangers. Ils le feraient et ce serait même l’une de leurs premières décisions avant les municipales de 2014. L’idéologie dominante pousse fortement dans le sens de cette réforme qui correspond à l’image d’un monde ouvert, aplani, d’un homme interchangeable, transparent et sans frontière. De nombeux rapports des Nations-Unies ou de l’Union européenne l’ont recommandée aux gouvernements. Les étrangers, nous dit-on, vivent et travaillent, payent des impôts, pourquoi les exclure de la participation à la vie citoyenne ?

Le droit de vote des étrangers serait, me semble-t-il, une faute politique aux conséquences désastreuses. La tradition républicaine française associe la citoyenneté (la participation à la vie politique) et la nationalité. Le droit de vote est une qualité qui se rattache, par définition, à la nationalité française. Remettre en cause ce lien aurait un effet inverse à celui recherché en vidant de son contenu, en banalisant, en neutralisant la qualité de national et donc en affaiblissant l’idée de nation, de communauté nationale, de République. Aujourd’hui, 150 000 personnes de nationalité étrangère obtiennent chaque année le droit de vote en devenant français. Si le droit de vote est accordé à tout le monde, y compris aux étrangers, l’intérêt de devenir français se trouve à l’évidence diminué, réduit à presque rien. Cela joue dans le sens, non pas de l’unité, mais de la division et du morcellement. En effet, nous verrions émerger dans la vie politique des partis se rattachant à tel où telle nationalité d’origine, accentuant ainsi la tendance au communautarisme, au fractionnement et aux déchirures. Le droit de vote a été accordé aux étrangers par certains Etats, l’Espagne, les Pays-Bas, la Belgique. Il ne l’a pas été par les grands pays d’immigration, l’Allemagne et la Grande-Bretagne. En France, il ne contribuerait en aucune façon, malgré des apparences de modernité et d’ouverture, à faciliter l’intégration dans notre pays mais au contraire, serait un pas de géant vers sa désintégration.

Maxime TANDONNET

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

19 commentaires pour Contre le droit de vote des étrangers aux élections locales

  1. Henri dit :

    Merci à vous de faire le point sur un clintélisme caractérisé de la part de la gauche. Heureusement que le Président à changer d’avis sur ce sujet. Cela montre que sa vision de la France et du communautarisme a peut être aussi évolué. Pour ma part je me bornerai à rappeler que citoyenneté et droit de vote sont inséparables. Surtout en France où la Nation se construit sur un vouloir-vivre ensemble. Renoncer à ces principes c’est ouvrir la porte à un système post-démocratique dangereux.
    A ce sujet: http://www.lesconversationsfrancaises.fr/le-droit-de-vote-des-etrangers-vers-une-republique-post-democratique/

    J'aime

  2. Robert dit :

    Etant belge, je déplore que mon pays l’ait accordé, même si, quand on n’y réfléchit pas, ça pataît « normal », comme aller de soi, et, en effet, ça fait jeune, ouvert, tolérant, « progressiste »,… Il suffira dès lors d’amadouer, de charmer tel ou tel leader de telle ou telle communauté, jeu dans lequel nos politicards de tout poil sont passés maîtres (En Belgique, la gauche est imbatable à ce jeu), et le tour est joué… Bref, ça nous mène vers encore plus de communautarisme et de clientèlisme.

    J'aime

  3. polo dit :

    Le droit de vote aux immigrés.

    Donner le droit de vote aux immigrés lors des élections locales serait une erreur. En effet la modification du corps électoral des municipales et des autres élections locales faites en y adjoignant des étrangers non communautaires mettrait ces derniers en position d’arbitre de consultations se gagnant à la marge. Accorder ce droit de vote créerait automatiquement des tensions entre Français et étrangers non communautaires. Tel n’est pas le cas pour les étrangers communautaires puisqu’il existe des systèmes de réciprocité qui favorise, par nos concitoyens, l’acceptation de ce droit de vote des étrangers.

    La mise en œuvre du droit de vote aux immigrés lors des élections locales est plus propre à semer la discorde qu’à favoriser l’intégration des non communautaires, alors que les conditions pour devenir Français, et donc pouvoir légitimement voter à toutes les élections, sont souples. En particulier notre pays accepte la bi nationalité.
    Devenir national est une possibilité largement ouverte et constitue le meilleur instrument d’intégration. Le préserver nécessite de ne pas morceler les attributs qui lui sont liés.

    J'aime

  4. Fabrice dit :

    Hier soir, j’écoutais sur Europe I le débat NKM-MLP.
    Le positionnement idéologique de Mme Le Pen m’a beaucoup intrigué.
    Elle revendique sur le plan économique « un autre système », à l’image de François Mitterrand, en 1981, avec le succès que l’on sait… Elle condamne, si j’ai bien compris, l’économie libérale, c’est-à-dire le marché, le capitalisme, la libre concurrence, comme pourraient le faire un Mélenchon ou un Besancenot
    ————–
    Pardonnez-moi de réagir ici sur un autre sujet du blog…
    M. Tandonnet, arrêtez d’écrire n’importe quoi ; où avez-vous vu, lu, que Marine Le Pen voulait un « autre système » ?
    Elle serait devenue communiste ? Marine Le Pen n’est pas pour l’économie capitaliste ?
    Soyez sérieux et de bonne foi… Marine Le Pen est contre la mondialisation qui se déroule depuis trente ans avec les résultat pour l’Europe/USA que l’on connait ; ce n’est pas la même chose à moins de nous expliquer qu’avant la mondialisation ( avant 81 …) le monde occidental était sous régime communiste…
    Faut pas dire n’importe quoi M. Tandonnet…

    J'aime

    • Fabrice, il me semble avoir entendu l’expression « autre système » dans sa bouche lors de ce débat, d’où ma réaction. Mais d’ailleurs, je regrette d’avoir perdu mon temps à écouter ce débat sans intérêt comme vous perdez le vôtre à me lire si comme vous le dites, j’écris « n’importe quoi ».
      MT

      J'aime

  5. Robert 93 dit :

    Pourquoi pas, dès lors qu’ils bossent, paient des impôts, s’intègrent normalement et veulent être des citoyens comme les autres. Bien sûr il y a la naturalisation mais vous avez vu comme c’est et compliqué? Les hollandais et le belges eux ne s’en portent pas si mal…

    J'aime

    • Robert, la France est l’un des pays les plus ouverts du monde en matière de naturalisation et d’accès à la nationalité. 150000 chaque année, c’est considérable… Arrêtons avec l’auto flagellation…
      MT

      J'aime

  6. Lisa dit :

    Monsieur Tandonnet,
    Qui prône le droit pour les étrangers de voter en France, ne fait que jouer en faveur de l’extrême-droite qui dira qu’elle seule est franche et directe contre ce droit. C’est pour cela que la droite doit exprimer son opposition à ce droit de vote aux étrangers. Elle devrait mettre les points sur les ‘i’ et les barres aux ‘t’ haut et fort, sans aucun complexe.
    Cordialement.

    J'aime

  7. Anatole Defrance dit :

    De plus en plus régulièrement, alors que je lis des livres concernant l’Histoire de France, je me demande ce que diront les historiens quand viendra l’heure d’avoir un regard distancié, neutre, sur l’époque actuelle…
    Invasion migratoire non-européenne, islamisation de moins en mois rampante et de plus en plus revendicative, refus de donner la parole au peuple de France, préférence de plus en plus assumé pour l’Etranger ( de préférence extra-européen), glorification de toutes les cultures à l’exception de la culture française, érection de comédiens/chanteurs de variétés au rang de défenseurs des valeurs « humanistes », refus -ne serait ce que – d’évoquer l’identité nationale française, soumission absolue aux Marchés Financiers, flagellation/ repentir permanent relatif à notre Histoire. Le droit de vote donnée aux étrangers s’inscrit dans ce processus lent (mais de moins en moins) et profond de déliquescence de notre pays, de tout ce qui a été construit au fil des siècles par nos ancêtres.
    L’avenir m’inquiète de plus en plus.
    Les invasions barbares ont commencé, avec la bénédiction de nos glorieux dirigeants.
    A quand nos Champs Catalauniques, et avec quel Aetius?

    J'aime

  8. elkana dit :

    Les victoires électorales s’obtiennent souvent avec des petits pourcentages d’écart et le vote des étrangers aurait une grande influence sur les décisions politiques en France et renforcerait la libanisation du pays.
    De plus, sachant l’absence de vision politique de nombreux leaders politiques en dehors de leur désir de pouvoir, nous pouvons facilement imaginer les extrémités dans lesquelles ils nous conduiraient pour satisfaire des ambitions personnelles étriquées.
    D’autre part, l’octroi systématique de la nationalité française à des personnes qui n’ont aucun désir d’adopter l’identité française a les mêmes conséquences que le vote des étrangers. Cela conduit à favoriser les intérêts des cultures, des religions, et des pays étrangers d’où sont originaires ces personnes. Pour avoir du sens, l’octroi de la nationalité française devrait être précédé par l’expression d’une volonté d’adopter l’identité française.

    J'aime

  9. Anonyme dit :

    Sachant que les victoires électorales se gagnent souvent avec des petits pourcentages, le vote des étrangers aurait une grande influence sur la politique de la France et conduirait à une libanisation du territoire. De plus, de nombreux politiques n’ayant pas de vision pour le pays en dehors de leur désir de pouvoir, nous pouvons imaginer à quelles extrèmités pourraient nous conduire des ambitions personnelles étriquées.
    D’autre part, l’octroi systématique de la nationalité à des personnes qui n’ont aucune envie d’acquérir l’identité française conduit la France à ouvrir ses frontières massivement à ces identités auxquelles la nationalité est donnée sans que la volonté de devenir Français n’ait été exprimée.
    Le code de la nationalité doit être revue sans quoi les résultats des élections auront les mêmes conséquences que l’octroi du droit de vote aux étrangers.

    J'aime

  10. Chris dit :

    Le droit de vote aux étrangers ?
    Quoi d’autre encore ?
    Les socialistes sont prêts à « brader » notre pays pour avoir des voix supplémentaires !
    Ce sont des traitres qui n’ont aucune conscience de l’idée de Nation, de notre Nation. Le déclin de la France est
    déjà là et nous allons sombrer tout à fait…
    J’espérais ne voir jamais ça et tout va si vite que demain,…Tout peut arriver…

    J'aime

    • Chris, dès lors que les marges de manoeuvres sont extrêmement limitées sur le plan économique, ils risquent de vouloir se rattrapper sur les sujets de société, à commencer par la régularisation des sans papiers et le vote des étrangers, c’est inévitable …

      J'aime

  11. daredevil2007 dit :

    Bonjour M. Tandonnet,

    Oui, vous avez tout-à-fait raison mais ce choix n’est-il pas lié à des options politiques ou plutôt politiciennes qui visent à remplacer l’électorat classique de la gauche par un nouveau venu d’ailleurs? Il suffit de regarder quels étaient certains des soutiens affirmés de l’un des deux candidats aux primaires socialistes… Le risque de désintégration et la guerre civile sont effectivement envisageables si de telles mesures devaient être prises! Tout est ceci est fort triste mais que faire avec une classe politique qui, dans son ensemble, n’est clairement pas à la hauteur des enjeux?

    J'aime

    • A Dareville2007: bien sûr les calculs politiciens et électoralistes ne sont pas absents, mais le plus troublant à mes yeux, c’est la force du conformisme, du politiquement correct, de cette envie de faire moderne, jeune et ouvert au mépris de l’intérêt public… et du bon sens.
      MT

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.